Navigation – Plan du site

L’histoire de la végétation depuis la fin du tardiglaciaire et l’évolution de l’emprise humaine à partir du milieu de l’holocène dans le Massif Central oriental (France)

Vegetation history from the end of the late-glacial and human impact from the mid-holocene in the eastern Massif Central (France)
Hervé Cubizolle, Jacqueline Argant, Franck Fassion, Catherine Latour‑Argant, Yun Deng‑Amiot et Benjamin Dietre
p. 209-236

Résumés

Des analyses polliniques et de macrorestes végétaux ont été conduites sur des séquences tourbeuses des Monts du Forez dans le Massif Central oriental granitique. Confrontés aux données paléoécologiques collectées dans cette région depuis une douzaine d’années mais également aux données historiques, les résultats obtenus ont permis d’affiner sensiblement la connaissance de l’évolution de la végétation, de la mise en place du système agro-pastoral et de l’histoire des landes suprasylvatiques tout au long de l’Holocène. Il en ressort tout d’abord qu’il est désormais possible de caler assez précisément vers 5 000 ans cal. BP l'arrivée de Fagus puis d'Abies et leur essor au Subboréal par les analyses palynologiques. On constate ensuite que les indices d’anthropisation surviennent entre 5 700 ans cal. BP et 5 000 ans cal. BP soit plus tard que dans d’autres régions du Massif Central comme le Limousin et le Cantal. On peut affirmer enfin que l’origine des landes suprasylvatiques au-dessus de 1 350 à 1 400 m est climatique, les activités agro-pastorales n’ayant apporté que des retouches plus ou moins significatives aux paysages végétaux avec, d’une part, l’expansion de la callune et le recul des Poaceae et, d’autre part, une place plus ou moins importante à l’arbre selon la nature et l’intensité de la mise en valeur.

Haut de page

Texte intégral

Ces recherches sont régulièrement financées depuis plusieurs années par la Zone Atelier CNRS Loire, le Conseil Général de la Loire, le Syndicat Mixte des Monts de la Madeleine, le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez et la DIREN-Auvergne. Merci beaucoup à Philippe Galet du CDRC de l’Université Lyon 1 pour son aide à l’homogénéisation des calibrations.

1 - Introduction

1Les changements environnementaux de la fin du Tardiglaciaire et du Postglaciaire des montagnes d’Europe Occidentale ainsi que les conséquences de l’intrusion des sociétés humaines sur la dynamique des milieux ont fait l’objet de très nombreux travaux (Richard et al., 2000 ; Richard & Vignot, 2002 ; Miras & Surmely, 2006 ; Galop et al., 2009). Toutefois le degré de connaissance varie considérablement selon les secteurs géographiques et les périodes culturelles. Les Alpes sont certainement le massif ayant fait l’objet du plus grand nombre d’investigations, tant en archéologie qu’en palynologie, comme le montre la synthèse de M. Segard (2009). Les Pyrénées sont également bien connues grâce, d’une part, aux nombreux travaux de G. Jalut et de D. Galop depuis leurs thèses, soutenues respectivement en 1974 et 1998, jusqu’à des synthèses plus récentes (Jalut, 1974 ; Galop, 1998 ; Galop & Vacquer, 2004 ; Jalut et al., 2009 ; Galop et al., 2013 ; Rendu et al., 2013) et, d’autre part, aux travaux d’équipes franco-espagnoles qui se sont investies sur le versant ibérique (Miras et al., 2007 ; Ejarque et al., 2009 ; Mazier et al., 2009 ; Miras et al., 2010). Dans le Jura les recherches se sont également multipliées au cours des dernières décennies avec en particulier les travaux initiés par le laboratoire de Chrono-environnement du CNRS (UMR 6249) : Richard (1997) ; Gauthier (2004), Magny (2004) ; Richard & Ruffaldi (2004) ; Magny et al. (2005).

2L’Holocène dans les Vosges est en revanche beaucoup moins connu et les travaux ont été peu nombreux ces dernières années (Vergne, 2004). On dispose toutefois d’un point bibliographique avec la thèse de S. Goepp sur l’origine et l’histoire des hautes-chaumes du Massif vosgien (2007).

3Pour le Massif Central, la situation est contrastée. Les montagnes volcaniques d’Auvergne et l’Aubrac ont été bien étudiées ; les recherches sont toutefois relativement anciennes avec, au regard des critères actuels, des analyses polliniques à faible résolution et des séquences comportant parfois un nombre limité de datations par le radiocarbone (Beaulieu et al., 1982, 1984, 1985, 1988 ; Reille et al., 1985 ; Reille, 1991). Les travaux récents sont en revanche peu nombreux (Stebich et al., 2005 ; Trément et al., 2007 ; Surmely et al., 2009). Le Limousin pour sa part, et malgré quelques études plus anciennes, n’a suscité d’intérêt que très récemment (Allée et al., 1997 ; Miras, 2004 ; Miras et al., 2011). Dans le Morvan il a fallu attendre les travaux de Jouffroy-Bapicot (2010) pour disposer d’un corpus de données régionales substantiel.

4La partie granitique du Massif Central oriental concernée par cet article fut quant à elle longtemps ignorée. Des travaux de paléobotaniques ont été publiés dès les années 1940 (Lemée, 1941 ; Dubois et al., 1945). Ils se firent ensuite très rares – voir la synthèse bibliographique dans Argant & Cubizolle, 2005 – avec principalement les deux publications de Jansen & van Straten (1982) et Janssen (1990). Et ce n’est qu’à la fin des années 1990 que les recherches paléoenvironnementales se sont développées grâce au Programme de Recherche Interdisciplinaire sur l’Environnement du CNRS devenu en 2001 la Zone Atelier CNRS « Bassin de la Loire ». Après une première synthèse de données polliniques publiée par Argant et Cubizolle en 2005, les recherches se sont poursuivies, toujours dans un cadre interdisciplinaire, avec comme priorité de détecter, caractériser et caler chronologiquement les différentes phases du développement des activités humaines dans ces régions montagneuses mais aussi d’améliorer notre connaissance du rôle des sociétés dans l’évolution des milieux et le façonnement des paysages.

5Pour cela la palynologie reste l’outil privilégié. Elle est cependant de plus en plus fréquemment couplée avec des analyses de macrorestes végétaux et de diatomées qui permettent de mieux appréhender tant les changements hydro-pédologiques que l’évolution de l’emprise humaine (Cubizolle et al., 2005 ; Serieyssol et al., 2012). Un problème demeure toutefois pour notre secteur d’étude : l’insuffisance des données archéologiques et historiques. En effet, malgré la progression des recherches (Georges, 2007 ; Bündgen, 2008) les documentations historiques et archéologiques demeurent relativement pauvres, mal réparties sur le territoire et d’une qualité très variable selon les périodes culturelles (Fassion et al., 2011 ; Fassion et al., sous presse). Aussi avons-nous eu fréquemment recours aux connaissances plus nombreuses acquises plus à l’ouest en Auvergne (Trément et al., 2005 ; Trément, 2011-2013).

6Dans cet article nous proposons d’abord une nouvelle série de trois séquences polliniques provenant de trois tourbières situées dans les Monts du Forez (Corniche-en-Cœur et Gourgon) et dans les Bois Noirs (Etui) (fig. 1). Ces séquences couvrent des périodes dont la durée varie de 13 500 à 7 300 ans. A cela s’ajoute une analyse complète de macrorestes végétaux concernant le site de Corniche-en-Cœur. L’analyse des diatomées n’a pas donné de résultats. Trouvées en faible quantité, très fragmentées et peu diversifiées, elles n'ont pas permis d'interprétation. Suivant les recommandations de Galop et al. (2009), un effort tout particulier a porté sur le calage chronologique avec le recours à de très nombreuses datations par le radiocarbone de type AMS.

7Avec ces nouvelles données paléoécologiques, l’objectif est d’affiner notre connaissance de l’évolution de la végétation et du processus d’anthropisation des hautes terres du Massif Central oriental granitique. Nous souhaitons en particulier comprendre le rôle de l’agropastoralisme dans le développement des landes suprasylvatiques des Monts du Forez. Celles-ci, encore partiellement utilisées comme pâturages d’été, sont caractérisées par l’omniprésence de la callunaie-genistaie (Vaccinio myrtilli - Genistetum pilosae ass. nov. prov.) entre 1 300 m et 1 500 m d’altitude et par l’importance de la lande à alchémille des rochers (Alchemilla saxatilis) et à airelle des marais (Vaccinium uliginosum) au-dessus de 1 500 m. Si la seconde est typique de l’étage subalpin inférieur des montagnes d’Europe tempérée océanique, la première est une association de transition qui représente un stade d’abandon après des siècles, voire des millénaires d’exploitation pastorale (Thébaud, 1983, 1988, 1990).

8Jusqu’alors les résultats des analyses polliniques mettaient en évidence une emprise de l’Homme sur les milieux montagnards du Massif Central oriental à partir de 5 400 ans cal. BP soit à compter de la charnière de l’Atlantique et du Subboréal (Argant & Cubizolle, 2005 ; Cubizolle et al., 2013). Pour cette époque, qui correspond au début du Néolithique final, l’activité humaine s’exprime par des défrichements limités et temporaires accompagnés de cultures et de pâturages (landnams). Cependant les indices continus d’anthropisation, qui sont très rares au-dessus de 1 300 m d’altitude avant l’Age du fer (Janssen & van Straten, 1982 ; Reille, 1989), surviennent plus de 3 000 ans plus tard qu’en Auvergne (5 800 ans cal. BC, Surmely et al., 2009 ; 5 800-5 600 ans cal. BC, Trément et al., 2005) et environ 2 000 ans plus tard que dans le Limousin (4 600-4 500 ans cal. BC, Miras et al., 2011) sans que l’on soit pour l’instant capables d’expliquer de tels écarts. C’est pourquoi nous nous sommes attachés au cours de ces quatre dernières années à étudier des séquences polliniques provenant de tourbières installées sur les surfaces sommitales des massifs granito-gneissiques du Massif Central oriental tout en poursuivant le travail sur les étages inférieurs, l’activité agro-pastorale sur la montagne étant étroitement liée à l’exploitation des versants dans le cadre d’une complémentarité des terroirs vraisemblablement fort ancienne (Fel, 1962 ; Cubizolle, 1997).

Fig. 1 : Principales caractéristiques physiques du Massif central oriental et localisation des séquences polliniques étudiées dans l'article ou citées dans le texte.

Fig. 1 : Principales caractéristiques physiques du Massif central oriental et localisation des séquences polliniques étudiées dans l'article ou citées dans le texte.

1/ terrains granitiques, 2/ terrains métamorphiques (gneiss, anatexites, micaschistes), 3/ terrains basaltiques, 4/ tufs volcaniques dévoniens et carbonifères, 5/ terrains triasiques et liasiques, 6/ terrains sédimentaires du Cénozoïque, 7/ failles principales. Les étoiles signalent la position des trois séquences étudiées dans cet article. Les polygones signalent la position de sites dont il est fait référence dans le texte

2 - Cadre géographique régional et sites étudiés

9Les sites étudiés se situent dans les Bois Noirs et les Monts du Forez, des massifs plutoniques et métamorphiques de l’est du Massif Central dont les altitudes culminent respectivement à 1 287 m et 1 634 m (fig. 1). D’un point de vue géomorphologique, l’essentiel des formations superficielles et des modelés sont des héritages périglaciaires du Würm, plus ou moins remaniés par la morphogenèse postglaciaire. Seules les plus hautes surfaces des Monts du Forez au-dessus de 1 350 m d’altitude présentent quelques formations morainiques et des modelés glaciaires généralement peu marqués dans la topographie ce qui est le cas notamment dans le secteur de la tourbière de Gourgon concernée par cette étude (fig. 1) (Etlicher, 1986, 2005 ; Etlicher et al., 1987).

10Le climat actuel, à dominante océanique, est fortement influencé par le contexte montagnard, ce qui se traduit notamment par l’importance croissante de la part de la neige dans les précipitations hivernales au-dessus de 800 m d’altitude. Il montre par ailleurs des tendances continentales à l’est et dans les bassins intramontagnards ce qui s’exprime par des précipitations estivales jusqu’à deux fois supérieures à celles de l’hiver. Les hauteurs d’eau annuelles varient ainsi de 600 mm dans certains bassins orientaux à 1 600 mm sur les plus hautes terres (Cubizolle, 1997, 2005). Les températures moyennes annuelles quant à elles se placent autour de 10°C dans les bassins mais s’abaissent jusqu’à 3°C à Pierre-sur-Haute (Suchel, 1990).

2.1 - La Tourbière de l’étui dans les bois noirs (45°56’05.01’’N, 3°42’41.27’’E ; alt. 1 151 m)

11La tourbière de la haute vallée de l'Etui, affluent de la Besbre (bassin de la Loire), est située en tête de réseau hydrographique, au cœur d'une vaste sapinière acidophile à Abies alba et Vaccinium myrtillus, à 1 151 m d’altitude dans les Bois Noirs, sous les plus hauts sommets qui culminent à 1 287 m au Montoncel (fig. 1). La tourbière, qui couvre 3 ha d’un fond de vallon, se compose d’une partie bombée et d’une dépression périphérique, le lagg. La végétation est typique des tourbières ombrotrophes et bombées (Thébaud et al., 2003). L’épaisseur maximale de tourbe est de 572 cm ; elle se place dans la zone centrale où a été obtenue, lors de précédents prélèvements, la date la plus ancienne dans la tourbe à 5 350 ± 60 BP soit 6280-5993 ans cal. BP (Ly-12337) (tab. 1). La carotte retenue pour la palynologie provient aussi du bombement et elle est longue de 590 cm. Toutefois l’épaisseur de tourbe n’atteint ici que 529 cm (fig. 2A). La topographie du terrain sur lequel repose la tourbe est en effet très irrégulière du fait du fluage des arènes remaniées à blocs sous-jacentes.

2.2 - La Tourbière de Corniche-en-Cœur dans les Monts du Forez (45°39’05.95’’N, 3°48’56.40’’E ; alt. 1 553 m)

12Cette tourbière d’environ 3 000 m² est installée dans un cirque de névé creusé sur le flanc est du massif de Pierre-sur-Haute, à 1 553 m d’altitude, au cœur de la lande suprasylvatique à alchémille des rochers (Alchemilla saxatilis) et à airelle des marais (Vaccinium uliginosum) (Thébaud, 1990) (fig. 1). Elle se situe ainsi au cœur de l’étage subalpin inférieur qui est historiquement un espace d’estives voué principalement aux pâturages (Fel, 1962 ; Damon, 1972 ; Cubizolle, 1997). En 2012 la tourbière est à 900 m à vol d’oiseau de la lisière de la hêtraie-sapinière et 220 m plus haut en altitude. La tourbière se compose de deux entités phytosociologiques, une dualité qui s’exprime clairement dans la topographie : à l’amont un petit bombement ombrotrophe à Sphagnum sp. et Calluna vulgaris épais au maximum de 163 cm ; pour le reste une tourbière basse minérotrophe largement dominée par Eriophorum vaginatum et épaisse au maximum de 105 cm de tourbe. L’âge des couches basales les plus anciennes est de 3 850 ± 35 BP soit 4 407 - 4 155 ans cal. BP (Ly-14863) à -103 cm pour la tourbière basse et à 7 130 ± 40 BP soit 8 020 -7 865 ans cal. BP (Ly-6765(GrA)) à -161/-162 cm pour le petit bombement d’où ont été extraites les deux carottes analysées (tab. 1). Elles sont épaisses de 152 cm, les deux derniers centimètres montrant les faciès organo-minéraux sous-jacents (fig. 2B). L’abondance des blocs de la formation morainique sur laquelle repose la tourbe n’a pas permis d’atteindre les 163 cm de profondeur comme lors de la phase exploratoire qui avait conduit aux premières datations des couches basales. Néanmoins les stratigraphies sont très similaires avec seulement quelques décalages d’ordre centimétrique dans les changements de faciès. Par ailleurs la date obtenue à -150 cm dans la couche basale de tourbe de l’une des deux carottes destinées aux analyses polliniques et de macrorestes est cohérente avec celle provenant de l’échantillon à -161/-162 cm puisqu’un peu plus jeune avec un âge de 6 425 ± 45 BP soit 7 425-7 271 ans cal. BP (Ly-8243(SacA 25242), tab. 1).

Fig. 2 : Stratigraphie des séquences étudiées et modèles âge/profondeur qui leur ont été appliqués.

Fig. 2 : Stratigraphie des séquences étudiées et modèles âge/profondeur qui leur ont été appliqués.

Tourbieres de A/ l'Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m), B/ Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m), C/ Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 370 m).1/ tourbe décomposée, 2/ tourbe fibrique, 3/ tourbe mésique, 4/ tourbe saprique, 5/ facies sableux, 6/ facies sablo-graveleux riche en matière organique.

2.3 - La Tourbière de Gourgon dans les Monts du Forez (45°36’31.62’’N, 3°52’59.7’’5E ; alt. 1367 m)

13La tourbière étudiée appartient à un vaste système tourbeux couvrant 88 hectares du bassin versant du ruisseau de Chorsin, sur les hautes terres orientales des Monts du Forez centraux (fig. 1) (Porteret, 2008). Toutes ces tourbières sont incluses dans les estives encore pâturées en ce début du xxie siècle. Les secteurs boisés alentour correspondent, d’une part, aux plantations d’épicéas (Picea abies) effectuées dans les années 1970 et 1980 et, d’autre part, aux boulaies à Betula pubescens et/ou Betula pendula qui ont reconquis certaines zones hydromorphes depuis les années 1950, très vraisemblablement du fait de la chute de la pression pastorale (Porteret, 2008 ; Cubizolle et al., 2009). La tourbière d’où a été extraite la carotte, longue de 296 cm, est quant à elle dépourvue d’arbres à l’exception de quelques très rares jeunes plants de bouleau et de pin sylvestre (Pinus sylvestris). Elle est installée en tête de réseau hydrographique dans un fond de vallon en pente douce à modérée, de 3 % à 5 %. La végétation dominante est une association de Sphagnum sp. et d’Eriophorum vaginatum (linaigrette engaînée). Cette tourbière a été affectée par le pâturage mais aussi par un incendie survenu en 1983 et encore par un fossé de drainage qui la tranche du sud-sud-est au nord-nord-ouest. L’histosol est ainsi minéralisé sur les dix premiers centimètres (fig. 2C). Le point de carottage a été choisi sur la base de nombreuses datations réalisées sur l’ensemble du système tourbeux (Cubizolle, 2005 ; Cubizolle & Argant, 2006 ; Porteret, 2008). L’intérêt de cette tourbière est en effet l’ancienneté du démarrage de l’accumulation de tourbe qui est datée à 11 335-11 175 ans cal. BP (Ly-3900(GrA)) soit au début du Préboréal (tab. 1). La tourbe repose sur des sédiments sablo-graveleux très riches en matière organique datés à leur base à 13 359-13 095 ans cal. BP (Ly-3899(GrA)) soit du milieu de l’Allerød (tab. 1). Cette période-là n’a pas pu être étudiée faute d’une quantité suffisante de grains de pollen dans les huit derniers centimètres. Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cette séquence qui couvre le Dryas récent et l’Holocène, cas peu fréquent dans ce secteur géographique. En effet seules deux autres séquences provenant elles aussi des Monts du Forez couvrent la fin du Tardiglaciaire : la première est celle de Braveix étudiée par M. Reille et publiée par A.J. Francez en 1990 malheureusement sans datation par le radiocarbone ; la seconde est celle du Gourd-des-Aillères accompagnée de sept dates 14C (Janssen, 1990) dont deux pour le Tardiglaciaire (fig. 1).

Tab. 1 : Liste des datations radiocarbone effectuées pour les besoins de cette étude.

Tab. 1 : Liste des datations radiocarbone effectuées pour les besoins de cette étude.

3 - Méthodologie

3.1 - Méthodes de terrain

14L’extraction des carottes destinées aux analyses paléoécologiques a été précédée d’un travail de restitution des contextes topographiques, géomorphologiques, hydrologiques et stratigraphiques (Cubizolle, 2009). Les levés ont été réalisés au moyen d’une station totale Leica 403 L couplée à un GPS Trimble GéoXT. Ces tourbières ayant été au cœur d’un travail de datation du démarrage de la turfigenèse par le radiocarbone, elles ont fait l’objet de très nombreux profils topo-stratigraphiques et de carottages (Cubizolle, 2005 ; Porteret, 2008). Concernant la sélection des échantillons de tourbe basale et le travail de datation de ces faciès, nous renvoyons le lecteur aux mises au point déjà publiées (Cubizolle et al., 2007 ; Cubizolle et al., 2012). Les sondages à la barre métallique graduée menés parallèlement aux levés topographiques ont permis d’estimer les épaisseurs d’histosol le long des profils. Les stratigraphies ont été décrites à partir des carottes extraites au carottier manuel russe (diamètre 55 mm, longueur 600 mm), en utilisant le code Munsell pour l’estimation des couleurs et le test de von Post pour aider à la détermination du type de tourbe et à l’appréciation de son degré de décomposition (Payette & Rochefort, 2001). C’est à l’issue de ce travail de restitution des stratigraphies qu’ont été extraites les carottes sur lesquelles ont porté les analyses polliniques et des macrorestes. A noter que nous n’avons sélectionné que des carottes comportant à la fois la séquence tourbeuse et au moins quelques centimètres des faciès organo-minéraux sous-jacents qui matérialisent la transition vers les formations superficielles. Lorsque deux carottages ont été nécessaires ils ont alors été espacés d'environ 30 cm.

3.2 - Palynologie

15Quelle que soit la nature du sédiment traité, tourbe ou faciès organo-minéral, l’extraction des grains de pollen a été systématiquement réalisée par la méthode de concentration en liqueur dense (d = 2) décrite par Argant (1990). Les concentrations en pollen, obtenues par la méthode volumétrique, ont été généralement suffisantes pour compter un minimum de 300 grains de pollen et de spores par lame de 22 x 32 mm. Seule la tourbe à sphaignes très fibrique de la tourbière de l’Etui dans les Bois Noirs a posé quelques problèmes à certains niveaux, d'où la présence de petites lacunes sur le diagramme pollinique. Le protocole d’échantillonnage a été le suivant : un prélèvement tous les 3 cm en moyenne, resserré à 2 cm pour certains niveaux qui montraient des changements intéressants ou des suspicions de hiatus. La séquence de Corniche-en-Cœur a bénéficié d’une plus haute résolution avec un échantillonnage le plus souvent tous les 2 cm resserré à 1 cm dans les faciès correspondant à l’arrivée théorique des premières communautés d’agro-pasteurs. Les calculs des pourcentages de pollen sont basés sur la somme des grains de pollen arboréens (AP) et non arboréens (NAP). Nous avons exclu les spores de Sphagnum mais pas celles de fougères qui sont d’ailleurs très peu nombreuses. A noter que les grains de pollen à ballonnets fragmentés sont comptés pour un demi-grain et les amas de grains d’un même taxon pour un grain. Pour la construction des diagrammes polliniques on a utilisé le logiciel Tilia (Grimm, 1991). Les zones locales d’assemblage pollinique ont été établies au moyen du programme CONISS (Grimm, 1987) et sur la base de la connaissance acquise des données régionales. Les limites des chronozones utilisées sont donc celles de l’Europe de l’Ouest adaptées de Argant & Cubizolle (2005) et de Cubizolle et al. (2013). Elles sont résumées dans le tableau 2.

3.3 - Macrorestes végétaux

16L’analyse des macrorestes végétaux n’a porté que sur le site de Corniche-en-Cœur dans les Monts du Forez. Les datations par le radiocarbone ont permis de confirmer la similitude des stratigraphies observées sur le terrain des différents carottages. Le découpage a été réalisé tous les 2 cm mais seul un échantillon sur deux a été analysé sauf pour certaines sections qui ont bénéficié d’une analyse à plus haute résolution, de façon à essayer de préciser certains changements. La préparation a débuté par la mesure du volume de chaque échantillon par déplacement du niveau d’eau dans un bécher. Les échantillons ont ensuite été plongés dans une solution à base de KOH à 5 % avant d’être portés à ébullition pendant deux à trois minutes afin de faciliter leur défloculation (Warner, 1988 ; Bhiry & Filion, 2001). Puis les échantillons ont été passés au tamis, une opération qui a permis de séparer les pièces à identifier selon leurs dimensions. L’analyse a porté uniquement sur les refus de tamis de 0,8 mm et de 0,425 mm dont on a mesuré les volumes et exprimé leurs valeurs en pourcentage par rapport au volume total de l’échantillon. On a procédé à l’identification des macrorestes placés dans une boîte de Pétri au moyen d’une loupe stéréoscopique avec un grossissement inférieur à 40X. Seules les feuilles de Bryophytes ont nécessité l’emploi d’un microscope avec un grossissement de 200-400X. L’identification des macrorestes a reposé sur les caractéristiques morphologiques des fragments et sur leur comparaison avec des atlas d’identification et des collections de références (Berggren, 1969 ; Grosse-Brauckmann, 1972, 1974 ; Montgomery, 1977 ; Crum & Anderson, 1981 ; Ireland, 1982 ; Levesque et al., 1988 ;Daniels & Eddy, 1990 ; Bastien & Garneau, 1997). Les résultats ont été exprimés en pourcentage par rapport au volume total de l’échantillon sauf pour les graines, les fragments de graines, de Cenococcum et de charbon, mais aussi les grains de sable. Les charbons comptés ont un diamètre compris entre 0,425 et 0,8 mm ; seuls quatre d’entre eux ont un diamètre supérieur à 0,8 mm. La terminologie des espèces de plantes provient de Marie-Victorin (1995) et de Crum et Anderson (1981). Le diagramme des macrorestes a été réalisé à l’aide du logiciel Palaeo Data Plotter. En complément, une perte au feu a été réalisée afin d’estimer la quantité de matière organique composant la tourbe (Heiri et al., 2001).

3.4 - Datations et chronologie

17La chronologie culturelle et historique qui nous a semblé la plus adaptée pour le Massif Central oriental est reprise de différents auteurs et présentée dans le tableau 3. Notons que ce sont les limites au sein du Néolithique qui sont les plus sujettes à des évolutions au fur et à mesure des progrès de la recherche.

18Les datations, principalement par AMS, ont porté soit sur des Sphagnum soit sur de la tourbe indifférenciée ou encore sur des éléments organiques pour les parties non tourbeuses. Le bois a été soigneusement éliminé de tous les échantillons. Toutes les dates figurant sur les diagrammes et les tableaux sont fournies avec une probabilité de 95,4 % soit 2σ et exprimées en années cal. BP. Rappelons qu’elles font aussi l’objet d’une présentation détaillée dans le tableau 1. Les datations ont été réalisées principalement par le Centre de Datation par le Radiocarbone de l’Université Claude Bernard (Lyon 1, France) en collaboration avec le Centre for Isotope Research de Groninguen (Pays-Bas) et le Laboratoire de Mesure du Carbone 14 (LMC14) de Saclay (France). Une seule datation provient de la Faculteit Natuur - en Sterrenkun, Universiteit Utrecht (Pays-Bas). Toutes les dates, tant celles obtenues par nos soins que celles collectées dans la bibliographie, ont été calibrées au moyen du programme OxCal 2013 v. 4.1.7 lequel utilise la courbe de calibration IntCal 2013 (Reimer et al., 2013). Enfin les courbes âge/profondeur ont été construites en utilisant le logiciel Clam (Blaauw, 2010) et l’outil statistique R (R Core Team, 2012) (fig. 2A,B,C).

Tab. 2 : Limites admises pour les chronozones du Tardiglaciaire et de l’Holocène (d'après Richard, 1999) (calibration IntCal13, Reimer et al., 2013).

Tab. 2 : Limites admises pour les chronozones du Tardiglaciaire et de l’Holocène (d'après Richard, 1999) (calibration IntCal13, Reimer et al., 2013).

Tab. 3 : Chronologie culturelle adaptée au Massif central oriental.

Tab. 3 : Chronologie culturelle adaptée au Massif central oriental.

4 - Résultats

4.1 - Analyses polliniques

4.1.1 - La tourbière de l'Etui (1 151 m)

19L’analyse donne une image détaillée de la végétation des Bois Noirs depuis le début de l'Atlantique récent (fig. 3 & tab. 4). La séquence est bien datée avec 11 dates par le radiocarbone pour une épaisseur de 572 cm soit en moyenne une date tous les 52 cm (tab. 3, fig. 2A). Le diagramme (fig. 1) fait apparaître des traces précoces de cultures de céréales qui se répètent, au Néolithique moyen et final, entre 6 000 et 5 000 ans cal. BP. En même temps de petites clairières sont ouvertes et vite reconquises par Betula après l'abandon des champs. Comme en Forez (Argant & Cubizolle, 2005), l'expansion de Fagus démarre brutalement à 4 590 ± 40 BP (env. 5 260 ans cal. BP), avec des taux atteignant rapidement 60 à 70 % de la somme pollinique totale. A partir de 350 cm de profondeur (fin de la ZPL ETU-b4), les courbes des arbres deviennent très irrégulières, coïncidant avec l'accentuation des IPA (Indices Pollinique d’Anthropisation). Ce critère a été choisi comme repère du début du Subatlantique, mais le calage chronologique obtenu, autour de 2 400 ans cal. BP, apparaît plus récent que celui généralement admis (tab. 2). Il peut exister un hiatus de sédimentation à ce niveau, ou bien la limite avec le Subboréal, toujours difficile à saisir, se situe un peu plus bas dans la stratigraphie. Il n'est pas possible de trancher entre ces deux hypothèses.

20Concernant les taxons "cultivés", les céréales sont perceptibles dès le Néolithique moyen. Aux xiie-xiiie siècles apparaissent le Cannabis, écho de champs éloignés, mais aussi Juglans tandis que Castanea n’est présent qu’à partir du xive siècle.

4.1.2 - La tourbière de Corniche-en-Cœur (1 553 m)

21Cette séquence est la mieux datée (fig. 4 & tab. 5) avec, d’une part, 11 dates sur la carotte utilisée pour les analyses polliniques, soit en moyenne une date tous les 14 cm environ, et, d’autre part, quatre dates sur la carotte utilisée pour l’étude des macrorestes, ce qui a permis de vérifier la bonne correspondance des deux séquences (tab. 3). A noter qu’il y a un problème d’inversion des dates à -63 cm et -51 cm. Toutefois les deux dates sont très proches et les intervalles de confiance se recoupent. Aussi pour l’établissement de la courbe âge/profondeur nous avons choisi d’exclure, de façon arbitraire, la date à -63 cm (fig. 2B). La tourbe qui commence à se former là aussi au début de l'Atlantique récent, enregistre bien l'évolution de la végétation jusqu'à l'époque contemporaine selon le schéma habituel en Forez (fig. 4 & tab. 5), mais avec quelques différences qui seront abordées plus loin (voir § 5.3) en même temps que l'anthropisation de ce milieu d'altitude. Les premières traces de défrichement net apparaissent entre -75 et -80 cm, vers 3 700 ans cal. BP, au Bronze ancien.

22Concernant les taxons "cultivés" on peut résumer l’apport de l’analyse de la façon suivante (fig. 4 & tab. 5) :

23- Présence des céréales à l’époque gallo-romaine ;

24- Apparition de Cannabis au haut Moyen Âge, écho de champs éloignés ;

25- Grains de pollen Juglans notés vers 4 200 ans cal. BP au Néolithique final, puis au Bronze moyen et final ; leur présence est régulière à partir du Ier siècle ap. J.-C. ;

26- Pour les périodes récentes on retrouve les céréales au xive siècle ap. J.-C. ; Cannabis et Juglans aux xiie-xiiie siècles et enfin Castanea au xive siècle.

Fig. 3 : Diagramme pollinique de la tourbière de l'Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).

Fig. 3 : Diagramme pollinique de la tourbière de l'Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).

Tab. 4 : Résultats et commentaires de l’analyse pollinique de la carotte de la tourbière de l’Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).

Tab. 4 : Résultats et commentaires de l’analyse pollinique de la carotte de la tourbière de l’Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).

Fig. 4 : Diagramme pollinique de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).

Fig. 4 : Diagramme pollinique de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).

4.1.3 - La tourbière de Gourgon (1 367 m)

27L'intérêt de ce site est de donner un aperçu de la fin du Tardiglaciaire en livrant une partie du Dryas récent (fig. 5 & tab. 6) caractérisé par sa végétation steppique. A noter que la base de la carotte, très minérale et datée à l’Allerød, n’a pas fourni suffisamment de pollen. L’analyse pollinique donne surtout une vue complète de l'évolution du milieu forestier après sa mise en place au Préboréal et au Boréal. La séquence est bien datée avec 11 dates pour une séquence de 296 cm soit en moyenne une date par le radiocarbone tous les 30 cm (tab. 1 ; fig. 5 & 2C). L'action anthropique y est décelable assez tôt, avec quelques grains de pollen de céréales vers 5 800 ans cal. BP au Néolithique moyen. Mais l'emprise sur le milieu se manifeste surtout par des défrichements ponctuels au cours du Subboréal, puis cultures et défrichements à partir du Bronze moyen, vers 3 500 ans cal. BP. Toutefois ces derniers millénaires sont peu documentés du fait d’une altération de la tourbe dans les 25 derniers centimètres, les 10 derniers ayant été plus fortement affectés par un incendie.

28Les taxons cultivés sont ici présents dès le Bronze ancien pour les céréales, au haut Moyen Age pour le Cannabis, au Bronze final (vers 3 000 ans cal. BP) pour Juglans et à l’époque moderne pour Castanea. L'indication de la présence précoce de Juglans doit toutefois être prise avec précaution ici en raison de la proximité de la surface et des signes d'altération mentionnés.

Tab. 5 :Tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m) : résultats et commentaires de l’analyse pollinique.

Tab. 5 :Tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m) : résultats et commentaires de l’analyse pollinique.

Fig. 5 : Diagramme pollinique de la tourbière de la Roche Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m).

Fig. 5 : Diagramme pollinique de la tourbière de la Roche Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m).

Tab. 6 :Tourbière de Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m) : résultats et commentaires de l'analyse pollinique.

Tab. 6 :Tourbière de Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m) : résultats et commentaires de l'analyse pollinique.

4.2 – L'analyse des macrorestes végétaux de Corniche-en-Cœur

29La végétation au début de l’accumulation de matière organique est dominée par les herbacées accompagnées de plusieurs espèces de mousses et de sphaignes, ce qui évoque des conditions globalement minérotrophes très humides à submergées (fig. 6 & tab. 7). De nombreux grains de sable sont présents dans cette partie basale de la carotte, ce qui évoque des apports en eau de ruissellement provenant du versant en pente forte qui domine le fond du cirque de névé. A partir de -123 cm, on note la présence ponctuelle de charbons avant que ceux-ci ne soient récurrents de -115 cm jusqu’à la surface. Quatre feux majeurs sont identifiés : -79 cm, -55 cm, -35 cm et -18 cm (fig. 6). La végétation se diversifie entre -71 cm et -31 cm, marquée par le développement et la domination du couvert végétal par les mousses et les sphaignes accompagnées d’herbacées et de Cyperaceae (fig. 6 & tab. 7). La partie sommitale de la carotte, dont le début est daté à 1 989-1 830 ans cal. B.P. sur la carotte destinée à l’analyse palynologique, est caractérisée, d’une part, par une mauvaise conservation des macrorestes végétaux attestée par une baisse de la matière organique concomitante à une hausse du nombre de charbons, des grains de sable et des cenococcums et, d’autre part, à une modification importante du couvert végétal marquée par la raréfaction des bryophytes et de la domination des herbacées (fig. 6 & tab. 7).

Tab. 7 : Tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m) : résultats et commentaires de l’analyse des macrorestes.

Tab. 7 : Tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m) : résultats et commentaires de l’analyse des macrorestes.

Fig. 6 : Diagramme présentant les résultats des analyses des macrorestes de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).

Fig. 6 : Diagramme présentant les résultats des analyses des macrorestes de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).

1/ Tourbe mesique, 2/ Tourbe saprique, 3/ Tourbe fibrique, 4/ Sables

5 - évolution de la végétation dans le massif central oriental depuis le tardiglaciaire

30Grâce à la richesse de leurs spectres polliniques, aux compléments apportés par l’analyse des macrorestes végétaux sur Corniche-en-Cœur et à des analyses à haute résolution, ces trois nouvelles séquences nous permettent de faire évoluer la synthèse détaillée publiée par Argant et Cubizolle en 2005. Nous apportons ainsi quelques informations sur la fin du Tardiglaciaire local et surtout nous améliorons sensiblement notre connaissance sur la dynamique de la végétation holocène du Massif Central oriental et le rôle dévolu aux activités humaines dans les changements observés.

5.1 - Dynamique de la végétation : compléments et rappel des principaux traits décrits par Argant et Cubizolle (2005)

5.1.1 - Le Tardiglaciaire et le début de l’Holocène

31Le Tardiglaciaire et le début de l'Holocène sont rarement représentés dans les tourbières du Massif Central oriental granitique. Ainsi en est-il également plus au nord, dans le Morvan (fig. 1), où sur 11 tourbières étudiées aucune n’a fourni de données sur le Dryas récent et une seule est datée du Préboréal (Jouffroy-Bapicot, 2010). Dans notre secteur, la charnière Tardiglaciaire / Holocène apparaît nettement dans les sédiments minéraux sur lesquels repose la tourbe de la Roche Gourgon (fig. 5 & 7, ZPL GOUR-a). Il s'agit de la phase de refroidissement du Dryas récent qui se signale en particulier par de forts taux d'Artemisia et de Poaceae, tandis que les arbres, réduits à Pinus et Betula, représentent ensemble seulement 10 à 15 % de la somme pollinique. Les grains de pollen de feuillus qui se manifestent en même temps (Quercus, Corylus, Tilia) dans les dépôts limono-sableux à sablo-graveleux de la base de la carotte analysée pourraient venir de sédiments remaniés issus des moraines abandonnées par les glaciers würmiens (Etlicher, 1990). Cela supposerait l'existence, à l'origine, de dépôts pléistocènes anciens (Eémien ?) aujourd'hui totalement érodés. Une pollution par du matériel issu de la tourbe sus-jacente peut être aussi invoquée, mais paraît difficile à expliquer. On ne retrouve pas à Gourgon la bipartition classiquement observée en Europe du nord-ouest pour le Dryas récent (Isarin, 1997) lequel apparaît ici uniformément très froid et humide. Le caractère hydromorphe du site est bien marqué dans toute cette biozone avec des taux de Cyperaceae les plus importants de toute la séquence. Selon le modèle classique, il manquerait la phase la plus clémente et la moins humide supposant alors à Gourgon un hiatus dans les sédiments vers 275 cm, c'est-à-dire juste avant que la tourbe ne démarre.

32D'autres tourbières, situées dans le même secteur entre 1 340 et 1 370 m, apportent des informations similaires. Il en est ainsi des spectres polliniques décrits par Janssen (1990) dans la palynozone D du Gourd des Aillères, tourbière qui se trouve à 5,8 km à vol d’oiseau, au nord-nord-ouest de Gourgon, pratiquement à la même altitude (1 340 m) (fig. 1). La fin du Tardiglaciaire y est mieux représentée qu’à Gourgon mais la simplification du diagramme et la rareté des calages chronologiques – un niveau de téphra issu de la Nugère dans la chaîne des Puys et daté entre 11 400 ± 100 BP (13 078 - 13432 ans cal. BP) et 11 490 ± 30 BP (13 268 - 13 418 ans cal. BP) – limitent la comparaison. Dans la séquence de la tourbière de Braveix située à 1 370 m d’altitude et à 2,1 km au sud-est de celle de Gourgon (fig. 1), M. Reille (Francez, 1990) met en évidence le Dryas récent sur la base des mêmes critères polliniques mais aucune datation par le radiocarbone ne vient malheureusement appuyer l’argumentation.

Fig. 7 : Résultats simplifiés de l'analyse pollinique des tourbières de l'Etui, de la Roche Gourgon et Corniche-en-Coeur : évolution de la végétation depuis le Dryas récent.

Fig. 7 : Résultats simplifiés de l'analyse pollinique des tourbières de l'Etui, de la Roche Gourgon et Corniche-en-Coeur : évolution de la végétation depuis le Dryas récent.

5.1.2 - Le Préboréal et le Boréal

33D’un point de vue sédimentologique et pédologique l’avènement du Préboréal à Gourgon est signalé par la mise en place de l’histosol. Le démarrage de l’accumulation de tourbe se matérialise par un faciès saprique épais de 5 cm (-271 cm / -276 cm), riche en sable et en petits graviers. Les âges radiocarbone montrent qu’il se développe autour de 11 335 - 11 175 ans cal. BP, c'est-à-dire au milieu du Préboréal, ce qui fait de cette tourbière l’une des plus anciennes du Massif Central oriental granitique avec celles de la Chaulme et de Molhiac situées plus au sud des Monts du Forez (Cubizolle, 2005 ; Cubizolle et al., 2012). La mise en place de l’histosol de Gourgon ne peut pas s’expliquer par une contrainte hydro-géomorphologique locale forte puisque le fond de vallon qui l’accueille ne présente aucune spécificité topographique (contrepente) et géomorphologique (barrage morainique) susceptible d’avoir gêné l’écoulement des eaux. L’hypothèse d’une intervention humaine étant exclue pour des périodes aussi anciennes, le démarrage de l’accumulation de tourbe suppose un changement climatique notable qui serait à l’origine du basculement des bilans hydriques de négatifs à nuls voire positifs. Aussi, et bien que cet intervalle 11 335 - 11 175 ans cal. BP ne corresponde pas à une période de hauts niveaux lacustres de la chronologie hydro-climatique de Magny (2004), on peut envisager une augmentation significative des précipitations qui ne se serait pas accompagnée d’une hausse proportionnelle de l’évapotranspiration, les températures de ce début de l’Holocène ne connaissant pas d’augmentation suffisante pour compenser les entrées d’eau dans le système. La nappe a pu se relever et se maintenir en surface ou près de la surface toute l’année, permettant ainsi le démarrage de la turfigenèse. Quant à la hausse des températures qui se manifeste notamment à travers le développement de Betula et de Pinus surtout, au détriment des Poaceae et d'Artemisia dont les taux s'effondrent rapidement, si elle fut insuffisante pour compenser la hausse de la pluviométrie elle a permis l’augmentation significative de la production de biomasse, un autre facteur fondamental de la dynamique turfigène. Rappelons en effet qu’en moyenne seulement 10 à 20 % de la biomasse initiale se transforme en tourbe. Finalement, dans des contextes géomorphologiques peu contraignants comme celui de Gourgon, le démarrage de la turfigenèse est un bon marqueur des changements climatiques, particulièrement aux moyennes et hautes latitudes où la mise en place des tourbières accompagne l’avènement du Postglaciaire (Campbell et al., 2000 ; Kremenetski et al., 2003 ; MacDonald et al., 2006 ; Gorham et al., 2007 ; Korhola et al., 2010 ; Weckström et al., 2010 ; Cubizolle et al., 2012).

34D’un point de vue bioclimatique, l’expansion Corylus, qui se place juste au-dessus du niveau daté à 10 357 ± 138 ans cal. BP sur la figure 5, est relativement brutale à Gourgon. Sa très rapide expansion caractérise le début du Boréal et accompagne l'essor de Quercus et Ulmus, marquant ainsi nettement le réchauffement postglaciaire. Le couvert forestier s'étend pour atteindre son optimum vers 8 900 ans cal. BP au début de l'Atlantique, et s'enrichit alors de Tilia puis un peu plus tard de Fraxinus.

5.1.3 - L'Holocène moyen et récent, de l'Atlantique au Subatlantique dans les Monts du Forez (F), les Bois Noirs (BN) et la Madeleine (M) (F-BN-M)

35Nous avons confronté les données fournies par cette étude avec celles collectées lors de précédents travaux (Argant & Cubizolle, 2005). Cela nous amène à la mise en évidence de quelques grands traits de l’évolution de la végétation :

36- Dans la première moitié de l'Atlantique, Quercus s'installe solidement en même temps qu'Ulmus et surtout Tilia dont les taux atteignent souvent de 15 à 20 %, tandis que Corylus continue à jouer un rôle important en dominant largement le chêne sur tous les sites. Fraxinus et Alnus sont présents mais leur développement reste discret.

37- L'arrivée très progressive de Fagus se signale par des grains de pollen isolés (taux < 1 %) pendant tout l'Atlantique. Puis cet arbre atteint rapidement des taux de 40 à 70 % selon les sites, marquant nettement son extension massive, suivi un peu plus tard par Abies. La figure 8 présente (en vert) les courbes de calibration des dates les plus fiables connues pour l'arrivée de Fagus, des Monts du Forez aux Monts de la Madeleine. Au-delà des incertitudes liées à la datation radiocarbone proprement dite, elle fait apparaître la difficulté à caractériser le plus justement possible l'événement daté quand il s'agit d'une dynamique de végétation. Les échantillons choisis correspondent le plus souvent à une période transitoire entre le début de l'installation de l'arbre dans la région et l'optimum de son extension, sans qu'il soit possible d'être plus précis. C'est notamment le cas à la Verrerie, à Gourgon, à Corniche-en-Cœur, où l'optimum représenté par des taux de 40 à 60 %, qui sont atteints rapidement, se situe un peu plus tard comme l'indiquent les flèches (fig. 8). Cet ajustement qui s'appuie sur l'observation du diagramme n'est pas possible avec toutes les données publiées antérieurement, car la position précise des échantillons datés n'est généralement pas contrôlable (cas de la Pigne, Gourd des Aillères, Plateau des Egaux, Colleigne, Petit Char). Compte tenu de cela, les résultats obtenus pour cet ensemble montrent malgré tout une bonne homogénéité des dates : à l'échelle de la région considérée (F-BN-M) la mise en place de Fagus s'étale sur environ 600 ans, entre 5 800 et 5 200 ans cal. BP, du début de sa courbe continue à son expansion maximum. Ceci constitue donc, vers 4 700 BP, un repère chronologique très fiable, marquant le début du Subboréal. Les dates récemment acquises pour le plateau des Millevaches (Miras et al., 2011) plus tardives, illustrent la progression vers l'ouest de cet arbre qui n'atteint la basse vallée de la Loire, la Mayenne, et la côte Atlantique (Gironde, Charente maritime) que vers 3 900 ans cal. BP (Marambat, 1992 ; Barbier, 1999 ; Cyprien, 2002 ; Ouguerram, 2002). Enfin, le Massif du Pilat, le plus à l’est du Massif Central, entre Loire et Rhône, se distingue lui aussi, par des pourcentages beaucoup plus faibles de Fagus et son arrivée plus précoce à la tourbière de Gimel (Saint-Genest-Malifaux, Latour-Argant et Argant, inédit).

38- Le seuil de 10 % choisi pour caractériser l'implantation solide d'Abies, est atteint dans tous les cas entre 4 000 et 4 500 ans cal. BP, en décalage de l'ordre d'un millier d'années par rapport à Fagus. On peut supposer que la progression d'Abies se déroule donc également de façon synchrone dans les différents lieux. Mais l'allure de sa courbe varie beaucoup d'un site à l'autre et par la suite, la réussite de cet arbre semble souvent favorisée par les actions de défrichage aux dépens de Fagus, comme c'est le cas pendant le Subatlantique à l'Etui en particulier (fig. 3).

39- Il faut enfin remarquer que partout la courbe continue de Calluna suit fidèlement l'installation de Fagus au Subboréal et que ses pointes coïncident presque toujours avec les phases de défrichement ou d'extension des cultures et pâturages. C'est le cas notamment à l'Etui (ETU-b2,c1,c4,c5), à Corniche-en-Cœur (COR-b1,b4,b6,c1,c2) et à Gourgon (GOU-f). Elle se développe de façon durable sur ces deux derniers sites au Subatlantique (avec des taux ≥ 20 %), traduisant leur assèchement superficiel, et donnant une lande qui commence par ailleurs à se boiser en pins et en bouleaux.

Fig. 8 : Comparaison des dates d'arrivée et/ou d'expansion de Fagus dans l'ensemble Forez - Bois Noirs - Madeleine, Pilat et Plateau de Millevaches.

Fig. 8 : Comparaison des dates d'arrivée et/ou d'expansion de Fagus dans l'ensemble Forez - Bois Noirs - Madeleine, Pilat et Plateau de Millevaches.

1-2-3/ Miras et al. (2011), 4-5/ Argant & Cubizolle (2005), 6-7/ cette étude, 8/ Lavoie, inédit; 9-11-12/ Janssen (1990), 10/ Janssen & van Straten (1982), 13‑14/ Latour-Argant & Argant, inédit. La zone grisée met en évidence la relative homogénéité des dates d'arrivée et d'expansion de Fagus dans l'ensemble Forez - Bois Noirs - Madeleine. Courbes, selon la profondeur, du développement de Fagus pour les sites ou ces données sont accessibles.

5.2 - L'anthropisation

40Cette question peut être abordée à la lumière des données des trois tourbières détaillées précédemment, ajoutées à celles de huit sites déjà étudiés dans ce secteur (Argant & Cubizolle, 2005). La figure 9 visualise donc les principaux événements polliniques traduisant l'action de l'homme perceptible dans onze tourbières. Les sites y sont ordonnés suivant les dates d'apparition des premiers grains de pollen de céréales, classées de la plus ancienne à la plus récente.

41Les défrichements sont les premières traces tangibles de l'action anthropique dans ces massifs, entre 1 000 et 1 600 m d'altitude. Ils se manifestent pour les plus anciens à la charnière du Néolithique moyen (vers 5 700 ans cal. BP) et du Néolithique final (vers 5 000 ans cal. BP), par des chutes ponctuelles et d'amplitude variable du pourcentage de pollen d'arbres, suivies de croissance temporaire d'arbres héliophiles (Betula, Salix, Pinus) et des herbacées. Les premières apparitions de grains de pollen de céréales se placent également, dans 6 cas sur 11, à la fin du Néolithique moyen et au début du Néolithique final. Elles indiquent des prises de terre limitées, sans conséquences profondes et durables sur le milieu. Ces indices de mise en place d’un système agro-pastoral se corrèlent assez bien avec le corpus de données archéologiques qui est malheureusement peu publié et ne concerne que principalement les plaines alentour. Ainsi l’habitat le plus ancien ayant fait l’objet d’une publication scientifique est localisé dans le bassin du Forez et il est daté autour de 5 700 ans cal. BP (Georges, 2007). Dans ce même secteur géographique, de nombreuses preuves archéologiques d’occupation du Néolithique moyen et final ont été découvertes ces dernières années, notamment dans le cadre de l’archéologie préventive. Elles sont particulièrement abondantes pour le Néolithique final (F. Delrieu, Service Régional de l´Archéologie, DRAC Rhône-Alpes, France, communication orale).

42Pour revenir à la montagne, les indices polliniques d’anthropisation repérés dans le cadre de notre étude sont plus anciens que ceux datés (1) par Janssen & Van Straten (1982) qui les calent chronologiquement à 2 728-2 151 ans cal. BP (tourbière des Egaux, Monts du Forez, alt. 1 405 m) et à 2 680-2 180 ans cal. BP (tourbière de la Loge de la Morte, Monts du Forez, alt. 1275 m), soit à l’Age du fer, et (2) dans les Monts du Forez par Janssen (1990) qui place autour de 2 500 BP (calibration impossible en l’absence de l’intervalle de confiance) les premiers impacts décelables par la palynologie de l’activité de l’Homme avec notamment les premiers grains de pollen de céréales à 2 260 BP (calibration impossible en l’absence de l’intervalle de confiance). Ils sont également un peu plus anciens que ceux repérés par Jouffroy-Bapicot (2010) dans le Morvan où ils surviennent entre le ve et le iiie millénaire avant J.-C. A noter que les indices polliniques ont été ici couplés à l’observation des ascopores de champignons coprophiles pour mettre en exergue la présence de bétail dès le Néolithique.

43En revanche ils sont incontestablement plus tardifs que ceux mis en évidence dans d’autres régions du Massif Central :

44- Autour de 6 800 ans cal. BP dans le sud du massif du Cantal (Surmely et al., 2009) ;

45- Entre 6 800 et 6 600 ans cal. BP en plaine dans la Limagne clermontoise (Trément et al., 2005) ;

46- Vers 6 600-6 500 ans cal. BP dans le Limousin (Miras et al., 2011).

47Ces landnams cessent au moment de l'arrivée de Fagus et ne reprennent en général qu'au Subatlantique, mais ces premières occupations marquent le plus souvent le début d'interventions récurrentes de défrichages pendant le Subboréal, avec quelques temps forts inégalement répartis dans le temps et dans l'espace. Tout comme la chênaie, la hêtraie et la sapinière font l'objet de coupes plus ou moins sévères dont certaines sont bien repérables, par exemple au début du Néolithique final (Quercus), au début du Bronze ancien et à la Tène (Fagus et Abies) à l'Etui, au Bronze ancien et final à Corniche-en-Cœur (Fagus). Une seule tourbière, la Prenarde-Pifoy dans les Monts du Forez (fig. 1) enregistre la première manifestation de céréales à l'Age du bronze final, vers 3 200 ans cal. BP (Cubizolle et al., 2013). Dans quatre autres tourbières les céréales n'apparaissent que vers 2 500 ans cal. BP, à l'Age du fer (du Halstatt à La Tène suivant les lieux), au début du Subatlantique (Cubizolle et al., 2013).

48Le début de la progression constante et simultanée des défrichements et des activités agro-pastorales conduisant à une ouverture sensible du paysage, se manifeste à des dates variables : dès le Bronze final à Gourgon et à la charnière Bronze final/Halstatt à la Verrerie mais beaucoup plus tardivement ailleurs et jusqu’au haut Moyen Age à l’Etui, moment à partir duquel tous les sites d'altitude sont occupés. Cependant, et bien qu'elle soit nette, l'anthropisation de ces milieux de montagne n'atteint jamais le degré qui peut être mis en évidence dans les sites de plaine (Argant & López-Sáez, 2004) et, globalement, la couverture forestière reste importante à l'étage montagnard jusqu'au début de l'Age du fer.

49Outre les céréales, les taxons de plantes cultivées sont essentiellement représentés par le chanvre, Cannabis, et par deux arbres : Juglans et Castanea. Aux xiie-xiiie siècles, le chanvre apparaît nettement à l’Etui, mais il n’est vraisemblablement que l’écho de champs éloignés de la tourbière. Les dates d’apparition du noyer mesurées ou estimées varient beaucoup d’un site à l’autre ; à l’Etui il est contemporain du chanvre. A Gourgon, son pollen apparaît à partir de 3 500 ans cal. BP – au Bronze moyen – mais cette date est à prendre avec réserve en raison de la faible profondeur de l'échantillon et de signes d'altération de la tourbe. Il est enfin noté sporadiquement plus tôt encore, à partir de 4 500 ans cal. BP environ, à Corniche-en-Cœur. Ces observations très tôt dans les diagrammes de pollen de Juglans rejoignent celles réalisées sur des séquences provenant de l’ouest de la France (Barbier, 1999 ; Cyprien, 2002) et du Lac de Constance (Jouffroy-Bapicot, 2010). La courbe continue ne commence par contre qu’à partir de 1 910 ans cal. BP environ, c’est-à-dire à la période gallo-romaine qui peut être retenue comme point de départ de sa culture dans le secteur étudié. Quant à Castanea son pollen est beaucoup plus rare, et sa présence n’est attestée que tardivement, principalement à l’Etui à partir du xive siècle.

50Parallèlement aux cultures, les indices du développement de prairies se manifestent régulièrement avec une progression plus ou moins importante du cortège Poaceae – Plantago Rumex. On doit remarquer la performance souvent limitée des Poaceae, conséquence du pâturage qui empêche la plante d’arriver au stade de la floraison. La lande à callune envahit les plus hautes terres au-dessus de 1 350 m à Gourgon et à Corniche-en-Cœur.

51A quels habitats ces indices d’activité anthropiques relevés entre 1 000 et 1 600 m d’altitude se rattachent-ils ? Les prospections archéologiques, difficiles dans les forêts actuelles qui recouvrent les versants montagneux, ainsi que le dépouillement de la bibliographie archéologique (Fassion et al. 2011) et les opérations archéologiques de la dernière décennie (Cubizolle 2005 ; Georges, 2007) apportent quelques éléments de réponse par la mise au jour de nombreux sites protohistoriques et romains dans les vallées de la Loire et de la Dore et de leurs piémonts ainsi qu’à l’étage altitudinal supérieur. L’exploitation des forêts des étages collinéen et montagnard par ces populations a été sans doute nécessaire pour satisfaire des besoins en ressources complémentaires ou absentes en plaine, comme par exemple les espaces pâturés, le bois d’œuvre ou le combustible. Fait rare, la preuve précise d’une exploitation forestière est donnée par le site des Dérompés à Néronde (Loire), installé sur un plateau vers 480 m d’altitude NGF dans les piémonts occidentaux des Monts du Lyonnais, en rive droite de la Loire. La fouille y a mis en évidence une zone de chablis contenant quantité de nodules rubéfiés, de charbons de bois de chêne et d’un peu de hêtre, datés de l’Halsatt vers 2 300 ans cal. BP par radiocarbone et par le mobilier céramique (Argant et al., 2010). Sans écarter un déracinement des arbres par une violente tempête, les archéologues constatent l'exploitation du bois et n'excluent pas un défrichage volontaire. Sur ce même site un chablis comparable est associé à du matériel antique, attestant de la pérennité des exploitations en ce lieu. Dans le sud des Monts du Forez, sur les communes de Saint-Jean-d’Aubrigoux, de Craponne-sur-Arzon et d’Apinac, trois ateliers d’extraction à chaud de la poix ont été découverts (Fassion et al,. 2011). Seul l’un d’entre eux a été fouillé mais il a fourni du mobilier attestant une occupation du site aux ier et iie siècle après J.-C.

Fig. 9 : Action anthropique : chronologie des indices relevés dans 11 tourbières du Massif central oriental.

Fig. 9 : Action anthropique : chronologie des indices relevés dans 11 tourbières du Massif central oriental.

5.3 - La question du rôle des sociétés humaines dans l’évolution des landes suprasylvatiques

52Cette problématique ne peut être abordée qu’au travers des analyses de grains de pollen et de macrorestes végétaux menées sur les carottes de la tourbière de Corniche-en-Cœur, la seule qui, au sein de l’étage subalpin inférieur à 1 553 m d’altitude, couvre une période suffisamment longue – environ 7 500 ans – pour espérer pouvoir saisir les conséquences éventuelles de la mise en place de l’agro-pastoralisme. Ces landes supra-sylvatiques se situent en effet au-dessus de l'habitat permanent. Le système traditionnel d’exploitation était un système dit « de petite montagne » car les faibles distances entre les villages et les estives permettaient des déplacements journaliers (Fel, 1962 ; Damon, 1972 ; Couhert, 1990). Aussi une partie seulement des habitants du village, les femmes et les enfants principalement, restaient à demeure l’été sur ces hautes terres, gardant le bétail sur les pâturages et habitant les "jasseries" – ou jas –, des habitations saisonnières construites près des sources. Les questions qui se posent sont celles de l’ancienneté de cette activité agro-pastorale, de sa contribution à la mosaïque actuelle des milieux subalpins d’une part et à la biodiversité d’autre part.

53Le premier argument, palynologique, est donné par le rapport AP/T. La figure 10 met en parallèle les résultats concernant Corniche-en-Cœur et les deux tourbières comparables les plus proches étudiées ici, Gourgon et l'Etui, toutes deux à l'étage montagnard. A l'Atlantique, à Corniche-en-Cœur, le pourcentage de pollen d'arbres se situe le plus souvent entre 50 et 70 % ce qui, selon les études de pluie pollinique actuelle, traduit un environnement en grande partie ouvert (Heim, 1970 ; Beaulieu, 1977). La chênaie riche en tilleul et en orme qui prospère alors à plus basse altitude à l’étage montagnard apparaît également ici, mais de façon beaucoup moins marquée. Par contre, le pollen de Poaceae, de Cyperaceae et de fougères y atteint des pourcentages bien supérieurs laissant imaginer de larges espaces ouverts et les restes d'herbacées sont également abondants. Contrairement aux deux autres tourbières qui évoluent toujours dans un milieu boisé (AP > 85-90 %), Corniche-en-Cœur se trouve en permanence hors d'un milieu forestier fermé, mais sans doute proche. Cela suppose que la tourbière s’est développée légèrement au-dessus de la limite supérieure de la forêt, dans des conditions voisines de celles que l'on connaît aujourd'hui sur ces Hautes Chaumes des Monts du Forez. La crête la plus haute de la montagne appartenait donc déjà à cet étage subalpin au début de l'Atlantique récent au moins.

54Malgré l’effacement des composants de la chênaie vers 5 100 ans cal. BP, l’arrivée de Fagus et son extension rapide entraînent une légère augmentation, jusque vers 75 %, en moyenne, du taux global de pollen d’arbres pendant tout le Subboréal. Toutefois la limite supérieure de la forêt n’en est probablement pas affectée. Les Poaceae cèdent progressivement la place à Calluna. Le développement concomitant de cette dernière semble d’abord lié à l’assèchement du milieu évoqué par la raréfaction progressive des Cyperaceae (pollen et macrorestes) et de Filipendula entre les ZPL COR-b1 et b3, et leur quasi disparition à partir de COR-b4. En même temps, à partir de -115 cm, les couches riches en charbon se manifestent plus nettement (fig. 6), avec des pics précédant généralement de peu les pics de développement de Calluna, plante réputée favorisée par les sols cendreux ; c’est le cas par exemple à la fin du Bronze ancien, à -75-80 cm.

55Le lien entre charbons et incendies nous semble ici indiscutable. La relation du signal d’incendie avec l’extension de la callune reste forte et très régulière jusqu’à la surface de la tourbière. Les charbons observés dans la tourbe sont toutefois de très petite taille, compris entre 0,425 et 0,8 mm de diamètre. Ce détail permet de formuler deux hypothèses :

56- Il peut s'agir du brûlis sur place de la végétation herbacée ou buissonnante dans le but de générer sur et autour de la tourbière la repousse d’herbe tendre propice au pâturage. L’utilisation du feu pour limiter l’extension de la callune et favoriser les herbacées et les myrtilles (Vaccinium myrtillus) est une pratique ancienne dans les Monts du Forez où elle a perduré jusqu’aux années 1990.

57- L’utilisation du feu pour l'éclaircissement de la forêt ou le nettoyage des coupes est également une pratique bien connue qui a été mise en évidence dans le Massif Central oriental à la Digonnière, dans le Massif du Pilat, mais aussi à Virennes dans le massif du Livradois (Cubizolle, 2005). L'absence de gros charbons dans la tourbe exclut a priori que de gros arbres aient été brûlés sur place dans la tourbière. Par contre, les charbons, d’un diamètre compris entre 0,425 et 0,8 mm, ont pu être transportés par le vent sur plusieurs dizaines de mètres (Clark et al., 1998), 500 m (Higuera et al., 2007) voir jusqu’à 5 km (Tinner et al., 1998 ; Tinner et al., 2006). Ces charbons peuvent ainsi provenir de la forêt située juste en dessous et soumise à des coupes répétées comme l'indiquent les analyses polliniques (tourbière de la Morte par exemple, Argant & Cubizolle, 2005), puis éventuellement concentrés en certains points par le ruissellement. Ces charbons, présents dès -123 cm, sont très abondants entre -26 cm et -14 cm, ce qui suggère des feux fréquents à associer à l’augmentation des activités humaines dès la période romaine.

58Quelle que soit l'hypothèse retenue, ces faits peuvent accréditer le rôle de l’action anthropique dans le maintien voire l’extension d’une zone asylvatique, mais pas sa création. La représentation pollinique modérée de la forêt à Corniche-en-Cœur depuis le début de sa formation à l’Atlantique tend à prouver que cette action n'est pas l'élément déterminant de la genèse du paysage que nous connaissons actuellement sur les Hautes Chaumes, mais, comme le pense G. Thébaud (1990), plutôt le fait de la position altitudinale. Janssen & van Straten (1982) arrivent à une conclusion similaire à partir de leur analyse pollinique des tourbières du plateau des Egaux et du Gourd des Aillères (Janssen, 1990), en admettant que l'influence de l'homme ait pu jouer un rôle à partir de l'Age du fer dans l'expansion des landes d'altitude des Monts du Forez.

Fig. 10 : Tourbières de Corniche-en-Coeur, L'Etui, la Roche Gourgon : comparaison de l'évolution des courbes globales de pollen d'arbres et d'herbacées, de Ptéridophytes et des indices polliniques d'anthropisation.

Fig. 10 : Tourbières de Corniche-en-Coeur, L'Etui, la Roche Gourgon : comparaison de l'évolution des courbes globales de pollen d'arbres et d'herbacées, de Ptéridophytes et des indices polliniques d'anthropisation.

6 - Conclusion

59Les résultats de ces trois nouvelles études polliniques couplés à ceux de l’analyse des macrorestes végétaux et confrontés aux données collectées sur le Massif Central oriental depuis une douzaine d’années nous amène aux principales conclusions suivantes :

60- A l’exception de la Morte dans les Monts du Forez et de Virennes dans le Massif du Livradois dont les mises en place sont les plus récentes, toutes les tourbières étudiées d’un point de vue paléoécologique dans Massif Central oriental ont pu enregistrer vers 5 000 ans cal. BP l'arrivée de Fagus puis d'Abies et leur essor au Subboréal. Une mosaïque de formations forestières occupait alors le territoire car la chênaie subsistait néanmoins avec ses composantes et malgré le déclin important de Tilia, Ulmus et Fraxinus.

61- Cette mutation rapide dans la composition des forêts coïncide dans la plupart des cas avec les premières traces tangibles d’incursion des sociétés agro-pastorales dans le milieu montagnard. Les signes de défrichement et le pollen de céréales apparaissent en effet de façon plus ou moins synchrone dans la majorité des cas (six sur onze) au Néolithique moyen ou récent/final, entre 5 700 et 5 000 ans cal. BP, et ce indépendamment de l’altitude. Sur les autres sites l’emprise humaine s’affirme entre le Bronze final et la fin de la Tène. Quant aux signes continus des activités anthropiques ils surviennent entre 2 800 et 1 300 ans cal. BP, soit de l’Age du bronze final au haut Moyen Age, époque à partir de laquelle l’emprise de l’Homme devient générale et s’amplifie à l'étage montagnard (Cubizolle et al., 2013 ; Fassion et al., sous presse). Il est probable cependant que les abords des tourbières d'altitude n'aient pas été utilisés prioritairement pour les cultures si on en juge par l'empreinte modeste de ces dernières dans les diagrammes polliniques. L'exploitation des forêts a sans doute été l'activité principale.

Les landes suprasylvatiques encore présentes aujourd'hui sur les plus hautes crêtes des Monts du Forez au-dessus de 1 350 à 1 400 m doivent très probablement leur existence aux conditions climatiques particulières qui règnent à ces altitudes depuis l'Atlantique au moins. Les activités agro-pastorales n’ont donc fait que modifier les représentations respectives des différentes plantes, laissant à l’arbre – Betula pubescens, Betula pendula, Sorbus aucuparia, Sorbus aria, Pinus sylvestris, Salix sp., Sambucus racemosa – une place plus ou moins importante selon la nature et l’intensité de la mise en valeur.

Haut de page

Bibliographie

ALLÉE P., DIOT M.-F., DURIEUX J.-F., REYNET J.-M. & VALADAS B., 1997 - Trois mille ans d’enregistrements sédimentaires dans les fonds de vallons des bas-plateaux limousins. In J. Burnouf, J.-P. Bravard & G. Chouquer (eds.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes. XVIIes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes : actes des rencontres, 19-20-21 octobre 1996. Editions APDCA, Sophia-Antipolis, 365-387.

ARGANT J., 1990 - Climat et environnement au Quaternaire dans le bassin du Rhône d'après les données palynologiques. Documents des Laboratoires de Géologie de Lyon, 111. Université Claude Bernard, Département des Sciences de la Terre, Villeurbanne, 199 p.

ARGANT J. & CUBIZOLLE H., 2005 - L'évolution holocène de la végétation des Monts de la Madeleine, du Forez, du Livradois et du Pilat (Massif Central oriental, France) : l'apport d'une nouvelle série d'analyses palynologiques. Quaternaire, 16 (2), 119-142.

Argant J. & LÓpez-SÁez J.-A., 2004 - L’occupation humaine du bassin de Sarliève depuis le Néolithique d’après la palynologie et l’étude des microfossiles non polliniques. In H. Dartevelle (dir.), Auvergne et Midi. Actualité de la recherche : Actes des Vème Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente (Clermont-Ferrand, 8-9 novembre 2002). Préhistoire du Sud-Ouest, suppl. 9. Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 25-34.

ARGANT T. avec la collaboration de AUBAZAC G., BELINGARD C., CLÉMENT B., DJERBI H., DUBREUCQ E., KURZAJ M.-C., LATOUR-ARGANT C., MAZA G. & RIBEIRO A., 2010 - Rhône-Alpes, Loire - Néronde - Les Dérompés : Rapport Final d’Opération d’Archéologie Préventive. Archeodunum, Service Régional de l’Archéologie, Direction des Affaires Culturelles Rhône-Alpes, Lyon, 3 vol., 878 p.

BARBIER D., 1999 - Histoire de la végétation du nord-mayennais de la fin du Weichsélien à l'aube du XXIème siècle : mise en évidence d'un tardiglaciaire armoricain : interactions homme-milieu. Thèse de Doctorat, Université de Nantes, Nantes, 287 p.

BASTIEN D.F. & GARNEAU M., 1997 - Clé d’identification macroscopique de 36 espèces de sphaignes de l’est du Canada. Commission géologique du Canada. Rapport divers, 61. Ressources naturelles Canada, Ottawa, 43 p.

BERGGREN G., 1969 - Atlas of seeds and small fruits of Northwest-European plant species (Sweden, Norway, Denmark, East Fennoscandia and Iceland) with morphological descriptions. 2. Cyperaceae. Swedish Natural Science Research Council, Stockholm, 110 p.

BHIRY N. & FILION L., 2001 - Analyse des macrorestes végétaux. In S. Payette & L. Rochefort (eds.), Ecologie des tourbières du Québec-Labrador. Les Presses de l’Université Laval, Sainte-Foy, 259-273.

Blaauw M., 2010 - Methods and code for ‘classical’ age-modelling of radiocarbon sequences. Quaternary Geochronology, 5 (5), 512-518.

BOURQUIN-MIGNOT C., BROCHIER J.-E., CHABAL L., CROZAT S., FABRE L., GUIBAL F., MARINVAL P., RICHARD H., TERRAL J.-F. & RHERY I., 1999 - La botanique. Archéologiques. Errance, Paris, 208 p.

BÜNDGEN S., 2008 - Peuplement, cultures et gestion de l’espace dans le Forez, de la préhistoire à l’antiquité. Thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 382 p.

Campbell I.D., Campbell C., Yu Z., Vitt D.H. & Apps M.J., 2000 - Millennial-scale rhythms in peatlands in the Western interior of Canada and in the global carbon cycle. Quaternary Research, 54 (1), 155-158.

Carozza L. & Marcigny C., 2007 - L'âge du Bronze en France. Archéologies de la France. La Découverte, Paris. 156 p.

CATTEDDU I., 2009 - Archéologie médiévale en France : le premier Moyen Âge (Ve – XIe siècle). Archéologies de la France. La Découverte, Paris, 177 p.

COUHERT J.-P., 1990 - Les Hautes Chaumes des Monts du Forez. In Les Monts du Forez : le milieu et les hommes. Université Jean Monnet, Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 139-153.

CRUM H. & ANDERSON L.E., 1981 - Mosses of Eastern North America. Columbia University Press, New York, 2 vol., 1328 p.

CUBIZOLLE H., 1997 - La Dore et sa vallée : approche géohistorique des relations homme-milieu fluvial. Thèse de Doctorat, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1994. Publications de l'Université de Saint-Étienne, Saint-Etienne, 389 p.

CUBIZOLLE H., 2005 - Paléoenvironnements et turfigenèse : l’apport des tourbières à la connaissance de l'évolution holocène des milieux montagnards du Massif Central oriental granitique. Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Limoges, Limoges, 749 p.

CUBIZOLLE H., 2009 - Paléo-environnements. Collection U. Géographie. Armand Colin, Paris, 271 p.

CUBIZOLLE H., SERIEYSSOL K. & ARGANT J., 2005 - Holocene vegetation dynamics and human impact on the peat land of Virennes (French Massif Central). Diatom Research, 20 (2), 257-73.

CUBIZOLLE H. & ARGANT J., 2006 - Les facteurs de la mise en place des tourbières du Massif Central oriental granitique à l'Holocène. In Y. Miras & F. Surmely (eds.), Environnement et peuplement de la moyenne montagne du Tardiglaciaire à nos jours, actes de la table ronde internationale de Pierrefort (Cantal) du 19 au 20 juin 2003. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 799 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 9. Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 93-108.

CUBIZOLLE H., BONNEL P., OBERLIN C., TOURMAN A. & PORTERET J., 2007 - Advantages and limits of radiocarbon dating applied to peat inception since the end of the Late Glacial: the example of mires in the eastern Massif Central (France). Quaternaire, 18 (2), 187-206.

CUBIZOLLE H., THÉBAUD G., PORTERET J. & TOURMAN A., 2009 - Les causes du développement de l'arbre sur les tourbières du Massif Central oriental (France) au cours du XXème siècle. In H. Cubizolle, A. Hölzler, L. Duchamp & F. Müller (ed.), Ecologie et protection des tourbières - Ökologie und Schutz der Moore. Annales Scientifiques de la Réserve de Biosphère Transfrontalière, Vosges du Nord-Pfälzerwald, 13. Parc naturel régional des Vosges du Nord, Réserve de la biosphère, La Petite-Pierre, 140-170.

CUBIZOLLE H., FASSION F., ARGANT J., LATOUR-ARGANT C., GALET P. & OBERLIN C., 2012 - Mire initiation, climatic change and agricultural expansion over the course of the Late-Holocene in the Massif Central mountain range (France): causal links and implications for mire conservation. Quaternary Research, 251, 77-96.

CUBIZOLLE H., HAAS J.-N., BIELOWSKI W., PORTERET J., ARGANT J., LATOUR-ARGANT C., CHATELARD S. & LEFÈVRE J.-C., 2013 - Palaeo-paludification, environnemental changes and human impact during the mid and late Holocene in Western Europe: the example of la Prenarde-Pifoy mire in French Massif Central. Quaternaire, 24 (4), 419-442.

Cyprien A.-L., 2002 - Chronologie de l'interaction de l'homme et du milieu dans l'espace central et aval de la Loire (Ouest de la France). Université de Nantes, Groupe d'Etude des Milieux Naturels éditeur, vol. 1 textes, 183 p. & vol. 2, 75 illustrations.

DAMON M., 1972 - Les jasseries des Monts du Forez : sociologie de la vie pastorale. Thèse de Doctorat, Université Lyon 2, Lyon. Association Générale des Etudiants de Lyon, Lyon, 260 p.

DANIELS R.E. & EDDY A., 1990 - Handbook of European Sphagna, 2e édition. HMSO, London, 263 p.

DE BEAULIEU J.-L., 1977 - Contribution pollenanalytique à l’histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation des Alpes méridionales françaises. Thèse de Doctorat, Université Paul Cézanne, Aix-Marseille, 358 p.

DE BEAULIEU J.-L., PONS A. & REILLE M., 1982 - Recherches pollenanalytiques sur l'histoire de la végétation de la bordure nord du massif du Cantal (Massif Central, France). Pollen et Spores, 24 (2), 251-300.

DE BEAULIEU J.-L., PONS A. & REILLE M., 1984 - Recherches pollenanalytiques sur l'histoire de la végétation des monts du Velay, Massif Central, France. Dissertationes Botanicae, 72, 45-70.

DE BEAULIEU J.-L., PONS A. & REILLE M., 1985 - Recherches pollenanalytiques sur l’histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation des Monts d’Aubrac (Massif Central, France). Review of Palaeobotany and Palynology, 44 (1-2), 37-55.

DE BEAULIEU J.-L., PONS A. & REILLE M., 1988 - Histoire de la flore et de la végétation du Massif Central (France) depuis la fin de la dernière glaciation. Cahiers de Micropaléontologie, 3 (4), 5-36.

DEMOULE J-P. (dir.), 2007 - La révolution néolithique en France. La Découverte, Paris, 180 p.

DUBOIS G., DUBOIS C. & DUBOIS F., 1945 - Notes géologiques, micropaléontologiques et géochimiques sur une tourbière de Noirétable dans les monts du Forez. Bulletin de la Société Géologique de France, 5e série, 15, 89-109.

EJARQUE A., JULIA R., RIERA S., PALET J.M., ORENGO H.A., MIRAS Y., & GASCON C., 2009 - Tracing history of highland human management in the Eastern Pre-Pyrenees (Spain): an interdisciplinary palaeoenvironmental approach. The Holocene, 19 (8), 1241-1255.

ETLICHER B., 1986 - Les massifs du Forez, du Pilat et du Vivarais : régionalisation et dynamique des héritages glaciaires et périglaciaires en moyenne montagne cristalline. Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 687 p.

ETLICHER B., 1990 - Le Forez : une montagne ? In Les Monts du Forez : le milieu et les hommes. Université Jean Monnet, Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 17-35.

ETLICHER B., 2005 - French and Belgian uplands. In E.A. Koster (ed.), The physical geography of Western Europe. Oxford University Press, Oxford & New York, 231-250.

ETLICHER B., JANSSEN C.R., JUVIGNÉ É. & VAN LEEUWEN J.L., 1987 - Le Haut Forez (Massif Central, France) après le Pléniglaciaire würmien : environnement et tephra du volcan de la Nugère. Bulletin de l’Association Française pour l’Etude du Quaternaire, 24 (4), 229-239.

FASSION F., ARGANT J. & CUBIZOLLE H., 2011 - Le Livradois-Forez. In F. Trément (ed.), Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine : une archéologie du développement des territoires, Tome 1. Revue d’Auvergne, 125 (600-601). Société des Amis des Universités de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, 409-450.

FASSION F., CUBIZOLLE H., ARGANT J., BONNEL P. & THOLOZAN A., in press - Evolution de l’emprise humaine sur les milieux montagnards à travers une analyse des dynamiques d’occupation humaine de la fin de l’Age du Fer au haut Moyen Age : l'exemple d'une moyenne montagne granitique d’Europe occidentale, le massif du Livradois (France). In F. Trément & P. Leveau (eds.), Aménagement et exploitation des zones humides depuis l’Antiquité, approches comparées en Europe méditerranéenne et continentale. Revue d’Auvergne. Maison des Sciences de l'Homme, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

FEL A., 1962 - Les Hautes-Terres du Massif Central : tradition paysanne et économie agricole. Thèse de Doctorat, Université de Clermont-Ferrand. Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 23, 340 p.

FRANCEZ A.J., 1990 - Production primaire et accumulation de matière organique dans les tourbières à Sphaignes des Monts du Forez (Puy-de-Dôme). Influence des activités humaines sur leur fonctionnement et leur évolution. Thèse de Doctorat, Université Paris 6 Pierre et Marie Curie, Paris, 443 p.

GALOP D., 1998 - La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6 000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée. Thèse de Doctorat, Université de Toulouse 2 Le Mirail, Toulouse, 285 p.

GALOP D. & VAQUER J., 2004 - Regards croisés sur les premiers indices de l’anthropisation en domaine Pyrénéen. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 777, Série Environnement, Sociétés et Archéologie, , 179-194.

GALOP D. & VAQUER J., 2004 - Regards croisés sur les premiers indices de l’anthropisation en domaine pyrénéen. In H. Richard (ed.), Néolithisation précoce. Premières traces d'anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 777 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7. Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 179-194.

GALOP D., CAROZZA L., GUILAINE J. & MAGNY M. (eds.), 2009 - Rhythms and causalities of the anthropisation dynamic in Europe between 8500 and 2500 cal BP: sociocultural and/or climatic assumptions. Quaternary International, 200 (1-2). Elsevier, London, 121 p.

GALOP D., RIUS D., CUGNY C. & MAZIER F., 2013 - A history of long-term human-environment interactions in the French Pyrenees inferred from the pollen data. In L.R. Lozny, (ed.), Continuity and change in cultural adaptation to mountain environments: from prehistory to contemporary threats. New York, Springer, 19-30.

GAUTHIER É., 2004 - Forêts et agriculteurs du Jura. Les quatre derniers millénaires. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 765 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 6. Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon, 197 p.

GAUTHIER R., 2001 - Les sphaignes. In S. Payette & L. Rochefort (eds.), Ecologie des tourbières du Québec-Labrador. Les Presses de l’Université Laval, Sainte-Foy, 91-127.

GEORGES V., 2007 - Le Forez du VIe au Ier millénaire av. J.-C. : territoires, identités et stratégies des sociétés humaines du Massif central dans le bassin amont de la Loire (France). Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, Dijon, 435 p.

GOEPP S., 2007 - Origine, histoire et dynamique des Hautes-Chaumes du massif vosgien : Déterminismes environnementaux et actions de l’Homme. Thèse de Doctorat, Université Louis Pasteur Strasbourg 1, Strasbourg, 285 p.

GORHAM E., LEHMAN C., DYKE A., JANSSEN J. & DYKE L., 2007 - Temporal and spatial aspects of peatland initiation following deglaciation in North America. Quaternary Science Reviews, 26 (3-4), 300-311.

GRIMM E.C., 1987 - CONISS: a FORTRAN 77 program for stratigraphically constrained cluster analysis by the method of incremental sum of squares. Computers & Geosciences, 13 (1), 13-35.

GRIMM E.C., 1991 - TILIA and TILIA*GRAPH. Illinois State Museum.

GROSSE-BRAUCKMANN G., 1972 - Über pflanzliche Makrofossilien mitteleuropäischer Torfe. I. Gewebereste krautiger Pflanzen und ihre Merkmale. Telma, 2, 19-55.

Grosse-Brauckmann G., 1974 - Über pflanzliche Makrofossilien mitteleuropäischer Torfe. II.Weitere Reste (Früchte und Samen, Moose u.a.) und ihre Bestimmungsmöglichkeiten. Telma, 4, 51-117.

HEIM. J., 1970 - Les relations entre les spectres polliniques récents et la végétation actuelle en Europe occidentale. Thèse de Doctorat, Laboratoire de Palynologie et de Phytosociologie, Université de Louvain, Belgique, 181 p.

HEIRI O., LOTTER A.F. & LEMCKE G., 2001 - Loss on ignition as a method for estimating organic and carbonate content in sediments: reproducibility and comparison of results. Journal of Paleolimnology, 25 (1), 101-110.

HIGUERA P.E., PETERS M.E., BRUBAKER L.B. & GAVIN D.G. 2007 - Understanding the origin and analysis of sediment-charcoal records with a simulation model. Quaternary Science Reviews, 26 (13-14), 1790-1809.

HUNT. G.A. & FOGEL. R., 1983 - Fungal hyphal dynamics in a western Oregon Douglas-fir stand. Soil Biology & Biochemistry, 15 (6), 641-649.

IRELAND R.R., 1982 - Moss Flora of the Maritime Provinces. Publications in Botany, 13. National Museums of Canada, National Museum of Natural Sciences, Ottawa, 738 p.

Isarin, R., 1997 - The climate in northwestern Europe during the Younger Dryas: a comparison of multi-proxy climate reconstruction with simulation experiments. Ph. D thesis, Vrije Universiteit. Amsterdam, Netherlands Studies, 229, 150 p.

JALUT G., 1974 - Evolution de la végétation et variations climatiques durant les quinze derniers millénaires dans l’extrémité orientale des Pyrénées. Thèse de Doctorat d’Etat, Université Toulouse 3 Paul Sabatier, Toulouse, 176 p.

JALUT G., DEDOUBAT J.-J., FONTUGNE M. & OTTO T., 2009 - Holocene circum-Mediterranean vegetation changes: climate forcing and human impact. Quaternary International, 200 (1-2), 4-18.

JANSSEN C.R., 1990 - Histoire de la végétation des monts du Forez. In Les Monts du Forez : le milieu et les hommes. Université Jean Monnet, Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 65-79.

JANSSEN C.R. & VAN STRATEN R., 1982 - Premiers résultats des recherches palynologiques en Forez, plateau central. Comptes Rendus des Séances de l'Académie des Sciences. Série 3, Sciences de la Vie, 294 (1), 155-158.

JOUFFROY-BAPICOT I., 2010 - Evolution de la végétation du massif du Morvan (Bourgogne - France) depuis la dernière glaciation à partir de l’analyse pollinique : Variations climatiques et impact des activités anthropiques. Thèse de Doctorat, Université de Franche-comté, Besançon, 351 p.

Korhola A., Ruppel M., Seppä H., Väliranta M., Virtanen T. & Weckström J., 2010 - The importance of northern peatland expansion to the late-Holocene rise of atmospheric methane. Quaternary Science Reviews, 29 (5-6), 611-617.

KREMENETSZKI K.V., VELICHKO A.A., BORISOVA O.K., MACDONALD G.M., SMITH L.C., FREY K.E. & ORLOVA L.A., 2003 - Peatlands of the Western Siberian lowlands: current knowledge on zonation, carbon content and Late Quaternary history. Quaternary Science Reviews, 22 (5-7), 703-723.

LEMÉE G., 1941 - Recherches sur l'évolution forestière postglaciaire en Auvergne. II, Analyse pollinique d'une tourbière des Bois Noirs. Revue des Sciences Naturelles d'Auvergne, 7 (1-2), 41-49.

LÉVESQUE P.E.M., DINEL H. & LAROUCHE A., 1988 - Guide illustré des macrofossiles végétaux des tourbières du Canada. Centre de Recherche sur les Terres & Direction Générale de la Recherche, Agriculture Canada, Publication n°1817, Ottawa, 65 p.

MacDonald G.M., Beilman D.W., Krementski K., Sheng Y., Smith L.C. & Velichko A.A., 2006 - Rapid early development of circumarctic peatlands and atmospheric CH4 and CO2 variations. Science, 314 (5797), 285-288.

MAGNY M., 2004 - Holocene climate variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations and its probable impact on prehistoric human settlements. Quaternary International, 113 (1), 65-78.

MAGNY M., PEYRON O., BÉGEOT C. & GUIOT J. 2005 - Quantitative reconstruction of mid-Holocene climatic variations in the northern Alpine foreland based on Lake Morat (Swiss Plateau) and Lake Annecy (French Pre-Alps) data. Boreas, 34 (4), 434-444.

Marambat L., 1992 - Paléoenvironnements et empreinte anthropique dans l'ouest aquitain et la Saintonge à l'Holocène : L'apport de la palynologie. Thèse de Doctorat, Université Bordeaux 1, Bordeaux, 2 vol., 235 p.

MARIE-VICTORIN F., 1995 - Flore laurentienne, 3e édition. Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1083 p.

MAZIER F., GALOP D., GAILLARD M.J., RENDU C., CUGNY C., LEGAZ A., PEYRON O., & BUTTLER A., 2009 - Multidisciplinary approach to reconstructing local pastoral activities – an example from the Pyrenean Mountains (Pays Basque). The Holocene, 19 (2), 171-188.

MIRAS Y., 2004 - L'analyse pollinique du plateau de Millevaches (Massif central, France) et de sites périphériques limousines et auvergnats : approche des paléoenvironnements, des systèmes agro-pastoraux et évolution des territoires ruraux. Thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 297 p.

MIRAS Y. & SURMELY F. (eds.), 2006 - Environnement et peuplement de la moyenne montagne du Tardiglaciaire à nos jours, actes de la table ronde internationale de Pierrefort (Cantal) du 19 au 20 juin 2003. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 799 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 9. Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 210 p.

MIRAS Y., EJARQUE A., RIERA S., PALET J.M., ORENGO H., & EUBA I., 2007 - Dynamique holocène de la végétation et occupation des Pyrénées andorranes depuis le Néolithique ancien d’après l’analyse pollinique de la tourbière de Bosc dels Estanyons (2180 m, Vall del Madriu, Andorra). Comptes Rendus Palevol, 6 (4), 291-300.

MIRAS Y., EJARQUE A., ORENGO H., RIERA S., PALET J.M., & POIRAUD A., 2010 - Prehistoric impact on landscape and vegetation at high altitudes: an integrated palaeoecological and archaeological approach in the eastern Pyrenees (Perafita valley, Andorra). Plant Biosystems, 144 (4), 924-939.

MIRAS Y., GUENET P. & RICHARD H., 2011 - Holocene vegetation, landscape and reconstruction of human activity from Prehistory to the Roman period based on new pollen data performed in “The plateau de Millevaches” (Limousin, Massif Central, France). Quaternaire, 22 (2), 147-164.

MONTGOMERY F.H., 1977 - Seeds and fruits of plants of eastern Canada and northeastern United States. University of Toronto Press, Toronto, 232 p.

Ouguerram A., 2002 - Histoire de la vallée de l'Erdre (affluent de la Loire, Massif armoricain, France) de la fin du Tardiglaciaire aux époques actuelles. Université de Nantes, Groupe d'Etude des Milieux Naturels, Nantes, 121 p.

Payette S. & Rochefort L. (dir.), 2001 - Ecologie des tourbières du Québec-Labrador. Les Presses de l’Université Laval, Sainte-Foy, Québec, 621 p.

PORTERET J., 2008 - Fonctionnement hydrologique des têtes de bassin versant tourbeuses du Nord-Est du Massif Central. Thèse de Doctorat, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, 414 p. http://dossier.univ-st-etienne.fr/portjero/www/publi.html

REILLE M., DE BEAULIEU J-L. & PONS A., 1985 - Recherches pollenanalytiques sur l'histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation du Cézallier, de la planèze de Saint-Flour et de la Margeride (Massif Central, France). Pollen et Spores, 27 (2), 209-270.

REILLE M., 1989 - L’origine du pin à crochets dans le Massif Central français. Bulletin de la Société botanique de France. Lettres botaniques, 136 (1), 61-70.

REILLE M., 1991 - The vegetation history of Margeride (Massif Central, France) over the last ten thousand years: pollen analysis of the Fouon de la Bique peat bog. Documents du CERLAT. Mémoire, 2, 323-336.

REIMER P.J., BARD E., BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., BRONK RAMSEY C, BUCK C.E., CHENG H., EDWARDS R.L., FRIEDRICH M., GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HAFLIDASON H., HADJDAS I., HATTE C., HEATON T.J., HOFFMANN D.L., HOGG A. G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., MANNING S.W., NIU M., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SCOTT E.M., SOUTHON J.R., STAFF R. A., TURNEY C.S.M. & VAN DER PLICHT J., 2013 - INTCAL13 and MARINE13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal. BP. Radiocarbon, 55 (4), 1869-1887.

RENDU C., CALASTRENC C., LE COUÉDIC M., GALOP D., RIUS D., CUGNY C. & BAL M.-C., 2013 - Montagnes et campagnes d’Oloron dans la longue durée. Premiers résultats d’un programme interdisciplinaire. Aquitania, 29, 37-64.

RICHARD H., 1997 - Indices polliniques de néolithisation du massif jurassien aux VIème et Vème millénaires. Quaternaire, 8 (1), 55-62.

Richard H., 1999 - La palynologie. In La botanique. Archéologiques. Errance, Paris, 9-42.

RICHARD A., CUPILLARD C., RICHARD H. & THÉVENIN A., 2000 (dir.) - Les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale (13 000 – 5 500 av. J.-C.) : actes du Colloque international de Besançon, Doubs, 23-25 octobre 1998. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 699 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 1. Presses Universitaires Franc-Comtoise, Besançon, 415 p.

RICHARD H. & VIGNOT A., 2002 (dir.) - Equilibres et ruptures dans les écosystèmes durant les 20 000 derniers millénaires en Europe de l’Ouest : actes du colloque international de Besançon, 18-22 septembre 2000. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 730 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 3. Presses Universitaires Franc-Comtoise, Besançon, 488 p.

RICHARD H. & RUFFALDI P., 2004 - Premières traces polliniques d’influences de l’Homme sur le couvert végétal de l’Est de la France. In H. Richard (dir.), Néolithisation précoce. Premières traces d’anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 777 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7. Presses Universitaires Franc-Comtoises, Besançon, 117-125.

SEGARD M., 2009 - Les Alpes occidentales romaines : développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne : Gaule Narbonnaise, Italie, provinces alpines. Centre Camille Jullian & Errance, Aix-en-Provence, 287 p.

SERIEYSSOL K., CUBIZOLLE H., TOURMAN A. & LATOUR-ARGANT C., 2012 - Holocene evolution of two ponds on the Devès plateau in the French Massif Central. Diatom Research, 27 (4), 189-211.

STEBICH M., BRÜCHMAN C., KULBE T. & NEGENDANK J.F.W., 2005 - Vegetation history, human impact and climate change during the last 700 years recorded in annually laminated sediments of Lac Pavin, France. Review of Palaeobotany and Palynology, 133 (1-2), 115-133.

SUCHEL J.-B., 1990 - Le climat des monts du Forez. In Les Monts du Forez : le milieu et les hommes. Université Jean Monnet, Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 81-98.

SURMELY F., MIRAS Y., GUENET P., NICOLAS V., SAVIGNAT A., VANNIERE B., WALTER-SIMONNET A.-V., SERVERA G., & TZORTZIS S., 2009 - Occupation and land-use history of a medium mountain from the Mid-Holocene: a multi-disciplinary study performed in the South Cantal (French Massif central). Comptes Rendus Palevol, 8 (8), 737-748.

THÉBAUD G., 1983 - Contribution à l'étude des Haute Chaumes du Forez : phyto-écologie des communaux du Brugeron (Puy-de-Dôme), éléments pour leur gestion à long terme. Thèse de Doctorat, Université Clermont-Ferrand 2, Clermont-Ferrand, 187 p.

THÉBAUD G., 1988 - Le Haut-Forez et ses milieux naturels : apports de l'analyse phytosociologique pour la connaissance écologique et géographique d'une moyenne montagne cristalline subatlantique. Thèse de Doctorat d'Etat, Université Clermont-Ferrand 2, Clermont-Ferrand, 330 p.

THÉBAUD G., 1990 - La végétation du Haut-Forez. In Les Monts du Forez : le milieu et les hommes. Université Jean Monnet, Centre d'Etudes Foréziennes, Saint-Etienne, 37-63.

THÉBAUD G., CUBIZOLLE H. & PETEL G., 2003 - Etude préliminaire des hauts-marais ombrotrophes du Forez septentrional et des Bois-Noirs (Massif central, France) : végétation, évolution et dynamique actuelle. Acta Botanica Gallica, 150 (1), 35-37.

TINNER W., CONEDERA M., AMMANN B., GAGGELER H.W., GEDYE S., JONES R. & SAGESSER B., 1998 - Pollen and charcoal in lake sediments compared with historically documented forest fires in southern Switzerland since AD 1920. The Holocene, 8 (1), 31-42.

TINNER W., HOFSTETTER S., ZEUGIN F., CONEDERA M., WOHLGEMUTH T., ZIMMERMANN L. & ZWEIFEL R., 2006 - Long-distance transport of macroscopic charcoal by an intensive crown fire in the Swiss Alps - implications for fire history reconstruction. The Holocene, 16 (2), 287-292.

TRÉMENT F. (dir.), 2011-2013 - Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine : une archéologie du développement des territoires. Revue d’Auvergne, 125 (600-601) & 127 (606-607). Société des Amis des Universités de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, 2 vol., 512 p. & 450 p.

TRÉMENT F., ARGANT J., BRÉHÉRET J.-G., CABANIS M., DOUSTEYSSIER B., FOURMONT A., FOURNIER G., LÓPEZ-SÁEZ J.-A., MACAIRE J.-J., PRAT B., & VERNET G., 2005 - Paysages et peuplement dans le bassin de Sarliève du Néolithique au Moyen Âge (Puy de Dôme, France). Eléments pour un nouveau modèle socio-environnemental. In J.-F. Berger, F. Bertoncello, F. Braemer, G. Daytian & M. Gazenbeek (eds.), Temps et espaces de l’homme en société, analyses et modèles spatiaux en archéologie. Actes des XXVème rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’antique, 21-23 octobre 2004. Éditions APDCA, Antibes, 485-497.

TRÉMENT F. (dir) avec la contribution de ARGANT J., BRÉHÉRET J.-G., CABANIS M., DOUSTEYSSIER B., FOURMONT A., FOURNIER G., LIABEUF R., LOISON G., LÓPEZ SÁEZ J.A., MACAIRE J.-J., MARINVAL P., MENNESSIER-JOUANNET C., MILCENT P.-Y., PRAT B., RIALLAND Y. & VERNET G., 2007 - Un ancien lac au pied de l’oppidum de Gergovie (Puy-de-Dôme). Gallia, 64, 289-351.

VERGNE V., 2004 - Les premiers indices d’impact de l’Homme sur le couvert végétal des Vosges. Apport de la bibliographie. In H. Richard (ed.), Néolithisation précoce. Premières traces d'anthropisation du couvert végétal à partir des données polliniques. Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 777 & Série Environnement, Sociétés et Archéologie, 7. Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, 127-133.

WARNER B.G., 1988 - Methods in Quaternary Ecology #3. Plant Macrofossils. Geoscience Canada, 15 (2), 121-129.

Weckström J., Seppä H. & Korhola A., 2010 - Climatic influence on peatland formation and lateral expansion in subarctic Fennoscandia. Boreas, 39 (4), 761-769.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Principales caractéristiques physiques du Massif central oriental et localisation des séquences polliniques étudiées dans l'article ou citées dans le texte.
Légende 1/ terrains granitiques, 2/ terrains métamorphiques (gneiss, anatexites, micaschistes), 3/ terrains basaltiques, 4/ tufs volcaniques dévoniens et carbonifères, 5/ terrains triasiques et liasiques, 6/ terrains sédimentaires du Cénozoïque, 7/ failles principales. Les étoiles signalent la position des trois séquences étudiées dans cet article. Les polygones signalent la position de sites dont il est fait référence dans le texte
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : Stratigraphie des séquences étudiées et modèles âge/profondeur qui leur ont été appliqués.
Légende Tourbieres de A/ l'Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m), B/ Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m), C/ Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 370 m).1/ tourbe décomposée, 2/ tourbe fibrique, 3/ tourbe mésique, 4/ tourbe saprique, 5/ facies sableux, 6/ facies sablo-graveleux riche en matière organique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tab. 1 : Liste des datations radiocarbone effectuées pour les besoins de cette étude.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tab. 1 (suite)
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tab. 2 : Limites admises pour les chronozones du Tardiglaciaire et de l’Holocène (d'après Richard, 1999) (calibration IntCal13, Reimer et al., 2013).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tab. 3 : Chronologie culturelle adaptée au Massif central oriental.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3 : Diagramme pollinique de la tourbière de l'Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tab. 4 : Résultats et commentaires de l’analyse pollinique de la carotte de la tourbière de l’Etui (Bois Noirs, alt. 1 151 m).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 4 : Diagramme pollinique de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-9.png
Fichier image/png, 762k
Titre Tab. 7 : Tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m) : résultats et commentaires de l’analyse des macrorestes.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 5 : Diagramme pollinique de la tourbière de la Roche Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-11.png
Fichier image/png, 458k
Titre Tab. 6 :Tourbière de Gourgon (Monts du Forez, alt. 1 367 m) : résultats et commentaires de l'analyse pollinique.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 6 : Diagramme présentant les résultats des analyses des macrorestes de la tourbière de Corniche-en-Coeur (Monts du Forez, alt. 1 553 m).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 7 : Résultats simplifiés de l'analyse pollinique des tourbières de l'Etui, de la Roche Gourgon et Corniche-en-Coeur : évolution de la végétation depuis le Dryas récent.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-14.png
Fichier image/png, 226k
Titre Fig. 8 : Comparaison des dates d'arrivée et/ou d'expansion de Fagus dans l'ensemble Forez - Bois Noirs - Madeleine, Pilat et Plateau de Millevaches.
Légende 1-2-3/ Miras et al. (2011), 4-5/ Argant & Cubizolle (2005), 6-7/ cette étude, 8/ Lavoie, inédit; 9-11-12/ Janssen (1990), 10/ Janssen & van Straten (1982), 13‑14/ Latour-Argant & Argant, inédit. La zone grisée met en évidence la relative homogénéité des dates d'arrivée et d'expansion de Fagus dans l'ensemble Forez - Bois Noirs - Madeleine. Courbes, selon la profondeur, du développement de Fagus pour les sites ou ces données sont accessibles.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-15.png
Fichier image/png, 547k
Titre Fig. 9 : Action anthropique : chronologie des indices relevés dans 11 tourbières du Massif central oriental.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-16.png
Fichier image/png, 497k
Titre Fig. 10 : Tourbières de Corniche-en-Coeur, L'Etui, la Roche Gourgon : comparaison de l'évolution des courbes globales de pollen d'arbres et d'herbacées, de Ptéridophytes et des indices polliniques d'anthropisation.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7060/img-17.png
Fichier image/png, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Cubizolle, Jacqueline Argant, Franck Fassion, Catherine Latour‑Argant, Yun Deng‑Amiot et Benjamin Dietre, « L’histoire de la végétation depuis la fin du tardiglaciaire et l’évolution de l’emprise humaine à partir du milieu de l’holocène dans le Massif Central oriental (France) », Quaternaire, vol. 25/3 | 2014, 209-236.

Référence électronique

Hervé Cubizolle, Jacqueline Argant, Franck Fassion, Catherine Latour‑Argant, Yun Deng‑Amiot et Benjamin Dietre, « L’histoire de la végétation depuis la fin du tardiglaciaire et l’évolution de l’emprise humaine à partir du milieu de l’holocène dans le Massif Central oriental (France) », Quaternaire [En ligne], vol. 25/3 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/7060 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7060

Haut de page

Auteurs

Hervé Cubizolle

Université de Lyon, EVS-ISTHME UMR 5600 CNRS, 6 rue Basse des Rives, FR-42023 SAINT-ETIENNE cedex 2. Courriel : herve.cubizolle@univ-st-etienne.fr.

Articles du même auteur

Jacqueline Argant

 Aix-Marseille Université, CNRS, MCC, LAMPEA UMR 7269, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, 5 rue du Château de l'Horloge, FR-13094 AIX-EN-PROVENCE cedex 2. Courriel : j.argant@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Franck Fassion

 Université Laval, 2325 rue de l'Université, Québec, G1V 0A6, CANADA. Courriel : franck.fassion.1@gmail.com

Articles du même auteur

Catherine Latour‑Argant

Archeodunum SA, En Crausaz 10, CH-1124 GOLLION. Courriel : c.latour@archeodunum.ch

Articles du même auteur

Yun Deng‑Amiot

34 rue Charles Darwin, FR-38230 CHARVIEU‑CHAMAGNEUX.

Benjamin Dietre

Innsbruck University, Institut of Botany, Sternwartestrasse 15, AT-6020 INNSBRUCK. Courriel : benjamin.dietre@uibk.ac.at

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals