Navigation – Plan du site

Le quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell
p. 263-264

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue Quaternaire rassemble une seconde série de communications présentées au colloque Q9 en mars 2014 à Lyon. Il fait suite au volume 26 (3) paru à l’automne 2015, qui proposait un premier ensemble d’articles. Ce neuvième colloque international organisé par l’Association française pour l’Etude du Quaternaire (AFEQ) s’est déroulé a l’Université Lumière Lyon 2 du 26 au 28 mars 2014, sous forme de huit sessions successives portant sur les marqueurs, traceurs et chronomètres qui, dans les archives sédimentaires de la surface terrestre, permettent de reconstituer et caler chronologiquement les séquences environnementales et climatiques du Pléistocène et de l’Holocène.

2Ce colloque a été porté par l’AFEQ-CNF/INQUA, organisé par le laboratoire multi-tutelles Environnement, Ville, Société (UMR 5600), et financé par l’AFEQ, l’UMR 5600 EVS et ses composantes IRG-Lyon 2, CRGA-Lyon 3 et EVS-Isthme, l’université Lumière Lyon 2, l’université Jean-Monnet, l’Institut national d’Ecologie et Environnement du CNRS, la DR7 du CNRS, la DRAC Rhône-Alpes, et l’INRAP.

3Ce volume retranscrit en partie le contenu des présentations de la Session 1 “Mise en place des anthroposystèmes” et de la Session 6 “Marqueurs et chronologie des variations en domaine fluvial”. Les articles composant ce second volume nous permettent de présenter des travaux inédits dans le domaine des tourbières d’altitude, des systèmes fluviaux, des sites archéologiques, par le biais d’approches multi-paramètres et géochronologiques (Cumulative probability density function). Ils traitent des changements environnementaux survenus depuis le Tardiglaciaire et portent soit sur les dynamiques des interactions sociétés/milieux, perçues notamment par des approches paléobotaniques variées (pollen, charbons, macro-restes), soit sur la signification climatique de certains processus pédologiques, hydrogéomorphologiques et sédimentologiques. D’un point de vue géographique, le Massif Central français est bien représenté avec 3 contributions sur les 5 proposées dans ce volume. Il est intéressant de constater l’intérêt croissant depuis quelques années pour les restitutions socio-environnementales dans la longue durée dans ce vaste ensemble de moyennes montagnes, peu investies par les chercheurs jusqu’à récemment, ou alors dans une perspective quaternaire beaucoup plus large.

4Le premier article nous entraîne aux confins orientaux du Massif Central, dans le massif volcanique du Mézenc, où André-Marie Dendievel et al. livrent les premiers résultats d’une étude ambitieuse qui vise à reconstituer l’histoire environnementale locale entre le Dryas ancien et la fin de l’Atlantique ancien dans la tourbière de La Narce du Béage (Ardèche). Des variations dans les vitesses de sédimentation et des épisodes d’accumulation minérale révèlent des changements pluri-séculaires des conditions du milieu, qui pourraient s’apparenter aux changements climatiques planétaires rapides et quasi-millénaires identifiés durant la dernière déglaciation et l’Holocène ancien (Dryas ancien, transition Bølling/Allerød, Dryas récent, vers 9200, 8300 et sans doute aussi 6200 cal. BCE). Il est encore question du Tardiglaciaire avec l’article de Cubizolle et al., qui ont travaillé quant à eux sur la dynamique d’extension latérale d’une tourbière située dans le sud des Monts du Forez, un massif granito-gneissique du Massif Central oriental. Confrontant l’évolution des vitesses de progression de la tourbière depuis sa mise en place à l’Allerød aux chronologies bioclimatiques et culturelles locales et régionales, ils montrent la remarquable imbrication des facteurs climatiques, hydro-géomorphologiques et anthropiques dans l’histoire de l’extension latérale de cette accumulation de tourbe, l’une des plus anciennes datée en France. Toujours dans le Massif Central, mais cette fois plus à l’ouest, dans une zone de contact entre les massifs volcaniques du Cézallier et du Cantal (tourbière du Frau), Fassion et al. apportent une série de résultats paléoécologiques et archéologiques sur la période comprise entre le Néolithique final et l’époque moderne. On voit dans cet article, focalisé sur une période plus récente correspondant à l’Holocène récent, comment les populations d’agro-pasteurs ont progressivement étendu leurs activités à partir de l’âge du Bronze et modifié assez sensiblement l’environnement sur le plateau de Chalinargues, jusqu’au franchissement d’un seuil durant le Moyen Âge, comme on l’observe ailleurs dans les grands massifs alpins et pyrénéens.

5Dans les Alpes-Maritimes, Batentier et al. analysent les relations entre évolution du couvert forestier et exploitation agro-sylvo-pastorale entre le milieu du Néolithique ancien « Impressa » et le début des âges des métaux (5800 et 2000 cal. BCE) par l’intermédiaire d’études anthracologiques conduites sur le site de l’abri Pendimoun près de Castellar. L’intensification de l’exploitation pastorale dans les montagnes côtières au cours de la période chasséenne favorise l’extension du chêne sempervirent aux dépens de la chênaie caducifoliée. Un modèle économique plus pastoral reposant sur une exploitation étagée de la végétation est alors envisagé.

6Enfin, la contribution originale de Carozza et al. sur le gisement de mégafossiles ligneux découvert dans la vallée de la Garonne apporte des informations sur l’histoire morphosédimentaire et la dynamique fluviale entre 6300 et 2200 cal. BCE, intervalle de temps dans lequel se placent les datations 14C réalisées sur 8 des 17 troncs subfossiles de chênes extraits des formations de la plaine alluviale. Les auteurs montrent que l'injection de troncs dans le système fluvial est liée à des phases de forte activité hydrosédimentaire avec, très vraisemblablement, un contrôle climatique du processus d’après le synchronisme observé sur les clusters de dates radiocarbone avec certains changements climatiques rapides de l’Holocène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell, « Le quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres », Quaternaire, vol. 26/4 | 2015, 263-264.

Référence électronique

Jean-Francois Berger, Hervé Cubizolle et Yanni Gunnell, « Le quaternaire : marqueurs, traceurs et chronomètres », Quaternaire [En ligne], vol. 26/4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/quaternaire/7476

Haut de page

Auteurs

Jean-Francois Berger

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Hervé Cubizolle

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Yanni Gunnell

Environnement Ville Société UMR CNRS 5600

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Association française pour l’étude du Quaternaire
  • OpenEdition Journals