Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Peter Blumenthal, Iva Novakova, Dirk Siepman, éds, Les Émotions dans le discours/Emotions in Discourse

Francfort-sur-le-Main, P. Lang, 2014, 434 pages
Marian Popescu
p. 328-329
Référence(s) :

Peter Blumenthal, Iva Novakova, Dirk Siepman, éds, Les Émotions dans le discours/Emotions in Discourse, Francfort-sur-le-Main, P. Lang, 2014, 434 pages

Texte intégral

1Ce recueil d’études issu d’un colloque tenu à Osnabrück en 2013 n’est pas seulement une simple addition de travaux, mais aussi le résultat d’une vision sur le fait linguistique comme porteur des multiples significations quand il s’agit des émotions. L’imposant volume est divisé en sept sections qui cherchent à associer ou alterner l’onomasiologie et la sémasiologie, comme l’affirment les éditeurs dans l’introduction (pp. 9-14). La démarche est justifiée par la conviction que « chaque unité lexicale suggère une certaine vision de son référent » (p. 9). Les émotions sont considérées par les éditeurs et de nombreux chercheurs comme étant à « l’interface » non seulement des dynamiques linguistiques, mais aussi de plusieurs disciplines : psychologie du cerveaux, psychologie cognitive, anthropologie, etc. L’ouvrage ouvre des perspectives parfois inédites dans la « combinatoire » de plusieurs voies qui mettent au centre le fait linguistique et les émotions vus comme indicateurs des comportements linguistiques dans des contextes cartographiés par les auteurs.

2Le livre dévoile aussi une difficulté méthodologique. Les 30 contributions présentent une impressionnante variété des choix en linguistique, lexicographie, des substantifs aux verbes, des adverbes au contextes actantiels, de la linguistique comparative (français, grec, polonais, allemand, arabe, russe) à la didactique et à l’informatique. C’est une riche diversité d’approches, des sujets et des applications. En même temps, à la suite des découvertes issues du projet Emolex – une cartographie linguistique des émotions en cinq langues –, il n’est pas surprenant que les chercheurs soient avisés sur la nature différente du contexte qui provoque l’usage des mêmes mots (par exemple, rage, colère, anger, stupeur/étonnement, jalousie, shame) dans les mêmes situations. Les analyses telles celles de Jacques François et Sascha Diwersy (pp. 15-37), Dirk Siepman (pp. 39-53), Fabienne Baider et Maria Constantinou (pp. 55-67) ou celles de Dylan Glynn (pp. 70-81) et de Karolina Krawczak (pp. 83-94) relèvent des approches différentes et aussi un potentiel pour modéliser des comportements linguistiques dans chaque situation, corpus, contexte en tenant compte de la méthode d’analyse appliquée à chaque cas.

3Les émotions sont le résultat d’un contexte et/ou de générateurs de contextes émotionnels. Comme le montrent Anna Wierzbicka et Jean Harkins (« Introduction », pp. 1-34, in : Jean Harkins, Anna Wierzbicka , Emotions in Crosslinguistic Perspective, New York, Mouton De Gruyter, 2001), si les mots qui expriment les émotions sont toujours les seuls et mêmes indicateurs des sentiments qu’on éprouve dans une certaine situation, des différences surgissent dans les expériences intimes, les troubles intérieurs qu’on a chaque fois qu’un équilibre est rompu. Même si les auteurs du présent ouvrage ne se réfèrent pas explicitement à cette idée, elle est à prendre en compte au vu des nombreuses études sur la psychologie du cerveau et ses effets sur la psychologie cognitive, les comportements linguistiques et les modèles de notre parler ou écrit dans divers contextes.

4Une question très intéressante et un peu contradictoire apparaît dès le début  de la contribution de Peter Blumenthal (pp. 175-186) : les définitions du dictionnaire des noms d’affects. Elles ne sont pas toujours le simple résultat du rapport entre « le format et la nature linguistique des tranches de vie en question » (p. 176). De plus, les différences sont visibles quand on compare le français et l’allemand, par exemple pour l’usage de dépit (qui fait partie du même champ sémantique que rancune). En effet, le dictionnaire stabilise, pour une certaine séquence temporelle, l’usage, les significations et les contextes des mots. Normatif et indicatif, il est peu prospectif en ce qui concerne « la nature des tranches de vie » dans le contexte plus large d’une civilisation et d’une culture qui évoluent plus dans le sens de l’image que du texte. Un autre point de vue sur les dictionnaires et les applications du traitement automatique des langues est développé dans l’analyse de Denis Le Pesant, Paul Sabatier, Max Silberztein et Marie-Hélène Stéfanini (pp. 395-406) qui contribue au thesaurus des affects.

5Nombres des analyses de ce livre ouvrent de nouvelles perspectives sur la question de la performativité du langage et des contextes dans lesquels on choisit les mots. Une analyse par Beate Kern et Anke Grutschus (pp. 187-198) qui porte sur les corpus journalistiques et littéraires prend six noms communs du champ lexical de surprise/étonnement en français, en allemand et en espagnol pour conclure que les différences sont dues à la position de l’expérienceur face à des « co(n)textes stéréotypés ». La contribution de Georgeta Cislaru (pp. 199-210) évalue les relations entre expressions émotionnelles et contexte discursif en émettant l’hypothèse d’une structuration émotionnelle des discours.

6La performativité du langage est liée aux noms d’affects dans une situation identique à celle qu’on trouve dans l’exemple de Charles S. Peirce (« How to Make Our Ideas Clear », Popular Science Monthly, 12, 1878, pp. 286-302) pour la musique : les notes et la mélodie. On est conscient des deux immédiatement et médiatement. C’est un processus qui est propre à chacun et qui met en discussion ce qu’Aristote a signalé comme rapports entre les choses (pragmata), les contenus de la conscience (pathemata tes psyches) et sons (ta en te phone).

7Les analyses de cet ouvrage révèlent une autre dimension des émotions dans le discours : l’efficacité linguistique et, sur un plan méthodologique, l’efficacité des analyses pour la didactique et les apports informatiques (Tran, pp. 355-364 ; Kraif, Diwersy pp. 381-394, analyse intéressante aussi pour la comparaison des profils combinatoires).

8La dimension diachronique est abordée par deux contributions : celle de Matthieu Pierens (pp. 409-422) qui porte sur le contrôle et la répression des émotions, les mots choisis étant peur et colère (dans le corpus Frantext 1500-2000), et celle de Louise Royer et Denis Vigier (pp. 423-434), sur les collocatifs nominaux des prépositions en, dans et dedans au xvie siècle. Observer comment le « processus de civilisation » mis au jour par Norbert Elias (La Civilisation des mœurs, trad. de l’allemand par P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1973) se traduit d’un point de vue linguistique (p. 409) semble un but audacieux. Méthodologiquement, Mathieu Pierens emploie une définition moderne pour colère (qui est un « scenario ») et une technique actantielle comme celle de Georges Kleiber (Le Mot « ire » en ancien français (xie-xiiie siècle). Essai d’analyse sémantique, Paris, Klincksieck, 1978) fondée sur la « structure des rôles ». À juste titre, l’auteur voit que le corpus envisagé comporte un grand déséquilibre entre les genres littéraires inclus et que le pourcentage de la présence de chaque siècle dans le corpus analysé diminue dès qu’on s’éloigne du présent. Les émotions sont envisagées différemment par les auteurs des textes littéraires du point de vue non seulement de leur performance lexicale, mais aussi de certains protocoles spécialisés : dans le cas de la dramaturgie, par exemple ; celle-ci tient compte du lecteur mais aussi de l’acteur. Le contrôle et la répression des émotions se fait donc dans des contextes et pratiques littéraires et artistiques différents.

9Les Émotions dans le discours constitue un apport précieux pour le développement des sciences du langages, l’analyse des comportements combinatoires des mots dans des langues différentes, et aussi les méthodes utilisées dans la sémantique lexicale. Le champ des émotions est tellement vaste qu’il favorise l’interdisciplinarité et l’approche transdisciplinaire. Outre les mots, pratiques interactionelles donnent aussi naissance à des contextes vivants. L’état de la littérature scientifique révélé par l’ouvrage permet d’envisager des approches plus audacieuses et imaginatives pour l’avenir. La nature des mots et de leurs contextes change beaucoup avec la conquête du virtuel et l’utilisation de nombreux logiciels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marian Popescu, « Peter Blumenthal, Iva Novakova, Dirk Siepman, éds, Les Émotions dans le discours/Emotions in Discourse », Questions de communication, 28 | 2015, 328-329.

Référence électronique

Marian Popescu, « Peter Blumenthal, Iva Novakova, Dirk Siepman, éds, Les Émotions dans le discours/Emotions in Discourse », Questions de communication [En ligne], 28 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10214

Haut de page

Auteur

Marian Popescu

Université de Bucarest, ROM-061071
marian.popescu@fjsc.ro

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page