Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Théories, méthodes

Daniel Jacobi, Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition

Dijon, Éd. de l’Office de coopération et d’information muséale, 2016, 98 pages
Jean-François Clément
p. 559-560
Bibliographical reference

Daniel Jacobi, Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition, Dijon, Éd. de l’Office de coopération et d’information muséale, 2016, 98 pages

Full text

1Cet ouvrage part de l’idée qu’une exposition ne peut pas être seulement une présentation d’œuvres d’art. Elle doit toujours aller au-delà et « faire découvrir des œuvres, des collections, des idées ou mieux des concepts » (p. 7). Si l’on choisit cette conception restrictive de l’exposition et si l’on croit que les spectateurs sont incapables de produire par eux-mêmes du sens, un curateur ou un commissaire d’exposition devrait se sentir dans l’obligation de concevoir des « dispositifs d’aide à l’interprétation » (ibid.). Tel est l’objet de ce livre qui, cependant, n’aborde jamais la question de fond : comment concevoir des idées nouvelles, voire radicalement originales, qui vont bousculer les perceptions admises de l’histoire de l’art ? Dans cet ouvrage conçu pour la formation professionnelle de personnels muséaux, l’auteur s’en tient à la présentation matérielle de ces idées, à la fois dans leur rédaction et dans leur présentation.

2Le manuel commence par un inventaire des textes d’exposition. Il y a des textes qualifiés d’exotextes qui sont des articles de journalistes, éventuellement des brochures et des livres, aujourd’hui des échanges sur l’internet. La question des textes extérieurs à l’exposition n’est pas abordée, l’auteur se limitant à quelques-uns des « endotextes » présents dans l’espace même de l’exposition, cartels ou étiquettes situées à proximité des œuvres, panneaux généraux placés dans quelques salles, sans aborder la question de la signalétique permettant de circuler dans l’espace muséal. Il est vrai que ce dernier point a fait l’objet d’un autre ouvrage – La Signalétique patrimoniale : principes et mise en œuvre (D. Jacobi, M. Le Roy, Dijon, ocim, 2013). L’auteur élimine aussi les endotextes, feuillets, tels les dépliants ou guides distribués éventuellement aux visiteurs, ainsi que les informations livrées par les audioguides ou celles accessibles sur tablette lors du passage devant une œuvre.

3Il faut lire les conseils de Textexpo en sachant que cet ouvrage se limite à la présentation des moyens dont dispose aujourd’hui un curateur. D’abord, il y a la pratique actuelle des commissaires d’exposition en France qui est surtout de nature empirique et qui varie selon des modes imposées par les plus grandes institutions culturelles et que suivent les plus petites structures dans la limite de leurs moyens financiers. Ensuite, il y a une tentative de transposition dans l’espace du musée des recherches de nature scientifique, en particulier celles qui sont menées par des linguistes, sur la communication spécifique aux espaces muséaux : que lisent les visiteurs et, pour commencer, que peuvent-ils lire, par exemple face à un panneau lorsqu’ils sont debout et parfois gênés par d’autres visiteurs ? Que retiennent-ils finalement des informations ou des interprétations suggérées par les curateurs lorsque les lectures sont parcellaires, le plus souvent sans prise de note possible ?

4Se pose alors la question de l’efficacité des dispositifs utilisant l’écriture comme seul support. L’usage est d’accompagner les œuvres de cartels, la plupart du temps informatifs (les « étiquettes autonymes »). Par exemple, on trouve dans une exposition d’art le nom du créateur, parfois ses dates de naissance et de mort, le titre, la taille de l’œuvre, la technique utilisée, parfois l’année de création. Mais on peut aussi avoir des étiquettes développées ou prédicatives comportant des phrases composées qui commentent ou expliquent l’œuvre. Quelle taille donner à ces cartels ? Où les placer ? Quelle fonte employer, avec quels espaces et selon quelles chartes graphiques ? Peut-on accepter l’italique qui ralentit la lecture ? Que faire ensuite si les objets sont nombreux sur un mur ou dans une vitrine ? Chacune des réponses à ces questions suppose à la fois une connaissance générale des procédés de lecture, ce qui est assez facile à obtenir, mais aussi une connaissance précise des publics distincts selon les musées ou les galeries. Le livre présente des conseils généraux sur la production d’écrits, la mise en place des textes et les conditions de lisibilité et ce sera sa principale utilité, même si l’on ne sait pas si les règles présentées seront permanentes ou s’il ne s’agit, au moins pour certaines, que de modes.

5C’est sur l’autre point, celui des pratiques réelles des publics des expositions en général et dans les lieux distincts d’exposition en particulier, que l’on est dépourvu. Les très rares enquêtes à ce sujet, pourtant essentiel, déclarent qu’il y aurait un chiffre compris entre 10 et 20 % des visiteurs qui lisent les textes proposés par les curateurs, ce qui reviendrait à dire que 80 % des visiteurs n’ont vu aucune « exposition » au sens limitatif proposé au début de l’ouvrage. Cela devrait inciter soit à supprimer des textes aussi peu utiles, soit à faire passer autrement les messages si on croit qu’ils sont essentiels.

6L’auteur refuse ces deux positions parce que, selon lui, les textes oralisés des audioguides ne seraient pas plus efficaces que les textes écrits. Il affirme également que la plupart des lecteurs auraient une lecture automatique dont ils ne se rendraient pas compte. Mais il part aussi d’enquêtes qu’il a réalisées où il modifie la question posée : « Au cours de votre parcours dans l’exposition, avez-vous jeté de temps en temps un coup d’œil aux textes affichés ? » Il obtient alors 90 % de réponses positives. D’où sa conclusion selon laquelle il conviendrait de garder les médiations écrites, présentes le long des parcours des visiteurs. Un argument essentiel est toutefois omis. En raison des interactions entre visiteurs, pas seulement entre parents et enfants, on n’a pas toujours besoin de lire soi-même ce qui est écrit pour en prendre connaissance.

7En écho aux expositions blockbusters, cela fait environ 30 ans que cette question de la médiation écrite dans les expositions est apparue (P. M. McManus, « Oh yes, they do: how museum visitors read labels and interact with exhibit texts? », Curator, 32, 3, 1989, pp. 174-189 et E. Kentley, D. Negus, Wrinting on the wall, a guide for presenting exhibition text, London, National Maritime Museum, 1989). Il n’est pas certain qu’on ait beaucoup avancé sur la question de la rationalité des choix à opérer, alors qu’on commence à disposer, surtout dans la bibliographie anglo-saxonne, de recherches sur ces questions. Toutefois, la plupart du temps, elles concernent des musées scientifiques et non des musées montrant des œuvres d’art.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-François Clément, « Daniel Jacobi, Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition », Questions de communication, 31 | 2017, 559-560.

Electronic reference

Jean-François Clément, « Daniel Jacobi, Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition », Questions de communication [Online], 31 | 2017, Online since 01 September 2017, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/11378

Top of page

About the author

Jean-François Clément

clementjf[at]gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page