Navigation – Plan du site

Aux marges des manuscrits. Éléments pour une étude de la réception des Grandes Chroniques de France

Antoine Brix
p. 59-83

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Différents genres littéraires ont été abordés. Par exemple, et chronologiquement : Pierre-Yves Bade (...)
  • 2 Comme d’autres, je préfère au terme de best-seller, parfois employé en médiévistique, celui, moins (...)

1Les travaux de Bernard Guenée sont sans conteste fondateurs dans le domaine des études sur la diffusion et la réception des ouvrages littéraires médiévaux, lesquelles se sont multipliées depuis la fin du xxe siècle1. Dans un article qu’il consacre à la fortune de cette œuvre à succès2 que furent les Faits des Romains, Bernard Guenée expose à grands traits ce qui deviendra un champ de recherche à part entière :

  • 3 Bernard Guenée, « La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiiexve sièc (...)

Dans ses derniers développements, l’histoire de l’historiographie médiévale a pris conscience qu’il ne suffisait pas d’étudier la composition d’une œuvre historique et de situer celle-ci par rapport à son auteur, mais qu’il fallait aussi en définir le public3.

  • 4 Robert Bossuat, « Leçon d’ouverture du cours de sources narratives et littéraires de l’histoire de  (...)

2Les médiévistes sont invités de la sorte à dépasser une conception plus traditionnelle qu’a notamment formulée, une quarantaine d’années auparavant, le chartiste Robert Bossuat : « L’historiographie n’est, à la vérité, qu’une branche de l’histoire littéraire4 ». Se dessine ainsi une perspective stimulante pour les spécialistes de l’écriture historique médiévale : secouer le joug des considérations strictement littéraires de composition et d’intention, et ouvrir les recherches vers des horizons neufs d’histoire culturelle et sociale.

  • 5 Les travaux de l’« école de Constance » relatifs à la réception des ouvrages littéraires, dus en pa (...)

3Mais derrière la volonté, énoncée très simplement par Bernard Guenée, de « définir le public » des ouvrages historiographiques médiévaux, c’est en réalité toute la complexité de l’étude du devenir des œuvres littéraires dans le temps qui se trouve dissimulée ; les problèmes heuristiques, méthodologiques et interprétatifs abondent. La définition du public peut en effet être envisagée à deux niveaux différents au moins, chacun mettant en œuvre des perspectives multiples : la diffusion et la réception. Il est à mon sens utile de distinguer ces deux termes, diffusion et réception5, que l’on a coutume d’employer l’un pour l’autre de façon indistincte, de juxtaposer dans un binôme stéréotypé et ambigu, et d’intervertir à l’envi. Chercher à lever l’équivoque lexicale brouillant les pistes de la diffusion et de la réception constitue un préalable nécessaire à la bonne compréhension du titre donné au présent article.

Diffusion, réception, lectorat

Diffusion et réception

  • 6 ATILF – CNRS & Université de Lorraine, Le Trésor de la langue française informatisé, art. « diffusi (...)

4La définition de la diffusion dans le contexte des études médiévales est instinctive et un emprunt aux dictionnaires du français courant suffit à en formuler une : « [En parlant d’un ouvrage imprimé, d’un journal, d’un tract, etc., et p. ext., d’un disque ou d’un film] Action de le distribuer dans le public6 ». Étudier la diffusion d’une œuvre médiévale, c’est dès lors s’intéresser aux réseaux et canaux de circulation des manuscrits considérés comme artefacts et comme produits manufacturés, aux acteurs du monde des manuscrits en ce qu’ils les commandent, les copient, les achètent, les possèdent et les abritent dans leurs bibliothèques. Ainsi conçue comme un ensemble de phénomènes matériels, la diffusion n’implique, dans le chef du « public », aucune activité intellectuelle directement liée aux contenus transmis, ni aucune familiarité avec eux.

5Se limiter strictement à des données relatives à la diffusion ne permet pas toujours de « définir le public » d’une façon qui soit satisfaisante, en ce qu’un dénombrement s’accompagne idéalement de quelque caractérisation des individus ainsi dénombrés. Certes, cette approche du public par le strict biais de la diffusion est capitale et sert l’histoire des bibliothèques médiévales ; cependant, elle n’épuise pas la définition du public, qui gagne à prendre en considération, outre la diffusion, le volet de la réception à proprement parler.

6La réception, dans l’acception que je lui préfère, est un phénomène à la fois intellectuel et matériel qui résulte de la pratique effective du livre comme contenu ; ce sont les idées et les pratiques qui, chez le ou les sujets lisant un texte, procèdent de cet acte de lecture. On peut rapprocher la réception de ce que la linguistique ou la théorie de la communication désignent de ce terme même : l’action de recevoir un message et le résultat de cette action.

7La réception n’est pas directement perceptible aux yeux de l’historien. Liée à la consultation des manuscrits et à leur lecture, elle ne laisse, le plus souvent, aucune trace. Cependant, certaines pratiques des lecteurs médiévaux laissent parfois entrevoir la réception d’une œuvre, qui à l’occasion se manifeste matériellement par des annotations. Laissées dans les manuscrits de l’œuvre elle-même ou se rapportant au contenu de celle-ci dans les marges d’autres manuscrits, ces annotations constituent la matière première des études de réception. Une acception large des indices de la réception d’une œuvre inclut en outre le commentaire séparé et la traduction, voire – bien qu’il soit difficile d’établir des filiations certaines – la réélaboration et la réécriture des contenus transmis au sein d’une compilation nouvelle ou la mise en œuvre de ceux-ci dans le cadre d’une activité professionnelle ou d’un loisir.

Lecteurs et manuscrits des Grandes Chroniques

  • 7 Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Paris, Société de l’histoire de France, 1920–195 (...)
  • 8 Lectures françaises de la fin du Moyen Âge. Petite anthologie commentée de succès littéraires, éd.  (...)
  • 9 À propos des manuscrits enluminés des Grandes Chroniques, voir Anne D. Hedeman, The Royal Image. Il (...)
  • 10 Jean Daudin en recommande la lecture à Charles V dans le prologue de sa traduction du De Remediis d (...)

8On connaît assez bien la diffusion des manuscrits des Grandes Chroniques de France7, qui avec 130 témoins subsistants constituent l’une des œuvres les plus largement conservées du Moyen Âge français8. La moitié de ce volumineux corpus est enluminée9. La fraction enluminée de la tradition manuscrite est pour une large partie constituée de manuscrits luxueux qui ont attiré l’attention des historiens de l’art comme des historiens. Cet intérêt a permis d’identifier les possesseurs d’un grand nombre de manuscrits enluminés des Grandes Chroniques et, en leur adjoignant les mentions d’exemplaires perdus connues par le dépouillement des inventaires anciens, de dresser un panorama relativement satisfaisant de leur diffusion. Il n’est pas surprenant, au regard des manuscrits considérés, que l’aristocratie bibliophile et les princes de sang royal, à qui la lecture des Grandes Chroniques avait été plusieurs fois recommandée au cours des xive et xve siècles10, se taillent dans cet aperçu la part du lion.

  • 11 « Bien des manuscrits semblent n’avoir jamais été lus. Les manuscrits les plus luxueux, les manuscr (...)
  • 12 Je reprends dans cette partie la distinction entre « lecteur amateur » et « lecteur professionnel » (...)

9Pourtant, caractériser la réception des Grandes Chroniques auprès de ce public en particulier confine à l’impossible. Leurs beaux manuscrits, au parchemin éclatant, sont muets quant à la réception, si bien que leur usage réel par les médiévaux a pu être mis en doute11. C’est que ce public est composé de « lecteurs amateurs », qui gagnent à être distingués – sans exclusivité toutefois – des « lecteurs professionnels12 ».

  • 13 Voir Jacques Krynen, L’Empire du roi, op. cit., p. 312–313, et plus généralement Joyce Coleman, Pub (...)
  • 14 À propos de la lecture en milieu aristocratique, voir Hélène Haug, Fonctions et pratiques de la lec (...)
  • 15 Les mentions de « chroniques », « gestes » ou « histoires de France » – et autres énoncés similaire (...)

10La séance de lecture publique, qui n’a pas disparu du contexte aristocratique à la fin du Moyen Âge13, caractérise le rapport du lecteur amateur aux textes et aux manuscrits. Pour ce personnage, le manuscrit est avant tout parole ; il est lu à haute voix dans un intérieur agréable – chambre, grande salle, bibliothèque14. La Chronique du bon duc Loys de Bourbon témoigne de ce type de séances, au cours desquelles les Grandes Chroniques – ou un ouvrage proche15 – étaient lues à haute voix pour un public plus ou moins nombreux. En effet, elle relate que Louis II de Bourbon, beau-frère de Charles V et oncle de Charles VI,

  • 16 La Chronique du bon duc Loys de Bourbon, éd. Martial-Alphonse Chazaud, Paris, Renouard, 1876, p. 27 (...)

pour avoir plus haulte mémoire, faisoit lire à son disner continuellement les gestes des très-renommés princes, jadis rois de France, et d’aultres dignes d’honneur, et en ce se délectoit après le service divin, duquel l’office il disoit très révéremment16.

  • 17 Ce constat d’impuissance relative de l’historien est dressé par Bernard Guenée, Histoire et culture (...)
  • 18 Céline Van Hoorebeeck, « Du livre au lire », art. cit., p. 130.

11La très grande rareté des indices relatifs à la réception des Grandes Chroniques dans des manuscrits employés pour la lecture publique ne doit pas surprendre17. Les livres lus à haute voix n’ont pas vraiment l’occasion d’être annotés. « Dans ce modèle de lecture-spectacle […], les remarques et autres interventions générées par le récit […] ont plutôt dû être formulées à voix haute et “en direct” par les auditeurs18 ».

  • 19 Bernard Guenée, Histoire et culture historique, op. cit., p. 301–307.
  • 20 Céline Van Hoorebeeck, « Du livre au lire », art. cit. ; Livres et lectures, op. cit.

12L’un des moyens dont disposent les historiens pour déceler des traces matérielles de la réception des Grandes Chroniques de France est de se tourner vers les manuscrits d’aspect et d’origine plus modestes, ayant circulé dans des milieux différents de la grande aristocratie bibliophile. La diffusion des Grandes Chroniques a été si large qu’elle a dépassé les frontières de la noblesse pour devenir, à côté de ce que Bernard Guenée appelle le « fonds commun de la culture historique19 », un classique des bibliothèques françaises. Ainsi, les contingences et déterminismes sociaux, qui limitent sociologiquement la diffusion de nombreux ouvrages, n’ont pas œuvré si pesamment contre celle des Grandes Chroniques. Bien des manuscrits sont parvenus dans des mains de « lecteurs professionnels20 ».

  • 21 Jacques Verger, Les Gens de savoir dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, 1997.
  • 22 De nombreuses études monographiques ont été consacrées à ce personnel dans la perspective du dévelo (...)
  • 23 Dans un passage éloquent d’une longue lettre à Gontier Col, le secrétaire du roi Jean de Montreuil (...)

13Les caractéristiques des lecteurs professionnels rejoignent sur plusieurs points celles des « gens de savoir » étudiés par Jacques Verger21. Ainsi lisent-ils non pas tant pour leur divertissement, leur formation ou leur culture que dans le cadre de leur fonction et dans l’exercice de leur profession. Souvent officiers de l’État, ils se rencontrent fréquemment au Parlement de Paris, à la Chambre des comptes ou à la chancellerie22. À la fin du Moyen Âge, ces institutions constituent de véritables viviers de lecteurs professionnels étudiant et annotant des manuscrits plus modestes dans le cadre très personnel de leur étude, de leur bureau ou de la petite bibliothèque qu’ils se sont constituée23. Les Grandes Chroniques ont pénétré ces lieux d’études où leur contenu a pu servir des intérêts très différents.

  • 24 Bernard Guenée, Histoire et culture historique, op. cit., p. 237.

14Je présenterai ci-dessous trois cas de ce phénomène, documentés par les notes marginales que les utilisateurs ont laissées dans leurs manuscrits, témoins de « leurs soucis et leurs obsessions24 ».

Les réceptions des Grandes Chroniques

Insertion géographique spécifique

  • 25 Voir le prologue de Primat : Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, op. cit., t. 1, p.  (...)
  • 26 Voir Bernard Guenée, « Histoire d’un succès », dans Les Grandes Chroniques de France. Reproduction (...)

15Si les Grandes Chroniques se présentent elles-mêmes sous les traits d’une histoire française, narrée du point de vue francilien25, elles ont néanmoins joui d’une diffusion géographique variée. Certes, comme l’a souvent rappelé Bernard Guenée, le cours de la Loire n’a que rarement été franchi par les manuscrits des Grandes Chroniques26, mais aucune barrière n’a pu être mise en évidence aux marges septentrionales du royaume. En effet, les manuscrits des Grandes Chroniques ont été diffusés dans les Pays-Bas méridionaux et des indices de réception peuvent être relevés dans plusieurs exemplaires conservés, dont les manuscrits Bruxelles, KBR, 14910–14912, Paris, BnF, fr. 4937–4938 et nouv. acq. fr. 6225.

  • 27 Papier ; xve s. ; 288 x 202 mm ; 424 feuillets (36 sénions) ; 1 col. ; 29 l. Ce manuscrit a apparte (...)
  • 28 Élodie Lecuppre-Desjardins, Le Royaume inachevé des ducs de Bourgogne. xivexve siècles, Paris, Bel (...)
  • 29 Voir les filigranes n° 82251–82253 du répertoire Piccard-Online.
  • 30 Le français était assurément la langue privilégiée dans le monde littéraire bourguignon, et le patr (...)
  • 31 Colophons des manuscrits occidentaux des origines au xvie siècle, éd. Bénédictins du Bouveret, Frib (...)
  • 32 Voir la description donnée de ce volume, lors de son entrée dans les collections de la Bibliothèque (...)

16Le manuscrit Paris, BnF, nouv. acq. fr. 622527 transmet le récit des Grandes Chroniques pour ce qui concerne le xive siècle, depuis l’avènement de Philippe IV le Bel jusqu’à la mort de Charles V. Les rois concernés, derniers Capétiens directs et premiers Valois, ont été très actifs dans le nord de la France et dans ce qui a été, au xve siècle, la moitié nord du « royaume inachevé » des Valois-Bourgogne28. D’ailleurs, notre manuscrit est fait d’un papier dont le filigrane, une tête de cerf vue de profil, rappelle des papiers produits dans la deuxième décennie du xve siècle à Malines, petite seigneurie enclavée dans le duché de Brabant29. Le texte est en outre rédigé dans une scripta présentant indéniablement des traits picards30 (par exemple, fol. 1r : « le premier capitle », « la ducee d’Acquitaine » ; fol. 82r : « il approca » ; fol. 94r : « grans monchiaux » ; fol. 217r : « roy d’Engletiere » ; fol. 422v : « la dicte ordenanche »). Un seing sur le dernier feuillet, « J. Hellevin », qui est celui d’un possesseur plutôt que d’un scribe, met ce codex en relation avec le manuscrit Paris, BnF, nouv. acq. fr. 12665. J. Hellevin a lui-même copié cet exemplaire français de l’Horloge de sapience de Henri Suso, à la fin duquel il a également signé « J. Hellevin31 ». Ce manuscrit atteste que la scripta de J. Hellevin est également picarde32. Son exemplaire des Grandes Chroniques, le manuscrit Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, produit dans les Pays-Bas, n’avait donc pas quitté cette région quand ont été consignés dans ses marges des indices de sa réception.

  • 33 Sur les quatorze notes significatives qui se rencontrent dans les marges de ce volume, treize sont (...)
  • 34 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 87r, en regard du texte : « Sy y fu tué monseigneur Jehan de  (...)
  • 35 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 87r, en regard du texte : « et toutesfois ne fu point mis le (...)
  • 36 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 145r, en regard du texte : « Sy orent conseil les ii contes e (...)
  • 37 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 2r, en regard du texte : « Tantost le duc de Gherles, qui au (...)
  • 38 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 194v, en regard du texte : « et en che temps environ la saint (...)

17En effet, le texte des Grandes Chroniques a été glosé dans les marges cet exemplaire ; la majorité du travail d’annotation se rapporte à la Flandre et au Brabant et à la lignée des princes qui se succèdent à la tête de ces provinces33. Ainsi rencontre-t-on des marques signalétiques se rapportant à la Flandre (comme « Jehan de Flandres, seigneur de Neelle tué par ceulx de Courtray »34, « [le] roy de France envoie a Bruges pour la délivrance du conte [de Flandre]35 », ou « Lille assiegee par les Anglois36 ») et au duché de Brabant (« appareil du duc de Gheldres contre le duc de Brabant a cause de la conté de Luxembourg37 », « mariages de Henry et Godeffroy de Brabant38 »). En outre, à la fin du manuscrit, Hellevin replace cette chronique dans le contexte de sa bibliothèque personnelle, de toute évidence celle d’un érudit passionné par l’histoire des Pays-Bas dans la seconde moitié du xve siècle :

  • 39 Paris, BnF, nouv. acq. fr. 6225, fol. 423r. La réserve est le fait de l’annotateur.

Monstrelet commenche sa chronique a Charles VIe, roy de France, auquel ceste chronique fine. Ceste chronique commenche depuis l’an mil iic iiiixx vi et fine l’an mil iiic iiiixx. Ma chronique de Liege est anterieure a ceste plus de [réserve] ans39.

  • 40 La Chronique d’Enguerran de Monstrelet en deux livres, avec pièces justificatives. 14001444, éd. L (...)
  • 41 Jean des Preis dit d’Outremeuse, Ly Myreur des histors, éd. Adolphe Borgnet et Stanislas Bormans, B (...)

18Le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet, au service de Philippe le Bon40, et une Chronique de Liège, vraisemblablement un exemplaire de l’ouvrage de Jean d’Outremeuse s’interrompant en 134041, servent ici à situer la chronologie du propos des Grandes Chroniques. Voilà donc trois ouvrages historiographiques mis au service des intérêts locaux d’un érudit, peut-être historien lui-même, travaillant aux marges du royaume.

  • 42 Les ducs de Bourgogne possédaient de nombreux manuscrits des Grandes Chroniques, et des mécanismes (...)
  • 43 Ancien manuscrit Colbert 2829–2830 et Regius 9615(7.7)–9615(8.8). En 1675, Étienne Baluze acquit, p (...)
  • 44 Ce manuscrit est mentionné dans l’inventaire de la librairie du duc de Bourgogne Philippe le Bon dr (...)

19D’autres manuscrits peuvent témoigner de réceptions « locales » des manuscrits des Grandes Chroniques, notamment dans le contexte des Pays-Bas bourguignons, perméables à la littérature française42. Ainsi le manuscrit Paris, BnF, fr. 4937–4938 a-t-il été annoté de façon très précise par un lecteur attentif aux questions relatives à la Flandre, au Hainaut et au Vermandois43. Dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque royale de Bruxelles sous la cote 14910–1491244, à l’intérieur duquel des extraits des Grandes Chroniques servent de continuation aux Chroniques de Flandres, un annotateur a souligné tout ce qui concernait les villes de Gand et de Bruges, et plus généralement la Flandre, le Hainaut et le Brabant.

  • 45 Ce manuscrit apparaît pour la première fois dans la bibliothèque de Colbert, sous le n° 350.

20À ces attestations de réceptions « locales » de manuscrits modestes des Grandes Chroniques peut être assimilée celle, exceptionnelle, d’un exemplaire luxueux : le manuscrit Paris, BnF, fr. 2615. Si l’on ignore tout de l’itinéraire et des anciens possesseurs de ce manuscrit, on peut toutefois supposer que sa réception a eu lieu en Artois : ainsi, à chaque fois que le texte mentionne les comtes d’Artois, une croix a été placée en marge par un annotateur45.

Utilisation professionnelle

  • 46 Papier ; xve siècle ; 275 x 200 mm ; 233 feuillets (sénions et octonions) ; 2 col. ; 31 l. Ce manus (...)
  • 47 Aux côtés de motifs très courants comme un léopard, une tête de bœuf, une ancre et un Y, un motif d (...)

21Dans l’espace francilien plus spécifiquement, la réception des Grandes Chroniques est attestée dans le contexte professionnel et institutionnel des offices de l’État royal ; le manuscrit de la Bibliothèque nationale coté fr. 23143 en témoigne46. Constitué de plusieurs types de papier permettant de situer sa production autour de 141547, ce codex opère dans les récits des règnes transcrits un choix plus restreint que le manuscrit de J. Hellevin. Le texte s’y limite en effet au récit des événements survenus durant les règnes des trois premiers Valois, qui s’échelonnent de 1328 à 1381.

  • 48 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 233v.
  • 49 À son propos, voir les renvois fournis par l’index dans l’ouvrage de Françoise Autrand, Naissance d (...)

22À la fin du manuscrit figurent deux signatures : « J. de Longueil » et « P. Autissiodorensis episcopus48 ». La première, grattée, est celle de Jean de Longueil, premier président du Parlement de Paris à l’époque anglo‑bourguignonne49. La seconde, laissée par un évêque d’Auxerre dont le prénom débute par un P, ne peut être que celle du fils de Jean de Longueil, Pierre de Longueil. Outre ses fonctions au Parlement de Paris, Pierre fut évêque d’Auxerre entre 1449 et 1473. Le modeste manuscrit des Longueil permet donc d’enrichir la connaissance de la diffusion des manuscrits des Grandes Chroniques. Mais sans doute est-ce dans ce qu’il peut apporter à l’étude de la réception que réside son plus grand intérêt.

23Les marges du manuscrit Paris, BnF, fr. 23143 ont été abondamment annotées, en français mais également en latin. Deux mains au moins se distinguent dans la rédaction des notes : une en latin, et une, voire davantage, en français. La stylisation des seings relevés à la fin du volume ne permet guère d’attribuer avec certitude l’une ou l’autre de ces mains aux Longueil eux-mêmes.

  • 50 Voir Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, op. cit., t. 9, p. 113114.
  • 51 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 15v.
  • 52 À propos de cet ouvrage, voir Franz Olivier-Martin, L’Assemblée de Vincennes de 1329 et ses conséqu (...)
  • 53 Alfred Franklin, Les Anciennes Bibliothèques de Paris. Églises, monastères, collèges, etc., Paris, (...)

24Toujours est-il que l’on a, dans cet exemplaire, agrémenté le texte des Grandes Chroniques de véritables renvois bibliographiques. Lorsque les Grandes Chroniques évoquent l’assemblée du clergé ayant pris place à Vincennes en 132950, une note marginale, partiellement rognée, ajoute qu’il est possible d’en apprendre davantage à ce sujet : « […] de ce qui fut fait […] en ce conseil par […] docteur Pierre de Congniere […] fu fait un livre […] par messire Pierre […] docteur en loiz le […] livre est en la […] du college […]n a Paris51 ». Il est plus que probable qu’il soit fait ici référence au Libellus Petri Bertrandi, un ouvrage désigné du nom de son auteur, Pierre Bertrand, qui fut le fondateur du collège d’Autun52. Un inventaire, dressé en juillet 1462, de la bibliothèque de cette institution indique bien qu’un exemplaire en papier du Libellus y était conservé53 ; aussi faut-il probablement reconstituer la note en « college d’Autun ».

  • 54 Charles-Victor Langlois, « Registres perdus des archives de la Chambre des comptes de Paris », dans (...)
  • 55 Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Dr (...)

25Quelques-unes parmi les nombreuses notes se rapportent directement, ou peuvent être rapportées, aux documents de la Chambre des comptes. Les richesses documentaires majeures de cette institution, les mémoriaux partis en fumée en 1737, ont notamment été mis à contribution. Désignés pour les premiers d’entre eux par des mots du Pater noster ou des signes, pour les suivants par des lettres de l’alphabet, ces registres consignaient les actes et traités émis par les rois de France54. Les Grandes Chroniques évoquent ou reproduisent in extenso un certain nombre de traités de paix et d’actes royaux. Ces insertions prennent une ampleur telle dans le récit des règnes de Jean II et surtout de Charles V que l’on a pu faire remarquer que, sur les 380 pages qu’occupe l’édition du récit du règne de ce dernier roi, 200 reproduisent des traités et des documents diplomatiques55. Un lecteur du manuscrit Paris, BnF, fr. 23143 opéra donc un rapprochement entre la partie des Grandes Chroniques attribuée à Pierre d’Orgemont et les mémoriaux de la Chambre des comptes.

  • 56 Voir Les Grandes Chroniques de France, éd. Roland Delachenal, op. cit., t. 2, p. 24‑25.
  • 57 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 159r. Comme bien d’autres, cette note est rognée.

26Constatant que le scribe du manuscrit fr. 23143 s’était contenté de transcrire l’année de l’hommage rendu à Charles V par Jean de Montfort au titre du duché de Bretagne (1366) et avait ignoré le jour et le mois où eut lieu cet événement56, l’annotateur fut contraint de chercher lui-même ces informations qu’il consigna dans la marge : « le xiiie jour de decemb[…], comme porte le regi[…] de la chambre des comp[…], et illec sera veu tout la maniere des dits homm[…], ou livre signé D, ou fueillet cix57 ».

  • 58 Ordonnances des rois de France de la troisième race […], éd. Denis-François Secousse, Paris, Imprim (...)
  • 59 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 197v–198r. Voir le texte de cette décision de Charles VI dans les Ordon (...)
  • 60 Un autre exemple de ce type se rencontre en regard de la mention du mariage conclu entre le futur J (...)

27Les Grandes Chroniques mentionnent également la décision de Charles V relative à la majorité du roi (1374–1375)58, une décision qui allait au début du siècle suivant être invalidée par un acte de Charles VI. En marge de queue du manuscrit Paris, BnF, fr. 23143, on souligne que « chascun en fait a sa guise » avant d’expliquer le contenu de l’ordonnance du 26 décembre 1407 qui proclame l’instantanéité de la succession et le couronnement immédiat du successeur d’un roi défunt. « Laquelle loy ou constitution, conclut l’annotateur, est escripte ou livre septiesme des memoriaulx de la Chambre des comptes, signé G59 ». Le simple renvoi bibliographique peut donc se muer, à l’occasion, en un petit appendice historique60.

  • 61 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 13r (note rognée) ; voir Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Vi (...)
  • 62 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 62r.

28Au-delà des renvois documentaires, des annotations laissées dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 23143 témoignent également de la valeur accordée au texte et à l’origine des Grandes Chroniques de France. Celles-ci sont très souvent elliptiques lorsqu’il s’agit de désigner les grands princes du royaume. Comment connaître l’identité exacte de ce « duc de Bretaigne [qui] espousa la seur au conte de Savoye » ? L’annotateur peste en marge : « c’est grant fault[…] ceulz qui croniq[…] qu’ilz ne mette[…] les noms des pri[…] et princesses61 ». Ici se devine un esprit soucieux de clarté, peut-être accoutumé aux homonymies intrafamiliales qui obscurcissent l’interprétation des actes anciens. Résolvant lui-même les énigmes naissant de l’imprécision des Grandes Chroniques, l’annotateur indique en marge du texte qui parle du « duc de Normandie » : « c’est assavoir Jehan, l’ainsné filz du roy62 ».

29Ailleurs, le manque d’informations n’est plus seulement déploré ; un esprit critique met en cause la bonne foi du chroniqueur relatant les mouvements de l’armée anglaise autour de Paris au mois d’août 1346. Philippe VI est informé que

  • 63 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 61r ; voir Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, op. cit., (...)

le roy d’Engleterre s’estoit party de Poissi et qu’il avoit fait refaire le pont qui estoit rompu, laquelle rompure avoit esté faicte, si comme Dieu scet, afin que le roy d’Engleterre ne peust eschapper sans soy combatre contre le roy de France63.

30Cet appel de Dieu à témoin n’était visiblement pas du goût de tous, et dans la marge on a écrit : « il semble que l’acteur n’osa escrire la verité ou ce qu’il en pensoit ».

  • 64 Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, op. cit., t. 9, p. 275. La suite de la phrase di (...)
  • 65 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 61r.
  • 66 Sur la culture historique et l’activité historiographique des clercs de la Chambre des comptes aux (...)

31Mais qui est cet « acteur » ainsi critiqué ? Connaît-on bien, au xve siècle, l’auguste origine de la chronique contenue dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 23143 ? Rien n’est moins sûr. À propos d’un passage qu’il lit dans le récit du règne de Philippe VI, où l’auteur parle de « nostre maison de Rueil » pour signaler qu’elle dépend de l’abbaye de Saint-Denis64, l’annotateur commente en marge : « par ce appert que cellui qui fit ceste cronique estoit religieux de Saint Denis65 ». N’était-il pas évident pour notre homme, visiblement clerc de la Chambre des comptes et qui par ailleurs paraît bien informé, que les Grandes Chroniques dont il annotait un exemplaire étaient souvent dites de Saint-Denis ? Peut-être cela n’avait-il guère d’importance pour lui. Professionnel d’une institution qui avait la garde de la mémoire législative du royaume, il parcourait son manuscrit à la recherche de détails qui lui permettraient de mieux comprendre les documents dont la préservation était sous sa responsabilité66. Cette entreprise ne lui réussit guère : son exemplaire des Grandes Chroniques était assez mauvais et il le corrigea au moins autant qu’il n’en apprit.

  • 67 Voir Les Grandes Chroniques de France, éd. Roland Delachenal, op. cit., t. 2, p. 47–58.
  • 68 Paris, BnF, fr. 23143, fol. 163r. Note rognée.

32L’une de ces corrections autorise l’hypothèse d’un annotateur officiant à la Chambre des comptes. En marge du texte des « lectres de renonciacions » qu’envoya Édouard III à Charles V en 136067, cet annotateur prit la parole : « ceste lettres est escrip[…] ou xxxe fueillet […] traittiéz d’Anglet[…] que j’ay fait escri[…]. Si soit illec corrigee, car cy a plusieurs faultes68 ». Doué d’autorité pour les questions archivistiques, notre homme devait donc occuper quelque poste à responsabilité à la Chambre des comptes.

Le xvie siècle antiquaire

  • 69 J’emprunte cette expression à Pascale Bourgain, « Les frontières. Codicologie des manuscrits occide (...)
  • 70 En effet, la compréhension de ce qu’il est advenu du patrimoine manuscrit médiéval après 1500, et c (...)

33Le dernier exemple dont il sera question ici date du xvie siècle. Il témoigne ainsi de la réception des Grandes Chroniques dans le temps long, au-delà des découpages académiques du continuum de l’histoire. La « sortie de mode69 » des Grandes Chroniques est un phénomène observable – ou plutôt déductible du silence progressif des sources – à partir du milieu du xvie siècle. Sa datation exacte, sa caractérisation et son explication passent par l’étude de l’accueil réservé aux Grandes Chroniques par ces érudits de la France du xvie siècle, dont les riches bibliothèques sont loin d’avoir livré tous leurs secrets70.

  • 71 Roger Doucet, Les Bibliothèques parisiennes au xvie siècle, Paris, Picard, 1956, p. 129 [n° 264].
  • 72 Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, Imprimerie national (...)
  • 73 Papier ; xve siècle ; 280 x 200 mm ; 330 + 384 feuillets (maj. quinions) ; 1 col. ; 30–36 l. Après (...)

34Jean Le Féron (1504–v. 1570) est l’un de ces érudits. Parlementaire, historien, généalogiste et héraldiste, Le Féron possède au milieu du xvie siècle une bibliothèque riche de 600 à 700 volumes, imprimés et manuscrits. Y figure un exemplaire des « Grandes croniques de France en langue françoise, escripte à la main » en trois volumes, prisé à vingt sous tournois71. Seul le deuxième de ces trois volumes, le manuscrit Paris, BnF, fr. 4956, avait jusqu’ici été repéré par Léopold Delisle72. J’ai identifié le premier dans le manuscrit Vatican, BAV, Reg. lat. 92173, mais j’ignore ce qu’il est advenu du troisième volume des Grandes Chroniques de Le Féron.

  • 74 Antoine Loisel, Pasquier ou Dialogue des avocats du Parlement de Paris, éd. André Dupin, Paris, Vid (...)

35Quel usage Jean Le Féron peut-il bien faire des Grandes Chroniques de France ? Cet avocat au Parlement de Paris sous François Ier et Henri II est passionné de généalogie et d’héraldique, à tel point d’ailleurs que ses contemporains déplorent son manque d’activité au Parlement. Antoine Loisel, un avocat d’une trentaine d’années son cadet, dit de lui « qu’il s’adonna plus à escrire des genealogies et armoiries qu’à son estat d’advocat74 ».

36Jean Le Féron ajoute à son exemplaire quantité d’annotations marginales qui confirment largement le jugement de Loisel. Elles attestent en effet son intérêt pour les questions généalogiques, dynastiques et héraldiques, mais également pour ce qui touche à l’histoire des officiers de l’Hôtel du roi. L’érudit dessine en outre, dans les marges de son exemplaire, des blasons à l’encre noire lorsqu’apparaissent dans le texte des noms de personnages dont il prétend connaître les armoiries. Ces blasons répondent à la grande œuvre de Jean Le Féron. Comme il l’admet lui-même vers 1560, l’avocat a

  • 75 Cité par Hector de La Ferrière-Percy, Le Journal de la comtesse de Sanzay. Intérieur d’un château n (...)

emploié [son] temps rejectant toute vaccation servile et mercenaire a rediger en douze vollumes l’histoire armorialle, contenant les escussons, blasons, noms, surnoms, qualitez et mémoire perpétuelle des Roys, princes, seigneurs, gentilzhommes et nobles de plusieurs royaulmes chrestiens et infidelles75.

  • 76 Tous furent imprimés par Michel de Vascosan.
  • 77 Jean Le Féron, Catalogue des tresillustres ducz et connestables de France, depuis le roy Clotaire p (...)

37Si l’Histoire armoriale n’est pas imprimée sous cette forme, Le Féron publie néanmoins, en 1555, une série de petits armoriaux individuels consacrés aux officiers de l’Hôtel du roi de France : connétables, grands-maîtres, maréchaux, amiraux, etc.76, ainsi qu’aux prévôts de Paris et aux ducs du royaume. Comme l’indiquent les titres donnés aux différents opuscules, Le Féron projette dans l’obscurité des origines mérovingiennes de la royauté la fondation des offices attachés à la personne royale. Son Catalogue des […] connestables commence dès lors au roy Clotaire, et celui des illustres mareschaulx au roy Clovis77.

38Les armoiries fabuleuses que Le Féron attribue aux officiers mérovingiens et carolingiens se retrouvent, tracées par ses soins, dans les marges de son exemplaire des Grandes Chroniques, dont les volumes identifiés conservent un récit qui s’étend des origines troyennes jusqu’à la mort de Henri Ier (1060). Sans intérêt pour l’héraldique, les Grandes Chroniques de Le Féron lui servent donc à mettre au point les petites notices biographiques dont il agrémente ses armoriaux, avec les ouvrages d’autres auteurs qu’il cite explicitement, tels Vincent de Beauvais, Robert Gaguin ou Raffaello Maffei dit Volaterrane.

  • 78 Le Féron a tracé ce blason dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 4956, fol. 155r, en regard d’un passag (...)
  • 79 Voir Michel Parisse, « Généalogie de la maison d’Ardenne », Publications de la section historique d (...)

39Les sources des blasonnements fabuleux sont, pour certaines, transparentes. Jean Le Féron procède de manière régressive pour les princes féodaux. Par exemple, il attribue à Thierry Ier, duc de Haute-Lotharingie (v. 965–v. 1026), les armoiries que la maison d’Alsace a par la suite données à la Lorraine : « d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent78 ». De toute évidence, Le Féron ignore, ou feint d’ignorer, que le Thierry de l’an mil est en réalité issu de la maison d’Ardenne qui n’est plus, au xvie siècle, en possession du duché de Lorraine79.

  • 80 Jean Le Féron, Catalogue des tresillustres grands-maistres de France […], Paris, Michel de Vascosan (...)
  • 81 Jean Le Féron, Catalogue des tresillustres ducz et connestables de France […], Paris, Michel de Vas (...)

40D’autres blasons reproduits en marge du texte des Grandes Chroniques s’expliquent moins aisément. D’où vient cet écu « de sable à l’aigle d’or, couronné de mesme, membré & becqué d’azur », que Le Féron attribue à Conrad, comte de Paris, contemporain de Charles le Simple, et qu’il range au nombre des « grands maistres de France80 » ? ou ce blason « d’or à l’aigle de synople, à la bordure semee de France » de « Bouchard ou Bochard, duc de France, & le premier portant le tiltre & nom de Connestable de France81 » ? Une étude consacrée aux fondements intellectuels et livresques de l’activité érudite et antiquaire de Jean Le Féron apporterait certainement à ces questions d’intéressants éléments de réponse.

41Certes, trois attestations d’utilisation particulière des Grandes Chroniques ne peuvent, d’une façon qui soit à la fois fidèle et exhaustive, représenter l’hétérogénéité des contextes de réception de cette œuvre. Toutefois, ces exemples évoquent la diversité des interprétations et dessinent, comme en pointillés, le périmètre de ce que peuvent être les différents contextes de réception, de lecture, de rapports au manuscrit et aux Grandes Chroniques. Entre disparités géographiques, usages institutionnels et réappropriations intellectuelles d’érudits ou d’amateurs, la question que l’étude de la réception des Grandes Chroniques de France pose en filigrane est celle de leur spécificité et de leur utilité aux yeux des médiévaux. Il s’agit de retrouver, dans le panorama littéraire tel qu’il était compris et vécu à la fin du Moyen Âge la juste place d’une œuvre à succès.

Haut de page

Notes

1 Différents genres littéraires ont été abordés. Par exemple, et chronologiquement : Pierre-Yves Badel, Le Roman de la Rose au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980 ; Matthias M. Tischler, Einharts Vita Karoli. Studien zur Entstehung, Überlieferung und Rezeption, Hannovre, Hahn, 2001, 2 vol. ; Christopher Allmand, The De Re militari of Vegetius. The reception, transmission and legacy of a Roman text in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2011 ; Noëlle-Laetitia Perret, Les Traductions françaises du De Regimine principum de Gilles de Rome. Parcours matériel, culturel et intellectuel d’un discours sur l’éducation, Leiden/Boston, Brill, 2011 ; Godfrey of Viterbo and his readers. Imperial tradition and universal history in late medieval Europe, dir. Thomas Foerster, Farnham, Ashgate, 2015 ; Christine Gadrat-Ouerfelli, Lire Marco Polo au Moyen Âge. Traduction, diffusion et réception du Devisement du monde, Turnhout, Brepols, 2015.

2 Comme d’autres, je préfère au terme de best-seller, parfois employé en médiévistique, celui, moins connoté, d’« œuvre à succès ». Best-seller, participant des champs lexicaux de l’économie de marché, du commerce et des classements, est un vocable qui rend compte de façon assez erronée des voies du succès littéraire médiéval, qui est inscrit dans le temps long et ne dépend pas des possibilités de reproductibilité à grande échelle. Les différentes études entreprises dans le cadre du projet de recherche OPUS (« Œuvres pieuses vernaculaires à succès »), mené à l’échelle européenne entre 2010 et 2015, ont envisagé plusieurs modalités du succès littéraire au Moyen Âge.

3 Bernard Guenée, « La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiiexve siècles) », dans La Noblesse au Moyen Âge. xiexve siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, dir. Philippe Contamine, Paris, PUF, 1976, p. 261–288, cit. p. 261.

4 Robert Bossuat, « Leçon d’ouverture du cours de sources narratives et littéraires de l’histoire de France à l’École des chartes (3 novembre 1937) », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 99, 1938, p. 132–150, cit. p. 137.

5 Les travaux de l’« école de Constance » relatifs à la réception des ouvrages littéraires, dus en particulier à Hans Robert Jauss et Wolfgang Iser, ont suscité des débats sur lesquels il n’y a pas lieu de revenir ici. Pour une perspective critique – quoique ancienne –, voir La Réception de l’œuvre littéraire. Recueil d’études du colloque organisé par l’université de Wrocław, dir. Józef Heistein, Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, 1983.

6 ATILF – CNRS & Université de Lorraine, Le Trésor de la langue française informatisé, art. « diffusion », 2004, URL : http://atilf.atilf.fr, page consultée le 12 mai 2017.

7 Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Paris, Société de l’histoire de France, 1920–1953, 10 vol. ; Les Grandes Chroniques de France. Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. Roland Delachenal, Paris, Société de l’histoire de France, 1910–1920, 4 vol. Sur la genèse des Grandes Chroniques, voir notamment Gabrielle M. Spiegel, The Chronicle Telang="frfes -menis. Asur vey/span>, vBroolin,e/Leydn, gCass=caulfol.ia eng="frs 19768; Camment cn étrit d’histoire ar xiviespan xml:lang="fr" lang="fr">e siècle. Priatiet le c/span>Roman de royas éd. Juan/span>-YMaie dMoegln, Paris, VNRS 20156 roman /em> de LPriatiear l’ubbaye de Saint-Denis< voir nIsablle eGuyot-Bcheyet luan-Maie dMoegln, P damment cn été aontinuues es Grandes Chroniques pans la mremiere aoiriézdu xvie siècle ;, Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 9163/2 20045 p. 138–v43.

8/a> Lspan xml:lang="fr" lang="fr">Le ture, françaises duela fin du Moyen Âge Ptitesantihlogie dommentee de tuccès littéraire , vd. JFésdriec Dual, qenève, Droz, 10047

.À propos de manuscrits denluines de Grandes Chroniques, doir ,Ane D JHedema, Che CRyale Iage ,Ilustretions des he M“randes Chroniques /em>,G1422/span>, dernkeley/LosAndel,es/Oxorm, Pniversity Pf VCaliormna Peess, 21991

G10/a> Dean LDaudinen regommende a la ture,à Charles V eans le paroogue dessa ctaduction,du menRecediei,de LPtrrquer (Ludmila lEvdokimova P daarles V eans le pmirir Chaducre ar xive siècle. Eragr de Bontayet la veieintellectuellesà la rcur de Pharles V, vir. Jëlle- Duco et Wichele eGyens Paris, VNampson, d015, o. 24 ,265 cit. p. 2657et 2064),et luanqensonnar CId, vespan>Cuvres pomptlèt , vd. JPlérmn pGlrienx, aaris,/Turnali/ome./New York Drescle, 190, l. 2, p. 2403/span> ,215 cit.p. 2413 cit.zduns C’Epsoredu roi. /span>,d/span>xiexve siècles/em>, Paris, IGll-iatd, 19593span xml:lang="fr" lang="fr">, v. 241.

1< D Boen de manuscrits demble navoir ljaais égé laus Les danuscrits des prus luxunx, als danuscrits ddapparaitsont lvant dout la maniefstationsd’un dtatiutsoncial Il sont lcopés cour ltre lvu prus ue posr ltre lus » r(/span>Le ture, françaises duela fin du MoyenÂge./span>, vespan>Cp. cit., v. 139) L’usre,t la vsaltt des deuillets (’un despan>Ccodex/span>,deoient être lonsigdré scomme ees intdces b’utilisation pt de reception, dinsi qu l’acmondté &’étude de lKathrynM. SRudy « LDity dbooks.2Qantitfyingpatrters des ue infmedieval Eanuscritps (usingpade si tme.ter», 2ournal des istoriqas des Nehe rand ishart./span>, dol. 92/–28 d0150,/span>22RL : 2ttp://awww.jhna.org/ntdex.php/past-ssu es/olumes-2-ssu e-1-2/29-dity -books/span>, d/span>2age consultée le 12 mai 2017.

1 CJ reproeds muns Caéin,e Vn IHoorebeeck « LD livre sa live. La ture, ft le ceurs q/ppan>< l’écroeuv des cotérgoisation ssonciales», dans La ceurs ,la ture, ft lgroupessonciaxicu Moyen Âge. , dir. JXaver eHerand, <ÉtenneRecard Gt laéin,e Vn IHoorebeeck urnhout, Brepols, 20154 p. 12931931; Levresqft le ceurs des bonttion,nires de sducs dueBoucrgone a(/em>,ca.em> s1420/em>,<1520)/em>, durnhout, Brepols, 20154 p. 13031309

1 Boir MJacuesLeEpsoredu roi./em>, op. cit., t. 131–1313 ce plus sénéirlement pJoyc Conlema, ,ublicaRecadingpand he MrcadingppblicaRn late medieval Euglaind ind rance, ambridge, Cambridge University Press, 29596

14/a>.À propos dea la ture,enmilieu daistopcetioues doir ,Fnttion,set pritioues ee a la ture,à Ca fin du Moyen Âge Aprophe Ooncioittéraire au duscours sur l la ture,enmilieu duritalddappès ls sources darratives erançaises dt pbucrgugnornes j(360,<1480)/em>, duèse d dontor t, Lovaisn-la-Neuv ,Université dotholque desLovaisn 2015.

Des dantifn, de J ceroniques<», d grsten » ro « distoire Grandes Chroniques,sans sd série ses vroceauifn, dritique . Par exemple, efat-il bcrore quail soge au Grandes Chroniques,sorsqu JeanLWauuelsi regnoiesle cectrur ae son e/span>Griagr de BRossitlln au x« dvraye croniques de France<» ro u x« distoire Caoniclues de fabizde faerent imnse.gnor riagr de BRositlln éd. Rspan xml:lang="en" lang="en">Leéoce d M.otille Paris, VNampson, d1880 v. 248dt d361)? Ceest p’hypothèse d’uElzablehe J.M.oode, ,Ilusminte d Crusders Hstorien,,forPhilipp he  GoodPf VBcrgundy/span>, durnhout, Brepols, 2015, p. 264. p’indersi, les Caonicues de France,qu lMargurit. e Becoupr dénge dans lon eestatent, tn 1540, l Psn poupsi reanLe BRubepréh,sera ent clutôt dn exemplaire desl lespan>Caronique daré ée /span>,de LGilleame des Nangi d(/span>Lavresqft le ceurs desfaemes etnEurope, dir. Pepan xml:lang="fr" lang="fr">,Ane/span>-YMaie dLgardh,surnhout, Brepols, 20107 v. 241C,22, cit. p. 1213et 202, cn 128)

16/a> LeaChronique de dbn,du cLoy dueBoucrbon/em>, éd. RMrtical-Alphnse.VNamzau, Paris, Secauard d186, p. 2673; ,eanLe BBrry L’gr dt le cpovaire/em>, Paris, IFayrd d0100 t. 1311.Contaairesent à cestaines,denluineurs évoqueat, poa une pmie en fabye, ma réception de l’uvragesqu’elle illustrest (otamment Gans le pem>roman de la rse, Pomme ee pmotre 2span xml:lang="fr" lang="fr">DerieLWaltes ,l Lecadingpte Roms /span>, Lterbcy oand he Mressntai="frfes te Roman de la  rms /span>,infmedieval Eanuscritps », Poman caRreview/span>, voi. 985/1 29594 p. 12/span> ,26/span> ),celle conserve escans les maruscrits de Grandes Chroniques ne peprésentert,pas d sérlces fe lecture,ppblicuem. span xml:lang="fr" lang="fr">C’ne de ueate,enluineurs e drontispie du Che CRyale Iage /span>, vespan>Cp. cit., v. 1233 fdtrit dueat,à eslespette exnluineursaomme eettrat en escne on eoine mtritvnt desvnt deautres boine etnEuscousionn

1 , Paris, IAubir, o011 [980] v. 1256

18/a> Daéin,e Vn IHoorebeeck « LD livre sa live.»,

H19/a> Bernard Guenée, /m>, op. cit., em> c/em>pa 1301130.

20/a> Levresqft le ceurs /em>, op. cit./em>. /p>

2 Les Gres sd svoir lens l’ourope, Paris, IUF, 1979.

2< CDenombre ses vtudes dmotgraphiques dn été aontacrée sà cespersonne lpans la mrrspective cu duvaeloppsent deun dhuan csm françaiseau xi<eft lspan style="font-variant:small-caps;">xve siècles).Boir poa uxemple, ee panorama lbros,epoa uNiole dPfrs 1 Les fchntcLCntc, dir.qensan oGuealdo,Vatican, BAchiviso sereson1atican,, 19890 p. 1327,,168

2 BDns lnepassag mtlquent l’une ong u plttre a cGntierConl ee pecretaitredu roi.reanLe BMotre ul sereetten escne on esn études,le pem>rcalamu n la main.Boir son e/m> Epstora  eem>,161 2. 155–1961r(eanLe BMotre ul em>, , éd. REzon Ornteoe/m> et al, tTuri Giappchel i, <1963‑1975 2 vol. cit.p.<;1 v. 123–2832 ; 1ne treduction,du GrntierCtteierre, Paris, Iroz, 19834 p. 1231,et Wiche lpMole , LGnèse dédiéval,sduela france.aodexi<e€,em>xve siècles/em>, Paris, IArthau, P1977 v. 211.

24/a> Bernard Guenée, /m>, op. cit., v. 123.

25/a> Boir Me paroogue dessPriati: Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. cit., v.<;1 v. 1–26

Boir Mernard Guenée, « Listoire a’un dtccès ») dans La Grandes Chroniques de France. CRproductibn intérgrlemen fiac/em>-, ir. Prançois Avril eMaie -Térase dGossie dt lernard Guenée, [aris<, Pa.Lesbau, P1987 v. 2811938

p class="footnotes">2 xve si.; 2808x 2002mm ; 342 feuillets (m6 l,eions) ; 1 cil. ; <29l. Aspan xml:lang="fr" lang="fr">Da manuscrit Pa pparatnu d lJoseph Baroyi dui e’acmvend u comte deArshbunham,avec les esti dessa colloetion,dnt 1849 Il se fagureit cas u nombre des 66Rsm>Ccodces /span>,de LBaroyi duieLéopold DelisleCcodex/span>,dn°1373*le la comloetion,LBaroyi qui est iaujurn’hi conferve asus le come aris, BnF, fnuve.Macu.Mr. 46225 Pour tat, pc manuscrit Paparaiîten cre cans le cadalogue desla venterle manuscrits  Baroyi dd comte deArshbunham, prisé fchez SthebyA cnt jin o1901r(/span>,Hn Ehe MErlePf rshbunham, pknow assEhe MBaroyi demloetion,Lwhche wlle b sond Dbyiaution,LbyiMssis. IStheby, Wilkinon eamp; UHode /span>,<…],,n eMndaty, he M10/span>espan xml:lang="fn" lang="en">,th/span> dea Pf Jun, 191, 2and fsr lflloqwingpea , CLndaes, dJ.MDav oand sfrs 19701 v. 150 [n°1128])

28/a> <Élodc dLgcupres-Desjrd ns, dem>Le TRyaumexi<e<‑em>xve siècles./em>, Paris, IBlsi 0156 /p>

29/a> Boir Me sfiligrane sdn°182251182253du ropenroire a/m>,uicard,/em>-. /p>

30/a> Lesfrançaiseatait css=uémente a langue frisvli gie dens le pmode attéraire abucrgugnorn,et span xml:lang="fr" lang="fr">,so arrouagesdeautr rs prancophnss dariles dics dueBoucrgone aexeraiduielue noôlesonciallens l’odentifiation se dronçaiseaomme eengue fdechlture hes dPa <-BssE(Tana PVn IHemelryck « LQuest /span>-Ye que pl littéraiure ]française i la rcur de dics dueBoucrgone  ?», dans CeaChur de Boucrgone aetl’ourope< Le sraynnementspe les pliilts b’ut eoièle eulturel , vir. TW,he Cue if Fentchoand Dutchobyihe Mduks dn VBcrgundyoand he r Madineitretions», dans ,Id/span>,. ,uglaind, rance.aund Bcrgundyon the Mfiftest h ent ury/span>, dLndaes, dHable en ress, 29583 t. 11892812). Sr l’sagesMadineitretiofde dengue dens le puché de LBraba vant da récunonnde mifférentes povinges des bPa <-BssEsus leautroité des oVlogi dueBoucrgone doir Rspan xml:lang="en" lang="en">Lhe Ccae if Braba », dans ,he CDawrfes te , dir. Tspan xml:lang="fr" lang="fr">YMchele eGyenset Wo<,12.

31/a> LColophns de manuscrits docide n ax des mrigines tr ,em>xv<eem> siècles/em>, Pd. JBnéidition du cBuvertt, , op. cit.,span xml:lang="er" lang="fr">, v. 1312 [n/span><°, 299])

32/a> Boir Meade critpsonndennéespe ce qolumes,lors ae son eedté ecans les momloetion, de la Bibliothèque nationale<,lar lhilippe CLaur, < LNuverle cacuetsg="frs atifnsqft lrançaises du <épertesent de manuscrits de la Bibliothèque nationale< end at es panées 193–1593.;, Bibliothèque de l’École des hartes, vol. 996 1983, o. 240–v245 cit. p. 2634 /p>

3<3/a> DSr les pueatorzenomes sgnofiatiove dui ee retncotre t Gans le marges de se qolumes,lre izesont le la maêe eein.Barimicelle -ci,serues pueatre e ee repportern cas u xprincipuutrs de

34/a> Dol. 187, en regard d texte : « dSy ylau té dmnse.gnour aJehnLe BFaindes, dutresent det de rNele<,le contexLe BFaindes,» r(oir Le Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p9 o. 247)

35/a> Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. cit., v.<;9 o. 247)

36/a> Dapis, BnF, fnuve.Macu.Mr. 46225,style="font-variant:small-caps;">xi, ontex et deslibertion ptnemble deaussegerCLilemen fFaindes,» r(oir Le Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p9 o. 1176)

37/a> ,(oir Le Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. it., v. p, p. 132)

38/a> Dapis, BnF, fnuve.Macu.Mr. 46225,style="font-variant:small-caps;">xxxespan xml:lang="fr" lang="fr">eespan xml:lang="fr" lang="fr">e jur de Pjin g Le Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p9 o. 1297)

39/a>

40/a> Lspan xml:lang="fr" lang="fr">LeaChronique deougue rrnLe BMottresle tn reuxicivresq,avec lpècls Vustefiatiove . 1400/span><,144 /em>, vd. JLovtspDouë /span>-YeArrcq Paris, Secauard d1857/epan><,1862, 6vol./ppan>

CJ nLe,Pe isdet deoOtresenus, Ley Myrer de distoris/em>, éd. JAdolpe MBornouspe lStn csassMBorand, Bnruxlles 1Haye, 1986–v1887 v7vol. rMyrer /em> nustu’eu xpévéements ae s1399; LeÉritsur de l’istorirecans les moroniques drançaises d(/em>xie<xve siècles)/em>, daris, VNass=cues dGanier 0156 t. 13161318

42/a> Les tics dueBoucrgone apos,ed ent cdenombre sxmaruscrits de Grandes Chroniques ,et des cmcea csm ae srercoltion sens la mivfusion ees ouvrages ,lei scu cés.irCtte la rivlitéslmimcioues e(e que pl loncioigie dés.ine apr l’uexression eem>Gtrckle-dow aeffec./em>.) ont spuétre loberve scans les mPa <-BssEmriedonalsxm(aéin,e Vn IHoorebeeck « La culent le ees dineiaeurost< . De manuscrits denluines dosr luels ipblicas ?», dans rMneiaeurs dflaende . 1404aem>,<1482/em>, ir. Pernard GoucmalneR/m> et al, taris,/nruxlles 1nF,/ibliothèque noyale. e ealiquem o011 v. 28118, cit. p. 285)

43/a> roegu 99615(7.7)29615(8.8) Ent 1675,DÉtenneRBaluzeCacuet dosr la rbbliothèque de lColert dint il agait ja gerd e pc manuscrit Posr la rsmme ees siicivresq,avec les esti dessa comloetion,Le l’ncaésmiiennmJ nLBales e si (159 ,1675).Boir sespan>CeaCibliothèque deut encaésmiiennmr xiviespan xml:lang="fr" lang="fr">e siècle. Invntaireset prisé pds fivresqdraes dt de manuscrits de lJ.MBales e si,surivi ae son eestatent,/span> /em>, vd. JLéocBrille daris, VImrismr, 542]/ppan>

4<4/a> LCorpuscadaloguorum ealiqi C/em>,he Cedieval Eboolinst des he MSouhe rnMLowChurnties./span>, d. p5: ,Duks dn Bcrgundy/span>, dir.q/span>,homas Foalmane aetlBaudoin oVn Idn Abeel, 2Lovaisn/aris,/nrstora daeetes ,l0156 t/span><. 248dt d334 [n°15.671dt d8.300]

45/a> DC manuscrit Paparaiîteosr la rremiere aois eens la mbbliothèque de Bonlert ,asus leu n/span><°, 350

46/a> Dapier ; style="font-variant:small-caps;">xxespan xml:lang="fr" lang="fr">eespan xml:lang="fr" lang="fr">e iècle ;; 275x 2000mm ; 3233feuillets (m,eions)dt dntorions) ; 12cil. ; <31;.

47/a> DAsxmcôés de rmoifs tès cur ats aomme et elopord dne trtredueBbœuf dne tanceset pn despan>CY/span> /em>, vt eoiiofde claphe Ooedivtinegem oui epeu être leppoophezdu

48/a>

4.À psn propos doir ,Nrisantc,<1454/sm>, Paris, IUblicaaion, de la BSorbonne 2958.

50/a> Doir sespan>Ce Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p9 o. 1113/span> ,114

51/a>

52/a>.À propos dect dnvrages doir LeAsembleespe cVngesnes de J1329dt dse conseéuentc . tue tuc les pontflts denre lua juiedotion,Llaïue nt la vjuiedotion,Lecclesistiquesrr ,em>xv<e siècles/em>, PRsnes ,Bibliothèque nniversitires 19709 o. 152‑64 oui eétoff le Trectnembnt de manuscrits donferve d rLiblleu ntaliopar lules VRoy P damnèrentceae cVngesnes detpontflts de Pjiiedotion,L(132919350)», dans rMéang=s VReier Recueil d tredvaux/sm>, Paris, IVieweg,l1887 v. 23291346 tspécp. 23451346. —Il se faau cas ontfndaesle pem>rLiblleu,avec les aairéslem>rDemriginesPjiiesdotion,um /em>,int ilautr rsest iaussirDemriginesPjiiesdotion,um/em>,avtiribuep lierrerMéang=s VFitineg C/em>xlxve saniversiiresee HerandnVFitineg/sm>, PMotrpl i,r ociété danonym de l’Imrismr ceAsembleespe cVngesnes /em>, op. cit./em>. p. 264268; rDemriginesPiiiesdotion,um/em>,adel ard,,al,lierrerInitium Recvvtiacadaloanadeuistoriqaadel aes./em>. pol. 916 o011 v. 213–2172

53/a> Les VAciennes dibliothèque sde Paris<. Églses ,pmotstire s,comloèes ,letc./sm>, Paris, IImrismr

54/a> DCarles/span>-YVitor dLrnglyi q Lecgitremspaerdu de CNutces bt,, v.<;40 19756 t. 133/span> ,399

55/a> , Penève, Droz, 19582 o. 1526. Sns Les Grandes Chroniques de France, éd. JRolnsd Delchenal, Pae>op. cit., v.<;3 t. 1span style="font-variant:small-caps;">xvx/span> xxx<

56/a> Doir sespan>Ce Grandes Chroniques de France, vd. Jsspan>Rspan xml:lang="en" lang="en">LRolnsd Delchenal, Paspan>,n. cit., d. p, p. 2442.

57/a>

58/a> Lspan xml:lang="fr" lang="fr">LOrennages des boyi de France,q…], vd. JDeie/span>-Yrançois Secossie Paris, IImrismr ,32.Boir sespan>Ce Grandes Chroniques de France, vd. JRolnsd Delchenal, Paspan>Cp. cit., v. p, p. 2177/epan><,178

59/a> cOrennages des boyi de France c…], vd. JDeie-rançois Secossie Paris, IImrismrrocueil dénéirledes btites pomce naat es ponttion,, Iangs dirgnite, 1érlces ft prisvligs des bhartgs des bréseie si,sté sriens ae srance<,dénéirlx desfin lces ft pgansd dolyns ae sénéirleite,du roiaume, éd. JSimn pFsr ntvl, Paris, VNaouuelx, a1655 v. 2814281.

60/a> Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. cit., v.<;9 o. 232)<opr eiertera aelgiason the srio ardtarum t prisvliegiorum elgi eexost,» r(apis, BnF, fr. 423143 fol. 121r).Contaairesent lx dntdceaion, delatifv u xparmnielx, aoedses dnbsoitespar laindcedsiedueB1737 pc mgnoieest in cre cvlitdeiaujurn’hi Puis ue le Tecumentamcoce nae dantzdu <17 féviens 1331 (a 1st.),est ionferve : , op. cit., v. 1457 cn 126) Le sexte dnnmrcté aéite,à Particrde l’nniennmarmniele Bde la BNampre des ilmpt s,poa uNiolessMBrssie, Pae>oNuverl Extentde l’sagesMénéirledes bferfsftn rance.aend at es,em>xve,es,em>xv<e,es,em>xv<<edt le c/sm>,em>xv<e siècles dosr lervecrd l’nterlligntceae splus snnienn btites pu , xlxvvx/span> xlxvvxi<

61/a> Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. it., v.<;9 o. 230.

62/a>

63/a> Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. cit., v.<;9 o. 2276127.

64/a> Les Grandes Chroniques de France, éd. Jules Viard, Pae>op. cit., v.<;9 o. 2275.CLa uite dessa cphraoedivffre a texte aéite,uis uean pli Gans le panuscrits: « d…],

65/a>

66/a> DSr la rhlture historique detl’oativeréslistoriqgraphiquesdes ilerc de la BNampre des ilmpt sau style="font-variant:small-caps;">xxespan xml:lang="fr" lang="fr">eespan xml:lang="fr" lang="fr">e-/span>style="font-variant:small-caps;">xx<espan xml:lang="fr" lang="fr">eespan xml:lang="fr" lang="fr">e iècles. doir Rspan xml:lang="en" lang="en">LHstoriecledhlture hnsd pl.emicon the MFentchooyalePaspan>,Nampre des ilmpt s/epan>,on taris en the Mfiftest h ent ury», ,Notinegam,aedieval Etyuies./span>, dol. 949 20105 p. 124–1589; Rspan xml:lang="er" lang="fr">,1498/epan><,1522», PTraiton/epan>, vol. 955 v0100 t. 123 ,292

67/a> Doir sespan>Ce Grandes Chroniques de France, vd. J/epan>op. cit., v.<;2 o. 247<58

68/a> Dol. 1163r.CNtaeirognze

69/a> DJmplruterlctte exxression e larscaes Bucrgac, < LLs drantière s.Condiolegie de manuscrits docide n ax », dans CFrntier en the MMiddes Agr. Csspan>Rsem>,Proceeding des he MThid Gurope,,14 Jun,20103)/span>, dir. J/epan>

70/a> oUeRBbliothèque niuan cst.au terps le s ue rre de lreligon ELs fivresqdesJhlaue tDupuydeaupès ’indertaireseeess,epoa ue plibaire aDeietDual, (159<)/em>, dVlleturbanne 2ENSSIB 19898 Pour dne trrspective cuistorirecnterll ceuele<,loir LAcèsau ,em>xv<<<e siècle. Acts duecolloque /em>, ir. PMchele eGurent-Laferéslt lalauene mourloin Paris, VNaampio 0152

71/a> Les Vibliothèque sdarisiennes ar ,em>xv<eem> siècles/em>, Paris, IUicrd d1956 p. 1299 [n°1264]

72/a> Leopold Delisle< dem>Le TCabint de manuscrits de la Bibliothèque nationale, Paris, IImrismr

73/a> xve siècle ;; 280x 2000mm ; 3330 + 38 feuillets (mmaj.oui ions) ; 1 il. ; <3–16 l Grandes Chroniques sassagcens la mbbliothèque de Gcodces /sm> sédiévalx deAlexindesPtiau t prrticteosr laItalceloùdse conloetion, d(ycommri le panuscritsVatican, BBAV PRsg ;lct<;921)pfrent irahentes oa ue ppaps AlexindesVI. I Le srsti des momloetion, de lPtiau au tacuetspar lifférente dbbliotphile u nombre des uels iselrouveat jaedcrd nsl, Mazrian.À pa mor cdenctdnier dne tgansds opraion,deéchnte.tpilotespoa uColert drrsmitéla Bibliothèque nu roi.reenre rGenapos,ssion eeun marticele

74/a> oarsuetr env Dilogue dessdvoiati du cPrlesent de Paris, éd. JAndeslDupn Paris, VVde coq,l1844 p. 12031504 /p>

75/a> DCrésloa uHetor de lLaFF rrère /span>-YPercy Pe sJsr nledessa commts s aesJSanzay Inéraier deut eheteu nomranddmr xivi/span>espan xml:lang="fr" lang="fr">e siècle./epan>, varis, IA JAubry fnuve.Md. d1859 o. 231<,142

76/a>

77/s> CJ nLL FFreo /m>, Paris, Iiche lpe PVrscosan d1555; rI,/em>-. /m>, Paris, Iiche lpe PVrscosan d1555 /p>

78/a> DL FFreo acreaczder bassn sens la panuscritsVapis, BnF, fr. 44956 fol. 1155, en regard d’ut eassag moùdPriatieeess,e<’indertairesee santdcvidu dLe Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p3 t. 1285)

79/a> Doir siche lpapis,s. 1 LGnéiaegie deea mainsn eeArrdnnes», PUblicaaion, de la Bsetion,Listorique de l’Iseitut cgansd/epan><-em>PicsledessLuempbucrg/epan>, vol. 995 2958. t. 19/span><,41 dit.t. 125 PSr la rtccssion ees deytsties. ’ufiginesPcrdosi genneRla Brtreduupuché de Hutr -Lthriangen Puis lessLoratine,loir CNubes s at chhval rxii/span>espan xml:lang="fr" lang="fr">emr xi<<espan xml:lang="fr" lang="fr">e siècle./epan>, vNncey IUblicaaion, de laut versité de NnceyII. 19582 o. 183/span> ,121

80/a> DJ nLL FFreo /span>Catalogue des btrstllustres tgansd /epan><-em>PainstesqdesJrance,c…], varis, Iiche lpe Vrscosan d1555 fol. 118r.BBassn sessionsloa uL FFreo uns

81/s> CJ nLL FFreo /m>,c…], varis, Iiche lpe Vrscosan d1555 fspan xml:lang="fr" lang="fr">Dol. 114v Le Grandes Chroniques de France, vd. Jules Viard, Paspan>Cp. cit., v. p3 t. 1107)

a class="Fgo-top href="#brticle.-4419 >Hutrdepae /sa