Skip to navigation – Site map
Notes de recherche

La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative

La Seine était rouge. Paris, octobre 1961 de Leïla Sebbar
The Presentification of the Historical Absence: an Aesthetic of Narrative Eccentricity. The example of Leïla Sebbar’s La Seine était rouge. Paris, octobre 1961
Hélène Crombet
p. 355-371

Abstracts

From a narratological approach we shall attempt in this article at analysing an example of singular narration about an event in History by confronting it to historiographical writing. The narrative structure of La Seine était rouge. Paris, octobre 1961 indeed tends to presentify the absence inherent to the representation of a fact in History: through its multifocal and fragmented characteristic, the narration seems to enlighten the eccentricity of the past which denies any attempt at relative exhaustivity, through the will of establishing a contract of transparency with the reader. Though it seems that way to oppose historiographical writing we shall however stress the fact that this texture based on an apparent principle of narrative disorder could not make us forget the subjectivity of the author, which is part of any relation of bygone facts.

Top of page

Excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
http://www.cairn.info/revue-questions-de-communication-2017-1-page-355.htm

Outline

Une narration enchevêtrée de visions partiales autour de la journée du 17 octobre 1961
Une narration enchevêtrée de la journée du 17 octobre 1961 à Paris
Une narration multifocale
Des focalisations biaisées et stéréotypées
Présentifier l’absence inhérente à la représentation de l’Histoire
Le caractère aporétique de la représentation de l’Histoire
Une esthétique du « décept » : des personnages « ordinaires »
Une narration tout en bribes
Un « chaos ordonné »
La lecture comme acte de reconfiguration de l’Histoire ?
Un désordre chaotique apparent : la subjectivité de l’auteure
Conclusion

First lines

Un « chaos à écrire ». En ces termes, Gabrielle Napoli (2008) devait présenter la dimension éminemment sibylline de la représentation historique : « Aucun événement passé, aussi simple qu’il paraisse, n’est univoque. Il refuse la simplification, la schématisation des personnages qui font l’Histoire […] ». Pénétré de part en part d’enchevêtrements, pétri de complexité, l’événement historique semble se dérober à toute velléité relative d’exhaustivité : essentiellement absent, le passé paraît faire défaut, excédant immanquablement par son caractère protéiforme la parole qui voudrait l’enserrer dans l’enclosure d’une complétude narrative. Tout discours cherchant à relater des faits du passé serait ainsi aux prises avec une difficulté fondamentale : celle du « tiers absent » (Certeau, 1975 : 60). Confrontée à ce chaos dont il s’agit d’offrir une cohérence, l’écriture historiographique tend à en lisser les aspérités : l’historien, écrit Marc Bloch (2006 : 839), « n’a pas pour ambition de ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Hélène Crombet, « La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative », Questions de communication, 31 | 2017, 355-371.

Electronic reference

Hélène Crombet, « La présentification de l’absence historiographique : une esthétique de l’excentricité narrative », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2019, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11189 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.11189

Top of page

About the author

Hélène Crombet

Médiation, information, communication, arts
Université Bordeaux Montaigne
F-33607
helene.crombet[at]gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page