Navigation – Plan du site

La règle du jeu : avant-propos

Jean-Michel Mehl
p. 1-3

Entrées d’index

Mots-clés :

jeu, règle, liberté
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Gusdorf, « L’esprit des jeux », in Roger Caillois (dir.), Jeux et sports, Encyclopédie de l (...)

1On connaît le jeu de mots classique : « Porte ayant du jeu recherche partenaire ». De manière triviale, il ne fait que dire l’étonnante polysémie du terme « jeu ». Ce dernier appartient en effet à cette catégorie de mots simples qui, comme le soulignait Paul Valéry, introduisent « une résistance étrange » et déjouent « tous les effets de la définition aussitôt que vous les retirez de la circulation » pour les examiner à part. Quant aux ethnologues, ils nous apprennent qu’il y a des civilisations dans lesquelles les activités ludiques et les activités de labeur sont rendues par le même mot. Un comble alors que, dans l’acception courante, tout paraît opposer le jeu au travail ! Gardons toutefois à l’esprit que, selon la remarque de Georges Gusdorf, « l’esprit du jeu peut s’introduire au cœur de l’activité qui lui semble la plus étrangère, comme un parasite qui l’habiterait secrètement, sans que de l’extérieur il en paraisse rien »1.

  • 2 Johan Huizinga, Homo Ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, traduit par Cécile Seresia, Pari (...)
  • 3 Jean Duvignaud, Le Jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 14
  • 4 Roger Caillois, Les Jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris, Gallimard, 1958, p. 42-43.

2Faut-il dès lors renoncer à toute définition précise du jeu ? Johan Huizinga avait tendance à voir dans le jeu le point de départ de toute culture2. Cela le conduisait à voir le jeu toujours et partout, en gommant à peu près tout ce que l’activité ludique a de spécifique. Pour sa part Jean Duvignaud sépare nettement ce qui relève, dans la terminologie anglaise, du play et du game, voyant dans le premier une activité libre et sans règle, tandis que le cours du second se trouve construit par la règle3. L’insuffisance de ces deux approches est patente. C’est pourquoi la recherche de dénominateurs communs, telle que celle tentée par Roger Caillois paraît plus pertinente4. Parmi ceux-ci, la règle se détache nettement. De fait, même les jeux qui peuvent nous paraître sans règle, je songe aux jeux d’enfants, obéissent peu ou prou à des règles, sachant que la transgression peut aussi devenir règle.

3Les différents textes rassemblés ici disent à l’évidence la luxuriance de la notion de jeu, tout comme l’entrelacs permanent entre le play et le game dans la société médiévale, entrelacs souligné dès les propos introductifs.

4De part et d’autre de ce regroupement, le jeu d’échecs, incontestablement un game qui, pourtant, vient s’accoupler à un play dans l’épisode de la Forêt perdue dans le Lancelot en prose, paraît essentiel. En même temps, le jeu contre l’échiquier magique ne peut que faire songer au jeu actuel contre l’ordinateur, autre magie ! Conformément à ses origines, le jeu d’échecs est bien là le jeu de la mort et s’apparie à un savoir comme le souligne l’étude de ses origines troyennes. Certes, derrière cette localisation spatiale transparaît la volonté de situer au loin l’origine de pratiques considérées souvent avec suspicion par les autorités spirituelles et civiles. En même temps, replacée dans un contexte didactique, ce jeu ou en tout cas sa démarche, l’apparie à celle de l’exercice scolaire de la disputatio. Comme cette dernière, le jeu est à information complète. L’usage du mot ludus pour désigner l’école place ce thème dans la même atmosphère.

5Mais ludus renvoie aussi explicitement au théâtre en tant que représentation organisée. Il est frappant de voir que les jugements à son égard accordent beaucoup d’importance aux localisations spatiales, temporelles et à la condition des joueurs, autant d’éléments qui finissent aussi par être pris en compte dans l’appréciation des autorités sur les jeux divers.

6Cette règle est également au centre du genre littéraire particulier qu’est le jeu-parti. Tournoi en vers qui fait coexister plaisanteries et savoir, le jeu-parti illustre bien la nécessité du respect de la règle. Fondé sur cette dernière, le jeu offre naturellement la possibilité de la transgression de cette même règle. C’est ce qu’illustre le Lai d’Ignaure qui, mettant en pratique les bases du jeu réel du Roi qui ne ment, permet d’inverser les fondements de l’amour courtois.

  • 5 Colas Duflo, Jouer et philosopher, Paris, PUF, 1997, p. 57.

7Johan Huizinga disait que « tout jeu signifie quelque chose ». C’est bien ce que notifient les textes rassemblés ici. Quelque part tous renvoient à la notion de liberté, même si cette dernière est à prendre dans le sens où l’entend Colas Duflo : « Le jeu est l’invention d’une liberté dans et par une légalité »5. À n’en pas douter tous les auteurs des textes qui suivent se sont pris au jeu !

Haut de page

Notes

1 Georges Gusdorf, « L’esprit des jeux », in Roger Caillois (dir.), Jeux et sports, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1967, p. 1157-1158.

2 Johan Huizinga, Homo Ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, traduit par Cécile Seresia, Paris, Gallimard, 1967 (1ère édition en 1938).

3 Jean Duvignaud, Le Jeu du jeu, Paris, Balland, 1980, p. 14

4 Roger Caillois, Les Jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris, Gallimard, 1958, p. 42-43.

5 Colas Duflo, Jouer et philosopher, Paris, PUF, 1997, p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Mehl, « La règle du jeu : avant-propos », Questes, 18 | 2010, 1-3.

Référence électronique

Jean-Michel Mehl, « La règle du jeu : avant-propos », Questes [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questes/651

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Mehl

Professeur émérite, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Association des amis de « Questes »

Haut de page
  • OpenEdition Journals