Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer

Paris, CNRS Éd., coll. Débats, 2009, 147 p.
Yeny Serrano
Référence(s) :

Dominique Wolton, Informer n’est pas communiquer. Paris, CNRS Éd., coll. Débats, 2009, 147 p.

Texte intégral

1Informer n’est pas communiquer, voilà le titre de cet essai que Dominique Wolton commet dans le but de montrer pourquoi la communication est le vrai défi du XXIe siècle. Après plus de trois décennies dédiées aux travaux sur la communication, le directeur de l’Institut des sciences de la communication (iscc) du cnrs dénonce le stéréotype dominant selon lequel l’information est plus sérieuse que la communication et cette dernière se limiterait à la manipulation. Aux yeux de l’auteur, cette idée erronée se serait imposée du fait que l’information et la communication sont inséparables de l’histoire de l’émancipation de l’homme. En effet, la révolution de l’information, survenue au XIXe siècle, a permis la connaissance du monde et le développement de l’esprit critique. Le XXe siècle s’est imposé comme celui du progrès technique. Le problème, dénonce le chercheur, est que, si d’une part, le progrès technique a permis de sortir de la communication fermée et de multiplier les messages, d’autre part, il n’a pas augmenté la communication. En intensifiant la production et la diffusion des messages, autrement dit l’information, les innombrables avancées techniques se sont développées au détriment de la communication, de la relation avec l’autre. En conséquence, au cours du XXe siècle, l’information s’est imposée accentuant l’idée d’une communication automatique, rien de plus dangereux pour le chercheur. Pour lui, la communication est plus complexe que l’information, car elle pose la question de l’autre. Définie comme la relation à travers laquelle les êtres humains cherchent à partager, séduire et convaincre, la communication englobe l’information. Il n’y a pas d’information sans projet de communication. En effet, nous sommes des êtres sociaux et non des êtres d’information. Pour cette raison, le progrès technique ne suffit pas à améliorer la communication. En conséquence, Dominique Wolton estime nécessaire de « détechni