Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Journalisme et études culturelles : de nouveaux positionnements de la recherche française ?

Journalism and cultural Studies : towards new Directions of the French academic Research ?
Nicolas Pélissier
p. 273-290

Résumés

Après avoir défini les fondements et champs d’application d’une analyse culturelle du journalisme, nous montrons comment un courant de recherche en sciences humaines et sociales inspiré par cette approche s’est développé outre-Atlantique puis outre-Manche depuis les années 30. Dans les pays anglo-saxons, l’expansion de ce courant a conduit à une convergence épistémologique, mais aussi à un rapprochement institutionnel entre media and journalism studies et cultural studies. Cette convergence a suscité un réel dynamisme des travaux académiques. En France, la recherche inspirée par l’analyse culturelle du journalisme apparaît moins développée et plus disparate, mais elle a le mérite d’exister, notamment sous d’autres appellations et portée par des auteurs qui ne la revendiquent pas en tant que telle. Mais, si son développement peut être perçu comme lent et inégal, il semble inopportun d’évoquer un « retard français », dans la mesure où les contextes culturels et politiques dans lesquels évoluent les deux sphères académiques sont très différents. Certes, la recherche française pourrait utilement s’inspirer des expériences académiques menées dans d’autres pays comparables qui réfléchissent, depuis plus longtemps et de façon plus active, aux interactions « médiaculturelles » mais elle gagnerait aussi, en sens inverse, à mieux se valoriser dans une communauté scientifique internationale qui la connaît mal ou de façon caricaturale.

Haut de page

Texte intégral

1Selon Géraldine Muhlmann commentant la traduction française du recueil de textes de Robert E. Park (2008 : 21), « l’idée que les contenus médiatiques et en particulier journalistiques sont des formes culturelles, qui s’inscrivent dans un certain état de la culture démocratique tout en contribuant à son évolution, a du mal à s’imposer chez nous [en France] ». Pour expliquer cette lacune, l’auteure évoque un certain « mépris académique pour la pratique journalistique », mais aussi la difficulté du journalisme professionnel français à se penser en termes de « contre-pouvoir, autonome et inventif », et ainsi à « faire vivre pleinement un public face aux pouvoirs ». Ainsi reprend-elle la distinction effectuée par James Carey (1989) entre le journalisme comme méthode, fondé sur le compte rendu du réel au public (conception fonctionnaliste et positiviste), et le journalisme comme culture, qui relève du rituel collectif et met l’accent sur les enjeux sociopolitiques de l’information (conception culturaliste et constructiviste). Plus précisément, en quoi consiste cette approche culturaliste ? Comment est-elle apparue outre-Atlantique et s’est-elle développée dans les pays anglo-saxons ? Est-il vrai que cette approche reste peu explorée, voire inexistante, dans la tradition académique française ? Si non, pourquoi n’est-elle pas davantage mise en valeur ? Pour résumer ces interrogations en une seule problématique : existe-t-il vraiment un réel fossé culturel (cultural gap) entre les recherches françaises sur le journalisme et celles menées aux États-Unis et peut-on évoquer un « retard français » en la matière ? Comme nous le montrerons, si l’analyse culturelle du journalisme est moins pratiquée en France qu’outre-Atlantique et outre-Manche, elle a néanmoins le mérite d’exister, le plus souvent sous d’autres appellations et inspirée par ses propres paradigmes. Si elle semble souffrir d’un manque de visibilité institutionnelle et de cohérence épistémologique, les obstacles qu’elle rencontre ne sont pas si éloignés de ceux qui ressortent des débats scientifiques les plus récurrents dans les universités anglo-saxonnes. Ce constat s’appuie sur une étude approfondie de la production mais aussi du champ académique de la recherche française en journalisme, telle que nous l’avons conduite dans de précédents travaux théoriques et épistémologiques (Pélissier, 2009).

L’approche culturelle : l’autre versant du journalisme

2Selon Barbara Zelizer (2004), qui consacre près d’un quart du volume de son ouvrage de référence, Taking Journalism Seriously, à commenter les travaux menés dans cette perspective de recherche, l’approche culturelle du journalisme est apparue dans les années 1930-1940 aux États-Unis avant de se développer, dans la deuxième moitié du XXe siècle, au Royaume-Uni et dans l’ensemble des pays anglo-saxons. La sociologue américaine définit cette approche comme l’étude des « conventions, rituels et symboles dont se servent les journalistes pour maintenir leur autorité culturelle comme porte-parole légitime du peuple dans l’espace public » (ibid. : 176). Elle évoque une « méthode interdisciplinaire et réflexive » qui analyse au plus près la production symbolique d’une profession et ce qu’elle représente dans la société. L’approche culturelle postule que le travail journalistique fonctionne différemment de ce qu’en disent le sens commun, les manuels, les formateurs, les médias eux-mêmes mais aussi certains chercheurs inspirés par le paradigme fonctionnaliste. Elle étudie les interactions du milieu professionnel avec le corps social dans son ensemble et chacune de ses composantes. Il ne s’agit plus de penser le journalisme comme le monopole d’une profession, mais comme une activité sociale parmi d’autres. De ce fait, l’approche culturelle postule une convergence entre le journalisme et ces autres activités sociales, notamment les arts, les lettres ou la politique. Elle insiste sur les tensions entre la manière dont les journalistes se perçoivent et comment les autres univers sociaux se les représentent. Enfin, elle postule que les journalistes ne produisent pas seulement des informations (news) mais aussi des récits (stories) qui font d’eux des agents culturels respectés, enviés et concurrencés. Ces agents forment également un ensemble de micro-milieux aux cultures professionnelles fort hétérogènes, régis par ce que Barbara Zelizer (ibid.) qualifie de « communautés interprétatives » aptes à donner du sens à leurs actions et à leurs textes. Pour recenser et retracer l’évolution des travaux académiques situés dans cette perspective épistémologique depuis leurs origines, on distinguera trois étapes : les travaux pionniers menés en Amérique du Nord ; l’apparition et le développement des cultural studies au Royaume-Uni ; puis l’institutionnalisation, l’internationalisation de ces cultural studies et leur rapprochement avec les media and journalism studies dans le monde anglo-saxon.

Les travaux pionniers : sociologie, anthropologie et histoire de la culture du journalisme américain

3Aux origines de l’approche culturelle du journalisme, se dégagent les travaux pionniers de Robert E. Park, fondateur de l’école de sociologie urbaine de Chicago, lequel s’est inspiré de la pragmatique interactionniste de John Dewey (1927). Dans le débat qui l’oppose au fonctionnaliste Walter Lippman, celui-ci estime que les journalistes ne font pas que rechercher l’exactitude des faits, mais contribuent encore à la création d’une « culture commune » démocratique. Il est aussi inspiré par des auteurs européens tels que Gustave Le Bon, Gabriel Tarde et Georg Simmel. D’une part, Robert E. Park resitue la fonction journalistique dans le cadre d’une histoire culturelle au long cours, des journaux locaux à la presse à sensation, en passant par les médias partisans et l’émergence d’une presse plus indépendante qui cherche à commercialiser au mieux ses informations et à séduire le public le plus large par ses récits de l’actualité. À chacune des étapes de son « histoire naturelle de la presse » (Park, 1925), il montre comment le fonctionnement des entreprises médiatiques correspond étroitement à l’évolution de la société à laquelle elles s’adressent. D’autre part, le sociologue de Chicago considère l’information comme un produit culturel et une forme de connaissance spécifique, non éloignée des préoccupations du chercheur en sciences sociales (Park, 1940). Il s’agit d’une forme plus intuitive et pragmatique du savoir humain, mais ce savoir – à la différence du folklore, de l’art ou de la littérature – a vocation à l’objectivation. Cela lui permet de faire vivre un public, de créer une « excitation sociale » à la condition toutefois de proposer à ce public une pluralité de points de vue argumentés. Ainsi Robert E. Park se positionne-t-il comme un sociologue des médias et de la culture. Il se refuse à séparer l’étude de ces deux domaines qu’il tente de penser ensemble. Cet effort épistémologique se retrouve, près d’un demi siècle plus tard, dans les travaux de référence de James Carey (1989) et Michael Schudson (1989), eux aussi sociologues de la culture et du journalisme. Entre-temps, l’analyse culturelle du journalisme s’enrichit des approches fournies par la sociologie constructiviste (Berger, 1963), l’anthropologie culturelle de Clifford Geertz (1973) ou l’interactionnisme symbolique (Blumer, 1969 ; Goffmann, 1974 ; Becker, 1984). Ces différents apports ont notamment conduit à la multiplication des méthodes ethnographiques d’études des rédactions appréhendées comme communautés ritualisées et groupes humains producteurs de culture (voir les études de Tuchman, 1978 ; Molotch, Lester, 1974). Ils ont également permis le développement de travaux étudiant les stéréotypes culturels véhiculés par les journalistes (Gerbner, 1964, 1976). Dans la même période, au Royaume-Uni, ce sont surtout les cultural studies – nées à Birmingham – qui nourrissent l’essor de l’analyse culturelle du journalisme.

Le journalisme : un objet privilégié pour les cultural studies britanniques

4Certes, les travaux fondateurs des pionniers du Center for Contemporary Cultural Studies de Birmingham ne font pas du journalisme une priorité. Dans les années 50 et 60, les centres d’intérêt de Richard Hoggart, Stuart Hall, Edward P. Thompson ou Raymond Williams sont beaucoup plus larges. Ils abordent la culture populaire comme un ensemble hétérogène et sont guidés par des impératifs politiques passant au premier plan. Au cours de la décennie suivante se produit un véritable tournant journalistique (journalistic turn) des études culturelles britanniques. D’une part, les recherches du centre de Birmingham, sous l’impulsion de son directeur Stuart Hall, accordent aux textes médiatiques traitant de l’actualité une place fondamentale. Ces préoccupations nouvelles font écho à l’émergence et au développement d’une sociologie britannique du journalisme, impulsée notamment par les travaux de Jeremy Tunstall (1971) et d’une école innovante d’analyse de discours médiatique à l’université de Glasgow (gumg, 1976). Ici, nous ne reviendrons pas en détail sur les nombreux travaux alors produits à Birmingham. Mentionnons toutefois le rôle fondateur des écrits de Stuart Hall (1973a), en particulier son article « Encoding/Decoding », qui met l’accent sur les contraintes de production d’un message médiatique, tant en amont (recherches sur les journalistes) qu’en aval (enquêtes sur les publics) du processus de fabrication de l’information. Ce texte marque une rupture évidente avec la sociologie fonctionnaliste anglo-saxonne. Il est suivi, la même année, par la publication d’une recherche inspirée par la sémiologie structuraliste de Roland Barthes et dédiée aux photoreporters (Hall, 1973b) et du travail innovant de Stanley Cohen et Jock Young (1973) d’inspiration ouvertement critique et constructiviste. Cinq ans après paraît la recherche intitulée Policing the Crisis (Hall, Critcher, 1978) qui s’intéresse à la construction médiatique de la déviance par les programmes d’actualité et aux mécanismes de panique morale qui s’ensuivent. Elle montre notamment le rôle de « définisseurs primaires » des sources institutionnelles et des pouvoirs publics. Dans une perspective voisine, David Morley et Charlotte Brunsdon mettent à l’épreuve avec succès le modèle théorique de Stuart Hall dans leur travail sémiologique sur le magazine d’information Nationwide diffusé par la bbc, travail que complète David Morley (1980) deux ans plus tard en étudiant, au sein de 29 focus groups, la réception de ce programme par les téléspectateurs et en nuançant le modèle initial proposé par Stuart Hall. Dans le Royaume-Uni des années 70, l’élan donné à Birmingham trouve un accueil favorable dans de nombreuses autres universités et centres de recherche. C’est le cas à l’université de Cardiff et à l’Institut polytechnique du Pays de Galles où les recherches de John Fiske et John Hartley (1978), très inspirées par la sémiologie, tentent de démontrer les incidences des facteurs culturels sur la production médiatique et sa réception par le public. On retrouve des préoccupations similaires au Centre de recherche sur les communications de masse de l’université de Leicester et au Centre de recherche sur le journalisme du Goldsmith College de Londres, sous l’impulsion de James Curran. Au cours des deux décennies suivantes, d’autres travaux britanniques (Bromley, 1995 ; Schlesinger, Tumber, 1995 ; Carter, Branson, Allan, 1998) insistent surtout sur la responsabilité des journalistes dans la construction et à la reproduction des inégalités sociales et culturelles. Dans le même temps, les recherches culturelles sur le journalisme s’internationalisent, s’institutionnalisent et suscitent une convergence croissante entre media studies et cultural studies.

L’expansion des cultural studies et la convergence « médiaculturelle »

5En premier lieu, tout au long de la période 70-90, les recherches britanniques précitées connaissent un succès outre-Atlantique où elles s’implantent sur un terrain fertile, car préalablement défriché par la sociologie, l’anthropologie et l’histoire culturelles des médias. En témoignent les travaux de James Carey qui se positionnent à la confluence de ces deux traditions, pourtant sous-tendues par des paradigmes forts différents : interactionnisme symbolique, pragmatique, sociologie constructiviste dans le cas nord-américain ; néo-marxisme, structuralisme, sémiologie, psychanalyse et théorie littéraire critique dans le cas britannique. À l’université de l’Illinois, James Carey fonde une véritable école de recherches qui place le journalisme et les médias dans une position centrale en matière de production et de diffusion des symboles et des stéréotypes culturels. Ses nombreux étudiants poursuivent ce travail au cours de la décennie suivante. Mus par une dynamique épistémologique anti-positiviste et anti-fonctionnaliste, ils examinent comment les journalistes construisent un sens commun et une réalité sociale bien spécifique, notamment à l’occasion de grands rituels civiques (Katz, Dayan, 1992). Dans la valorisation de ces travaux, la revue Critical Studies in Mass Communications joue un rôle capital. Au-delà de l’Amérique du Nord, les approches culturelles du journalisme connaissent un succès croissant dans d’autres régions du monde, notamment en Amérique du Sud (Martin-Barbero, 1993 ; Waisbord, 2000), en Europe du Nord (Dahlgren, 1992, 1995) ou en Europe centrale (Splichal, 1994 ; Coman, 2003). Sur le plan institutionnel, cet essor se traduit par la création de chaires académiques associant, à la fois, les recherches sur les médias, le journalisme et les études culturelles (media, journalism and cultural studies). Selon John Hartley (2003 : 138), ce rapprochement s’explique par de réelles convergences : les « recherches sur le journalisme et [les] études culturelles explorent la complexité du social, décrivent la vie de groupes humains […], elles mettent en question les décisions et les actions du discours gouvernemental […] et décodent le monde pour mieux le connaître ». Par ailleurs, elles partagent le projet commun « de renforcer les principes de citoyenneté et de développement des potentiels de la théorie critique qui démystifie les idéaux d’une presse et d’un lectorat démocratiques » (ibid.). Certes, comme l’ont remarqué justement certains auteurs français (Neveu, Mattelart, 2003), ce succès va aussi de pair, en particulier outre-Atlantique, avec un désintérêt progressif pour cette dimension éthique et politique (voire idéologique) des recherches culturelles sur le journalisme. D’une part, l’attention accordée aux textes journalistiques qui traitent de faits d’actualité est mise en veilleuse au profit de l’étude des fictions (de James Bond aux soap operas, en passant par les blockbusters). D’autre part, l’intérêt pour le système de production de l’information se voit nettement concurrencé par la prolifération des études en réception (ethnographies notamment), qui insistent de plus en plus sur la notion de plaisir populaire dans la consommation des textes médiatiques et sur les imprévisibles capacités de réinvention de ces textes par un récepteur qui passe du statut d’ « idiot » à celui de « super-héros » culturel. Ce faisant, les recherches culturalistes rejoignent les travaux néo-fonctionnalistes sur la réception des programmes médiatiques, et tendent à perdre leur potentiel critique, alors que les travaux portant sur le genre (gender studies) tendent à se substituer à ceux qui insistent sur l’appartenance de classe. Néanmoins, la fécondation mutuelle entre recherches sur le journalisme et études culturelles a eu lieu. Elle a donné naissance à de nombreux travaux heuristiques dans l’ensemble du monde académique anglo-saxon. En comparaison, la production française inspirée par ce rapprochement apparaît beaucoup plus modeste, voire inexistante, aux yeux des chercheurs qui la connaissent peu ou mal. Parce que le croisement évoqué ne s’est pas vraiment produit, mais aussi parce que les recherches en la matière demeurent éclatées et disparates.

La recherche « culturelle » française en questions : bilan et perspectives

6Cette tradition de recherche paraît plus riche et développée dans les pays anglo-saxons qu’en France. Cependant, les recherches françaises inspirées par une approche culturelle du journalisme ne manquent pas, même si elles demeurent inégales et ne se présentent pas toutes sous cette appellation. Pour le prouver, nous proposons une typologie de ces recherches à partir de la classification opérée par Barbara Zelizer (2004 : 194-200) qui détermine six axes spécifiques à l’analyse culturelle du journalisme. Certes, cette démarche taxonomique peut être critiquée à trois niveaux : elle a été réalisée dans un contexte anglo-saxon et propose des catégories qui ne sont pas nécessairement universalisables ; elle peut conduire, en recensant la recherche française, à des rapprochements d’auteurs que tout semble opposer sur les plans épistémologique et méthodologique ; elle risque de placer sous un étendard commun, d’ailleurs rarement revendiqué comme tel, des recherches fort hétérogènes. Ces objections méritent d’être entendues. Cependant, la sociologue américaine, disciple de Daniel Dayan, est elle-même consciente des limites de sa classification, et fait preuve d’un réel effort de compréhension universelle des recherches sur le journalisme qui dépasse largement sa connaissance approfondie du monde académique anglo-américain ; par ailleurs, il ne s’agit pas d’une typologie à visée épistémologique réalisée à partir des paradigmes et des méthodes, mais plutôt des thèmes et des objets privilégiés par les chercheurs. Dès lors, son auteure réunit aussi, dans chacune de ses catégories, des auteurs aux orientations parfois très divergentes. Enfin, il ne s’agit pas ici de tester la pertinence modèle de Barbara Zelizer mais plutôt de le mobiliser pour mettre en valeur – dans le cadre français – des travaux susceptibles de se rattacher à une approche culturelle du journalisme. Ce faisant, nous reprenons les six axes suivants.

Étude des représentations du journaliste par la société

7Aux États-Unis, par exemple, cette thématique est illustrée par les recherches d’Howard Good (1998) sur les représentations sociales de l’alcoolisme des journalistes ou sur l’image de la femme journaliste dans la société. En France, ce type d’études reste plutôt rare, exception faite du travail de Denis Ruellan (1993) sur la représentation de la figure du reporter au cinéma. Dans une dynamique voisine, l’ouvrage collectif Les journalistes : stars, scribes et scribouillards (Lacan, Ruellan, Palmer, 1994) et la 45e livraison de la revue Quaderni consacrée aux « Figures du journalisme » (Mathien, Pélissier, Rieffel, 2001) s’interrogent sur l’imaginaire social plutôt valorisant qui se crée autour de la profession de journaliste, notamment dans sa dimension de « justicier » au service de la démocratie.

Analyse culturelle de la réception des textes journalistiques

8Dans les pays anglo-saxons, ce type d’analyses a connu un vif succès avec, par exemple, les travaux de David Morley (1980) sur l’audience de Nationwide, ceux de Klaus Jensen sur le rôle du genre, de l’âge et de l’ethnicité dans le processus de réception, ou ceux de Mary Gillespie (1995) sur la réappropriation des informations télévisées par les communautés diasporiques à Londres. En France, les études en réception des médias sont beaucoup plus rares et la plupart concernent davantage les œuvres de fiction que les programmes d’information (Pélissier, Dragan, 2003). On citera le travail de Sylvie Debras (2006) sur les représentations des lectrices de la presse quotidienne régionale. Plus récemment, le programme de recherche « L’ordinaire du journalisme » (2007), coordonné par Denis Ruellan et inspiré par les travaux de Michel de Certeau, tente d’évaluer les stratégies de « braconnage » du public envers les programmes à caractère journalistique. Mais, alors que les travaux sur les usages des tic prolifèrent, ces tentatives restent encore timides dans le paysage académique français.

Étude des formes du journalisme

9Cette approche insiste sur l’importance des supports techniques dans la détermination des façons de faire des journalistes. Pour l’illustrer, on se reportera aux travaux de Jeff Land (1999) sur le journalisme radio, de Toby Miller (2002) sur le journalisme télévisé ou Pablo Boczkowski (2004) sur le journalisme en ligne. En France, on se référera aux travaux de Jean-François Tétu et Maurice Mouillaud (1989) sur le journal quotidien, ceux de Cécile Méadel (1991) sur le reportage radio ou de Yannick Estienne (2007) sur le journalisme web. Mais c’est surtout le journalisme de télévision qui a donné lieu au plus grand nombre de recherches. Parmi elles, celles d’Hervé Brusini et Francis James (1982) sur l’évolution d’un journalisme d’enquête vers un journalisme d’examen, ceux de Jérôme Bourdon (1994) sur les spécificités du corps professionnel des journalistes de la télévision française et ceux de Pierre Bourdieu (1996) sur le dispositif télévisuel de prise de parole. Certes, ces auteurs ne revendiquent pas spécialement une approche « culturelle » et mobilisent des courants théoriques (sémiologie, structuralisme, interactionnisme, foucaldisme, théorie critique, etc.) parfois très différents, mais ils ont pour point commun, dans la perspective que, en France, on pourrait qualifier de « médiologique », d’interroger le rôle de la technique dans les façons de faire et la détermination de l’identité des journalistes.

Analyse des incidents critiques dans le fonctionnement
du journalisme

10Ce type de travaux se concentre sur les manquements, les écarts à la norme, les ruptures de conventions et de consensus, et la violation des règles communes. Ces incidents donnent à la profession journalistique l’occasion de réfléchir sur elle-même (réflexivité critique) et sur sa place dans la société (responsabilité sociale). Aux États-Unis, l’une des recherches les plus remarquées en la matière est celle de David Eason (1986) sur le scandale provoqué par le mensonge délibéré d’une journaliste afro-américaine. En France, la notion de « faute grammaticale » est au cœur des recherches de Cyril Lemieux et de sa sociologie morale inspirée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot. Son ouvrage Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques (2000) est ainsi entièrement construit sur le recensement critique des divers manquements aux normes journalistiques qui se fondent sur la régulation de la distance des professionnels avec leurs collègues, leurs sources et leurs publics. Dans le cas de l’histoire plus ancienne, voir aussi la riche contribution des auteurs de l’ouvrage Presse à scandale, scandales de presse (Delporte, Palmer, Ruellan, 2001) à la problématique soulevée.

Étude des cultures et sous-cultures professionnelles

11Dans la lignée des travaux de Léo Rosten (1938), ces études n’ont pas manqué aux États-Unis, à l’image de celle de Theodore Glasser et James Ettema (1989) sur les journalistes d’investigation. En France, suite aux travaux précurseurs de Jean-Gustave Padioleau (1976) sur les journalistes chargés des questions éducatives, mentionnons ceux d’Érik Neveu (1997) sur les journalistes politiques, Julien Duval (2004) sur les journalistes économiques ou Sandrine Lévêque (2000) sur les journalistes sociaux. La 111e livraison de la revue Réseaux consacrée aux « journalistes spécialisés » (Neveu, Rieffel, Ruellan, 2002) et l’ouvrage Presse écrite : objets délaissés (Legavre, 2004) offrent aussi un bon aperçu de la recherche française sur les « sous-cultures » professionnelles. En outre, tandis que Rémy Rieffel (1984, 1992) et Louis Pinto (1984) s’intéressent davantage aux journalistes-intellectuels appartenant à une certaine élite professionnelle productrice de culture, les chercheurs réunis autour d’Alain Accardo (1998) se penchent plutôt sur le cas des pigistes entendus comme « sherpas de l’information ». Notons à ce propos que les chercheurs inspirés par la sociologie critique de Pierre Bourdieu ont été nombreux, sous l’impulsion de Patrick Champagne, Dominique Marchetti ou Érik Neveu, à aborder les diverses spécialités professionnelles comme autant de « sous-champs » du marché du travail journalistique.

Étude des représentations du monde social que véhiculent les journalistes

12C’est dans ce domaine, exploré aux États-Unis par Robert Manoff et Michael Schudson (Reading the News, 1986), que la production française est la plus ancienne et la plus abondante. On citera en premier les travaux d’Abraham Moles (1967) qui mettent en valeur le rôle des journalistes dans la « socio-dynamique » de la culture. Ainsi Abraham Moles est-il le premier auteur majeur français à poser les bases, d’inspiration systémique et cybernétique, d’une analyse culturelle du journalisme. À l’université de Bordeaux, autour de Robert Escarpit et André-Jean Tudesq (1973), des travaux d’inspiration constructiviste sur le rôle de la presse dans la construction des événements tentent de se développer, mais cet effort reste sans suite. Dans une veine épistémologique différente, les écrits plus critiques de Louis Quéré (1982) et Yves de la Haye (1985) insistent sur le rôle des journalistes dans la fabrication d’une « culture moyenne » et dans la reproduction des inégalités liées à l’ordre social dominant. On y retrouve l’influence du marxisme, de l’École de Francfort, de la sémiologie et du structuralisme. Par la suite, une série de travaux inspirés par l’analyse critique de discours (voir Véron, 1981 ; Charaudeau, 1988 ; Soulages, 1999) analysent les stéréotypes culturels véhiculés par les journalistes, qu’il s’agisse de la représentation de la misère sociale (Lochard, Boyer, 1998), de la différence sexuelle (Neveu, 2000) ou, plus récemment, de l’appartenance ethnique (Rigoni, 2008). Dans une autre perspective théorique, davantage marquée par l’anthropologie, Régis Debray (2000) envisage les journalistes comme une autorité culturelle aux pouvoirs comparables à ceux de l’église médiévale, tandis que Jacques Le Bohec (2000) dresse un inventaire très détaillé de leurs diverses mythologies professionnelles. Quant à Daniel Dayan (1999) et Pascal Lardellier (2001), ils focalisent leur attention sur les rituels médiatiques auxquels les journalistes participent en tant que producteurs d’imaginaires. L’inventaire, non exhaustif, des travaux menés dans le cadre de ce dernier axe montre bien que la recherche « culturelle » française est loin d’être négligeable et qu’elle a produit déjà de nombreux résultats heuristiques. Ce constat encourageant appelle quatre remarques au regard des travaux que nous venons de citer et de leur positionnement épistémologique.

Un culturalisme qui s’ignore ?

13La première remarque est que les travaux français qui revendiquent explicitement une « approche culturelle », avec des références aux travaux anglo-saxons (notamment aux cultural and gender studies), demeurent plutôt rares. Certes, les cultural studies sont mieux connues et diffusées en France (Neveu, Mattelart, 2003) mais les chercheurs qui les mobilisent s’intéressent davantage aux œuvres de fiction (littéraires, artistiques, médiatiques, publicitaires, etc.) qu’aux programmes d’information. Il en va ainsi des analyses portant sur la réception de ces œuvres, des travaux précurseurs du cecmas, autour d’Edgar Morin et Georges Friedmann dans les années 60-70, aux recherches plus récentes menées par Philippe Le Guern, Dominique Pasquier ou Éric Macé. Par ailleurs, la recherche française en sciences de l’information et de la communication est demeurée longtemps réticente à intégrer les apports des cultural studies. Les raisons de ce « rendez-vous manqué » ont été mises en valeur par Éric Maigret et Éric Macé (2005). Ces sociologues évoquent en premier lieu des facteurs politiques : le poids d’une tradition jacobine et républicaine française qui serait peu compatible avec les expressions minoritaires ou communautaires et réservée vis-à-vis du multiculturalisme. Mais ils insistent également sur les raisons institutionnelles (les résistances des disciplines traditionnelles et les compétitions au sein des champs académiques) et épistémologiques (la réticence de nombreux chercheurs français vis-à-vis des paradigmes constructivistes) qui ont conduit à ce rendez-vous manqué. Dans le cas plus spécifique de la recherche française en journalisme, certains auteurs ont observé une forte persistance, dans les milieux académiques, des représentations de type positiviste de la profession journalistique et la difficulté d’émergence des épistémologies constructivistes dans les références des chercheurs (Pélissier, Ruellan, 2003). Néanmoins, et c’est là notre deuxième remarque, les travaux français susceptibles de se rattacher à une approche culturelle, telle que nous l’avons définie en introduction et qu’elle est proposée par Barbara Zelizer dans ses six axes, semblent beaucoup plus nombreux. Même s’ils ne font pas explicitement référence à cette approche ou au courant des cultural studies, nombre d’entre eux se situent dans une volonté commune, qu’elle soit d’inspiration sémiologique, sociologique ou anthropologique, de rupture avec un modèle libéral de la presse démocratique d’inspiration fonctionnaliste et positiviste, tel qu’il a été porté en France pendant un demi siècle par l’Institut français de presse. Alors que certains de ces travaux explorent plutôt la dimension imaginaire du journalisme (Le Bohec, 2000 ; Debray, 2000), d’autres font prévaloir une référence au constructivisme (Delforce, 2004) ou à l’interactionnisme symbolique (Lévêque, 2000 ; Siracusa, 2001). Au regard de la classification de Barbara Zelizer, ceux qui portent sur les représentations sociales des journalistes ou sur les cultures et sous-cultures professionnelles ne manquent pas. En revanche, ceux qui ont pour objet la réception des programmes d’actualité ou sur l’imaginaire social suscité par le journalisme sont beaucoup moins développés.

14Au total, nous sommes face à un ensemble de recherches très riches, mais hétéroclites et disparates. Apparemment, leur seul dénominateur commun est le refus d’une approche positiviste et réaliste (au sens où la définit par exemple Gilles Gauthier, 2004) de l’univers journalistique. Mais cela suffit-il à leur donner une cohérence ? Et faut-il vraiment en chercher une ? Ne peut-on se contenter de les laisser se développer en l’état sans les regrouper à tout prix sous une bannière culturaliste qu’elles ne revendiquent pas vraiment et qui ne correspond a priori pas aux orientations épistémologiques du monde académique français spécialisé dans le domaine ? Nous ne souhaitons pas ici répondre à sa place. Mais ces interrogations nous conduisent à formuler les deux remarques suivantes. D’une part, il est peu pertinent, comme le fait par exemple Géraldine Muhlmann, de décréter un inquiétant « retard français » dans le domaine que nous tentons d’appréhender. D’autre part, sans chercher à l’étiqueter sous la même appellation réductrice, il pourrait être heuristique de dégager quelques pistes visant à une meilleure visibilité et à une plus grande ouverture de recherche académique française d’inspiration culturaliste.

Déconstruire le mythe du retard français en matière d’analyse culturelle du journalisme

15Ainsi, même si l’on peut empiriquement constater un certain déphasage entre la France et l’Amérique du Nord ou le Royaume-Uni, raisonner en termes de « retard à combler » ne nous semble-t-il pas opportun. En premier lieu, les contextes politique, culturels et scientifiques de production et de diffusion des travaux susmentionnés sont tellement différents d’une sphère académique à l’autre que la comparaison reste périlleuse et qu’il est peu réaliste de chercher à établir un classement entre les systèmes les plus « performants ». En second lieu, notre propos n’est pas de véhiculer une vision téléologique de la recherche en journalisme qui positionnerait d’emblée l’approche culturaliste comme le stade ultime de développement, le point oméga vers lequel tous les travaux devraient raisonnablement tendre. Si cette approche ne manque pas d’intérêt heuristique, elle a ses propres limites sur lesquelles nous reviendrons. En troisième lieu, et contrairement à un préjugé souvent répandu, les difficultés d’une convergence « médiaculturelle » ne se retrouvent pas qu’en France. Elles sont également présentes dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, où les travaux de James Carey (1997) ou Theodore L. Glasser et James Ettema (1989) montrent les obstacles épistémologiques aux interactions entre recherches sur le journalisme et études culturelles. Selon ces auteurs, le journalisme a ses propres valeurs, ses référents, qu’il veut distinguer des autres activités sociales (idée de clôture professionnelle). Il est contraint par les faits, l’objectivité et la vérité, ce qui n’est pas le cas des romances populaires, des chansons de Madonna ou de la publicité, objets de fiction privilégiés par les cultural studies. Bref, pour le journaliste, les actualités ne sont pas une construction théorique, mais un accomplissement pratique sous-tendu par des exigences objectivistes qui s’accordent mal avec les approches relativistes et subjectivistes des études culturelles. Par ailleurs, celles-ci vont s’en prendre au pouvoir des journalistes, à leur autorité morale, à leur collusion avec l’ordre établi, qu’il soit social, racial ou sexuel. Enfin, la focalisation sur le journalisme tend à privilégier ce qui se passe dans les salles de rédaction, du côté de la production, tandis que les études culturelles visent surtout à décrypter les discours médiatiques et leur réception par les publics. Pour toutes ces raisons, on peut comprendre que les chaires américaines en journalism studies, qui gèrent également la formation au professionnalisme journalistique, aient pu manifester quelques réticences vis-à-vis des cultural studies, lesquelles ont pu tout de même se diffuser en leur propre sein au prix d’une certaine dépolitisation (Neveu, Mattelart, 2003). Il serait d’ailleurs intéressant pour la recherche française de s’inspirer des débats suscités par cette question outre-Atlantique, ce qui nous conduit, en conclusion, à formuler quelques pistes destinées à mieux la valoriser.

Conclusion

16Une première piste pourrait être l’activation du débat entre chercheurs français inspirés par ou se réclamant d’une approche culturelle du journalisme. Bien souvent, ceux-ci communiquent peu entre eux, notamment parce qu’ils appartiennent à des disciplines différentes et/ou à des traditions parfois peu compatibles. En outre, en France, les lieux de structuration de la recherche en journalisme font défaut (Pélissier, 2009). Ainsi, n’existe-t-il pas de groupe d’étude institutionnel au plan national, ni de revue de référence dans ce domaine. Les démarches entreprises par le Réseau d’études sur le journalisme (rej), et notamment son programme « L’ordinaire du journalisme » (2008), vont dans ce sens mais elles demeurent encore insuffisantes en termes d’ouverture à tous les chercheurs intéressés et d’intégration des travaux anglo-saxons en cultural studies. En outre, la polarisation des débats de la décennie précédente autour de la sociologie de Pierre Bourdieu appliquée au champ journalistique a tendu à évacuer les autres approches, notamment l’apport des études culturelles. Ainsi la controverse épistémologique autour du dualisme positivisme/constructivisme journalistique, telle qu’elle a été initiée et animée par la revue Questions de communication (5 et 6, 2004), est-elle passée relativement sous silence dans la communauté des chercheurs, alors quelle s’est révélée féconde et mériterait d’être relancée, tant la question du constructivisme, ses atouts et limites, est au fondement du développement d’une analyse culturelle du journalisme.

17Une deuxième piste de développement pour la recherche française est celle d’une meilleure intégration des travaux académiques menés dans d’autres pays dans une perspective médiaculturelle que l’on qualifiera de « modérée ». Il existe aussi aux États-Unis toute une tradition de recherche sur le journalisme qui prend ses distances à la fois vis-à-vis du professionnalisme journalistique et des dérives populistes et relativistes de certaines recherches culturelles sur les médias. Cette tradition se retrouve aussi bien à l’Annenberg School of Communications avec Barbara Zelizer, qu’à l’université de l’Illinois avec les nombreux épigones de James Carey. En Europe, il s’agit de chercheurs tels que Michael Bromley, Philip Schlesinger, Howard Tumber, Colin Sparks ou Peter Dahlgren. Ces travaux ont intégré les nombreux apports des cultural studies, notamment celles des « pères fondateurs » de Birmingham. Cependant, ils se montrent critiques à l’égard des dérives relativistes de certaines études culturelles. Ils considèrent notamment qu’on ne peut étudier une salle de rédaction avec les mêmes paramètres et le même arrière-plan épistémique qu’un studio de tournage d’une fiction ou un jeu télévisé. Ils n’ignorent rien des spécificités de la profession journalistique et de sa fonction sociale qui trouvent leurs sources socio-historiques dans le concept d’espace public. Mais ils savent aussi que le discours d’inspiration positiviste des professionnels du journalisme est démenti au quotidien par des pratiques très souvent en contradiction avec ces discours car il existe bien toute une dimension affective et subjective du journalisme, tournée vers le plaisir, le divertissement et la préservation des identités dans une société complexe. Au-delà du monde anglo-saxon, certains travaux francophones se situent dans la perspective d’un culturalisme modéré et mis en débat, à l’image de ceux de Thierry Watine à Québec, Mihai Coman à Bucarest, Annick Dubied à Genève ou Benoît Grévisse à Louvain. Le point commun à tous ces auteurs est d’avoir fortement mobilisé la recherche anglo-saxonne pour produire leurs propres travaux. Pour les chercheurs francophones, il est donc aussi important de se connaître davantage et de se citer entre eux que de faire référence aux auteurs anglophones. En sens inverse, la production française gagnerait à mieux s’intégrer dans les débats sur le journalisme engendrés par les travaux publiés en langue anglaise. Cet effort passe par une accélération de la publication des auteurs français dans les revues internationales spécialisées qui s’intéressent davantage aux rapports entre médias et culture, à l’image de Journalism (coéditée par Barbara Zelizer et Michael Bromley).

18Enfin, une troisième piste se situe plus en amont dans le domaine encore en friches de la formation académique. Sans aller jusqu’à la création de chaires spécialisées en Journalism, media and cultural studies, à l’image de celle mise en place à l’université Paris 3, nous plaidons pour un plus grand rapprochement entre les enseignements relatifs au journalisme et aux médias et ceux délivrés dans les départements des arts, lettres, langues, cinéma et autres pratiques culturelles. Ainsi les formations en journalisme et communication auraient-elles tout intérêt à intégrer dans leurs programmes les résultats des recherches menées dans les domaines des arts et lettres qui s’intéressent le plus aux phénomènes de production, de médiatisation et de réception des œuvres. A contrario, les maquettes pédagogiques des filières arts, lettres, langues ou cinéma pourraient davantage valoriser des enseignements, obligatoires ou optionnels, mettant en valeur la singularité de l’activité journalistique en la comparant notamment à celle des artistes et des chercheurs en sciences humaines (voir Park, 2008).

19Gageons que ces diverses pistes, une fois approfondies, puissent faire en sorte que la recherche française en journalisme s’enrichisse de différents courants théoriques et de nouvelles méthodes d’investigation qui lui permettront de se renouveler en profondeur, au-delà de la querelle souvent stérile entre partisans d’une théorie critique des médias en manque de propositions constructives et thuriféraires d’un modèle libéral de la presse dépassé par les évolutions actuelles des techniques, des pratiques culturelles et de la société.

Accardo A. et al., 1998, Journalistes précaires, journalistes au quotidien, Bordeaux, Éd. Le Mascaret.

Allan S., 1999, News Culture, Buckingham, UK, Open University Press.

Becker H., 1984, Arts World, Berkeley, University of California Press.

Blumer H., 1969, Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Bourdieu P., 1996, Sur la télévision, suivi de l’Emprise du journalisme, Paris, Éd. Le Seuil/Liber.

Bourdon J., 1994, Haute-fidélité : pouvoir et télévision, 1935-1994, Paris, Éd. Le Seuil.

Bromley M., 1995, Media Studies : An Introduction to Journalism, London, Hodder and Stoughton.

Brunsdon C., Morley D., 1978, Everyday Television, London, bfi.

Brusini H., James F., 1982, Voir la vérité. Le journalisme de télévision, Paris, Presses universitaires de France.

Carey J., 1989, Communication as Culture, London, Unwin Hyman.

— 1997, « Afterwords : The Culture in Questions », pp. 308-340, in : Munson E., Warren C., eds, James Carey : A Critical Reader, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Carter C., Branston G., Allan S., 1998, News, Gender and Power, London, Routledge.

Champagne P., 1996, « Le traitement médiatique des malaises sociaux », Cahiers du journalisme, 2, pp. 8-16.

Champagne P., Marchetti D., 1994, « L'information médicale sous contraintes : à propos du scandale du sang contaminé », Actes de la recherche en sciences sociales, 101-102, pp. 40-63.

Charaudeau P., 1988, La presse : produit, production, réception, Paris, Didier-Érudition.

Cohen S., Young J., 1973, The Manufacture of News, Beverly Hills, Sage.

Coman M., 2003, Anthropologie des médias, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Dahlgren P., 1995, Television and Public Sphere, London, Sage.

Dahlgren P., Sparks C., 1992, eds., Journalism and Popular Culture, London, Sage.

Dayan D., 1999, « Madame se meurt : le jeu des medias et du public aux funérailles de Lady Diana », Quaderni, 38, pp. 49-68.

Dayan D., Katz E., 1992, Media Events, Oxford, Oxford University Press.

De La Haye Y., 2005, Journalisme mode d'emploi : des manières d'écrire l'actualité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Debras S., 2006, Lectrices au quotidien, Paris, Éd. L’Harmattan.

Debray R., 2000, L'emprise, Paris, Gallimard.

Delforce B., 2004, « Le constructivisme : une approche pertinente du journalisme », Questions de communication, 6, pp. 111-133.

Delporte C., Palmer M, Ruellan D., dirs, 2001, Presse à scandale, scandale de presse, Paris, Éd. L'Harmattan.

Dewey J., 1927, The Public and Its Problems, Colombus, Ohio University Press.

Duval J., 2004, Critique de la raison journalistique, Paris, Éd. Le Seuil/Liber.

Eason D., 1986, « On Journalistic Authority : the Janet Cook Scandal », Critical Studies in Mass Communication, 3, 429-447.

Esquenazi J.-P., L'écriture de l'actualité, 2002, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Estienne Y., 2007, Le journalisme après Internet, Paris, Éd. L’Harmattan.

Ferro M., 1991, L'information en uniforme : propagande, désinformation, censure et manipulation, Paris, Ramsay.

Fiske J., 1996, Media Matters, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Gauthier G., 2004, « La vérité : visée obligée du journalisme », Les Cahiers du journalisme, 13, pp. 164-182.

Geertz C., 1973, The Interpretation of Culture, New York, Basic Books.

Gerbner G., 1964, « Ideological Perspectives and Political Tendencies in News Reporting », Journalism Quarterly, 41, pp. 495-506.

Gillespie M., 1995, Television, Ethnicity and Cultural Change, London, Routledge.

Glasgow University Media Group (gumg), 1976, Bad news, London, Routledge.

Glasser T., Ettema J., 1989, « Investigative Journalism and the Moral Order », Critical Studies in Mass communication, 6, pp. 1-20.

Goffman E., 1974, Frame Analysis, Boston, Northeastern University Press.

Good H., 2000, The Drunken Journalist, Lanham, MD, Scarecrow.

Hall S., 1973a, « The Determination of News Photographs », CCCS Position Paper, University of Birmingham.

— 1973b, « Encoding/Decoding », CCCS Position Paper, University of Birmingham.

Hall S., Critcher C. et al, 1978, Policing the Crisis, London, Mac Millan.

Hartley J., 2003, A Short History of Cultural Studies, London, Sage.

Krieling A., « The Commercialization of Black Press and the Rise of Race News in Chicago », pp. 176-203, in : Solomon W., Mac Chesney R., eds, Ruthless Criticism, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Lacan J.-F., Palmer M., Ruellan D., 1994, Les journalistes : stars, scribes et scribouillards, Paris, Éd. Syros.

Land J., 1999, Active Radio, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Lardellier P., 2001, Théorie du lien rituel, Paris, Éd. L’Harmattan.

Le Bohec J., 2000, Les mythes professionnels des journalistes français, Paris, Éd. L'Harmattan.

Legavre J.-B., dir., 2004, Presse écrite : objets délaissés, Paris, Éd. L’Harmattan.

Lemieux C., 2000, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

Lévêque S., 2000, Les journalistes sociaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lochard G., Boyer H., 1998, Scènes de télévision en banlieues, Paris, Éd. L'Harmattan.

Maigret é., Macé É., dirs, 2005, Penser les médiacultures, Paris, A. Colin.

Manoff R., Schudson M., eds, 1986, Reading the News, New York, Pantheon.

Marchetti D., dir., 2004, En quête d'Europe : médias européens et médiatisation de l'Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Martin-Barbero J., 1993, From the Media to Mediations : Communication, Culture and Hegemony, London, Sage.

Mathien M., Rieffel R., Pélissier N., dirs, 2001, « Figures du journalisme : critique d’un imaginaire professionnel », Quaderni, 45, pp. 49-169.

Miller T., 2002, « Tomorrow will be Risky…and Disciplined », pp. 203-220, in : Friedman J., ed., Reality Squared : Televisual Discourse on the Real, New Brunswick, Rutgers University Press.

Moles A., 1967, Sociodynamique de la culture, Paris, Mouton.

Molotch H., Lester M., 1974, « News as Purposive Behaviour », American Sociological Review, 39 (6), pp. 101-112.

Morley D., 1980, The Nationwide Audience, London, BFI.

Mouillaud M., Tétu J.-Fr., 1989, Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Muhlmann G., 2004, Du journalisme en démocratie, Paris, Payot.

Neveu É., 1997, « Des questions jamais entendues. Crises et renouvellement du journalisme politique à la télévision », Politix, 37, pp. 25-56.

— 2000, « Le genre du journalisme : les ambiguïtés de la féminisation d'une profession », Politix, 51, pp. 179-212.

Neveu É., Mattelart, A., 2003, Introduction aux cultural studies, Paris, Éd. La Découverte.

Neveu É., Ruellan D., Rieffel R., dirs, 2002, « Les journalistes spécialisés », Réseaux, 111, pp. 9-62.

Padioleau J.-G., 1976, « Systèmes d'interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, pp. 256-282.

— 1985, Le Monde et le Washington Post, Paris, Presses universitaires de France.

Park R. E., 1925, « The Natural History of The Newspaper », pp. 80-98, in : Park R. E. et al., eds, The City, Chicago, University of Chicago Press.

— 1940, « News as a Form of Knowledge », American Journal of Sociology, 45, pp. 669-686.

— 2008, Le journaliste et le sociologue, textes présentés par Plenel E., Mulhmann G., Paris, Éd. Le Seuil.

Pélissier N., 2004, « Questions de construction : les non-dits épistémologiques d'une interpellation salutaire », Questions de communication, 6, pp. 159-178.

— 2009, Journalisme, avis de recherche : la production scientifique française dans son contexte international, Bruxelles, Bruylant.

Pélissier N., Dragan I., 2003, « Les effets de l'information télévisée : de la recomposition paradigmatique aux études empiriques », pp. 97-112, in : Courbet D., Fourquet M.-P., dirs, La télévision et ses influences, Bruxelles, INA/De Boeck.

Pinto L., 1984, L'intelligence en action : Le Nouvel Observateur, Paris, Métailié.

Questions de communication, 2004, « Des usages du constructivisme », 5, pp. 161-211.

— 2004, « Des usages du constructivisme (2) », 6, pp. 101-177.

Quéré L., 1982, Des miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier.

Rieffel R., 1984, L'élite des journalistes. Les hérauts de l'information, Paris, Presses universitaires de France.

— 1992, « Journalistes et intellectuels : une nouvelle configuration culturelle ? », Réseaux, 51, pp. 56-73.

Ringoot R., Utard J.-M., dirs, 2005, Le journalisme en invention, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Rosten L., 1937, The Washington Correspondents, New York, Harcourt, Brace and Co.

Ruellan D., 1993, Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Ruellan D., Pélissier N., 2003, « Les journalistes contre leur formation ? », Hermès, pp. 91-99.

Schlesinger P., Tumber H., 1995, Reporting Crime, Oxford, Oxford University Press.

Schudson M., 1978, Discovering the News, New York, Basic Books.

Soulages J.-Cl., 1999, Les mises en scène visuelles de l'information, Bruxelles, INA/De Boeck.

Tuchman G., 1978, Making News, New York, Free Press.

Tudesq A.-J., dir., 1973, La presse et l'événement, Paris, Mouton.

Tunstall J., 1971, Journalists at Work, London, Constable.

Véron E., 1981, Construire l'événement. Les médias et l'accident de Three Miles Island, Paris, Éd. de Minuit.

Waisbord S., 2000, Watchdog Journalism in South America, New York, Columbia University Press.

Zelizer B., 2004, Taking Journalism Seriously, London-New York-Thousand Oaks, Sage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Pélissier, « Journalisme et études culturelles : de nouveaux positionnements de la recherche française ? », Questions de communication, 17 | 2010, 273-290.

Référence électronique

Nicolas Pélissier, « Journalisme et études culturelles : de nouveaux positionnements de la recherche française ? », Questions de communication [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 22 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/391 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.391

Haut de page

Auteur

Nicolas Pélissier

Laboratoire Information, Milieux, Médias, Médiations
Université de Nice Sophia Antipolis
pelissier06@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page