Navigation – Plan du site

Complexité des stratigraphies régionales et nouveau modèle d’apparition et de diffusion du phénomène acheuléen en Europe de l'Ouest

Complexity of regional stratigraphies and new model for the appearance and diffusion of the acheulian phenomenon in western Europe
Elisa Nicoud
p. Fr

Résumés

Au Pléistocène moyen, le biface apparaît en Europe de l’ouest. Cet outil de pierre taillée caractérise notamment la culture de l’Acheuléen (Paléolithique inférieur). Si la variabilité typologique du biface a été mise en évidence au cours du xxe siècle, on considère souvent l’Acheuléen d’Europe de l’ouest comme un ensemble homogène dans l’élaboration des modèles de peuplement du continent. L’étude de 36 séries lithiques acheuléennes de France, d’Italie, d’Espagne et d’Angleterre, d’âges compris entre 630 000 et 300 000 ans montre d’importantes différences techniques. On observe notamment la présence exclusive parmi l’outillage de la pièce bifaciale-support d’outil(s) dans le Bassin parisien lato sensu alors que la pièce bifaciale-outil est présente partout en Europe, accompagnée de nombreux outils sur autres supports (éclats, galets, blocs). Le positionnement chronologique de ces industries permettrait de donner du sens aux différences observées. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer de stratigraphies locales et régionales fiables permettant une confrontation à l’échelle européenne. Or, les problèmes d’attribution chronologique sont fréquents. L’interprétation d’un même site diverge selon les auteurs, l’identification des formations géologiques prête à la controverse (diamicton, till en place ou colluvionné, interférences glaciotectoniques), les hiatus stratigraphiques ne sont pas systématiquement relevés. Les stratigraphies sont souvent complexes à déchiffrer quand elles présentent en alternance des dépôts continentaux, marins et volcaniques, à très rares marqueurs datables. L’emboîtement de terrasses alluviales ou la présence d’altérites rendent difficile la lecture des coupes. L’analyse critique des lithostratigraphies et des attributions chronologiques nous autorise à proposer un nouveau modèle d’apparition et de diffusion des pièces bifaciales (du nord-ouest au sud de l’espace ouest-européen), qui ne pourra être validé, au même titre que les modèles admis traditionnellement (théorie de l’« Out of Africa »), que par l’obtention de chronostratigraphies bien établies.

Haut de page

Texte intégral

Les données présentées sont issues de ma thèse de doctorat en cotutelle franco-italienne, réalisée à l’Université d’Aix-Marseille (Université de Provence) et à l’Université de Rome (La Sapienza). Elle a été financée par l’Université franco-italienne, l’Ecole française de Rome, le laboratoire du CEPAM (UMR 7264, ex-6130) et l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives. Je remercie les responsables des collections européennes observées et les organisateurs du colloque Q8 de Clermont-Ferrand.

1 - Introduction

1Le Paléolithique inférieur souffre d’une image léthargique : il est commun de penser que les phénomènes techniques perdurent presque sans changement durant des centaines de milliers d’années et sur différents continents. C’est particulièrement vrai pour le phénomène bifacial ou plutôt « le biface » entité typologique emblématique de la culture de l’Acheuléen et du Paléolithique inférieur. Les datations radiométriques demeurent rares et peut-être est-ce à défaut de pouvoir dater les industries à partir de la stratigraphie que l’on a pu considérer dans l’édification des modèles de peuplement qu'un Acheuléen immuable avait existé durant au moins 300 000 ans en Europe. La rareté des lectures techniques des industries lithiques a parfois favorisé cette vision immobiliste. L’Acheuléen est une notion du xixe siècle et sa signification a été largement étendue au fil des recherches. Présent pour la première fois dès 1,7 million d’années en Afrique, le biface et l’Acheuléen n’apparaissent en Europe que de façon sporadique vers 600 000 ans et se manifestent plus fréquemment à partir de 450 000 ans. Durant le temps que dure l’Acheuléen, des industries sans bifaces sont aussi présentes en Europe (Small Tools, Colombanien, Tayacien, Clactonien…). Une synthèse à l’échelle européenne des manifestations techniques attribuées à l’Acheuléen (Nicoud, 2010, 2011a,b) met en évidence des différences conceptuelles majeures dans les productions lithiques, notamment en ce qui concerne la structure des bifaces et des outillages. Seulement, pour que soit validé tout modèle concernant l’apparition du biface et son développement en Europe occidentale, les séries étudiées doivent être placées en diachronie. Dans cet article, nous attirons l’attention sur les difficultés rencontrées pour corréler les sites à la chronologie isotopique, dénominateur chronologique commun européen, faute de stratigraphies claires.

2L’Europe de l’ouest est cernée naturellement par les mers au nord, à l’ouest et au sud (fig. 1). Par contre, elle est séparée artificiellement de l’Europe centrale par la « ligne » dessinée par H. Movius (1944), qui distingue les régions du monde comportant des bifaces et celles qui n’en possèdent pas. Aussi, au plan européen, cette ligne suit-elle un axe Dunkerque-Trieste. Durant l’Acheuléen, au Pléistocène moyen, des bifaces sont présents en quantité significative au Royaume-Uni (sud de l’Angleterre), en France, en Italie et en Espagne. Depuis l’édition de la carte de H. Movius, il y a près de 70 ans, la situation en Europe n’a guère évoluée : aucun biface daté du Pléistocène moyen ancien n’est apparu de façon tangible en Allemagne ou plus à l’est, jusqu’à l’Ukraine. La distribution des bifaces a participé à la construction de la conception de l’Europe de l’ouest comme une zone fermée, un ensemble homogène, un « cul-de-sac » (Breuil, 1912) dans lequel il est possible d’entrer et de sortir, par le même côté, mais d’où il ne serait pas possible de provenir originellement. Par commodité, les gisements pris en compte ici sont regroupés en trois ensembles régionaux majeurs. Ces régions résultent des contingences historiques de la recherche et couvrent d’ailleurs les « Provinces acheuléennes » définies par F. Bordes (1967). Le choix de ces ensembles est avant tout lié à des facteurs géologiques et lithologiques : ils comprennent chacun une concentration de sites qui partagent un contexte géologique structural et/ou quaternaire similaire. Ces trois régions sont le bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise, la péninsule italienne avec ses îles et la péninsule ibérique. Le cadre chronologique et spatial dans lequel prennent place les industries étudiées est donc vaste : 350 000 ans et plus de 1 600 000 km².

Fig. 1 : L’Europe occidentale à l’Acheuléen.

Fig. 1 : L’Europe occidentale à l’Acheuléen.

2 - Les bifaces et les autres outils de l’acheuléen en synchronie

3L’analyse technique de 36 industries d’Europe occidentale en contexte stratigraphique a permis d’établir un état des faits original. Les séries étudiées proviennent des sites de Barnham, Boxgrove, Elveden, High Lodge, Hoxne et Swanscombe en Angleterre, Cagny, Soucy et La Celle en France, Castel di Guido, Notarchirico et Torre in Pietra en Italie, Aridos et Ambrona en Espagne. Leur âge est compris entre le stade isotopique marin (SIM) 16, quand apparaissent les premiers bifaces à Venosa Notarchirico en Basilicate (Italie), et le SIM 9. Cette dernière limite est arbitraire et correspond seulement à l’apparition de débitages plus élaborés, de type Levallois ou discoïde qui engagent de plus en plus à attribuer les industries du SIM 8 au Paléolithique moyen ancien. Ces débitages n’interdisent pas le biface, qui perdure encore au Moustérien.

4Nous avons identifié trois structures techniques parmi les bifaces (fig. 2). Il s’agit d’une part du galet à enlèvements bifaciaux qui ne relève pas d’une véritable structure bifaciale. Ici, un volume naturel est sélectionné, puis un ou plusieurs sous-volumes de la pièce sont aménagés par des enlèvements uni- ou bifaciaux pour mettre en place la ou les parties actives. Le raffûtage est impossible. Si deux bords sont aménagés, la pièce peut prendre la morphologie d’un biface.

5D’autre part, deux structures de pièces bifaciales ont été mises en évidence (sensu Boëda, 1997) : la pièce bifaciale-support d’outil(s) et la pièce bifaciale-outil. Dans le cas de la pièce bifaciale-support d’outil(s), un nodule naturel est sélectionné, puis un volume ovoïde est façonné par enlèvements bifaciaux au plus près du ou des outils finis. Un ou plusieurs sous-volumes du support sont aménagés par des enlèvements uni- ou bifaciaux pour mettre en place la ou les parties actives. Le support bifacial initial est à même d’accueillir un raffûtage.

6La pièce bifaciale-outil se distingue nettement de la précédente. Un nodule naturel est sélectionné mais ensuite, tout le volume de la pièce est façonné par des enlèvements bifaciaux, de façon à mettre en place la partie active, sans créer auparavant de support. Pour effectuer un raffûtage, dans ce cas, tout le volume de la pièce doit être réaménagé.

7Les conclusions principales de l’étude technique sont les suivantes : il n’y a pas de biface acheuléen standard et encore moins d’uniformité technologique. La composition des outillages et de toute la série, ou encore le rôle du biface dans chacun des assemblages, sont éloquents. Les structures de pièces bifaciales sont exclusives. La pièce bifaciale support d’outil(s) est le seul outil dans la série alors que la pièce bifaciale-outil est toujours accompagnée d’un large panel d’outils sur supports variés. En bref et en synchronie, seule la diversité apparaît, les tendances ne sont guère parlantes. La mosaïque technique de l’Acheuléen d’Europe occidentale est presque aussi complexe que celle du Paléolithique inférieur en général.

Fig. 2 : Schémas de construction des bifaces de l’Acheuléen en Europe de l’ouest.

Fig. 2 : Schémas de construction des bifaces de l’Acheuléen en Europe de l’ouest.

3 - De la position stratigraphique des industries

8Pour éclaircir la nébuleuse acheuléenne, un essai de positionnement des industries les unes par rapport aux autres dans la diachronie a été tenté. Il fallait donc connaître leur âge. L’écueil principal d’une telle entreprise a été la difficile appréhension de la sédimentation quaternaire, de ses discontinuités, et la délicate corrélation des chronologies régionales à la chronologie isotopique. La datation d’un gisement acheuléen est essentiellement liée au positionnement lithostratigraphique de l’industrie. Les datations numériques sont encore rares et les gisements présentant deux indices de datations cohérents le sont autant.

9A l’intérieur des ensembles géographiques définis, il n’est pas toujours évident de corréler les lithostratigraphies régionales. Avant de s’intéresser aux sites eux-mêmes, chacun de ces ensembles géologiques est pris en compte afin de cerner si l’absence de gisement est une réalité archéologique ou si elle est liée à l’érosion des sédiments du Pléistocène.

3.1 - Dans le bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise

10Le bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise correspond au Bassin parisien et ses marges (fig. 3). Il comprend une densité importante de gisements acheuléens, mis au jour notamment lors de l’exploitation de carrières de « terre à briques » au xixe siècle. Les gisements sont souvent bien conservés dans les terrasses alluviales des grands cours d’eau, tant en France que dans le sud de l’Angleterre. Les systèmes d’étagement des terrasses sont bien décrits et la position stratigraphique est parfois claire dans ce contexte, comme par exemple à La Celle (Limondin-Lozouet et al., 2010) ou Soucy (Lhomme et al., 2004). Si les synthèses sont souvent limpides, les chercheurs font largement part des difficultés rencontrées pour reconnaître les interglaciaires et les interstadiaires du Pléistocène moyen ou pour distinguer deux interglaciaires (notamment le SIM 11 et le SIM 9 ; Preece & Parfitt, 2000).

11Or, ce problème géologique se répercute sur les interprétations culturelles des préhistoriens. Il paraît actuellement insurmontable dans les gisements qui se retrouvent en contexte glaciaire comme en East Anglia. Ceux-ci se tiennent à l’arrière du maximum d’extension glaciaire attribué de façon incertaine au SIM 12, la grande glaciation de l’Anglian (Wymer, 1999). Le contexte stratigraphique est ici plus complexe à déchiffrer. La présence d’un ou deux tills de fond modifie l’interprétation chronologique. Il en est de même pour l’identification ou non des hiatus sédimentaires et des surfaces d’érosion. Le till à la base de la séquence est attribué à l’Anglian et le plus souvent une couverture loessique de la dernière glaciation vient sceller la séquence. Les industries se trouvant entre ces deux ensembles sont fréquemment attribuées au SIM 11, du fait de leur position au-dessus du till. Un till intermédiaire et de nombreux hiatus ont été identifiés par les auteurs anciens, notamment Patterson (1940) et Patterson et Fagg (1940). La reprise systématique dans les années 2000 des données anciennes, assortie parfois de travaux de terrain, a amené les chercheurs actuels à interpréter ce « till » comme le résultat de colluvions lors d’une période froide du SIM 11. Dans les nouvelles interprétations chronostratigraphiques, les hiatus sédimentaires tendent à disparaître. Les interglaciaires plus récents que le SIM 11 n’apparaissent donc pas sous la couverture loessique pour les auteurs récents, ce qui engendre en général, un vieillissement des séries par rapport aux études précédentes, puisque tous les dépôts observés au-dessus des dépôts glaciaires de l’Anglian sont attribués au SIM 11 et non plus aux SIM 11, 9 et parfois 7 (fig. 4).

12L’entière séquence stratigraphique n’est pas visible en un seul point de la carrière dans laquelle se trouve l’industrie. Lorsqu’il s’agit de fouilles anciennes, toute mise à jour des études lithostratigraphiques reste délicate comme à Hoxne (Singer et al., 1992 ; Ashton et al., 2008), Barnham (Ashton et al., 1994a,b, 1998), Elveden (Ashton et al., 1994b, 2005), Beeches Pit (Preece et al., 2006) et plus au sud sur la Tamise, à Swanscombe (Patterson & Fagg, 1940 ; Wymer, 1964 ; Conway et al., 1996 ; White, 1998 ; Bridgland et al., 2006). Les industries de High Lodge (Ashton et al., 1992) dans le Suffolk sont attribuées à une période antérieure au SIM 12 malgré leur position au-dessus du till de l’Anglian (fig. 5). Selon les auteurs, la position des niveaux archéologiques dans des limons résulte d’un déplacement en masse par le glacier (phénomène de « glaciotectonique »). Celui-ci a transporté le niveau archéologique, a déposé son till de fond, avant de reposer le niveau archéologique, au-dessus du till. High Lodge est attribué au SIM 13.

13

Fig. 3 : Limites d’extension du front glaciaire en Grande-Bretagne (d’après Wymer, 1999) et localisation des sites étudiés du bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise.

Fig. 3 : Limites d’extension du front glaciaire en Grande-Bretagne (d’après Wymer, 1999) et localisation des sites étudiés du bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise.

14

Fig. 4 : Descriptions et interprétations chronostratigraphiques du site de Hoxne par différents auteurs.

Fig. 4 : Descriptions et interprétations chronostratigraphiques du site de Hoxne par différents auteurs.

15

Fig. 5 : Stratigraphie de High Lodge d’après Ashton et al. (1992).

Fig. 5 : Stratigraphie de High Lodge d’après Ashton et al. (1992).

3.2 - Dans la péninsule italienne

16En Italie, la situation est aussi complexe (fig. 6). Les gisements se retrouvent en contexte volcanique et fluviatile, soumis à l’eustatisme et à la néotectonique, limitant les comparaisons d’un site à l’autre, même très proches. La célèbre coupe de Torre in Pietra (Latium) illustre bien la complexité des dynamiques sédimentaires en jeu (fig. 7). C’est une séquence-clé de la Formazione Aurelia, où se retrouvent des sédiments marins, fluviatiles, lacustres et volcaniques. Cette séquence est attribuée au SIM 9 sur la base de corrélations régionales, calées sur les transgressions marines et des datations radiométriques de cendres volcaniques remobilisées.

Fig. 6 : Complexes volcaniques de la Péninsule italienne et localisation des gisements étudiés.

Fig. 6 : Complexes volcaniques de la Péninsule italienne et localisation des gisements étudiés.

3.3 - Dans la péninsule ibérique

17En Espagne (fig. 8), la plupart des gisements apparaissent dans des terrasses alluviales de la Meseta, mais uniquement dans les terrasses dont la formation est attribuée au Pléistocène moyen récent (Santonja & Villa, 2006).

18Il est à noter l’absence de biface au sud, dans la vallée du Guadalquivir, malgré leur recherche intense et l’existence de terrasses anciennes offrant un bon potentiel de préservation. Des industries, non bifaciales, sont d’ailleurs présentes. La lecture des coupes est parfois rendue délicate par l’emboîtement des terrasses comme à la confluence entre le Jarama et le Manzanares, au niveau du site d’Aridos (Santonja & Querol, 1980a,b ; fig. 9).

Fig. 8 : Localisation des sites étudiés dans la Péninsule ibérique.

Fig. 8 : Localisation des sites étudiés dans la Péninsule ibérique.

Fig. 9 : Position stratigraphique d’Aridos 1 (Espagne) et système d’emboîtement des terrasses alluviales dans la formation d’Arganda,

Fig. 9 : Position stratigraphique d’Aridos 1 (Espagne) et système d’emboîtement des terrasses alluviales dans la formation d’Arganda,

d’après Santonja et Querol (1980a,b), Pérez-González et al. (1980) et Santonja et Pérez-González (2001).

4 - Répartition géochronologique des faits techniques

19La synthèse des données recueillies permet néanmoins de classer les sites par grands stades isotopiques marins, en considérant un âge moyen, en prenant en compte certains hiatus et phases d’érosion parfois délaissées par les auteurs.

20Avant le SIM 11, les gisements sont très rares et ils apparaissent en grand nombre en période interglaciaire (fig. 10). Les sites du SIM 11 se tiennent dans le bassin hydrographique Somme-Seine-Tamise et en East Anglia. A partir du SIM 9, ils se développent vers le sud.

21Dans une vision diachronique, le galet à enlèvements bifaciaux n’apparaît pas discriminant d’une période ou d’une région (fig. 10A). Par contre, la pièce bifaciale-support d’outil(s), qui est souvent le seul outil dans toute la série, semble cantonnée au nord-ouest de l’espace européen (fig. 10B). La pièce bifaciale-outil semble apparaître dans un deuxième temps, toujours associée à un large panel d’outillage sur divers supports (fig. 10C).

22

Fig. 10 : Chronologie des occupations et apparition des trois techno-types de bifaces.

Fig. 10 : Chronologie des occupations et apparition des trois techno-types de bifaces.

5 - Conclusion : desiderata

23Le modèle traditionnellement admis pour expliquer la présence du biface en Europe est la diffusion depuis l’Afrique de cet outil. Le modèle de diffusion linéaire « Out of Africa » repose sur l’homogénéité et l’unicité géographique, chronologique ou technique du point de départ (l’Afrique) et du point d’arrivée (l’Europe de l’ouest). Or, l’étude technique montre que plusieurs conceptions, qu’il serait déraisonnable d’assimiler, sont en jeu sous la même appellation de biface. L’analyse critique des stratigraphies de référence met bien en évidence la répartition chronologique des manifestations bifaciales. L’étude tend ainsi à présenter les faits suivants : l’apparition massive au nord-ouest de l’Europe de la pièce bifaciale-support d’outils, puis sa diffusion à toute l’Europe occidentale aux SIM 10-9, mais sous une forme différente, celle de la pièce bifaciale-outil. Le changement de structure de la pièce bifaciale s’accompagne aussi d’un changement de toute la production et de tout l’outillage. Or, les nouveaux faits présentés ici invalident les principes du modèle et ne permettent donc pas de soutenir en l’état le paradigme de la diffusion « Out of Africa » de l’Acheuléen et du biface.

24En montrant la diversité technique masquée par ces deux termes, c’est leur existence ou du moins leurs significations culturelles qui sont remises en cause. Ils ne sont plus satisfaisants aujourd’hui, maintenant que les méthodes d’analyses des industries lithiques ont subi un profond remaniement ces dernières décennies (apparition de la technologie lithique) et que les données ainsi obtenues permettent d’appréhender les comportements humains aussi d’un point de vue paléo-anthropologique.

25Quoiqu’il en soit, la validation chronologique de ce nouveau modèle montrant une dynamique intra-européenne, et qui présente l’avantage d’être issu de l’analyse technologique et techno-fonctionnelle, requiert l’établissement de stratigraphies locales fiables fondées sur la reconnaissance des interglaciaires et des interstadiaires. Des données de terrain sûres sont des conditions fondamentales à toute interprétation culturelle à l’échelle continentale ou globale. A l’issue de cette synthèse, et pour appréhender les comportements techno-économiques des groupes humains du Paléolithique inférieur et les modalités de peuplement de l’Europe au Pléistocène moyen, s'impose la nécessité d'approfondir avec beaucoup de rigueur les études stratigraphiques sur des sites de référence et sur les nouveaux gisements du Paléolithique ancien.

Haut de page

Bibliographie

ASHTON N.M., COOK J., LEWIS S.G. & ROSE J. (eds.), 1992 - High Lodge: excavations by G. de G. Sieveking, 1962-8 and J. Cook, 1988. British Museum Press, London, 260 p.

ASHTON N.M., BOWEN D.Q., HOLMAN J.A., HUNT C.O., IRVING B.G., KEMP R.A., LEWIS S.G., MCNABB J., PARFITT S. & SEDDON M.B., 1994a - Excavations at the lower Palaeolithic site at East Farm, Barnham, Suffolk 1989-92. Journal of the Geological Society, 151 (4), 599-605.

ASHTON N., MCNABB J., IRVING B., LEWIS S. & PARFITT S., 1994b - Contemporaneity of Clactonian an Acheulian flint industries at Barnham, Suffolk. Antiquity, 68 (260), 585-589.

ASTHON N., LEWIS S.G. & PARFITT S. (eds.), 1998 - Excavations at the lower Palaeolithic site at East Farm, Barnham, Suffolk 1989-94. Occasional Paper, 125. British Museum, London, 305 p.

ASTHON N., LEWIS S., PARFITT S., CANDY I., KEEN D., KEMP R., PENKMAN K., THOMAS G., WHITTAKER J. & WHITE M., 2005 - Excavations at the lower Palaeolithic site at Elveden, Suffolk, UK. Proceedings of the Prehistoric Society, 71, 1-61.

ASTHON N., LEWIS S.G., PARFITT S.A., PENKMAN K.E.H. & COOPE G.R., 2008 - New evidence for complex climate changing in MIS 11 from Hoxne, Suffolk, UK. Quaternary Science Reviews, 27 (7-8), 652-668.

BOËDA E., 1997 - Technogenèse des systèmes de production lithique au Paléolithique inférieur et moyen en Europe occidentale et au Proche-Orient. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris 10-Nanterre, Nanterre, 173 p. & 86 p.

BORDES F., 1967 - Typologie du Paléolithique ancien et moyen. 2e édition. Publications de l'Institut de Préhistoire de l'Université de Bordeaux, 1. Imprimerie Delmas, Bordeaux, Vol. 1, 85 p.

BREUIL H., 1912, - Les subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification. Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, compte rendu de la XIV session, Genève. 165-223.

BRIDGLAND D.R., ANTOINE P., LIMONDIN-LOZOUET N., SANTISTEBAN J.I., WESTAWAY R. & WHITE M.J., 2006 - The Palaeolithic occupation of Europe as revealed by evidence from the rivers: data from IGCP 449. Journal of Quaternary Science, 21 (5), 437-455.

CONWAY B., MCNABB J. & ASHTON N. (eds.), 1996 - Excavations at Barnfield Pit, Swanscombe, 1968-72. Occasional Paper, 94. British Museum, Department of Prehistoric and Romano-British Antiquities, London, 266 p.

LHOMME V., CONNET N., CHAUSSÉ C., BEMILLI C., BAHAIN J.-J. & VOINCHET P., 2004 - Les sites et les industries lithiques du Paléolithique inférieur, moyen et supérieur de la basse vallée de l’Yonne dans leurs contextes chronostratigraphiques, Bilan de dix ans d’activité archéologique pluridisciplinaire dans le sud-est du Bassin parisien. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 101 (4), 701-739.

LIMONDIN-LOZOUET N., NICOUD E., ANTOINE P., AUGUSTE P., BAHAIN J.-J., DABKOWSKI J., DUPÉRON J., DUPÉRON M., FALGUÈRES C., GHALEB B., JOLLY-SAAD M.-C. & MERCIER N., 2010 - Oldest evidence of Acheulean occupation in the Upper Seine valley (France) from an MIS 11 tufa at La Celle. Quaternary International, 223-224, 299-311.

MALATESTA A., 1978 - Torre in Pietra. Quaternaria, 20, Roma, 205-580.

MOVIUS H., 1944 - Early Man and Pleistocene Stratigraphy in Southern and Eastern Asia. Papers of the Peabody Museum of American Archaeology and Ethnology, 19 (3). The Museum, Cambridge, 125 p.

NICOUD E., 2010 - The Acheulian in Western Europe: Technical systems and peopling patterns of Europe. In S.A. Vasil’ev & V.E. Schelinsky (eds.), The earliest inhabitants of the Caucasus and Hominid dispersals at Eurasia. Sankt-Petersburg Centre for Oriental Studies Publishers, Sankt-Petersburg, 197-210.

NICOUD E., 2011a - Le phénomène Acheuléen en Europe occidentale : approche chronologique, technologie lithique et implications culturelles. Thèse de doctorat, Université de Provence & Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Aix-en-Provence & Rome, 483 p.

NICOUD E., 2011b - The Acheulian phenomenon in Western Europe with a focus on Italy. Il Quaternario, 24, 192-193.

PATERSON T.T., 1940 - The Swanscombe Skull: a defence. Proceedings of the Prehistoric Society, 6, 166-169.

PATERSON T.T. & FAGG B.E.B., 1940 - Studies on the Palaeolithic succession in England. No. II: The Upper Brecklandian Acheul (Elveden). Proceedings of the Prehistoric Society, 6, 1-29.

PÉREZ-GONZÁLEZ A., LOPEZ-MARTINEZ N. & SANTONJA M., 1980 - Sequencia del Pleistoceno medio y superior en la region de Madrid y cronologia de la terraza de Aridos. In M. Santonja, N. López & A. Pérez-González (eds.), Ocupaciones achelenses en el valle del Jarama (Arganda, Madrid). Arqueología y Paleoecología, 1. Diputación Provincial, Madrid, 337-339.

PREECE R.C. & PARFITT S.A., 2000 - The Cromer Forest-Bed Formation : new thoughts on an old problem. In S.G. Lewis, C.A. Whiteman & R.C. Preece (eds.), The Quaternary of Norfolk and Suffolk: Field Guide. Quaternary Research Association, London, 1-27.

PREECE R.C., GOWLETT J.A.J., PARFITT S.A., BRIDGLAND D.R. & LEWIS S.G., 2006 - Humans in the Hoxnian: habitat, context and fire use at Beeches Pit, West Stow, Suffolk, UK. Journal of Quaternary Science, 21 (5), 485-496.

SANTONJA M. & QUEROL A., 1980a - Yacimentos de la terraza de Aridos, proceso de excavacion. In M. Santonja, N. López & A. Pérez-González (eds.), Ocupaciones achelenses en el valle del Jarama (Arganda, Madrid). Arqueología y Paleoecología, 1. Diputación Provincial, Madrid, 63-79.

SANTONJA M. & QUEROL A., 1980b - La industria achelense de los niveles fluviales de Aridos. In M. Santonja, N. López & A. Pérez-González (eds.), Ocupaciones achelenses en el valle del Jarama (Arganda, Madrid). Arqueología y Paleoecología, 1. Diputación Provincial, Madrid, 231-251.

SANTONJA M. & PÉREZ-GONZÁLEZ A., 2001 - Cuesta de la Bajada (Teruel) and human occupation of the eastern zone of the Iberian Peninsula in the middle Pleistocene. In D. Büchner (ed.), Studien in memoriam Wilhelm Schüle. M. Leidorf, Rahden, 418-426.

SANTONJA M. & VILLA P., 2006 - The Acheulean of Western Europe. In N. Goren-Inbar & G. Sharon (eds.), Axe Age, Acheulian Tool-making from Quarry to Discard. Equinox Publishing, London & Oakville, 429-478.

SINGER R., GLADFELTER B.G. & WYMER J.J., 1992 - The Lower Palaeolithic site at Hoxne, England. The University of Chicago Press, Chicago, 254 p.

WHITE M.J., 1998 - Twisted ovate bifaces in the British Lower Palaeolihic: Some Observations and Implications. In N. Ashton, F. Healy & P. Pettitt (eds.), Stone Age Archaeology: Essays in honour of John Wymer. Oxford Monograph, 102. Oxbow, Oxford, 98-104.

WYMER J., 1964 - Excavations at Barnfield pit, 1955-1960. In C.D. Ovey (ed), The Swanscombe skull: a survey of research on a Pleistocene site. Royal Anthropological Institute Occasional Paper, 20. Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, London, 19-61.

WYMER J., 1999 - The Lower Palaeolithic occupation of Britain. Wessex Archaeology & English Heritage, Salibury, 234 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : L’Europe occidentale à l’Acheuléen.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-1.png
Fichier image/png, 472k
Titre Fig. 2 : Schémas de construction des bifaces de l’Acheuléen en Europe de l’ouest.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-2.png
Fichier image/png, 842k
Titre Fig. 3 : Limites d’extension du front glaciaire en Grande-Bretagne (d’après Wymer, 1999) et localisation des sites étudiés du bassin hydrographique Somme-Seine-Yonne-Tamise.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-3.png
Fichier image/png, 483k
Titre Fig. 4 : Descriptions et interprétations chronostratigraphiques du site de Hoxne par différents auteurs.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-4.png
Fichier image/png, 420k
Titre Fig. 5 : Stratigraphie de High Lodge d’après Ashton et al. (1992).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-5.png
Fichier image/png, 591k
Titre Fig. 6 : Complexes volcaniques de la Péninsule italienne et localisation des gisements étudiés.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-6.png
Fichier image/png, 618k
Titre Fig. 8 : Localisation des sites étudiés dans la Péninsule ibérique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-7.png
Fichier image/png, 425k
Titre Fig. 9 : Position stratigraphique d’Aridos 1 (Espagne) et système d’emboîtement des terrasses alluviales dans la formation d’Arganda,
Crédits d’après Santonja et Querol (1980a,b), Pérez-González et al. (1980) et Santonja et Pérez-González (2001).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-8.png
Fichier image/png, 773k
Titre Fig. 10 : Chronologie des occupations et apparition des trois techno-types de bifaces.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/6790/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Nicoud, « Complexité des stratigraphies régionales et nouveau modèle d’apparition et de diffusion du phénomène acheuléen en Europe de l'Ouest », Quaternaire, vol. 24/4 | 2013, Fr.

Référence électronique

Elisa Nicoud, « Complexité des stratigraphies régionales et nouveau modèle d’apparition et de diffusion du phénomène acheuléen en Europe de l'Ouest », Quaternaire [En ligne], vol. 24/4 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/6790 ; DOI : 10.4000/quaternaire.6790

Haut de page

Auteur

Elisa Nicoud

Ecole française de Rome, Piazza Farnese 67, IT-00186 ROMA. Courriel : elisa.nicoud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals