Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture

Jean-Luc Chalumeau, Les théories de l’art. Philosophie, critique et histoire de l’art de Platon à nos jours

5e éd., Paris, Vuibert, 2009, 157 p.
Marie Louis
Référence(s) :

Jean-Luc Chalumeau, Les théories de l’art. Philosophie, critique et histoire de l’art de Platon à nos jours. 5e éd., Paris, Vuibert, 2009, 157 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, le critique et historien de l’art Jean-Luc Chalumeau retrace les différentes théories de l’art. Pour ce faire, il suit un plan chronologique lui permettant d’aller des « théories de l’art dans l’Antiquité » (pp. 23-27) à « la situation actuelle » (pp. 139-150). En tout, ce sont onze périodes de l’histoire de l’art qui sont évoquées. Évoquer semble le terme le plus approprié pour qualifier ce livre. En effet, les différents chapitres ne sont agrémentés ni d’introduction ni de conclusion résumant la pensée de l’époque. Seul un bref condensé de la position des auteurs clés est transmis. Cette absence de liens explicites entre les différentes parties peut donner l’impression d’une « liste d’épicerie » des théories de l’art, le lecteur passant très rapidement d’une théorie à l’autre, d’un auteur à un autre et d’une époque à une autre. Ainsi, pour le chapitre 3 « Classicisme et baroque au XVIIe siècle » (pp. 39-43), trois pages de texte tentent d’éclairer sur les théories de Nicolas Poussin et de Roger de Piles. Il est vrai que d’autres périodes jouissent d’un plus long traitement, dont « La philosophie de l’art allemande » (pp. 59-76) et « Les théoriciens de l’art contemporains » (pp. 115-137), avec chacune sept auteurs cités. Historiquement, nous comprenons cette disparité, tout comme le déséquilibre que l’on retrouve à l’intérieur même des chapitres. Il est logique que des théoriciens comme Emmanuel Kant (pp. 61-64) ou Erwin Panofsky (pp. 89-96) occupent un espace privilégié dans un tel ouvrage. En revanche, nous comprenons plus difficilement le peu de considération que Jean-Luc Chalumeau semble accorder à certains auteurs. Ainsi Friedrich Von Schlegel n’est-il traité que de façon sommaire. La description de son œuvre théorique s’achève par un commentaire éloquent : « Cela n’apporte rien de nouveau » (p. 65). Il est évident qu’un tel ouvrage ne peut être exhaustif et qu’il résulte forcément de choix plus ou moins objectifs.

2Ainsi décrit, on pourrait croire que la lecture de cet ouvrage laisse sur sa faim bon nombre de lecteurs. Ce qui serait paradoxal étant donné qu’il s’agit de la cinquième édition. Il faut revenir aux objectifs clairement annoncés dans la préface pour comprendre tout l’intérêt de ce livre : « L’exposé sera autant que possible chronologique, et chaque système d’interprétation sera rattaché à son principal auteur, sous forme de fiches conçues comme devant être accessibles à des lecteurs du niveau des premières années des universités » (p. 10). La portée pédagogique est atteinte. La mise en page est claire ; elle facilite une lecture rapide et une manipulation efficace. Nul besoin de suivre le plan chronologique imposé par l’auteur, on peut feuilleter ce livre au gré des envies et besoins.

3Au-delà de cette dimension, l’intérêt est également de type académique. Jean-Luc Chalumeau divise les théories en cinq grandes familles : la phénoménologie qui se concentre sur la perception des œuvres et l’interprétation ; la psychanalyse qui étudie les œuvres à l’aune des découvertes sur la psyché humaine ; la sociologie qui associe le travail créateur aux faits de société ; le formalisme pour qui les signes, les formes et procédés sont plus parlants que le contenu d’une œuvre ; enfin, l’analyse structurale qui considère la peinture comme « un objet historique à part entière » (p. 21). Dès lors, nous constatons qu’une même période peut voir différents types de théories s’affronter. C’est l’époque contemporaine qui est ici la plus complexe. S’y mêlent la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty, la sociologie de Daniel Arasse, le structuralisme d’Hubert Damisch, la psychologie d’Ernst Gombrich et le formalisme de Clement Greenberg. D’autres périodes connaissent cette diversité. L’introduction est donc l’occasion de suggérer les liens entre les auteurs, liens dont nous déplorions l’absence dans le reste de l’ouvrage. En outre, elle permet d’évoquer des penseurs non intégrés au développement. Nous pensons notamment à Jean-Paul Sartre et à André Malraux. Cette catégorisation renforce le souci pédagogique qui se retrouve dans la présence de citations. Mises en exergue par un encadré, elles facilitent la compréhension de certaines théories et permettent d’avoir un premier contact avec l’œuvre et le style des auteurs. Le livre permet donc d’avoir rapidement un aperçu non exhaustif, mais ô combien éclairant sur l’évolution de la pensée sur l’art. Le dernier chapitre examinant la situation actuelle est d’ailleurs des plus instructifs.

4« La situation actuelle : entre l’excès et l’absence de théorie de l’art » (pp. 139-150) se démarque tout de suite par sa forme. Point de fiches dans cette partie mais un état des lieux, un commentaire de la situation présente. Pour l’auteur, les théories de l’art sont en crise et oscillent entre deux extrêmes qu’explicite le titre du chapitre. Ainsi dénonce-t-il la tendance au tout-théorie qui conduit inévitablement à oublier la nature d’une œuvre d’art – sa plasticité, sa réalité – pour ne la considérer que comme un document illustrant tel ou tel phénomène. L’impossibilité pour les théories de l’art d’intégrer la création contemporaine est un autre écueil qui s’explique notamment par la carence de critique. Or, sans ce regard analytique, sans ce discernement sur le présent, la théorie ne peut construire de discours : « Si la critique est paralysée, la théorie de l’art ne sert à rien et l’histoire de l’art est elle-même entravée » (p. 145). Cette phrase résume le constat dressé par l’auteur. La critique ne joue plus son rôle. Elle ne fait plus de distinction : tout peut devenir une œuvre d’art, sans que quiconque puisse émettre un jugement de valeur sur ces artefacts. Tout est au même niveau sans réelle justification. Cette situation s’explique aussi par le rôle secondaire qu’occupe aujourd’hui la critique dans le monde de l’art. Le pouvoir décisionnel n’est plus entre ses mains, comme ça a déjà été le cas jadis, ce sont « les quelques détenteurs d’énormes moyens financiers » (p. 145) qui régissent ce milieu. Pour sortir de cette impasse, Jean-Luc Chalumeau réaffirme l’importance d’une critique qui s’appuie sur la théorie pour se construire. Il est conscient des limites des différentes théories qu’il a présentées dans son ouvrage. Aussi en appelle-t-il au métissage, à un savoir ouvert combinant les apports des différentes théories. Ce savoir doit s’associer à un concept que l’auteur souhaite réhabiliter : le goût. Ce chapitre, riche de références, offre une démonstration éclairante de la situation actuelle. Il fait regretter davantage l’absence d’analyse dans le reste de cet ouvrage didactique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Louis, « Jean-Luc Chalumeau, Les théories de l’art. Philosophie, critique et histoire de l’art de Platon à nos jours », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 20 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/218

Haut de page

Auteur

Marie Louis

CREM, université de Haute-Alsace
louis.marie.82@voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page