Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Antigone Mouchtouris, Olivier Lambert, dirs, Stress et temporalité. Du travail à la performance sportive

Paris, Éd. Le Manuscrit, 2015, 157 pages
Marie-Line Bretin
p. 487-489
Référence(s) :

Antigone Mouchtouris, Olivier Lambert, dirs, Stress et temporalité. Du travail à la performance sportive, Paris, Éd. Le Manuscrit, 2015, 157 pages

Texte intégral

1Se servant en partie de l’expérience rapportée par le médecin Oliver Lambert et que représente la médecine du sport à la fois préventive et réparatrice comme d’un paradigme de réflexion sur le stress, Antigone Mouchtouris, dans les chapitres dont elle est l’auteure (pp. 15-71), propose une lecture du monde du travail et, de manière plus large, de la société qui vise à sortir du discours culpabilisateur habituellement servi par la sociologie au monde entrepreneurial, un discours d’autant plus inutile que ce monde entrepreneurial est soumis à des impératifs de compétition mondialisée.

2Partant du fait biologique que le stress fait partie des réponses adaptatives qui sont à la disposition de l’être humain et que, dès lors, il n’est pas mauvais en soi, l’auteure met l’accent sur la nécessité de rendre mieux maîtres de cette réponse à la fois le travailleur et le monde du travail en général, de façon à ne pas la prolonger dans le temps, d’une manière telle qu’elle finirait par être gravement nuisible.

3Dans ce monde déréglé qui est le nôtre, et particulièrement dans le monde du travail, selon Antigone Mouchtouris, la culture systématique des moyens de garder au stress sa valeur initiale simplement adaptative implique que l’on prenne conscience du rôle essentiel que joue, dans son déclenchement mais aussi dans son prolongement indu, la relation de l’homme au temps. Et cela à tous les niveaux où le stress peut être déclenché : aussi bien biologiquement (le stress dans ses étapes, mais aussi les rapports entre stress et temporalité d’une physiologie en lien au temps sont présentés par Alexandre Cammarata, doctorant en biologie – pp. 73-91  –, et Olivier Lambert, médecin praticien du sport – pp.93-145), que sociologiquement (dans la division que présente Antigone Mouchtouris des temporalités du travail, du loisir, de la vie familiale, du repos, etc. ou dans son étude des différentes rythmes du travail).

4Référentielle pour Antigone Mouchtouris parce que d’une pertinence anthropologique renouvelée dans chacune de ses analyses, la mythologie grecque enracine l’analyse du stress dans celle du temps, saisi à la fois comme Chronos et Cronos, roi des Titans et père de Zeus, grand dévorateur de ses enfants comme de toutes les productions temporelles. Mais ce second roi du Ciel fut détrôné par Zeus, son fils cadet, qui mit fin au monstrueux et au chaos qui régnaient encore, en imposant un ordre olympique et cosmique. Avec Zeus, la maîtrise du temps est devenue rationnelle, et Chronos – devenu Saturne dans la civilisation latine – s’est transformé en Père de l’agriculture et Grand Civilisateur. Apprivoisé par le monde agricole, le cycle des saisons tient désormais à distance le mouvement temporel de la dévoration et du constamment périmé et périssable.

5La référence à Chronos permet de comprendre le dérèglement des rythmes qui caractérise nos sociétés contemporaines et génère une telle augmentation du stress : tout est bousculé dans ce qui organisa, durant des millénaires, la relation temporelle de l’homme au monde. L’organisation cosmique d’une production humaine réglée par les rythmes naturels du corps et des saisons n’est désormais plus un rempart contre la dévoration temporelle. Le monde moderne semble bien, alors, le retour effrayant d’un Chronos que mettent en scène l’accélération que chacun ressent dans sa relation au temps mais aussi cette impression d’être dépassé parce que plus rien de durable n’organise la relation au monde.

6Hannah Arendt (Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961 [1958]) avait dénoncé la disparition d’une relation de la durabilité propre à l’homo faber qui s’opposait à l’impermanence du monde animal et végétal où tout disparaît et renaît pour disparaître encore. Depuis que l’être humain existe, les hommes fabricateurs d’outils et ingénieux ont su construire un pont entre les générations par la production d’objets qu’ils se transmettaient et qui, au contraire du flux de la nature où tout est éphémère, savaient durer, en opposant à la perpétuelle destruction du temps naturel l’inhérente durabilité du monde des hommes. Au contraire de cela, engendrée par l’industrialisation des moyens de la production des biens de consommation, la modernité se révèle la triste hégémonie de ce qu’il y a de moins humain en l’humain : celle de l’animal laborans qui produit pour consommer dans un cycle sans cesse renouvelé entre production et consommation où plus rien ne dure.

7Avec le monde industriel et la production de masse, ce ne sont plus seulement les produits de la nature que nous consommons dans un cycle court. Ce sont, affirmait Hannah Arendt (ibid. : chap. 3), nos meubles, nos livres, nos maisons et tout ce qui, autrefois, créait un monde durable, un monde de transmission culturelle, un monde humain, qui deviennent aussi périssables que les bonnes choses de la nature et que nous consommons, usons, jetons. Aussi paradoxal que cela puisse paraître si l’on songe à l’ingéniosité avec laquelle cette industrialisation s’est inventée, un tel renouvellement des biens d’une consommation effrénée nous rapproche d’une animalité absurde, parce que contraire à la durabilité de ce qui est vraiment humain, faisant aussi disparaître ce milieu rassurant qu’était le monde des hommes, un monde résistant au stress parce que bien connu et habituel.

8Il faut aller encore plus loin. Les analyses d’Antigone Mouchtouris montrent le fait que ce sont désormais nos modes de production qu’il faut saisir à la lumière de cette dévoration qui ne relève plus de la durabilité au sein d’un ordre rationnel (et que symbolisait le mythe grec du remplacement de la gouvernance du Ciel de Chronos par Zeus).

9En effet, l’obsolescence programmée des productions humaines s’allie à une accélération du temps sous toutes ses formes. Ainsi les techniques productives elles-mêmes sont-elles touchées par une obsolescence accélérée et une dévalorisation permanente des expériences acquises qui conduisent le travailleur à se sentir dépassé parce qu’il n’a plus le temps de s’adapter à un nouveau processus qu’il doit déjà l’abandonner pour un autre… À cela, il faut ajouter l’intensification des rythmes du travail, une évaluation de la valeur professionnelle qui s’instantanéise, une exigence toujours plus lourde de la hiérarchie ou de la clientèle en matière de rapidité du fait d’une intolérance généralisée face à la lenteur, la multiplication des tâches pour des raisons d’économie, etc. qui font que la question du temps est non seulement centrale, mais « hautement interactive avec les autres composantes de l’adaptation » (p. 110).

10Comme Antigone Mouchtouris l’a déjà montré dans Temporalité et jugement social (Paris, Éd. Le Manuscrit, 2014), la vie humaine se temporalise par la coïncidence entre la durée du temps vécu, le rythme diurne-nocturne et l’alternance des saisons mais aussi par le temps spatialisé que présente Henri Bergson en opposition à la durée vivante (La Perception du changement, Oxford, Clarendon Press, 1911). Ce temps spatialisé permet la vie sociétale, professionnelle et commerciale en rendant possible la rencontre par un temps partagé sauf, précisément, à être éjecté de cette possibilité, par la désocialisation que représente la dissociation entre une temporalité sociale trop accélérée et le temps vécu, cette durée vivante qu’est, selon Henri Bergson, le temps individuellement perçu parce que lié au corps et à l’expérience.

11C’est ce rapport « fou » du monde moderne au temps qui rend de plus en plus difficile l’adaptation positive au monde du travail et d’une manière générale aux rapports sociaux. C’est cette adaptation positive que devrait représenter le stress, et qu’il ne représente plus. Pourtant, c’est là aussi que peuvent se trouver les solutions permettant une gestion intelligente du stress.

12Remarquer à quel point les travailleurs se sentent majoritairement stressés, dépassés, désorganisés, épuisés, à quel point le stress prolongé est médicalement délétère puisqu’il peut aller jusqu’à l’épuisement, à quel point le stress se diffuse dans la société quand toute personne touchée devient pour les autres une personne stressante ne suffit plus à l’analyse sociologique de la situation. Le diagnostic d’un mal généralisé doit aboutir à l’élaboration et à la valorisation de réponses collectives, éducatives, médicales et culturelles visant à rendre les individus mieux capables de gérer ce mal en empêchant autant que possible son installation dans le temps.

13Refusant la « victimisation tous azimuts » (p. 110) qui apparaîtra sans doute comme propre à une modalité socio-historique qu’il est temps de dépasser, la sociologue et philosophe Antigone Mouchtouris se détache des analyses en vogue sur le stress. Elle invite à une réflexion transdisciplinaire visant le développement des stratégies d’adaptation et d’ajustements (que les Anglo-saxons appellent « coping ») que l’individu met en place face à un événement jugé stressant et permettant la consolidation de sa relation au monde et particulièrement dans le travail. Il s’agit de donner à chacun les moyens de se rendre moins sensible au stress et surtout moins fragile face à son installation durable.

14De telles stratégies existent déjà dans le sport de haut niveau – activité particulièrement susceptible de générer du stress – et sont modélisées depuis 1984 par Richard S. Lazarus et Susan Folkman (Stress, appraisal, and coping, Springer, New York, 1984).

15La question qui se pose alors consiste à savoir dans quelle mesure cette expérience en milieu sportif peut être adaptée à l’ensemble de la vie humaine, dans les différents moments de la vie – et dès lors et par exemple, au sein du monde de l’éducation, dans le temps de l’université et des études, tout comme dans le temps du travail et du loisir. La même question se pose au sujet de l’ensemble des expériences médicales, sociales, éducatives ou culturelles réussies qu’Antigone Mouchtouris évoque (p. 113) ainsi qu’à propos des traditions et pratiques spirituelles (comme la méditation ou le yoga) ayant fait leurs preuves dans la gestion du stress.

16Il s’agit alors, par l’étude, l’évaluation et la valorisation de ces pratiques, de rendre possible des stratégies adaptatives réussies et résilientes, c’est-à-dire qui transforment l’épreuve et les effets dépressifs qui en découlent habituellement en nouvelles forces et expressions positives de soi.

17Ne pouvant compter sur la durabilité des acquits techniques qui poursuivent encore et peut-être pour longtemps leur évolution dans l’accélération des transformations, ces stratégies adaptatives ne sauraient s’imposer sans viser la restauration du monde des hommes, au sens que lui donne Hannah Arendt, c’est-à-dire d’un monde de la durabilité et de la sociabilité. Selon Antigone Mouchtouris, c’est d’abord dans le domaine culturel qu’on trouvera la plupart des réponses à la question d’une éducation à la bonne adaptation, au stress bénéfique et à une résistance à son installation dans le temps.

18Ce qui est donc en jeu dans Stress et temporalité n’est ni plus ni moins que l’avenir d’une humanité actuellement totalement dépassée par ses propres emballements socio-économiques dans son rapport au temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Line Bretin, « Antigone Mouchtouris, Olivier Lambert, dirs, Stress et temporalité. Du travail à la performance sportive », Questions de communication, 29 | 2016, 487-489.

Référence électronique

Marie-Line Bretin, « Antigone Mouchtouris, Olivier Lambert, dirs, Stress et temporalité. Du travail à la performance sportive », Questions de communication [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/10661

Haut de page

Auteur

Marie-Line Bretin

crit, Université de Franche Comté, F-25030
marie.line.bretin@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page