Navigation – Plan du site

De « la maleiçon d’Eve en la beneiçon Marie » : enfantements charnel et spirituel dans la correspondance d’Abélard et Héloïse

Thibaut Radomme
p. 67-87

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Tilliette, « Introduction », dans Lettres d’Abélard et Héloïse, éd. Éric Hicks et Thérèse (...)
  • 2 Nous renvoyons, pour une analyse de la traduction de Jean de Meun, aux articles suivants : Éric Hic (...)
  • 3 L’expression « lettres originales » que nous employons est polémique puisque les hypothèses les plu (...)
  • 4 La Vie et les epistres Pierres Abaelart et Heloys sa fame. Traduction du xiiisiècle attribuée à J (...)

1La correspondance d’Abélard et Héloïse est traversée par un processus primordial : la transformation d’Héloïse en avatar de pureté, après qu’elle a incarné l’archétype de l’amante. Le corpus épistolaire des deux amants se résume en effet au « dialogue, en somme banal et commun dans la tradition ascétique chrétienne, entre l’âme pécheresse, incarnée par Héloïse, et l’esprit détaché de la matière qui a atteint un stade plus avancé de perfection, autrement dit Abélard1 ». Ce sont donc la conversion d’Héloïse, son élévation spirituelle et son aptitude à se détacher du péché pour rejoindre le degré de pureté d’Abélard qui constituent le sel et pour ainsi dire le « suspens » de toute la correspondance. Abélard le philosophe met en place plusieurs stratégies (déresponsabilisation d’Héloïse, affirmation forcenée de sa pureté, dépassement psychologique du péché...) pour parvenir à l’achèvement de cette métamorphose, qui doit à la fois servir ses propres intérêts et ceux de la jeune femme – les deux étant intimement liés, comme nous le verrons plus loin. C’est l’une de ces stratégies que nous voudrions analyser plus en profondeur dans la présente étude, celle qui consiste en la promotion de la maternité spirituelle d’Héloïse au détriment de sa maternité physique, à travers l’adoption de la figure de la Vierge Marie comme modèle de vertu. Nous ne procéderons pas à cette enquête à partir de la correspondance latine, mais à partir de sa traduction en ancien français attribuée à Jean de Meun à la fin du xiiie siècle (ca 1290) et conservée dans un manuscrit unique de la fin du xivsiècle (Paris, BnF, fr. 920). Version peu étudiée de la correspondance d’Abélard et Héloïse – car trop souvent considérée comme un simple décalque du texte latin2 –, elle mériterait pourtant, par ses qualités littéraires autant que par l’autonomie dont elle fait montre par endroits à l’égard des lettres originales3, de recueillir davantage l’attention des chercheurs et spécialistes du xiiisiècle français4.

La femme et la maternité au Moyen Âge

2Avant d’ouvrir l’étude de notre texte, il convient de rappeler que la fonction procréatrice est l’unique fonction d’importance que la pensée cléricale reconnaisse à la femme laïque ; c’est donc de la maternité que le sexe féminin tire sa seule légitimité. Claude Thomasset note ainsi :

  • 5 Claude Thomasset, « De la nature féminine », dans Histoire des femmes en Occident. vol. 2. Le Moyen (...)

Les mots retenus pour définir la femme ne servent qu’à évoquer sa fonction principale : il n’est jusqu’à sa faiblesse physique, gage de soumission à l’homme, qui ne favorise la procréation. Cette adéquation et cette réduction à une fonction permettent à tous les théologiens détracteurs de la femme [...] de la considérer comme une force inquiétante, comme un corps qui échappe à la maîtrise d’un esprit, comme un être gouverné par ses organes, particulièrement ses organes sexuels5.

  • 6 Cette « force inquiétante » est en fait une absence de force, une mollesse, voire une apathie, qui (...)
  • 7 Voir Marbodus Redonensis, Liber decem capitulorum, éd. Rosario Leotta, Roma, Herder, coll. « Biblio (...)
  • 8 « femme enjôleuse, séductrice » (nous traduisons).
  • 9 « à la nature de la prostituée » (nous traduisons).
  • 10 « Si le champ fait défaut, je te le demande, à quoi bon ta semence ? Qui pourrait être père, si la (...)
  • 11 « soin domestique » (nous traduisons).
  • 12 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre xiiexve siècle, Paris, Armand Colin, (...)
  • 13 Ibid., p. 180.
  • 14 Giles Constable, Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cambridge, Cambridge Unive (...)

3La maternité permet de canaliser cette force6 en la dotant d’une utilité sociale : dès lors qu’elle est maîtrisée, elle assure en effet la pérennité dynastique et acquiert donc une dignité certaine. C’est ainsi qu’au tournant du xiie siècle, Marbode de Rennes oppose la putain à la matrone, aux chapitres III (De muliere mala) et IV (De muliere bona) de son Liber decem capitulorum7. D’un côté, la « femina blanda8 » (III, v. 36), comparable à la Chimère, ce monstre proche de la prostituée (« ad naturam meretricis9 » III, v. 50) ; de l’autre, la mère : « Nam si desit ager, rogo, quid tua semina prosunt ?/ Quis queat esse pater, si desit femina mater10 ? » (IV, v. 46-47), qui est aussi nourrice, garde-malade et maîtresse de maison s’occupant de la « cura domestica11 » (IV, v. 62). La femme se trouve donc valorisée par la maternité, comme le souligne Didier Lett : « Une femme ne peut s’accomplir pleinement que par la maternité qui fait partie intégrante de ses possibilités de rachat. Paul l’exprime clairement : “Néanmoins elle sera sauvée en devenant mère, à condition de persévérer avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté” (Première Épître à Timothée, 2, 15)12 ». Ainsi, la sexualité fertile et la maternité s’inscrivent dans l’institution religieuse du mariage, condition de leur acceptabilité sociale : « Puisque la fonction première du mariage