Navigation – Plan du site

L’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-maritimes) : nouvelles données sur l’évolution du couvert forestier et l’exploitation du milieu au néolithique (5 800-2 000 ans cal. BCE)

Pendimoun rock shelter (Castellar, Alpes-maritimes): environment evolution and management during the neolithic (5,800-2,000 years cal. BCE)
Janet Battentier, Stéphanie Thiébault, Didier Binder, Isabelle Théry-Pariso, Alain Carré et Claire Delhon
p. 279-293

Résumés

L’important corpus de charbons de bois issus de la fouille des niveaux néolithiques de l’abri Pendimoun, datés de 5 800 à 2 000 ans cal. BCE (Before the Common Era), permet une étude fine de la dynamique du paysage végétal, en lien avec l’exploitation agro-sylvo-pastorale du milieu et les variations du climat. Le spectre anthracologique reflète très tôt une végétation en mosaïque, où se côtoient une chênaie caducifoliée, des formations de lisières et des milieux ouverts. Ce paysage végétal contrasté renvoie originellement à des conditions topographiques et édaphiques variées, avant d’être favorisé par les activités humaines. La chênaie caducifoliée domine le spectre jusqu’au Chasséen, mais nous émettons l’hypothèse qu’elle a pu connaitre, au cours de cette période, un changement de physionomie, lié à son exploitation anthropique. Au Chasséen, le chêne sempervirent, plus compétitif en contexte perturbé, connaît une forte augmentation. Celle-ci coïncide avec l’intensification de l’exploitation pastorale de la montagne et avec la montée en puissance de l’utilisation des cavités, dont Pendimoun, comme bergeries. Ces évolutions se produisent au cours d’une période où les sociétés agro-sylvo-pastorales pourraient avoir délibérément choisi de remédier à une moindre disponibilité des basses terres pour les activités pastorales par l’exploitation étagée de la végétation.

Haut de page

Texte intégral

L’étude anthracologique de Pendimoun a été réalisée dans le cadre du PCR ETICALP, dirigé par Didier Binder, avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication et du Conseil général des Alpes-Maritimes et du CEPAM - Université Nice Sophia Antipolis - CNRS. Le doctorat de Janet Battentier est financé par l’Université de Nice-Sophia Antipolis. Nous remercions Maxime Rageot (CEPAM) qui nous a transmis les résultats inédits de l’analyse des résidus d’adhésif, obtenus dans le cadre de ANR Exsudarch (Martine Regert dir., CEPAM). Nous remercions également les relecteurs J. Argant et H. Cubizolle pour leur aide à l’amélioration du manuscrit.

1 - Introduction

1L’abri Pendimoun s’ouvre à 690 m d’altitude et à 4 km de la mer, sur la commune de Castellar dans les Alpes-Maritimes (fig. 1 & 2). Ce gisement présente des occupations au Mésolithique Sauveterrien (8 800-8 400 ans cal. BCE), et une longue occupation discontinue des débuts du Néolithique ancien (5 800-5 500 ans cal. BCE) à la fin du Campaniforme (2 300-2 000 ans cal. BCE) (Binder et al., 1993 ; Binder, 2003 ; Binder & Sénépart, 2010). Cet abri a fait l’objet de premières fouilles par L. Barral (Musée d’anthropologie Préhistorique de Monaco) en 1955 et 1956, puis D. Binder (CEPAM, UMR 7264 du CNRS) y dirigea quinze campagnes de fouilles archéologiques programmées entre 1985 et 2006.

2Cet abri est situé à l’est du fleuve Var qui constitue, en Provence, une frontière écologique à l’est de laquelle les paysages sont très contrastés. En effet, les versants des Alpes qui plongent dans la mer Méditerranée sont entaillés de vallées encaissées.

Fig. 1 : Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans le texte.

Fig. 1 : Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans le texte.

Fig. 2 : Cadre environnemental de Pendimoun (© Google Maps, D. Binder).

Fig. 2 : Cadre environnemental de Pendimoun (© Google Maps, D. Binder).

3Ces reliefs accidentés à fort potentiel érosif, bordés de plaines alluviales réduites (Binder & Maggi, 2001) présentent un recouvrement sédimentaire important et un tissu urbain très dense qui rendent cette zone moins favorable aux découvertes archéologiques préhistoriques que l’ouest de la Provence (Lepère, 2009). Le cloisonnement du paysage n’a pas favorisé les recherches archéologiques qui ont davantage bénéficié des grands travaux d’aménagement du territoire dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Var (Lepère, 2009). Ainsi, à l’est du Var, la rareté des sites néolithiques recensés est à l’origine des lacunes dans la connaissance de l’évolution de l’environnement, durant cette période charnière d’installation des premières communautés agro-pastorales. Néanmoins, au Néolithique, cette région présente, comme la moyenne vallée du Rhône, des sites de plein air dans les basses terres et des preuves d’occupation de cavités sur les versants. Dans ces deux régions, les auteurs ont proposé l’hypothèse d’une complémentarité, entre sites de plaine, centraux pour les activités funéraires, cérémonielles (Beeching et al., 2000 ; Beeching, 2011), pour la production agricole (Binder, 1991) et probablement pour la redistribution des productions issues de l’élevage (Bréhard et al., 2010) et les sites satellites de versant, à occupations ponctuelles et spécifiques (Beeching & Brochier, 1990 ; Brochier et al., 1999). Ceci implique un mode de vie semi-nomade des communautés agropastorales du Cardial et du Chasséen, avec des degrés de mobilité et une exploitation des ressources naturelles variables selon les activités. La gestion de l’environnement et l’organisation spatiale complexes qui en découlent sont encore peu documentées.

4L’anthracologie est une méthode d’étude des peuplements forestiers, de leurs transformations sous l’effet du climat et des activités humaines, mais aussi des usages du bois comme combustible. Les charbons de bois dispersés dans les niveaux d’occupation des sites archéologiques sont principalement issus de l’utilisation du bois comme combustible. Il a été montré que l’approvisionnement en bois de feu domestique est généralement réalisé dans l’environnement proche et de manière non sélective (Chabal, 1997). Le plus souvent, les abondances des différentes espèces dans le spectre anthracologique reflètent leurs abondances relatives dans la végétation ligneuse exploitée. Toutefois, la collecte peut également répondre à des activités spécialisées (foyers artisanaux, résidus de fourrage ou de litière…), ce qui induit parfois une sélection parmi les milieux ou les arbres disponibles (Chabal, 1997 ; Thiébault, 2005). Dans ce cas, des proportions inattendues de certains taxons dans le spectre anthracologique renseignent sur la sélection des ligneux dans le cadre d’une activité donnée (Thiébault, 2005). L’évolution du couvert forestier est ainsi mise en lien avec la gestion du territoire (Delhon & Thiébault, 2009), l’intensité et les modalités de la pression anthropique autour du site, ce qui permet d’alimenter la réflexion concernant son statut, central ou satellite, et le type d’occupation, pérenne, de courte durée, saisonnière… (Théry-Parisot, 2001).

5Dans le sud de la France, à l’ouest du Var, plusieurs sites à stratigraphie longue ont fait l’objet, dès la fin des années 1980, d’études anthracologiques avec les séquences de l’Abeurador et Font-Juvénal en Languedoc et de Fontbrégoua en Provence (fig. 1) (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998 ; Thiébault, 2001). Ces études ont permis de mettre en évidence l’évolution de la végétation d’une steppe froide vers une chênaie mixte grâce aux améliorations climatiques post-glaciaires. A partir du Néolithique moyen, cette chênaie est progressivement remplacée par la garrigue en lien avec les activités agro-pastorales (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998 ; Thiébault, 2001). A l’est du Var, sans séquence anthracologique longue disponible jusqu’à présent, la composition du paysage végétal Néolithique de l’étroite bande côtière n’est documentée que ponctuellement par les études anthracologiques des sites de plein air niçois de Giribaldi (Thiébault et al., 2004) et de Caucade (Thiébault, 2001) et par la grotte des Arene Candide, en Ligurie (Fancelli Galletti, 1972 ; Nisbet, 1997 ; Branch et al., 2014). Mais ces données, très ciblées chronologiquement, ne permettent pas de restituer la dynamique de végétation. Les données palynologiques de l’Etoile, à Nice, fournissent bien une séquence continue (Nicol-Pichard, 1982 ; Dubar et al., 1986) mais elle est difficile à synchroniser avec les données archéologiques et le cadre chronoculturel dont la résolution s’est très fortement améliorée au cours des dernières années (Binder & Maggi, 2001 ; Binder et al., 2008 ; Lepère, 2012 ; Binder & Lepère, 2014). En traçant finement l’évolution des végétations des basses plaines alluviales littorales entre 7 000 et 3 550 ans cal. BCE, les diagrammes polliniques de l’embouchure de la Cagne (Guillon et al., 2010 ; Guillon, 2014) permettent de poser des hypothèses sur leur exploitation au Néolithique ancien et moyen, ce qui reste encore à confirmer par l’archéologie. Des opérations d’archéologie préventive menées dans la ville de Nice (López-Sáez et al., 2000 ; Sivan et al. 2010 ; Mercurin, 2013) ont également apporté des données pour la plaine côtière, mais encore très lacunaires et trop déconnectées des enregistrements archéologiques. L’analyse anthracologique des niveaux néolithiques de l’abri de Pendimoun donne l’opportunité de combler une lacune dans l’histoire de la végétation ligneuse et de son exploitation pendant près de 4000 ans d’occupations agropastorales, dans cette zone à la fois montagneuse et méridionale.

2 - Les cadres géographique et archéologique de l’étude

2.1 - Le site

6L’abri Pendimoun, qui surplombe la mer à 690 m d’altitude et 4 km du littoral (fig. 1 & 2), est orienté à l’ouest et implanté au pied d’une imposante barre calcaire du Jurassique supérieur, l’Orméa, culminant à 1 132 m (fig. 2). Les plus proches versants sont composés de marno-calcaires tandis qu’en contrebas de l’abri s’étendent des marnes sableuses et des grès paléogènes (Campredon & Boucarut, 1975). Il est aujourd’hui à l’écotone entre les étages de végétation méso et supraméditerranéen dans l’aire du charme-houblon (Ostrya carpinifolia), sous influences climatiques méditerranéennes et montagnardes et à l’interface entre des paysages topographiques contrastés (bande côtière, falaises, pentes abruptes et vallons encaissés).

7La stratigraphie mise au jour, qui s’étire par endroit sur plus de 2,50 m de hauteur, révèle différentes utilisations de ce site dont la surface abritée n’excède pas 200 m2. L’étude micromorphologique des niveaux d’occupation néolithiques a mis en évidence des accumulations, plus ou moins concentrées, de sphérolites (cristallisations calcitiques issues du système digestif de petits ruminants) et de phytolithes (particules d’opale de silice provenant des tissus végétaux) abondants dans les excréments d’herbivores (Binder et al., 1993). Ces éléments renvoient à l’utilisation du site comme bergerie. Cette étude a également révélé l’abondance de cendres de bois et de microcharbons dans certains niveaux. Les foyers et les amas de boucherie témoignent des activités domestiques (Binder et al., 1993 ; Binder & Sénépart, 2010). Les amas d’argile crue préparée et les milliers de tessons suggèrent quant à eux la production de céramique (Basso et al., 2006 ; Binder & Sénépart, 2010), tandis qu’une fonction funéraire est également attestée (Binder et al., 1993 ; Goude, 2007 ; Binder & Sénépart, 2010). La rareté des sites utilisés tout au long du Néolithique dans le sud-est de la France, les fonctions multiples ainsi que l’évolution du statut de cet abri depuis les périodes les plus anciennes du Néolithique rendent le site de Pendimoun particulièrement intéressant.

8Lors des campagnes dirigées par D. Binder, environ 100 m2 ont été fouillés selon une méthode impliquant des prélèvements anthracologiques systématiques par quart de m2 et de nombreuses datations, qui permettent une approche à haute résolution de l’évolution du couvert forestier et de son exploitation par l’homme en fonction des activités enregistrées.

2.2 - Végétation actuelle

9Un relevé de végétation réalisé au printemps 2014 nous a permis d’observer, en contrebas du site, la colonisation des terrasses de culture abandonnées et de terrains incendiés en 2012 par une végétation ligneuse clairsemée composée de pins d’Alep (Pinus halepensis) et maritime (P. pinaster), ciste cotonneux (Cistus albidus), lavande (Lavandula angustifolia), thym (Thymus vulgaris)... Sur les zones moins pentues et/ou moins récemment perturbées, poussent le chêne pubescent (Quercus pubescens) et le charme houblon. La strate arbustive, très majoritaire, est dominée par le genêt d’Espagne (Genista hispanica), l’aubépine (Crataegus), le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), l’amélanchier (Amelanchier ovalis), les chênes vert (Quercus ilex) et kermès (Quercus coccifera), le cade (Juniperus oxycedrus), le cerisier de Sainte-Lucie (Prunus mahaleb), les érables champêtre (Acer campestre) et de Montpellier (A. monspessulanum). En contournant la falaise par l’ouest, en direction du Col du Berceau (1050 m), les maigres sols autour des éboulis calcaires sont occupés par une végétation très ouverte où se développent seuls quelques chênes verts et pins sylvestres (P. sylvestris). Les plissements du massif orientés à l’est ou au nord constituent des stations plus fraîches, colonisées par les noisetiers (Corylus avellana) et, très ponctuellement, par les frênes (Fraxinus sp.).

2.3 - Séquence archéologique

10Au Néolithique ancien, les niveaux Impressa datés entre 5 800 et 5 600 ans cal. BCE (Binder & Sénépart, 2010) sont notamment composés de fumier de petits ruminants, d’argile crue préparée et d’une grande quantité de tessons dont certains proviennent de céramiques de stockage, ce qui suggère des occupations longues (Binder et al., 1993 ; Binder & Sénépart, 2010). Faune domestique et chassée, coquillages marins, glands carbonisés, céréales cultivées et transformées (blé amidonnier et orge), multiplication des structures (Binder et al., 1993 ; Binder & Maggi, 2001 ; Binder & Sénépart, 2010) : la variabilité et la quantité du mobilier mis au jour traduisent des occupations diversifiées, probablement de longue durée, à différentes saisons de l’année. Le statut de l’abri serait alors proche d’un site central ou d’un camp de base.

11Au Cardial, daté à 5 600-5 200/5 000 ans cal. BCE, la multiplication de petites structures et l’augmentation des restes de faune chassée suggèrent des occupations plus discrètes et ponctuelles, liées aux activités cynégétiques (Binder et al., 2008) et funéraires, bien que l’utilisation de l’abri comme bergerie et atelier de potier perdure (Binder et al., 1993 ; Binder & Maggi, 2001 ; Binder & Sénépart, 2010). L’abri serait alors un lieu de passage, un site satellite.

12Une étape formative de la Culture des Vases à Bouches Carrées (VBQ) succède au Cardial entre 5 200 et 4 900 ans cal. BCE. Les structures (fosses, trous de poteaux, foyers construits, niveaux de fumiers et le mobilier (dont argile crue préparée) abondent, suggérant alors des occupations longues et diversifiées, proches de celles d’un site central.

13Après un hiatus, les niveaux Chasséen ancien et récent (4 300-3 800 ans cal. BCE) se développent. Ils sont principalement composés de fumier régulièrement incendié (Binder et al., 1993). Au sein d’un mobilier moins abondant qu’au cours des périodes précédentes, la présence de faisselles en céramique indiquerait le traitement sur place du lait. Les niveaux chasséens de Pendimoun renvoient, à l’image des autres grottes-bergeries chasséennes du sud-est de la France, à une spécialisation pastorale des cavités : protection, surveillance et entretien du troupeau (Brochier et al., 1999 ; Brochier & Beeching, 2006). A Pendimoun, la récurrence de niveaux de fumier brûlé intercalés entre des niveaux d’abandon « marqués par une reprise de l’activité biologique » renvoie à des utilisations répétées de l’abri « impliquant la saisonnalité des rythmes d’occupation » (Binder et al., 1993, p. 194). Les occupations semblent de courte durée. Toutefois, cette vision pourrait être biaisée par l’occupation de l’abri essentiellement dédiée au bétail.

14Au Campaniforme, daté entre 2 300-2 000 ans cal. BCE, le faciès sédimentaire est mixte entre habitat et parcage de bovidés (principalement), et les tessons de céramique sont très abondants (Binder et al., 1993 ; Binder, 2003). L’abri sert toujours d’atelier de potier et de camp de base, en plus d’être une étable.

3 – Matériel et méthode

15Les charbons de bois sont issus de sols d’occupation, de structures en creux, de fosses, de foyers, de comblements de sépultures et de trous de poteaux. Ils proviennent majoritairement du secteur nord qui présente une meilleure conservation que le secteur sud, car il est davantage abrité sous la paroi. Soixante-quatre US, réparties sur l’ensemble de la stratigraphie, ont fourni les 209 prélèvements étudiés. Ceux-ci ont permis d’identifier 7 700 charbons. Dans les prélèvements, les charbons sont relativement abondants mais majoritairement mal conservés et très fragmentés.

16Les prélèvements de sédiment, réalisés par quart de m2 pour chaque US, ont été tamisés à 4 mm et 2 mm afin de récolter ces fragments. Ce protocole permet de prélever non seulement les concentrations de charbon, mais aussi les charbons de bois dispersés dans les couches, qui renvoient à une durée d’accumulation longue, et d’optimiser la représentativité paléoécologique des spectres anthracologiques (Chabal, 1997).

17Chaque fragment, préalablement fracturé à la main, est observé au microscope à réflexion (50 à 500 X) en coupes transversale, longitudinale tangentielle et longitudinale radiale. Les caractéristiques anatomiques des charbons archéologiques sont comparées à celles publiées dans des atlas d’anatomie des bois (Schweingruber, 1990 ; Vernet et al., 2001) et à celles des fragments de l’anthracothèque du CEPAM. Ce travail permet, selon le cas, de déterminer la famille, le genre, l’espèce ou le groupe d’espèces auquel appartient le fragment.

18Dans la mesure du possible, plusieurs prélèvements ont été étudiés pour chaque US et plusieurs US par période. Lorsque les prélèvements s’avéraient monospécifiques, 50 à 100 charbons étaient identifiés. Dans les autres cas, la quantité de fragments analysés a été fonction de la biodiversité et de l’effectif : l’analyse s’est poursuivie jusqu’à épuisement des fragments disponibles ou jusqu’à ce que l’analyse de 50 fragments supplémentaires ne permette pas l’apparition d’un nouveau taxon. Ainsi le nombre de fragments par prélèvement est compris entre 1 et 195. Au sein de cet ensemble, 68 % des prélèvements présentent un effectif inférieur ou égal à 50 fragments et 39 % des prélèvements sont monospecifiques. Les effectifs cumulés des prélèvements pour chaque phase chronoculturelle sont très confortables statistiquement pour le Néolithique (entre 558 et 3 044 charbons identifiés), un peu plus limités pour le Sauveterrien (261 fragments identifiés).

19Certains prélèvements de faible effectif n’ont fourni qu’une faible diversité de taxons, parfois un seul (le chêne caducifolié). La multiplication des prélèvements permet de compléter la liste floristique mais elle peut aussi engendrer une surreprésentation du taxon majoritaire. Afin de corriger ce biais, nous avons à la fois raisonné sur le nombre de fragments (tab. 1, fig. 3) et sur le nombre d’occurrence des taxons (tab. 2, fig. 4), ce qu’autorise le grand nombre de prélèvements traité à Pendimoun. Les pourcentages d’occurrences permettent en effet de tenir compte du nombre de taxons présents dans chaque prélèvement tout en gommant la distorsion liée à l’effectif de chaque taxon dans chaque prélèvement (Delhon, 2005). On utilise un codage binaire des données : la présence d’un taxon dans un prélèvement est réduite à la valeur 1, quel que soit le nombre de fragments de ce taxon, et son absence à la valeur 0. En additionnant les présences (les valeurs 1) pour chaque période, on obtient la somme de base pour le calcul des pourcentages des occurrences. Les pourcentages sont calculés pour chaque période en prenant comme effectif le nombre de « présences » de chaque taxon et comme somme de base la somme des occurrences de la période.

Tab. 1 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en abondances relatives (pourcentage de fragments par taxon).

Tab. 1 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en abondances relatives (pourcentage de fragments par taxon).

Tab. 2 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en pourcentage d’occurrences par taxon.

Tab. 2 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en pourcentage d’occurrences par taxon.

Fig. 3 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage de fragments par taxon.

Fig. 3 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage de fragments par taxon.

P : nombre de prélèvements étudiés ; N : nombre de fragments étudiés ; intervalle de confiance à 95 %.

Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage d’occurrences par taxon.

Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage d’occurrences par taxon.

P : nombre de prélèvements étudiés ; O : nombre d'occurrences ; intervalle de confiance à 95 %.

4 - Résultats

20Les histogrammes anthracologiques synthétiques de Pendimoun (fig. 3 & 4) représentent les résultats par phases chronoculturelles. Les taxons identifiés ont été groupés par affinités écologiques. Ainsi :

21- la présence d’un fragment de bouleau (Betula sp.) évoquerait une fréquentation de l’étage montagnard ;

22- les taxons associés à l’étage supraméditerranéen correspondent à deux types d’associations végétales. Les formations mésophiles et forestières sont représentées par l’orme (Ulmus minor), le frêne, le noisetier, le charme houblon, le houx (Ilex aquifolium), ainsi que le lierre (Hedera helix). Ce dernier, bien qu’à large amplitude écologique, a toutes les chances de provenir de ce type de formation dans la mesure où il affectionne les forêts relativement fermées. Des associations plus xériques renvoyant à des faciès de dégradation sont représentées par le buis (Buxus sempervirens), le pin sylvestre et peut-être le genévrier pro parte. L’anatomie du bois ne permet pas de différencier le genévrier commun du cade, qui est associé à l’étage mésoméditerranéen.

23- le chêne caducifolié (probablement le chêne pubescent dans cette région) est le taxon chef de file de la chênaie caducifoliée méso et supraméditerranéenne. La chênaie pubescente représente le climax de la succession écologique aux étages méso et supraméditerranéens ;

24- l’érable, les rosacées-prunoïdées (Prunoideae) et les rosacées-maloïdées (Maloideae) caractérisent les clairières ou les lisières naturelles, ou sont associées aux forêts claires et aux faciès de dégradation ;

25- la série de dégradation mésoméditerranéenne est principalement représentée par le chêne sempervirent puis par l’arbousier (Arbutus unedo), le genévrier pro parte (s’il s’agit du cade), le pistachier (Pistacia sp.), la bruyère (Erica arborea), les pins méditerranéens, la filaire (Phillyrea sp.), le nerprun (Rhamnus sp.) et les légumineuses (Leguminosae).

26A Pendimoun, la chênaie caducifoliée domine le spectre anthracologique du Sauveterrien au Chasséen (fig. 3 & 4). Les associations supraméditerranéennes, de lisière et de milieu ouvert sont représentées tout au long du Néolithique. Le Chasséen est marqué par l’augmentation de la représentation de la série de dégradation mésoméditerranéenne et notamment par l’essor du chêne sempervirent, au détriment du chêne caducifolié. Le Campaniforme voit la diversification des taxons de milieu ouvert et le puissant développement du chêne vert qui suggère le remplacement de la chênaie caducifoliée par les formations sclérophylles.

27L’abondance du chêne caducifolié dans les assemblages anthracologiques a tendance à écraser la représentation des autres essences. Le calcul des proportions qui se fonde sur le nombre d’occurrences plutôt que sur le nombre de fragments (tab. 2, fig. 4) permet de corriger une probable sur-représentation du chêne caducifolié (directement liée à son abondance : voir supra), tout en permettant une meilleure expression des taxons les plus discrets mais régulièrement présents dans les assemblages (Delhon, 2006 ; Delhon & Thiébault, 2008) : ici, les taxons de lisière, la série de dégradation mésoméditerranéenne et, dans une moindre mesure, les taxons supraméditerranéens. L’exploitation d’un paysage végétal en mosaïque, composé à la fois de groupements forestiers méso- et supraméditerranéens, de milieux ouverts et de zones de transition entre ces faciès (lisières), apparaît alors plus nettement.

5 - Discussion

5.1 - Approvisionnement en bois

28D’après nos résultats, l’approvisionnement en bois de feu s’exerce, tout au long du Néolithique, dans des formations végétales aux exigences écologiques contrastées, notamment à l’égard des conditions édaphiques (profondeur et humidité des sols) : la chênaie caducifoliée méso et supraméditerranéenne, les milieux ouverts et les formations de transition. Compte tenu de la topographie et du gradient altitudinal important (on passe de 100 à 1 132 m d’altitude en 4,75 km), les différents groupements végétaux identifiés pouvaient se développer dans l’environnement proche du site, fréquenté lors des activités quotidiennes. En effet, la liste floristique révélée par l’anthracologie correspond aux végétations présentes, à l’heure actuelle, à l’écotone entre les étages méso et supraméditerranéen (Gandioli & Salanon, 1991). La collecte du bois de feu a donc très bien pu se faire de façon non sélective dans un périmètre restreint autour de l’abri.

29Les niveaux du Néolithique cardial ont livré un unique fragment de bouleau. Ce taxon montagnard est rarement présent dans les corpus anthracologiques, surtout en région méditerranéenne. En effet, à l’est du Var, le bouleau a été identifié très ponctuellement parmi les charbons de bois de Giribaldi (Thiébault et al., 2004) et les fragments de bois imbibés et carbonisés de la séquence de l’Étoile (Dubar et al., 1986), où un apport de bois flottés, via le fleuve Paillon, peut être envisagé. A Pendimoun, les cours d’eau dont le bassin versant pourrait être occupé par du bouleau étant relativement éloignés (plus de 2 km), l’apport fluviatile est plus difficile à envisager. Il semble plus vraisemblable que la présence de ce taxon soit liée à l’exploitation ponctuelle du milieu montagnard. La présence de brai de bouleau (Rageot, communication personnelle), sur une pointe de flèche retrouvée dans les niveaux du Chasséen récent du site, confirme une exploitation du bouleau pour la production d’adhésif au cours de cette période. Au Cardial, en l’absence de brai formellement identifié, seule l’identification anthracologique suggère l’utilisation de ce taxon, la production d’adhésif restant hypothétique. En effet la fabrication de brai à partir de l’écorce de l’arbre uniquement ne justifie pas la récolte de bois (Binder et al., 1990 ; Hayek et al., 1990 ; Kurzweil & Todtenhaupt, 1991).

5.2 - Evolution du paléoenvironnement

30La chênaie caducifoliée domine le spectre anthracologique jusqu’au Chasséen bien que la présence du chêne sempervirent, de l’arbousier, du genévrier et du pistachier, atteste de l’existence de milieux ouverts ‒ ou de végétation secondaire ‒ dès l’arrivée des premiers groupes du Néolithique ancien. Ceci peut s’expliquer en Méditerranée nord occidentale (entre 39° et 44° de latitude nord) par l’évènement climatique dit « de 8 200 ans cal. BP » (autour de 6 297 et 6 136 ans cal. BCE : Kobashi et al., 2007 ; Thomas et al., 2007), antérieur de plus d’un siècle à la formation du Néolithique Impressa en Italie du sud. En effet, celui-ci se traduit en région méditerranéenne par de forts contrastes saisonniers qui s’expriment d’une part par une augmentation de la sécheresse estivale (Magny et al., 2003) et donc des incendies (Vannière et al., 2011) et d’autre part par des précipitations concentrées, favorisant les épisodes érosifs (Berger et al., 2002 ; Magny et al., 2003). Aux alentours du site, la très forte déclivité a pu renforcer l’impact érosif du climat et des incendies. La présence de milieux ouverts autour de Pendimoun, dès les premières occupations néolithiques, pourrait dès lors être en partie liée à des facteurs climatiques et topographiques. Toutefois, dès l’Impressa, les effets combinés du piétinement à proximité de la bergerie dû au parcage d’ovi-caprinés et de la dépaissance (consommation de l’écorce et des jeunes pousses), qui entraine l’affaiblissement des ligneux, ont pu favoriser l’érosion des sols et le développement des végétations de substitution. Dans un périmètre restreint autour de l’abri, l’apparition des activités pastorales, à l’Impressa, s’est surimposée à la fois à la sensibilité préexistante des sols à l’érosion et, sans doute, à une première fragilisation du milieu d’origine climatique, impossible à mettre directement en évidence par cette étude anthracologique. La combinaison ou la succession de ces trois facteurs d’érosion a pu provoquer la mise en place précoce de la mosaïque de végétation, mais les données anthracologiques ne nous permettent pas de savoir si ces zones ouvertes étaient rares mais incluses dans le territoire exploité pour l’approvisionnement en bois de feu, ou si elles étaient plus largement étendues.

31Les taxons des séries de dégradation sont également présents dès les premières occupations du Néolithique ancien de Fontbrégoua (Thiébault, 1997), des Arene Candide (Fancelli Galletti, 1972 ; Nisbet, 1997, 2008) et du Vieux Mounoï (Thiébault, 2001). On peut donc envisager l’hypothèse proposée par R. Nisbet (2013) pour l’Italie du Nord, selon laquelle les premières communautés Néolithique ont préféré s’installer dans des zones où la végétation n’était ni trop dense ni trop haute. Dans ces zones, les cultures seraient possibles sans trop d’aménagements, et le pâturage se trouverait favorisé par la présence de branchages bas, accessibles aux troupeaux. En facilitant l’agriculture, le pastoralisme et, sans doute, la mobilité des groupes par la plus grande visibilité de l’environnement qu’ils impliquent (Berger & Guilaine, 2009 ; Nisbet, 2013), les milieux ouverts seraient donc particulièrement attractifs pour les premiers néolithiques. A Pendimoun, les végétations ouvertes pourraient pourtant être très limitées spatialement, si l’on en juge par leur modeste représentation dans le spectre anthracologique.

32Malgré la présence précoce de zones plus ouvertes, la prédominance durable de la chênaie caducifoliée suggère que l’impact des activités anthropiques sur la dynamique végétale a été très progressif. L’extension des milieux ouverts ou dégradés n’est perceptible qu’à partir du Chasséen au cours duquel le chêne sempervirent atteint 27 % du spectre alors qu’à la période précédente, le VBQ, il ne dépassait pas 2,6 % du spectre (tab. 1, fig. 3). Le nombre de feux réalisés, donc le nombre de collectes du bois, conditionne l’extension de l’échantillonnage de la végétation disponible (Chabal, 1997). Les occupations de longue durée sont donc susceptibles de fournir une meilleure image anthracologique de la végétation que les occupations plus ponctuelles. Or, les occupations VBQ semblent diversifiées et de longue durée, tandis que les occupations chasséennes reflètent essentiellement des activités de parcage répétées. Ainsi, l’échantillonnage de la végétation, lors de la récolte du combustible devrait être plus complet lors des occupations VBQ (longues) que lors des occupations du Chasséen, probablement courtes et répétées. La rareté du chêne sempervirent au VBQ semble donc bien être un trait de la végétation de cette période et non un aléa de la collecte du bois.

33Dès lors, il semble que les activités humaines ont eu peu d’impact sur la dynamique végétale telle qu’elle est enregistrée dans les séquences anthracologiques pendant le premier millénaire d’exploitation de l’environnement. Par la suite, entre les occupations VBQ et chasséennes, l’extension des milieux ouverts est beaucoup plus rapide, traduisant un impact anthropique plus marqué. Ce signal anthropique tardif mais brutal, également mis en évidence à Caucade selon la même temporalité (Thiébault, 2001), pourrait avoir trois origines.

34- Première hypothèse : exploitation intense du milieu entre les dernières occupations VBQ de Pendimoun et les premières occupations chasséennes. Cette période allant de 5 000 à 4 300 ans cal. BCE, n’est apparemment pas enregistrée dans la stratigraphie du secteur nord de Pendimoun, ni à Caucade, ce qui peut être dû à un hiatus sédimentaire ou à l’abandon de l’abri. Cette période est en revanche présente sur le site de Giribaldi, où elle se caractérise par la faible représentation des taxons relatifs à l’anthropisation du milieu (Thiébault, 2004). Sur le diagramme pollinique de l’Etoile, il correspond à une augmentation des herbacées, de l’aulne, du noisetier, du chêne sempervirent et une diminution modeste du chêne caducifolié (Nicol-Pichard, 1982 ; Dubar et al., 1986). A l’ouest du Var, l’étude palynologique de la Cagne (Guillon et al., 2010 ; Guillon, 2014) renvoie une image similaire, à l’exception du chêne sempervirent qui y est très rare. Les carottages de l’Etoile et de la Cagne signalent le colmatage des zones humides côtières à partir d’environ 5 000 ans cal. BCE, ce qui empêche de distinguer, dans cette évolution, la part liée à l’impact des activités humaines (défrichements) de celle liée à la progradation qui améliore le drainage des sols et favorise ainsi la création de milieux ouverts, et donc le développement d’essences pionnières dont les herbacées, l’aulne et le noisetier (Dubar et al., 1986 ; Guillon et al., 2010 ; Guillon, 2014). Dans la séquence de la Cagne, les différentes phases de diminution de l’abondance relative du pollen arboréen, entre 4 900 et 4 400 ans cal. BCE, coïncident avec des hausses des pourcentages des plantes rudérales et du type Cerealia (Guillon, 2014). Malgré cela, l’hypothèse d’un impact de l’exploitation du milieu sur la dynamique forestière avant le Chasséen repose sur des indices paléoenvironnementaux ténus.

35- Deuxième hypothèse : changement de physionomie de la chênaie caducifoliée. Au fil des coupes, des feux (agro-pastoraux et naturels) et du pâturage des troupeaux, la futaie primaire de chênes caducifoliés aurait progressivement été remplacée par des taillis de chênes caducifoliés formés par rejet de souche, comme cela a été évoqué sur le site du Néolithique final des Vautes (Chabal, 2003). Cependant, le chêne caducifolié rejette de souche moins bien que le chêne sempervirent et atteint sa maturité sexuelle entre 30 et 50 ans, soit beaucoup plus tardivement que le chêne vert (8 à 10 ans) (Lieutaghi, 2004). De plus, les moutons et les chèvres broutent préférentiellement les feuilles et les jeunes pousses de chêne caducifolié, moins coriaces que celles de chênes sempervirents (Chabal, 2003). Enfin, le chêne pubescent, plus exigeant en termes de profondeur et d’humidité des sols que son concurrent, est plus affecté par l’érosion qui s’amplifie avec le développement du pastoralisme. La chênaie caducifoliée se trouve donc progressivement défavorisée au profit de la chênaie verte par les coupes, le feu et les troupeaux, comme cela a été mis en évidence sur plusieurs sites néolithiques méridionaux (Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998 ; Chabal, 2003). Il est envisageable que la chênaie caducifoliée ait persisté autour du site sous forme de taillis jusqu’à ce que, au Chasséen, privée de ses conditions de régénération, elle ne soit progressivement remplacée par des formations de taillis à chêne sempervirent, beaucoup plus compétitifs sur sol érodé et pâturé.

36- Troisième hypothèse : cause climatique du retrait du chêne caducifolié, au Chasséen, au profit du chêne sempervirent. Plusieurs travaux suggèrent la mise en place d’un climat plus sec, ou au moins à contrastes saisonniers plus marqués, au cours de cette période. En effet, l’étude d’éco-anatomie quantitative (variation des caractères anatomiques du bois liées aux conditions de croissance des arbres : Terral, 1997) des charbons d’olivier du niveau 4a de Giribaldi (fin du Chasséen ancien, 5 290 ± 80 BP soit 4 326-3 967 ans cal. BCE) suggère une diminution des précipitations (-300 mm), associée à un réchauffement (+0,7°C) (Thiébault et al., 2004). L’indice pollinique d’humidité estivale, fondé sur le rapport entre les quantités de pollen de sapin (Abies alba) et de bruyère arborescente (Guillon, 2014), signale le renforcement de la sécheresse estivale dans le bassin de la Cagne, au cours de la période 5 000-3 700 ans cal. BCE. Ce même indicateur calculé d’après les données de Biot (Nicol-Pichard & Dubar, 1998) et du lac d’Accessa (Finsinger et al., 2010) semble confirmer cette tendance (Guillon, 2014). Toutefois, la raréfaction du sapin, taxon forestier se développant sur des sols profonds et frais (Lieutaghi, 2004 ; Rameau et al., 2008) et l’essor de la bruyère arborescente, essence très résistante aux perturbations (incendies, pâturage, coupe…) et compétitive sur les sols peu développés (Lieutaghi, 2004, 2006 ; Rameau et al., 2008), peuvent être marqueurs d’une dégradation d’origine anthropique de la forêt méditerranéenne entraînant le développement des végétations de substitution au détriment des forêts mixtes primaires. Enfin, le maximum atteint par la fréquence des incendies, entre 40° et 45° de latitude nord en Méditerranée occidentale, entre 6 000 et 5 500 ans cal. BP (4 050-3 550 ans cal. BCE), peut également être un indicateur d’étés plus secs, propices aux feux de forêt (Vannière et al., 2011). Néanmoins, dans un contexte de peuplement néolithique de la région, les activités agropastorales pourraient être aussi à l’origine de certains feux. En domaine méditerranéen, activités humaines et sécheresse climatique ont souvent les mêmes effets sur l’environnement (Chabal, 2003 ; Delhon, 2005). A partir du Néolithique, il devient donc très difficile de déterminer la part du forçage strictement climatique dans l’évolution de la végétation. On note toutefois que la chênaie verte progresse à Pendimoun au Campaniforme alors que les données climatiques tendent à définir un nouveau changement dans le régime des précipitations autour de 4 200 ans cal. BP (Delhon, 2005 ; Magny et al., 2009 ; Brisset et al., 2012, 2013).

37Ces différents facteurs (ouverture de la végétation, changement de physionomie des forêts, climat) ont probablement joué de concert. Une pulsation climatique plus sèche ou, au moins, plus contrastée a pu se combiner à l’intensification de la pression anthropique néolithique sur la végétation pour affaiblir le potentiel de régénération de la chênaie caducifoliée, progressivement remplacée par la chênaie sempervirente (Phase 3 de l’anthraco-zonation du sud de la France : Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998).

38Au Campaniforme, la nette augmentation du chêne sempervirent ‒ qui atteint alors 71,6 % du spectre (tab. 1, fig. 3) ‒ et la diversification des taxons méditerranéens renvoient au développement de formations sclérophylles, comme sur la plupart des sites du sud de la France (phase 4 : Vernet & Thiébault, 1987 ; Heinz & Thiébault, 1998). Les occupations diversifiées et de longue durée, auxquelles s’ajoute le parcage de bovins (majoritairement) et d’ovicaprinés, engendrent une pression accrue sur le milieu favorisant l’extension des séries de dégradation.

5.3 - Dynamique végétale et gestion du territoire

39A Pendimoun, d’après les faciès sédimentaires et le mobilier mis au jour, la cavité est utilisée comme bergerie et comme habitat depuis les premières occupations Néolithique Impressa (Binder et al., 1993). Au Chasséen, la moindre densité du matériel archéologique, le faciès sédimentaire qui résulte très majoritairement du parcage de petits ruminants et l’alternance de fumiers brûlés et de périodes d’abandon suggèrent que l’abri est utilisé à des fins pastorales selon des cycles saisonniers. Les individus qui fréquentaient l’abri, principalement voués à l’élevage du bétail, formaient sans doute un maillon d’un réseau territorial et social plus complexe et spécialisé (Brochier et al., 1999 ; Brochier & Beeching, 2006). Le spectre anthracologique, qui n’a jamais été aussi peu diversifié, évoque des utilisations de courte durée, probablement comme halte-bergerie sur des parcours qui paraissent plus extensifs (Binder et al., 2008). Au Campaniforme, l’abondance du mobilier et le faciès sédimentaire mixte (habitat et parcage de bovidés) évoquent le retour à des utilisations plus diversifiées de l’abri.

40En périphérie des Alpes, le parcage en grotte est également connu depuis le Néolithique ancien en Ligurie (Arene Candide), dans le Var (Fontbrégoua), le Vercors (La Grande Rivoire), en Ardèche (Baume de Ronze) ou dans le Jura (grotte du Gardon) (fig. 5) (Brochier et al., 1999 ; Brochier & Beeching, 2006 ; Martin, 2010). Ces cavités présentent alors, tout comme Pendimoun, des faciès sédimentaires mixtes qui décrivent leur utilisation à la fois comme habitat et comme bergerie. Au Chasséen, ces cavités voient la généralisation des faciès sédimentaires essentiellement de bergerie, et cette activité apparaît dans de nouveaux sites (Antonnaire : premier niveau de fumier daté de 5 570 ± 150 BP soit 4 765-4 048 ans cal. BCE) (Beeching & Moulin, 1983 ; Beeching, 1991 ; Brochier et al., 1999 ; Brochier & Beeching, 2006), ce qui a permis d’y voir un marqueur techno-culturel de cette période (Brochier et al., 1999). La situation d’Antonnaire et de la Tune de Varaime, respectivement à 1 200 et 1 400 m d’altitude, renvoie au développement des activités pastorales en montagne. Par ailleurs, l’implantation de ces bergeries à des altitudes qui rendent difficilement envisageable un maintien hivernal ainsi que la rareté des habitats potentiellement liés à leur fonctionnement suggèrent des déplacements saisonniers du bétail, au moins sur des distances courtes (remues saisonnières, 5 à 20 km), si ce n’est de véritables transhumances dès le Ve millénaire (Brochier & Beeching, 1994, 2006 ; Brochier et al., 1999).

41Or, à cette même période, en domaine méditerranéen, l’extension de la chênaie sempervirente mise en évidence par les niveaux chasséens de Pendimoun est l’expression d’une ouverture du milieu qui tend à se généraliser en France méridionale, d’après les études anthracologiques de Font-Juvénal (Heinz & Thiébault, 1998), Unang (Vernet & Thiébault, 1987), Caucade (Thiébault, 2001) et les études palynologiques de l’étang de Berre (Triat-Laval, 1978, 1982), de l’estuaire du Lez (Planchais, 1987) et de l’étang de Thau (Court-Picon et al., 2010) (fig. 5, tab. 3).

Fig. 5 : Localisation des cavités dont la fonction de bergerie est établie au Chasséen et sélection de sites de plein air contemporains attestant d’une ouverture du milieu.

Fig. 5 : Localisation des cavités dont la fonction de bergerie est établie au Chasséen et sélection de sites de plein air contemporains attestant d’une ouverture du milieu.

1/ Brochier et Beeching (1988, 1994) ; Brochier (1993), 2/ Brochier et al. (1999), 3 / Picavet (1995), Nicod et al. (2010), 4/ Sordoillet (1997, 1999), 5/ Brochier (1991), 6/ Brochier (1991), 7/ Binder et al. (1993), 8/ Courty et al. (1991), MacPhail et al. (1997).

42L’essor des taxons sempervirents, parmi lesquels beaucoup d’essences peu appétantes pour le bétail, a pu conduire à une exploitation pastorale étagée de la végétation, qui expliquerait l’attrait d’un site comme Pendimoun. En effet, son implantation entre mer et montagne offre un étagement altitudinal des ressources végétales, dont la disponibilité s’échelonne au fil des saisons, à l’instar des sites liguriens (Maggi, 2004). Le système agro-pastoral chasséen impliquerait alors des modes de gestion variés des ressources végétales en lien avec le pastoralisme : exploitation agro-sylvo-pastorale de type forêt-parc (Delhon et al., 2009), pratique de la feuillée pour produire du fourrage d’arbre (Thiébault, 2005 ; Martin et al., 2011), échelonnement dans le temps et l’espace des ressources exploitées. L’exploitation des ressources végétales disponibles sur un large gradient altitudinal pourrait être à l’origine du changement de statut de l’abri Pendimoun au Chasséen, qui devient une halte-bergerie occupée brièvement mais de manière cyclique ou saisonnière.

43A l’échelle du territoire plus vaste que ne le suggère l’hypothèse de parcours extensifs et de déplacements saisonniers des troupeaux, on peut se demander si cette réorganisation de l’espace exploité est la manifestation d’un phénomène purement socio-culturel ou si elle répond aussi à un accroissement de la pression pastorale dans les zones favorables à l’agriculture. En effet, dans un contexte d’ouverture de la végétation due à sa dégradation et de montée en puissance de l’élevage, il peut devenir difficile d’éviter que les troupeaux aillent brouter les parcelles cultivés. Cette explication à un changement des modes d’exploitation du territoire a déjà été proposée pour les régions pyrénéennes (Polo Díaz et al., 2014). L’incompatibilité, à certaines saisons, entre la pratique de l’agriculture et celle de l’élevage dans une même zone a pu renforcer la volonté d’étendre et d’organiser le territoire (Bréhard et al., 2010). A cette même période, l’intensification de l’exploitation pastorale de la montagne dans les domaines alpin et circum-alpin aurait dès lors réduit la pression sur un avant-pays dévolu à l’agriculture, tout en diversifiant les ressources végétales disponibles pour l’alimentation des troupeaux.

Tab. 3 : Datations chasséennes mentionnées dans la figure 5

Tab. 3 : Datations chasséennes mentionnées dans la figure 5

Calibration grâce à la courbe de référence atmosphérique IntCal 13, sur le logiciel OxCal 4.2.4 (Reimer et al., 2013).

6 - Conclusion

44Grâce à une séquence longue, bien que discontinue, couvrant tout le Néolithique, et à un important corpus de charbons de bois, l’étude anthracologique de Pendimoun a permis de mettre en évidence l’évolution de la végétation, notamment le passage d’une prédominance de la chênaie caducifoliée à celle de végétations sclérophylles, en réponse à des contraintes climatiques et anthropiques exacerbées par la topographie. Avec le Chasséen, le chêne sempervirent, plus compétitif que le chêne caducifolié lorsqu’il est soumis à des perturbations, connaît une forte augmentation. Celle-ci intervient dans un contexte de plus grande spécialisation des cavités utilisées comme bergeries et d’’intensification de l’exploitation pastorale de la montagne. Ces évolutions permettent de formuler des hypothèses à plus large échelle sur les systèmes d’exploitation de la végétation, comme l’échelonnement des parcours pastoraux aux fils des saisons, selon les ressources végétales disponibles le long d’un large gradient altitudinal. Une gestion étagée du paysage végétal pourrait, en effet, expliquer le changement du statut des cavités au Chasséen et apporter un éclairage nouveau sur la mobilité des populations pastorales néolithiques.

Haut de page

Bibliographie

BASSO E., BINDER D., MESSIGA B. & RICARDI M.-P., 2006 - The Neolithic pottery of Abri Pendimoun (Castellar, France): a petro-archaeometric study. Geological Society of London, 257 (1), 33-48.

BEECHING A., 1991 - Sépultures, territoire et société dans le Chasséen méridional, l’exemple du bassin rhodanien. In A. Beeching, D. Binder, J.-C. Blanchet, C. Constantin, J. Dubouloz, R. Martinez, D. Mordant, J.-P. Thevenot & J. Vaquer. (dir.), Identité du Chasséen : actes du Colloque international de Nemours 17-18-19 mai 1989. Mémoires du Musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 4. Association pour la promotion de la recherche archéologique en Ile-de-France, Nemours, 327-334.

BEECHING A., 2011 - Habitats pérennes ou précaires au Néolithique. Techniques & Culture, 56, 30-47.

BEECHING A. & MOULIN B., 1983 - Sédiments anthropiques et coprolithes animaux : modestes contributions à de grands problèmes ? Bulletin de la Société Préhistorique Française, 80 (3), 72-74.

BEECHING A. & BROCHIER J.-L., 1990 - Programme : Culture et milieu des premiers paysans de la moyenne vallée du Rhône après cinq années d’explications. In J.-L. Fiches & S.E. Van der Leeuw (eds.), Archéologie et espaces : actes des rencontres 19-20-21 octobre 1989. Xe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. Editions APDCA, Juan-les-Pins, 137-155.

BEECHING A., BERGER J.-F., BROCHIER J.-L., FERBER F., HELMER D. & SIDI MAAMAR H., 2000 - Chasséens : agriculteurs ou éleveurs, sédentaires ou nomades ? Quels types de milieux, d’économies et de sociétés ? In M. Leduc, N. Valdeyron & J. Vaquer (eds.), Sociétés et espaces : Rencontres méridionales de préhistoire récente, troisième session, Toulouse, 6-7 novembre 1998. Editions des Archives d’Ecologie Préhistorique, Toulouse, 59-79.

BERGER J.-F., DELHON C., BONTE S., PEYRIC D., THIÉBAULT S., BEECHING A. & VITAL J. 2002 - Paléodynamique fluviale, climat, action humaine et évolution des paysages du bassin versant de la Citelle (moyenne vallée du Rhône, Drôme) au cours de l’Atlantique ancien (8000–6000 BP.) à partir de l’étude de la séquence alluviale d’Espeluche–Lalo. In J.-P. Bravard & M. Magny (dir.), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Errance, Paris, 223-238.

BERGER J.-F. & GUILAINE J., 2009 - The 8200 cal BP abrupt environmental change and the Neolithic transition: a Mediterranean perspective. Quaternary International, 200 (1-2), 31-49.

BINDER D. (dir.), 1991 - Une économie de chasse au Néolithique Ancien : la Grotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes). Monographies du Centre de Recherches Archéologiques, 5. Editions du CNRS, Paris, 243 p.

BINDER D., 2003 - Considérations préliminaires sur le Néolithique final de l’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-Maritimes). In J. Gascó, X. Gutherz & P.-A. de Labriffe (dir.), Temps et espaces culturels : Du 6° au 2° millénaire en France du Sud. Actes des quatrièmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Nîmes 28 et 29 octobre 2000. Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 15. Editions de l’Association pour le Développement de l’Archéologie en Languedoc-Roussillon, Lattes, 293-298.

BINDER D., BOURGEOIS G., BENOIST F. & VITRY C., 1990 - Identification de brai de bouleau (Betula) dans le néolithique de Giribaldi (Nice, France) par la spectrométrie de masse. Revue d’Archéométrie, 14, 37-42.

BINDER D., BROCHIER J.-É., DUDAY H., HELMER D., MARINVAL P., THIÉBAULT S. & WATTEZ J., 1993 - L’abri Pendimoun à Castellar (Alpes-Maritimes). Nouvelles données sur le complexe culturel de la céramique imprimée méditerranéenne dans son contexte stratigraphique. Gallia Préhistoire, 35, 177-251.

BINDER D. & MAGGI. R., 2001 - Le Néolithique ancien de l’arc liguro-provençal. Bulletin de la Société Préhistorique Française. 98 (3), 411-422.

BINDER D., LEPÈRE C. & MAGGI R., 2008 - Epipaléolithique et Néolithique dans l’Arc liguro-provençal : bilan et perspectives de recherche. Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco, suppl. 1, 49-62.

BINDER D. & SÉNÉPART I., 2010 - La séquence de l’Impresso-Cardial de l’abri Pendimoun et l’évolution des assemblages céramiques en Provence. Mémoire de la Société Préhistorique Française, 51, 149-157.

BINDER D. & LEPÈRE C., 2014 - From Impresso-cardial to SMP and Chassey in Provence. Rivista di Studi Liguri, 37-38, 17-25.

BRANCH N.P., BLACK S., MAGGI R. & MARINI N.A.F, 2014 - The Neolithisation of Liguria (NW Italy): An environmental archaeological and palaeoenvironmental perspective. Environmental Archaeology, 19 (3), 196-213.

BRÉHARD S., BEECHING A. & VIGNE J.-D., 2010 - Shepherds, cowherds and site function on middle Neolithic sites of the Rhône valley: An archaeozoological approach to the organization of territories and societies. Journal of Anthropological Archaeology, 29 (2), 179-188.

BRISSET É., GUITER F., MIRAMONT C., DELHON C., ARNAUD F., DISNAR J.-R., POULENARD J., ANTHONY E., MEUNIER J.-D., WILHELM B. & PAILLES C., 2012 - Approche multidisciplinaire d’une séquence lacustre holocène dans les Alpes du Sud au Lac Petit (Mercantour, alt. 2200 m, France). Quaternaire, 23 (4), 309-319.

BRISSET É., MIRAMONT C., GUITER F., ANTHONY E.J., TACHIKAWA K., POULENARD J., ARNAUD F., DELHON C., MEUNIER J.-D., BARD É. & SUMÉRA F., 2013 - Non-reversible geosystem destabilisation at 4200 cal. BP: Sedimentological, geochemical and botanical markers of soil erosion recorded in a Mediterranean alpine lake. The Holocene, 23 (12), 1863-1874.

BROCHIER J.-É., 1991 - Géoarchéologie du monde agropastoral. In J. Guilaine (dir.), Pour une archéologie agraire : à la croisée des sciences de l’homme et de la nature. Armand Colin, Paris, 303-322.

BROCHIER J.-L. (dir.), 1993 - La Tune de la Varaime : grotte à gravures du début de notre ère dans les Préalpes du Haut Diois, à Boulc : site classé monument historique. Caisse Nationale des Monuments Historiques, Paris & Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, Valence, 24 p.

BROCHIER J.-L. & BEECHING A., 1988 - Une nouvelle stratigraphie pour la Protohistoire et l’Histoire des Alpes du Sud : la Tune de Varaime à Boulc-en-Diois (Drôme). In A. Beeching (ed.), Actes des Rencontres Néolithique Rhône-Alpes, ARENERA 4. Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence & Université de Lyon 2, Lyon, 22-25.

BROCHIER J.-L. & BEECHING A., 1994 - Les grottes bergeries d’altitude. Début de l’élevage et premières transhumances au Néolithique dans les Préalpes dioises. In J.-C. Duclos & A. Pitte (eds.), L’Homme et le mouton dans l’espace de la transhumance. Glénat, Grenoble, 35-47.

BROCHIER J.-L. & BEECHING A., 2006 - Grottes bergeries, pastoralisme et mobilité dans les Alpes au Néolithique. In C. Jourdain-Annequin & J.-C. Duclos (eds.), Aux origines de la transhumance : les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui. Picard, Paris, 131-157.

BROCHIER J.-L., BEECHING A., SIDI MAAMAR H. & VITAL J., 1999 - Les grottes bergeries des Préalpes et le pastoralisme alpin, durant la fin de la Préhistoire. In A. Beeching (ed.), Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : Matériaux pour une étude. (Programme collectif CIRCALP - 1997/1998). Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, 2. Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence, Valence, 77-114.

CAMPREDON R. & BOUCARUT M., 1975 - Alpes-Maritimes, Maures, Esterel. Guides géologiques régionaux. Masson & Cie, Paris, 174 p.

CHABAL L. 1997 - Forêt et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive), l’anthracologie, méthode et paléoécologie. Documents d’Archéologie Française, 63. Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 189 p.

CHABAL L., 2003 - Le contexte forestier des Vautes au IIIe millénaire av. n. è. : étude anthracologique. In J. Guilaine & G. Escallon (eds.), Les Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault) et le Néolithique final du Languedoc oriental. Recherche Archéologiques Préventives, 2. Centre d’Anthropologie, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives, Editions des Archives d’Ecologie Préhistorique & EHESS, Toulouse, 137-143.

COURT-PICON M., VELLA C., CHABAL L. & BRUNETON H., 2010 - Paléo-environnements littoraux depuis 8 000 ans sur la bordure occidentale du Golfe du Lion : le lido de l’étang de Thau (carottage Setif, Sète, Hérault). Quaternaire, 21 (1), 43-60.

COURTY M.-A., MACPHAIL R.I. & WATTEZ J., 1991 - Soil micromorphological indicators of pastoralism: with special reference to Arene Candide, Finale Ligure, Italy. Rivista di Studi Liguri, 57, 127-150.

DELHON C., 2005 - Anthropisation et paléoclimats du Tardiglaciaire à l’Holocène en moyenne vallée du Rhône : études pluridisciplinaires des spectres phytolithiques et pédo-anthracologiques de séquences naturelles et de sites archéologiques. Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 3 vol. , 843 p.

DELHON C., 2006 - Palaeo-ecological reliability of pedo-anthracological assemblages. British Archaeological Reports. International Series, 1483, 9-24.

DELHON C. & THIÉBAULT S., 2008 - An approach to Holocene vegetation history in the middle Rhône valley (France): anthracological data from the « TGV-Méditerranée » excavations. British Archaeological Reports. International Series, 1807, 63-73.

DELHON C. & THIÉBAULT S., 2009 - De la forêt aux foyers Paléolithiques et Mésolithiques dans le Sud de la France : une revue des données anthracologiques et phytolithiques. British Archaeological Reports. International Series, 1914, 119-133.

DELHON C., THIÉBAULT S. & BERGER J.-F., 2009 - Environment and landscape management during the middle Neolithic in Southern France: Evidence for agro-sylvo-pastoral systems in the Middle Rhône Valley. Quaternary International, 200 (1-2), 50-65.

DUBAR M., DAMBLON F., NICOL-PICHARD S., VERNET J.-L., CHAIX L., IRR F. & BABINOT J.-F., 1986 - L’environnement côtier des Alpes-Maritimes à la fin de la transgression versilienne d’après l’étude biostratigraphique du site de l’Etoile à Nice (France). Revue de Paléobiologie, 5 (2), 289-310.

FANCELLI GALLETTI M.L, 1972 - I carboni delle Arene Candide e l’evoluzione forestale in Liguria dopo l’ultima glaciazione. Atti della Società Toscana di Scienze Naturali Residente in Pisa. Memorie. Serie A, 79, 206-212.

FINSINGER W., COLOMBAROLI D., DE BEAULIEU J.-L., VALSECCHI V., VANNIÈRE B., VESCOVI E., CHAPRON E., LOTTER A.F., MAGNY M. & TINNER W., 2010 - Early to mid-Holocene climate change at Lago dell’Accesa (central Italy): climate signal or anthropogenic bias? Journal of Quaternary Science, 25 (8), 1239-1247.

GANDIOLI J.-F. & SALANON R., 1991 - La végétation actuelle du plateau de Saint-Vallier-de-Thiey, In D. Binder. (ed), Une Economie de chasse au Néolithique ancien. La grotte Lombard à Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes). Monographie du Centre de Recherches Archéologiques, 5. Editions du CNRS, Paris, 163-169.

GOUDE G., 2007 - Étude des modes de subsistance de populations néolithiques (VIe-IVe millénaires av. J.-C.) dans le nord-ouest de la Méditerranée : approche par l’utilisation des isotopes stables (d13C et d15N) du collagène. Thèse de Doctorat, Université Bordeaux 1, Talence & Universität Leipzig, Leipzig, 415 p.

GUILLON S., 2014 - Dynamique de la végétation alluviale côtière dans le Sud-Est de la France (bassins versants du Loup et de la Cagne, Alpes-Maritimes) au cours de la première moitié de l’Holocène. Thèse de Doctorat, Université de Nice - Sophia Antipolis, Nice, 392 p.

GUILLON S., BERGER J.-F., RICHARD H., BOUBY L. & BINDER D., 2010 - Analyse pollinique du bassin versant de la Cagne (Alpes-Maritimes, France) : dynamique de la végétation littorale au Néolithique. In C. Delhon, I. Théry-Parisot & S. Thiébault (eds.), Des hommes et des plantes : exploitation du milieu et gestion des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours. Actes des XXXe rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 22-24 septembre 2009. Editions APDCA, Antibes, 355-369.

HAYEK E.W.H., KRENMAYR P., LOHNINGER H., JORDI U., MOCHE W. & SAUTER F., 1990 - Identification of Archaeological and Recent Wood Tar Pitches Using Gas Chromatography/Mass Spectrometry and Pattern Recognition. Analytical Chemistry, 62 (18), 2038-2043.

HEINZ C., 1990 - Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques : méthodologie et paléoécologie. Paléobiologie Continentale, 16 (2), 1-212.

HEINZ C. & THIÉBAULT S., 1998 - Characterization and palaeoecological significance of archaeological charcoal assemblages during Late and Post-Glacial phases in southern France. Quaternary Research, 50 (1), 56-68.

KOBASHI T., SEVERINGHAUS J.P., BROOK E.J., BAMOLA J.-M. & GRACHEV A.M., 2007 - Precise timing and characterization of abrupt climate change 8200 years ago from air trapped in polar ice. Quaternary Science Reviews, 26 (9-10), 1212-1222.

KURZWEIL A. & TODTENHAUPT D., 1991 - Technologie der Holzteergewinnung. Acta Prehistorica et Archaeologica, 23, 63-91.

LEPÈRE C., 2009 - Identités et transferts culturels dans le domaine circumalpin : l’exemple des productions céramiques du Chasséen provençal. Thèse de Doctorat, Université de Provence Aix-Marseille 1, Aix-en-Provence, 2 vol. , 524 & 765 p.

LEPÈRE C., 2012 - Chronologie des productions céramiques et dynamique culturelles du Chasséen de Provence. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 109 (3), 513-545.

LIEUTAGHI P., 2004 - Le livre des Arbres, Arbustes & Arbrisseaux, nouvelle édition. Actes Sud, Arles, 1322 p.

LIEUTAGHI P., 2006 - Petite ethnobotanique méditerranéenne. Actes Sud, Arles, 334 p.

LÓPEZ-SÁEZ J.A., DUBAR M., FARBOS S. & PICHARD S., 2000 - . Milieux naturels et anthropisés d’une basse vallée des Alpes Maritimes (France) à l’Holocène Moyen. Étude palynologique. In S. Moreno Grau, B. Elvira Rendueles, & J.M. Moreno Angosto (eds.), XIII Simposio de la Asociación de Palinólogos en Lengua Española (A.P.L.E) : Cartagena, 27, 28 y 29 de septiembre de 2000 : libro de resúmenes. Universidad Politécnica de Cartagena, Servicio de Publicaciones, Cartagena, 291-304.

MACPHAIL R., COURTY M.-A., HATHER J., WATTEZ J., RYDER M., CAMERON N. & BRANCH N. p., 1997 - The soil micromorphological evidence of domestic occupation and stabling activities. In R. Maggi, E. Starnini & B. Voytek (eds.), Arene Candide: A Functional and Environmental Assessment of the Holocene Sequence (Excavations Bernabò Brea-Cardini 1940-50). Memorie Istituto Italiano Paleontologia Umana, 5. Il Calamo, Roma, 53-88.

MAGGI R., 2004 - I monti sun eggi: the making of the Ligurian landscape in prehistory. In R. Balzaretti, M. Pearce & C. Watkins (eds.), Ligurian Landscapes: Studies in archaeology, geography and history in memory of Edoardo Grendi. Accordia specialist studies on Italy, 10. Accordia Research Institute, London, 71-82.

MAGNY M., BÉGEOT C., GUIOT J. & PEYRON O., 2003 - Contrasting patterns of hydrological changes in Europe in response to Holocene climate cooling phases. Quaternary Science Reviews, 22 (15-17), 1589-1596.

MAGNY M., VANNIÈRE B., ZANCHETTA G., FOUACHE É., TOUCHAIS G., PETRIKA L., COUSSOT C., WALTER-SIMONNET A.-V. & ARNAUD F., 2009 - Possible complexity of the climatic event around 4300–3800 cal. BP in the central and western Mediterranean. The Holocene, 19 (6), 823-833.

MARTIN, L., 2010 - Agriculture et alimentation végétale en milieu montagnard durant le Néolithique : nouvelles données carpologiques dans les Alpes françaises du nord. Thèse de Doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris & Universität Basel, Basel, 280 p.

MARTIN L., DELHON C., ARGANT J. & THIÉBAULT S., 2011 - Un aperçu de l’élevage au Néolithique par l’archéobotanique. L’exemple d’une bergerie dans le nord du Vercors. Ethnozootechnie, 90, 37-45.

MERCURIN R. (dir.), 2013 - La ligne 2 du tramway à Nice. Tranche 1 : les carottages. Diagnostic archéologique. Rapport d’opération archéologique, Ville de Nice, Nice, 177 p.

NICOD P.-Y., 1995 - Le cinquième millénaire dans le Jura méridional. In J.-L. Voruz (ed.), Chronologies néolithiques : De 6000 à 2000 avant notre ère dans le Bassin rhodanien. Actes du Colloque d’Ambérieu en Bugey, 19 et 20 septembre 1992. Documents du Département d’Anthropologie et d’Ecologie de l’Université de Genève, 20. Société Préhistorique Rhodanienne, Ambérieu-en-Bugey, 123-136.

NICOD P.-Y., PICAVET R., ARGANT J., BROCHIER J.-L., CHAIX L., DELHON C., MARTIN L., MOULIN B., SORDOILLET D. & THIÉBAULT S. 2010 - Une économie pastorale dans le nord du Vercors : analyse pluridisciplinaire des « fumiers » néolithiques et protohistoriques de la Grande Rivoire (Sassenage, Isère). In A. Beeching, E. Thirault & J. Vital (eds.), Économie et société à la fin de la Préhistoire : actualité de la recherche : actes des 7e Rencontres méridionales de Préhistoire récente tenues à Bron, Rhône, les 3 et 4 novembre 2006. Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et Auvergne, 34. Association de Liaison pour le Patrimoine et l’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne & Publications de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 69-86.

NICOL-PICHARD S., 1982 - Analyse pollinique de sédiments littoraux postglaciaires de l’embouchure du Paillon (Nice). Ecologia Mediterranea, 8 (4), 87-95.

NICOL-PICHARD S., & DUBAR M., 1998 - Reconstruction of Late-Glacial and Holocene environments in Southeast France based on the study of a 66 m long core from Biot, Alpes-Maritimes. Vegetation History and Archaeobotany, 7 (1), 11-15.

NISBET R., 1997 - Arene Candide: charcoal remains and prehistoric woodland use. In R. Maggi, E. Starnini & B. Voytek (eds.), Arene Candide: A Functional and Environmental Assessment of the Holocene Sequence (Excavations Bernabò Brea-Cardini 1940-50). Memorie Istituto Italiano Paleontologia Umana, 5. Il Calamo, Roma, 103-112.

NISBET R., 2008 - Environment and agriculture in the Early Neolithic of the Arene Candide (Liguria). British Archaeological Reports International Series, 1807, 193-198.

NISBET R., 2013 - Rapid rivers, slow forests: Early Neolithic charcoal from Northern Italy. British Archaeological Reports International Series, 2528, 3-13.

PICAVET R., 1995 - L’occupation Préhistorique de la station de la Grande Rivoire à Sassenage (Isère). In P. Bintz & R. Picavet (dir.), Epipaléolithique et Mésolithique en Europe. Préhistoire et quaternaire en Vercors, livret-guide de l’excursion. Vème congrès international U.I.S.P.P., XIIème commission, Universités Joseph Fourier et Pierre Mendès France, Grenoble, 18-23 septembre 1995. Grenoble, 63-69.

PLANCHAIS N., 1987 - Impact de l’homme lors du remplissage de l’estuaire du Lez (Palavas, Hérault) mis en évidence par l’analyse pollinique. Pollen et Spores, 29 (1), 73-88.

POLO DÍAZ A., MARTÍNEZ-MORENO J., BENITO-CALVO A. & MORA R., 2014 - Prehistoric herding facilities: site formation processes and archaeological dynamics in Cova Gran de Santa Linya (Southeastern Prepyrenees, Iberia). Journal of Archaeological Science, 41, 784-800.

RAMEAU J.-C., MANSION D., DUMÉ G. & GAUBERVILLE C., 2008 - Flore forestière française : guide écologique illustré. 3, Région méditerranéenne. Institut pour le développement forestier, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Direction de l’Espace Rural et de la Forêt & Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, Paris, 2426 p.

REIMER P.J., BARD E., BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., BRONK RAMSEY C, BUCK C.E., CHENG H., EDWARDS R.L., FRIEDRICH M., GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HAFLIDASON H., HADJDAS I., HATTE C., HEATON T.J., HOFFMANN D.L., HOGG A. G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., MANNING S.W., NIU M., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SCOTT E.M., SOUTHON J.R., STAFF R. A., TURNEY C.S.M. & VAN DER PLICHT J., 2013 - INTCAL13 and MARINE13 radiocarbon age calibration curves 0–50,000 years cal. BP. Radiocarbon, 55 (4), 1869-1887.

SCHWEINGRUBER F.H., 1990 - Anatomie europäischer Hölzer ein Atlas zur Bestimmung europäischer Baum-, Strauch- und Zwergstrauchhölzer. Verlag Paul Haupt, Stuttgart, 800 p.

SIVAN O., DUBAR M. & COURT-PICON M., 2010 - Les variations postglaciaires des taux de sédimentation dans les basses plaines alluviales niçoises (Alpes-Maritimes). Modalités et paramètres de l’évolution. Quaternaire, 21 (1), 61-69.

SORDOILLET D., 1997 - Formation des dépôts archéologiques en grotte : la grotte du Gardon (Ain) durant le Néolithique. Dynamique du paysage. Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 15, 39-102.

SORDOILLET D., 1999 - Géoarchéologie de sites préhistoriques holocènes. Etude sédimentologique de la grotte du Gardon (Ain), de la grotte de Montou (Pyrénées Orientales), de l’éperon fortifié de Saint-Alban (Isère) et des sites de plaines alluviales de Ruffey-sur-Seille à Daupharde et de Choisey aux Champins (Jura). Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, Dijon, 305 p.

TERRAL J.-F., 1997 - La domestication de l’Olivier (Olea europaea L.) en Méditerranée nord-occidentale : approche morphométrique et implications paléoclimatiques. Thèse de Doctorat, Université Montpellier 2, Montpellier, 2 vol. , 334 p.

THÉRY-PARISOT I., 2001 - Économie des combustibles au Paléolithique. Expérimentation, anthracologie, taphonomie. Dossiers de Documentation Archéologique, 20. Editions du CNRS, Paris, 195 p.

THIÉBAULT S., 1997 - Early-Holocene vegetation and the human impact in central Provence (Var, France) charcoal analysis of Baume de Fontbrégoua. The Holocene, 7 (3), 341-347.

THIÉBAULT S., 2001 - Anthracoanalyse des établissements néolithiques de la région liguro-provençale. Bulletin de la Société Préhistorique Française, 98 (3), 399-409.

THIÉBAULT S., 2004 - La forêt et son exploitation à Giribaldi. In D. Binder (ed.), Un chantier archéologique à la loupe : Villa Giribaldi, Nice. Editions Nice-Musées, Nice, 47-49.

THIÉBAULT S., 2005 - L’apport du fourrage d’arbre dans l’élevage depuis le Néolithique. Anthropozoologica, 40 (1), 95-108.

THIÉBAULT S., TERRAL J.-F. & MARINVAL P., 2004 - Gestion et exploitation d’un territoire au Néolithique : le cas de Giribaldi (Nice, Alpes-Maritimes). L’apport des macrorestes végétaux. In P. Bodu & C. Constantin (eds.), Approches fonctionnelles en Préhistoire. XXVe Congrès préhistorique de France, Nanterre, 24-26 novembre 2000. Société Préhistorique Française, Paris, 325-333.

THOMAS E.R., WOLFF E.W., MULVANEY R., STEFFENSEN J.P., JOHNSEN S.J., ARROWSMITH C., WHITE J.W.C., VAUGHN B. & POPP T., 2007 - The 8.2 ka event from Greenland ice cores. Quaternary Science Reviews, 26 (1-2), 70-81.

TRIAT-LAVAL H., 1978 - Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi- et postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône. Thèse de Doctorat d’Etat, Université Aix-Marseille 3, Aix-en-Provence, 343 p.

TRIAT-LAVAL H., 1982 - Pollenanalyse des sédiments quaternaire récents du pourtour de l’Etang de Berre. Ecologia Mediterranea, 8 (4), 197-115.

VANNIÈRE B., FINSINGER W., GIL-ROMERA G., KALTENRIEDER P., PINI R., SADORI L., TURNER R., VALSECCHI V., VESCOVI E., POWER M.J., ROBERTS N., TINNER W., CARRIÓN J., MAGNY M., BARTLEIN P., COLOMBAROLI D. & DANIAU A.-L., 2011 - Circum-Mediterranean fire activity and climate changes during the mid-Holocene environmental transition (8500-2500 cal. BP). The Holocene, 21 (1), 53-73.

VERNET J.-L. & THIÉBAULT S., 1987 - An approach to northwestern Mediterranean recent prehistoric vegetation and ecologic implications. Journal of Biogeography, 14 (2), 117-127.

VERNET J.-L., OGEREAU P., FIGUEIRAL I., MACHADO YANES C. & UZQUIANO P., 2001 - Guide d’identification des charbons de bois préhistoriques et récents : Sud-Ouest de l’Europe : France, Péninsule ibérique et îles Canaries. Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, 395 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation des principaux sites mentionnés dans le texte.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-1.png
Fichier image/png, 168k
Titre Fig. 2 : Cadre environnemental de Pendimoun (© Google Maps, D. Binder).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-2.png
Fichier image/png, 651k
Titre Tab. 1 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en abondances relatives (pourcentage de fragments par taxon).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Titre Tab. 2 : Inventaire anthracologique de Pendimoun par périodes en pourcentage d’occurrences par taxon.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 3 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage de fragments par taxon.
Légende P : nombre de prélèvements étudiés ; N : nombre de fragments étudiés ; intervalle de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-5.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 4 : Diagramme anthracologique synthétique de Pendimoun en pourcentage d’occurrences par taxon.
Légende P : nombre de prélèvements étudiés ; O : nombre d'occurrences ; intervalle de confiance à 95 %.
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-6.png
Fichier image/png, 69k
Titre Fig. 5 : Localisation des cavités dont la fonction de bergerie est établie au Chasséen et sélection de sites de plein air contemporains attestant d’une ouverture du milieu.
Légende 1/ Brochier et Beeching (1988, 1994) ; Brochier (1993), 2/ Brochier et al. (1999), 3 / Picavet (1995), Nicod et al. (2010), 4/ Sordoillet (1997, 1999), 5/ Brochier (1991), 6/ Brochier (1991), 7/ Binder et al. (1993), 8/ Courty et al. (1991), MacPhail et al. (1997).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-7.png
Fichier image/png, 592k
Titre Tab. 3 : Datations chasséennes mentionnées dans la figure 5
Légende Calibration grâce à la courbe de référence atmosphérique IntCal 13, sur le logiciel OxCal 4.2.4 (Reimer et al., 2013).
URL http://journals.openedition.org/quaternaire/docannexe/image/7417/img-8.png
Fichier image/png, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Janet Battentier, Stéphanie Thiébault, Didier Binder, Isabelle Théry-Pariso, Alain Carré et Claire Delhon, « L’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-maritimes) : nouvelles données sur l’évolution du couvert forestier et l’exploitation du milieu au néolithique (5 800-2 000 ans cal. BCE) », Quaternaire, vol. 26/4 | 2015, 279-293.

Référence électronique

Janet Battentier, Stéphanie Thiébault, Didier Binder, Isabelle Théry-Pariso, Alain Carré et Claire Delhon, « L’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-maritimes) : nouvelles données sur l’évolution du couvert forestier et l’exploitation du milieu au néolithique (5 800-2 000 ans cal. BCE) », Quaternaire [En ligne], vol. 26/4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/7417 ; DOI : 10.4000/quaternaire.7417

Haut de page

Auteurs

Janet Battentier

Université de Nice-Sophia Antipolis, CNRS, Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264), Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriels : janet.battentier@cepam.cnrs.fr,

Stéphanie Thiébault

Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS, Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements (UMR 7209), 55 rue Buffon, FR-75005 PARIS. Courriel : stephanie.thiebault@cnrs-dir.fr

Articles du même auteur

Didier Binder

 Université de Nice-Sophia Antipolis, CNRS, Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264), Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel :didier.binder@cepam.cnrs.fr

Isabelle Théry-Pariso

Université de Nice-Sophia Antipolis, CNRS, Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264), Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel :isabelle.thery@cepam.cnrs.fr,

Alain Carré

Université de Nice-Sophia Antipolis, CNRS, Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264), Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel : alain.carre@cepam.cnrs.fr

Claire Delhon

Université de Nice-Sophia Antipolis, CNRS, Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264), Campus Saint-Jean d’Angély 3, 24 avenue des Diables Bleus, FR-06357 NICE cedex 4. Courriel : claire.delhon@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals