Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Théories, méthodes

Amir Biglari, dir., Entretiens sémiotiques

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Sémiotique, 2014, 510 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 543-545
Bibliographical reference

Amir Biglari, dir., Entretiens sémiotiques, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Sémiotique, 2014, 510 pages

Full text

1Comme par un hasard bienvenu, puisqu’on retrouve plus loin un état de l’art – note de lecture concernant La Sémantique et ses interfaces (Rabatel A., Ferrara-Léturgie A., Léturgie A., Limoges, Lambert-Lucas, 2015) –, voici, grâce à la judicieuse idée d’Amir Biglari, un ouvrage qui peut utilement assumer cette fonction. C’est le propre de tous les grands champs d’investigation scientifique que de soutenir leurs développements par des constats d’étape et, souvent, ceux-ci résultent de témoignages émanant directement des acteurs de la recherche. Une réflexion historique, philosophique, voire épistémologique, accompagne alors les avancées du savoir. Ce constat, vérifiable dans le domaine des sciences dites dures, est encore plus vrai dans celui plus labile et ductile des sciences humaines et sociales. C’est précisément tout l’intérêt du présent volume que de présenter les témoignages de vingt-deux sémioticiens retraçant leurs parcours scientifiques et exprimant leurs conceptions de la discipline, de ses développements et de son avenir. Comme le précise Amir Biglari, ces entretiens oraux ou écrits ont été réalisés entre janvier 2011 et mars 2013, et s’il y a, comme on le verra, une ligne directrice fermement établie qui conduit l’ensemble de ces entretiens, il faut noter que chacun a été prévu et organisé en fonction des travaux et des centres d’intérêt de chaque chercheur. La sémiotique étant à la fois une discipline de surplomb et de carrefour, s’est rapidement posée la question des limites de son champ d’enquête et d’action. Amir Biglari a eu la bonne idée de restreindre son enquête à l’une des deux conceptions qu’il a identifiées de cette discipline : d’un côté, la conception anglo-saxonne issue du travail de Charles S. Peirce, et de l’autre côté, la conception francophone issue du travail de Ferdinand de Saussure et de ses « successeurs » (si ce terme est admissible en l’occurrence) comme Louis Hjelmslev ou Algirdas Julien Greimas. C’est évidemment cette dernière qui est retenue par Amir Biglari, ce qui, outre le format des entretiens, assure l’homogénéité du volume à travers la diversité des perspectives empruntées par chaque chercheur. Mais cette homogénéité ne dissimule pas le fait qu’au lieu de parler de la sémiotique, en général, il vaudrait mieux parler des sémiotiques (p. 8), même si cette diversité n’interdit pas la cohabitation, voire, ultérieurement et éventuellement sinon potentiellement, une forme de complémentarité. On comprend dès lors qu’à l’instar de ce qui a pu se faire, par exemple dans le champ voisin de la linguistique avec les travaux de Jean-Claude Chevalier, c’est tout un aspect de l’histoire sociale de la sémiotique qui se trouve ici exposé. Dans l’introduction de ce volume, Amir Biglari prend soin de synthétiser sous forme hexamétrique les divers sujets soumis à la réflexion des vingt-deux chercheurs enquêtés. L’histoire de la sémiotique constitue le premier, chacun évoquant cette histoire à travers ses liens personnels avec les grandes figures tutélaires que sont Algirdas Julien Greimas, Roland Barthes ou Umberto Eco, ou à travers son auto-évaluation. Cette section donne aussi à réfléchir au sujet des multiples centres de recherche nationaux et internationaux qui se sont créés autour de la discipline, de leurs convergences et de leurs divergences : l’Association internationale de sémiotique, l’Association, américaine de sémiotique, le Cercle de sémiotique de Paris, l’École sémiotique de Paris, le Groupe de recherches sémio-linguistiques, le Groupe μ, le Centre de sémiotique et de linguistique de l’université d’Urbino, le CeReS de l’université de Limoges, etc. Un second domaine tient à la position qu’occupe la sémiotique en face d’autres secteurs de la recherche et d’autres disciplines.

2Science qui se situe dans l’interaction et les apports mutuels, la sémiotique prend également de la hauteur par son épistémologie et ses méthodologies au regard de nombreux domaines de recherche : la linguistique bien sûr, sous des différents aspects (générale, cognitive, psycholinguistique, sociolinguistique, pragmatique, didactique des langues…), mais également les études littéraires (poétique, stylistique, littérature comparée), la logique, la philosophie du langage, la philosophie dans son extension la plus générale, la phénoménologie, la théologien la psychanalyse, la psychiatrie, les sciences cognitives, la médecine, l’esthétique, l’herméneutique, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, le droit, l’architecture, l’urbanisme, mais aussi l’histoire, la géographie (géomatique), la cartographie, les mathématiques, la physique, l’informatique, le marketing et la publicité, etc. Nombreux sont les chercheurs interrogés qui se posent la question de savoir comment la sémiotique peut contribuer à l’interdisciplinarité au sein des sciences humaines, notamment. Le troisième centre d’intérêt partagé par les chercheurs interrogés, découlant en quelque sorte du précédent, est celui de la nature des objets d’étude de la sémiotique. Amir Biglari fait très justement remarquer que les collocations dans lesquelles entre le terme Sémiotique sont grammaticalement de deux sortes : soit de nature épithétique, sémiotique littéraire, sémiotique visuelle, soit de nature adnominale, sémiotique des passions, sémiotique du son… On peut déduire de cette remarque que la sémiotique est soit, premier cas, naturellement intégrée à son objet, soit, second cas, projetée sur lui comme principe d’étude. De là des différences sensibles dans l’examen des propriétés sémiotiques de ces objets. On ne pratique pas exactement la même sémiotique en étudiant des textes littéraires, d’une part, et les comportements consuméristes ou les pratiques marketing d’une marque, d’autre part, etc., même si ces objets ont un égal impact sur les sociétés contemporaines.

3Un quatrième secteur bien mis en évidence par l’ensemble des chercheurs interrogés est précisément la diversité des paradigmes de recherche produite par la variété des objets susceptibles d’être étudiés. Le terme de Sémiotique se décline sous une série de prédicats dont chacun définit une manière spécifique d’envisager son objet, sans que cette manière interdise, par des cloisonnements trop stricts, les interactions avec d’autres modalités d’étude : sémiotique objectale, cognitive, tensive, existentielle, peircienne, sémiotique des instances, sémiologie des indices, sociosémiotique, ethnosémiotique, biosémiotique, etc. Si un paradigme est l’ensemble des croyances et des accords partagés par les scientifiques ou les philosophes, qui guident les recherches, identifient les problèmes et indiquent ce qui est acceptable comme méthode et comme résultat, du fait même de la perméabilité des recherches sémiotiques, on peut se poser la question de savoir si la représentation kuhnienne des développements de la science est toujours entièrement plausible. Un cinquième point commun identifié dans ces réponses par Amir Biglari consiste dans une réflexion sur les fonctions de la sémiotique dans le monde d’aujourd’hui. Quelles sont sa finalité, sa portée heuristique, sa fonction sociale. La sémiotique permet-elle de penser le monde contemporain, peut-elle changer ou aider à faire changer l’humanité, permet-elle de mieux comprendre la complexité de la nature humaine, a-t-elle finalement une efficacité culturelle ? Par sa position et sa situation, la sémiotique se doit d’apporter des réponses, complètes ou incomplètes, satisfaisantes ou déceptives, à ces différentes questions, et chacun des enquêtés d’y aller de son expérience ou de son sentiment en ce domaine. Une sixième rubrique, plus hétérogène dans son contenu, mais quasi présente sous des formes variées dans chaque contribution, relève des aperçus que chacun peut donner sur la relation qu’il a perçue entre son expérience personnelle et la théorisation de la discipline, ou des réflexions qu’il peut développer au sujet des aspects universels et culturels de la sémiotique, sa position par rapport à la question du métalangage, des diverses formes de formalisation, de l’importance de l’énonciation, des liens du carré sémiotique avec le carré logique, etc.

4En conclusion de sa brillante introduction, Amir Biglari dépasse la seule dimension de présentation d’un état de l’art de la sémiotique contemporaine. Observant les convergences qui se font jour dans ces vingt-deux entretiens, mais plus encore les divergences qui s’y affichent au sujet de la terminologie (sémiologie ou sémiotique), de l’origine du parcours génératif d’Algirdas Julien Greimas, de l’existence même d’une sémiotique générale, voire de la capacité de la sémiotique à être une science, il esquisse le futur d’une discipline dont l’essentielle raison d’être est de « faire naître de nouvelles interrogations, pour poser de nouvelles questions, et parfois pour proposer des réponses » (p. 12) qui, ajoutons-nous, aident la société à mieux connaître les mécanismes explicites ou implicites qui la régissent. C’est alors qu’il convient de prendre connaissance du sentiment que Michel Arrivé, par exemple, a du travail de Roland Barthes (pp. 15-16). Ou de l’acculturation linguistique, quelque peu forcée, de Denis Bertrand (pp. 34-35). Du parcours original d’Anne Beyaert-Geslin qui a fait de la sémiotique une rencontre imprévue, mais tellement féconde (p. 60). De la conception du texte par Jean-François Bordron comme point d’articulation du passé et du futur dans un présent labile (p. 79). Du message que Per Aage Brandt lance aux générations futures de sémioticiens de ne jamais négliger « les études philosophiques » (p. 127). Des rapports de Jean-Claude Coquet avec Émile Benveniste (pp. 133-135). Des souvenirs d’Ivan Darrault-Harris concernant l’université de Poitiers, ferment de la naissance d’une sémiotique française, où il rata la rencontre avec Algirdas Julien Greimas, mais put bénéficier des enseignements de Jean-Claude Coquet en compagnie de François Rastier et d’Albert Prévost (pp. 182-183). Du très lucide jugement de Jacques Fontanille sur les rapports de sémiotique à la linguistique (p. 220).

5On pourrait infiniment détailler tous ces aperçus qui, dans le cadre d’une sociologie de la science, permettent de mieux comprendre les enjeux qui ont été débattus et le sens des réponses qui ont été apportées aux questionnements que la discipline a progressivement soulevés. On sera en outre ému de retrouver parmi ces voix celle de Louis Panier (1945-2012), qui montre très bien la différence essentielle de la Bible, texte « débrayé » par rapport à une instance d’énonciation, et du Coran, texte directement transmis au Prophète par un Dieu assumant sa responsabilité d’énonciateur (p. 352). Il faudrait pouvoir encore citer Jean Petitot (pp. 355-366), François Rastier (pp. 368-377). On n’en finirait pas de relever dans ce fort volume toutes les remarques qui peuvent aider le public d’aujourd’hui, et notamment les jeunes sémioticiens à la tête de l’Association desquels se trouve d’ailleurs Amir Biglari, à mieux saisir la diversité et l’importance de ce champ de recherche qui s’est progressivement constitué comme discipline. Ce qui, de toute évidence, rend nécessaire et fondamentale la lecture de cet ouvrage, outre l’intérêt de chaque contribution, ce sont les annexes qui l’accompagnent. Une bibliographie générale très soigneusement et précisément rédigée des ouvrages ou références cités dans les entretiens (pp. 427-446). Puis, un précieux index des noms de personnes et de groupes (pp. 449-460). Un inattendu, mais très utile index des repères géographique, la sémiotique connaissant une extension internationale et impliquant la géographie parmi ses domaines d’investigation (pp. 461-465). Un utile index des centres, écoles et institutions qui inscrivent « Sémiotique » au frontispice de leur intitulé (pp. 467-469). Un nécessaire index des revues de sémiotique (pp. 471-472). Et enfin, point focal de la manière dont la discipline et le champ d’investigation ont été caractérisés par les témoins interrogés, un index scrupuleux des notions, thèmes et objets d’étude (pp. 473-509) envisagés dans ce volume.

6Comme le souligne avec modestie Amir Biglari, dans une note en bas de page, ces instruments peuvent permettre de « trouver des liens significatifs entre les différents textes, et de saisir plus facilement le dialogue tissé entre eux » (p. 12). On imagine tout le travail qu’a représenté la constitution de cet apparat critique et l’on en mesure que mieux toute la reconnaissance que l’on doit à son auteur pour avoir osé et réussi à proposer ainsi un panorama si riche de la sémiotique au tournant du xxe au xxie siècle ; un panorama destiné à faire date et à constituer comme le disent nos collègues anglais une pierre miliaire (milestone) sur la voie du développement d’une science et d’une discipline qui n’ont pas fini de nous aider à remettre en question les fugaces et trop péremptoires certitudes dont le prêt à vivre, à consommer, à parler et à penser contemporain nous submerge tous les jours. Ouvrage profond, brillant et très éclairant des différents champs dans lesquels se déploient une science à l’œuvre, dont la lecture peut être jugée indispensable.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Amir Biglari, dir., Entretiens sémiotiques », Questions de communication, 31 | 2017, 543-545.

Electronic reference

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Amir Biglari, dir., Entretiens sémiotiques », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11355

Top of page

About the author

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand[at]unilim.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page