Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, information

Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale

Paris, Éd. Vendémiaire, coll. Empires, 2015, 288 pages
André Rauch
p. 447-448
Référence(s) :

Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale, Paris, Éd. Vendémiaire, coll. Empires, 2015, 288 pages

Texte intégral

1Cette histoire du cinéma dans les empires coloniaux français et britannique d’Afrique subsaharienne est un travail pionnier qui suit à la trace les premiers spectacles à succès de Zanzibar à Brazzaville, de Johannesburg à Dakar, jusqu’à sa consécration comme loisir citadin majeur à la fin de la période coloniale. Son champ chronologique couvre donc la période de l’arrivée du cinéma en Afrique et se poursuit jusqu’à l’avènement des indépendances.

2L’enquête compose à elle seule un corpus original qui ne situe pas seulement les lieux, ne quantifie pas simplement ce qu’il est possible de compter, mais élabore un « plan relief » du cinéma en Afrique sous domination coloniale et dans différents cadres de l’époque : commerciaux, pédagogiques, missionnaires ou religieux, etc. Lieux des projections, compositions des publics, nature et origine des films donnent sa matière à l’enquête. Mais comptent aussi les promoteurs, modestes ou non, de la diffusion : cinéphiles passionnés ou entrepreneurs audacieux, administrations publiques ou entreprises privées. Odile Goerg souligne les contradictions que portent avec eux ces protagonistes, alors qu’apparaissent sur les écrans personnages de fictions, héros ou héroïnes, que dans la réalité le pouvoir colonial poursuit et condamne. Quoi qu’il en soit, un nouveau loisir était né : « les films mettent en scène d’autres mondes ; d’autres rapports amoureux » (p. 114).

3Cependant, cette étude ambitionne de ne pas s’en tenir à mentionner les films diffusés et les lieux de leur projection. La pratique de ce loisir impose une gestion de l’espace urbain et une itinérance de l’image alentour, dans des bourgades plus ou moins éloignées. Projeter un film pour les uns ou aller au cinéma pour les autres impliquent des déplacements dans la ville ou dans ses environnements, proches ou éloignés. Sur place, de la rue, aux courettes ou aux salles de café, les lieux, les ambiances, les publics changent : avec le succès de ces productions d’images, les civilités ne seront bientôt plus les mêmes. Plus tard, les noms prestigieux des nouvelles salles, le Rex, le Palace feront tout autant rêver le spectateur que le titre du film lui-même. Y contribuent le faste inédit des lieux ou les dimensions de l’écran et a fortiori le contenu du film.

4Ainsi Odile Goerg livre-t-elle de merveilleuses séquences de vie. Elle analyse finement les contraintes géographiques et sociologiques, évalue le poids de la domination coloniale sur ce nouveau loisir, met en lumière les nouvelles formes d’occupation du temps que l’avènement du cinéma fait émerger. Pionnier reste son souci de montrer comment ce loisir vient rompre les temporalités traditionnellement établies, aux rythmes des fêtes ou des rituels traditionnels, et réussit à leur instiller un air de modernité. L’essentiel vient lorsque se creusent les brèches dans les pratiques de la colonisation, en particulier lorsque changent les rapports entre populations blanches et noires, réunies ou séparées dans une même salle, et lorsqu’éclatent aussi oppositions et conflits entre différents types de spectateurs. L’enquête en dit long sur l’histoire des villes en Afrique durant la période coloniale, rend compte de évolution de la vie dans leurs quartiers, de leurs bâtiments, modestes ou prestigieux, des itinéraires que suivent spectateurs et spectatrices, des contextes politiques dans lesquels le cinéma infuse sa modernité, et de leur évolution avec l’apparition de ce loisir majeur, qui mêle – ou oppose – générations, origines, cultures, etc.

5« Fenêtre ouverte sur l’ailleurs » (p. 101), le cinéma pose en effet des problèmes politiques. Dans les mêmes salles, on peut voir le même film, sans pour autant se mélanger. Les conflits qui peuvent éclater sont alors autant des faits divers que des révélateurs d’évolutions sociales en cours. D’autres problèmes sont posés aux autorités coloniales, bien entendu, qui jouent de la censure sous bien des formes, mais aussi aux populations locales qui découvrent sur l’écran un autre monde, ce qu’on peut appeler la face cachée des colonisateurs, autrement dit des blancs pas exactement comme ceux qui les dominent, des mœurs, pas aussi simples que celles qui leur sont rapportées par leurs maîtres ou leur prêtres, des fictions qui diffèrent profondément des récits ou légendes qui leur ont été transmis par la famille, l’école, le quartier ou le village. Le cinéma bouscule les hiérarchies, même s’il ne les renverse pas. Il introduit des modèles humains et des systèmes de référence, des formes d’héroïsme, qui peuvent servir de leçon de chose, bonne ou mauvaise, morale ou pas, mais nourrissent surtout de nouveaux imaginaires.

6Toujours difficile à établir, la circulation des œuvres n’est pas non plus la moindre des questions que traite l’ouvrage. Un film ne se réduit pas à sa pellicule, c’est aussi son cheminement dans l’espace géographique, la durée de sa projection, le type de public qui se déplace, éventuellement la publicité officielle ou officieuse (le bouche à oreille) qui l’accompagne. Mais c’est aussi le jeu des pouvoirs coloniaux avant son introduction dans le circuit de diffusion, les sélections, les censures, les motifs invoqués. Dans certains cas, c’est pour privilégier les productions nationales du pays colonisateur ; dans d’autres, c’est pour contrôler le marché ; dans d’autres encore, c’est pour faire front devant une domination idéologique ou économique étrangère. Nul ne sera scandalisé d’apprendre que l’instrumentalisation n’est jamais absente pour valoriser la production française et faire obstacle ou empêcher la diffusion de contre-modèles culturels : c’est le cas des westerns ou des productions égyptiennes pour un temps donné.

7C’est dire que ce livre analyse, avec subtilité, des expériences de vie, selon de multiples dimensions, qui éclairent le lecteur sur une autre histoire de l’Afrique, parfois globale et souvent régionale (des pans entiers de l’Afrique n’ont jusqu’ici pas été étudiés). Mais il révèle aussi différentes configurations sociales. Comme l’écrit Odile Goerg, « alors que raisonner à l’échelle du continent n’a guère de sens tant les cultures et les contextes varient, le croisement de la documentation, écrite et orale, permet de procéder par touches » (p. 13). C’est dire enfin que cette histoire du cinéma jette la lumière sur un paysage des loisirs en Afrique qui éclaire autant l’organisation du temps que l’occupation des espaces durant la colonisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Rauch, « Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale », Questions de communication, 29 | 2016, 447-448.

Référence électronique

André Rauch, « Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10605

Haut de page

Auteur

André Rauch

Isor, université Paris I Panthéon Sorbonne, F-75231
andrauch42@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page