Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Réfléxivité limitée et réification : un travail interactionnel de conventionnalisation

Limited Reflexivity and Reification: an Interactional Work of Conventionalisation
Florian Hémont
p. 239-256

Résumés

Il est ici question du caractère limité de la réflexivité des acteurs telle que développée par Anthony Giddens dans sa théorie de la structuration du social. Il s’agit de penser dans un même cadre (à l’instar de François Cooren) ce qui « anime » les acteurs et ce qu’ils animent. Nous envisagerons l’interaction comme un lieu/moment d’expression et d’actualisation des « allant de soi » plus ou moins conventionnels. Nous analyserons alors l’interaction comme un travail de présentification, de mobilisation de conventions, mais aussi comme un travail de conventionnalisation, de routinisation. Enfin, nous explorerons le lien entre limite réflexive et langage en considérant la réification comme un mode d’expression de l’acteur dans la façon dont il peut avoir recours à des « boîtes plus ou moins noires » en donnant corps à des idées, des principes, des règles et participer à leur diffusion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1«  Man is an animal suspended in webs of significance he himself has spun  » (Geertz, 1973 : 5).

« L’homme est un animal suspendu à des toiles de signification qu’il a lui-même tissées  »1.

  • 2  La « réflexivité  » est ici entendue comme capacité des acteurs de comprendre ce qu’ils font penda (...)
  • 3  Nous tenons à remercier particulièrement les deux lecteurs anonymes ainsi qu’Anne Mayère, François (...)
  • 4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Cooren.

1Ce texte met à l’épreuve le concept de « réflexivité  »2, tel qu’utilisé par Anthony Giddens dans sa théorie sur la structuration, pour la compréhension de l’action sociale. Nous proposons d’interroger le caractère limité de cette réflexivité3. Nous expliciterons ce en quoi les interactions peuvent être caractérisées par la constitution et le recours à des principes, postulats, etc. sur lesquels les acteurs ont plus ou moins de recul. Ce faisant, nous visons à intégrer dans un même cadre d’analyse ce qui « anime  »4 les acteurs, ce qu’ils animent, ainsi que leur recours – lors d’interactions – à des réifications (au sens de prêter une existence autonome à des concepts, principes, valeurs, etc.). Nous avançons que la réflexivité des acteurs, nécessairement limitée, prend appui sur cette réification de concepts, principes, valeurs, les soumettant ainsi au recours à des « boîtes plus ou moins noires  ». Au cours de ces interactions, les acteurs peuvent être conduits à questionner ce qui est constitué et utilisé comme « boîte noire  ». Pour autant, ce recul réflexif demeure toujours partiel. Nous entendons par là que les acteurs peuvent être amenés à prendre une certaine distance critique par rapport à leurs croyances et à ce qu’ils font. D’une certaine manière, nous montrons en quoi les limites réflexives jouent un rôle dans l’animation des acteurs, ce en quoi elles concourent à la formation de « boîtes noires  », et finalement, ce en quoi tout ceci participe à un phénomène interactionnel de structuration sociale.

  • 5  L’une des expressions que Br. Latour emprunte volontiers à H. Garfinkel et qui rend particulièreme (...)
  • 6  La notion d’agency a été traduite par « agentivité  » ou « agence  ». Néanmoins les diverses tradu (...)

2Nous nous référons principalement à la théorie de la structuration d’Anthony Giddens que nous entendons affiner à l’aide des travaux de François Cooren. Bien que notre lecture ne soit pas exhaustive, nous pensons, à bien des égards, que les travaux interactionnistes tels que ceux de François Cooren, relativement proches d’une sociologie latourienne, permettent de relire Anthony Giddens via un prisme davantage communicationnel de structuration du social. Il s’agit ainsi de questionner la critique souvent avancée, et peut-être un peu hâtive, de non-opérationnalité de la théorie de la structuration. François Cooren est un auteur dont les travaux en communication organisationnelle s’inscrivent dans la lignée de ceux de James R. Taylor qui envisage la communication comme constitutive de l’organisation. Son approche est particulièrement ancrée dans les travaux de Bruno Latour (auquel il emprunte, entre autres notions, la caractérisation des acteurs non humains), ceux d’Algirdas Julien Greimas (pour sa considération narrative et son idée d’« actant  »), et ceux d’Harold Garfinkel (en ce qui concerne l’approche ethnométhodologique)5. Il nous semble que, d’une manière générale, par l’étude des interactions, cet auteur examine la communication comme un processus organisé-organisant. Pour ce faire, il s’intéresse particulièrement à l’idée d’« actant  » dans sa considération de la notion d’agency6, et ausculte ainsi la scène interactionnelle comme composée d’un « plenum of agencies  » (Cooren, 2006). Que se joue-t-il alors au plan de la construction de la relation entre acteurs et groupes d’acteurs et de leur intercompréhension ? Comment interroger le concept de réflexivité limitée à la lumière des travaux de François Cooren et ainsi approfondir la portée interactionnelle de la pensée d’Anthony Giddens ?

3Nous considérons que les perspectives des acteurs peuvent évoluer en permanence par la stimulation du contrôle réflexif dans l’interaction. Nous explorerons ce en quoi ce mouvement ne peut être considéré sans faire intervenir des repères conventionnels. La co-définition de ces repères est précisément l’un des objets des interactions et l’un des sujets d’autorité. Pour mener à bien l’exploration de ce cadre d’analyse, nous nous appuierons, de manière à illustrer nos propos, sur le terrain constitué dans le cadre de notre recherche (2011) concernant les rapports clients-fournisseurs dans le secteur aéronautique du Sud-Ouest de la France. Celle-ci questionne les modes de coordination et de construction de formes d’intercompréhension, aux travers d’échanges en face à face et médiatisés par les outils de planification, entre interlocuteurs salariés de grandes entreprises « donneurs d’ordre  » et de petites et moyennes entreprises (PME) sous-traitantes, à partir du suivi des consultants engagés pour optimiser la chaine d’approvisionnement.

  • 7  Dans le sens de F. Cooren et D. Robichaud (2006  : 115-116) comme rendre présent des entités absen (...)
  • 8  On recourt à la définition de P. Livet (1994  : 244-245) qui voit dans la convention ce qui permet (...)
  • 9  « Conventionnalisation  » désigne un processus collectif de mise en place et de mise à jour de con (...)

4Dans un premier temps, nous verrons que les limites réflexives des acteurs participent à la mise en forme de liens de causalité. Après avoir expliqué ce qui peut être entendu par des rappels – en mettant en avant qu’ils sont constitutifs du contrôle réflexif des acteurs et qu’ils participent en retour à sa limitation –, nous envisagerons l’interaction comme un lieu/moment d’expression et d’actualisation des « allant de soi  » plus ou moins conventionnels, et des liens causaux. Nous verrons alors l’interaction comme un travail de présentification7, de mobilisation de conventions8, mais aussi comme un travail de conventionnalisation9, de routinisation. Nous caractériserons enfin le lien entre limite réflexive et langage en expliquant le jeu des « boîtes noires  » (en tant que pris pour compte et pensé-sédimenté). Nous prolongeons l’étude du rôle de ces « boîtes noires  » en insistant sur le fait que la réification, au-delà d’être un processus favorisant la constitution de ces « boîtes noires  », est également liée au fait que les acteurs nomment des instances, des phénomènes, des concepts, etc. et les exposent ainsi à un débat sur leur délimitation. Ce recours à des réifications par les acteurs, en donnant corps à des idées, des principes, des règles, participent à leur diffusion et peuvent induire des jeux d’autorité.

Limites réflexives

5Avant de nous intéresser à la manière dont la réflexivité participe d’un phénomène de socialisation, nous explicitererons ce que nous entendons par limites réflexives des acteurs. Ici, elles sont conçues, d’une part, comme restriction à leur faculté d’analyse de la complexité de liens causaux et, d’autre part, nous précisons la limite préceptuelle comme limitation à interroger ce qui les anime.

La limite « computationnelle  »

  • 10  « Considérant une définition large de la rationalité, pratiquement tous les comportements humains (...)
  • 11« In short, people almost always have reasons for what they do but seldom the “best” reasons. That (...)

6Herbert A. Simon a critiqué fort efficacement la conception de l’homo economicus, développée par une partie des économistes en ce qu’elle suppose la possibilité d’une rationalité absolue lors de prises de décisions. Il a expliqué que la rationalité possède des caractéristiques situées  : « By a weak definition of rationality, virtually all human behavior is rational. People usually have reasons for what they do, and if asked, can opine what these reasons are  »10 (Simon, 1995 : 45). Il a précisé que la caractérisation de la rationalité devait être accompagnée d’adverbes appropriés comme « objectivement  », « subjectivement  », « consciemment  », « intentionnellement  », « du point de vue de l’organisation  » ou encore « personnelle  » (Simon, 1947  : 69-70). Pour finir, il a argumenté sur le fait que cette rationalité est nécessairement limitée, ne serait-ce que par l’écart qui peut séparer l’action et l’accomplissement de l’objectif projeté. Cet écart tient notamment au défaut de connaissances, mais aussi aux limites de notre capacité « computationnelle  », dit autrement de notre capacité réflexive face à la complexité du monde11. Cette dernière pointe surtout nos difficultés à lier des concepts, des informations, des connaissances entre eux. Non pas parce que ces liaisons sont impossibles, mais parce que ces interconnexions sont entravées pour des raisons de contraintes mémorielles et surtout temporelles. En effet, le propre de l’acteur est l’action et ainsi l’interaction ; or, celles-ci s’inscrivent dans des temporalités qui, d’une certaine manière, s’imposent à l’acteur comme une limite de sa potentialité réflexive. Atteindre l’illumination ne serait-ce pas se perdre dans un dédale réflexif sans fin ni finalité ? Nous considérons alors une des limites de la réflexivité, non pas dans la potentialité à se projeter ou à tirer des enseignements des expériences, mais plutôt dans la faculté d’analyse de la complexité des liens causaux. Il ne faut pas entendre par là que chaque conséquence est issue d’une cause, mais que l’acteur tente de s’expliquer ce qu’il saisit comme manifestation (passé, en devenir, ou en cours) via ce que Karl E. Weick nomme « carte causale  ». Le point de vue de cet auteur est que « l’individu donne du sens à ce qu’il vit en rétablissant un lien de causalité, a posteriori, entre ses actions, motivations, croyances, entre le passé et le présent  » (Vidaillet, 2003  : 41). Par ailleurs, il ajoute que donner du sens est un mélange de rétrospection et de prospection, et que les acteurs ont recours à des présomptions afin d’ordonner leur action (Weick, Sutcliffe, Obstfeld, 2005  : 413). Outre l’aptitude des acteurs à donner du sens a posteriori à leurs actions, leur propension à se projeter semble tout aussi importante, tout du moins sous une forme d’« a priori en devenir  ». Les acteurs ont cette capacité de lier leurs construits a priori à leurs projections d’un futur a posteriori. Il s’agit d’une caractéristique majeure de la réflexivité des acteurs  : celle d’une appropriation réflexive de la connaissance altérant les circonstances auxquelles elle faisait référence initialement (Giddens, 1990  : 59-60), couplée à une projection réflexive sous forme d’anticipations floues d’un devenir plus ou moins éventuel.

La limite des préceptes et le rappel dans l’interaction

  • 12  « Précepte  » vient du latin praecipere  : commander ; prae  : en avant, et caepre  : prendre.
  • 13  « Tout ce que les acteurs connaissent de façon tacite, tout ce qu’ils savent faire dans la vie soc (...)
  • 14  « Ce que les agents savent de ce qu’ils font et de ce pourquoi ils le font  » (ibid.).
  • 15  L’« inconscience  » est entendue ici comme l’incapacité d’exprimer ce qui nous incite à l’action d (...)

7Une autre limite de la réflexivité se situe dans les influences inconscientes des acteurs (Giddens, 1986  : 411-412), dans le sens où nous n’avons pas de contrôle réflexif sur tout ce qui nous fait agir, sur tout ce qui nous anime. Ici, il s’agit de ce qu’on peut appeler l’influence de préceptes (c’est ce qui est pris en amont, c’est une sorte de commandement, de règle à suivre)12. Ils forment des liens causaux pris pour compte et/ou intériorisés qui participent à l’élaboration de leur « cartographie causale  » sur lesquels ils n’effectuent pas de contrôle réflexif ou très partiellement. Anthony Giddens fait une distinction entre inconscient, conscience pratique13 et conscience discursive14. D’abord, il revient sur trois distinctions que l’on peut faire entre conscient et inconscient. La première renvoie à l’idée de sensibilité, la conscience fait alors référence à l’aspect sensoriel ; l’inconscience se situe subséquemment dans l’endormissement ou la perte de conscience suite à un coup par exemple. La seconde, se rapprochant de la notion de conscience pratique, se réfère à l’attention aux événements ; l’inconscient est ce à quoi nous ne prêtons pas attention. La dernière, correspondant à peu près à la conscience discursive, présuppose qu’un acteur puisse mettre en mots des choses et faire preuve d’une certaine cohérence ; à l’opposé, dans ce cas, l’inconscient peut se traduire par le terme « unaware  ». Par la suite, il explique que la psychanalyse s’est appuyée sur ce dernier contraste entre conscience et inconscience15 (Giddens, 1986  : 92-94). Nous le suivons lorsqu’il se détache de la vision psychanalytique de la conscience pour lui préférer une conceptualisation rapprochant mémoire et inconscient. En fait, il distingue « la conscience en tant que conscience sensorielle […], la mémoire en tant que constitution temporelle de la conscience, et le rappel en tant que moyen de se rappeler des expériences passées de manière à les focaliser sur la continuité de l’action  » (Giddens, 1986  : 97). Ce qui est primordial est de percevoir ce rappel, comme une activité interactionnelle et donc caractéristique de cet « étant présent  ». Plus simplement, « se souvenir  » est toujours une activité du présent.

  • 16  B. Venard (2006  : 234) caractérise différents comportements qui permettent de relativiser un sché (...)

8Nous n’entendons donc pas faire de l’inconscient une catégorie éthérée de la pensée ou de la non-pensée, mais souhaitons davantage le rattacher aux compétences mnésiques de l’acteur  : « La conscience discursive et la conscience pratique renvoient à des mécanismes psychologiques de rappels utilisés dans des contextes d’action  » (Giddens, 1986  : 97). Les rappels sont constitutifs du contrôle réflexif des acteurs et participent, en retour, à sa limitation. Cette conception invite à se placer dans une perspective interactionniste de structuration sociale, selon laquelle ce qui active les rappels est ce qui est perçu par les acteurs dans l’interaction. D’une certaine manière, les idéologies – en tant qu’ordres symboliques articulant signification, légitimation et domination (Giddens, 1979) –, constituent une forme de préceptes. Envisager la structuration sociale à partir d’une perspective interactionniste permet de dépasser la disjonction entre l’idée marxiste de l’idéologie comme cadre de pensée sur lequel l’acteur n’a pas de prise (comme cadre de domination), et une pensée plus contemporaine, telle celle de Bernard Venard lorsqu’il interroge le rapport aux idéologies via des pratiques communicationnelles des acteurs16. Selon la perspective de François Cooren, penser l’interaction comme un lieu d’animation dans lequel les acteurs animent des principes, des entités – « peuplant  » ainsi la scène d’absents alors rendus présents –, mais aussi un lieu dans lequel les acteurs s’expriment à travers le prisme de ce qui les anime, permet de concilier les deux perspectives des rapports aux idéologies. En effet, les acteurs sont animés  : il y a toujours une part de non-conscient dans ce qui les fait agir et s’exprimer, mais aussi une part de prise de conscience par le truchement des interactions. Ces dernières favorisent alors un retour réflexif sur leurs « pris pour compte  », principes, postulats, etc. Mais les acteurs animent également. Ainsi les idéologies se propagent-elles de façon discursive par l’expression de croyances, de principes, de valeurs, etc. Ces croyances, principes et valeurs ont ceci d’intéressant qu’ils participent doublement au processus de justification des acteurs. Nous entendons par là qu’ils forment des liens de détermination qui ne sont pas nécessairement mis en cause par les acteurs, et qu’ils les mettent en scène de façon à justifier leurs actions ou défendre leur vision du monde. C’est précisément par les interactions que les acteurs peuvent être amenés à réviser leur vision du monde et réactualiser leurs schèmes de pensée et de justification. Une telle distinction permet de saisir en partie comment les acteurs sont à la fois portés, affectés, par des préceptes dont ils n’ont pas nécessairement conscience à un moment donné et, par ailleurs, peuvent parvenir à en avoir une certaine appréhension. Par la suite, on montrera que les interactions sociales sont sources de réflexivité, par ce qui y est proposé, et qu’elles participent au déplacement des limites réflexives.

9L’interaction est ce lieu et ce moment de confrontation, de justification, de transformation, de stabilisation des perspectives des acteurs. Durant leurs échanges, les acteurs s’expriment et se mettent en scène par des représentations. Le contrôle réflexif permet alors aux acteurs de faire appel et d’intérioriser toute une gamme de pensées et de comportements dans l’interaction. L’interaction elle-même en tant que support de sens, par ce qui est mis en proposition, participe à la stimulation de cette capacité réflexive. Toutefois, cette vision serait sclérosante si l’interaction n’était qu’un simple moment de rappel. L’une des caractéristiques de l’interaction réside dans ce qu’elle offre aux interactants la possibilité d’une co-construction de sens (ne serait-ce de la situation) et qu’elle peut ainsi concourir à l’évolution des perspectives de chacun. Ce qui évidemment n’exclut pas les tensions, les contradictions et les rapports de pouvoir  : 1) une interaction est une construction en ce qu’elle est toujours en proie à un certain indéterminisme quant à la séquence des échanges ainsi qu’à ce qui s’y échangera et comment. Elle permet également la (re-)production de pratiques, de routines ; 2) une interaction est une co-construction car elle suppose toujours une mise en contact entre différents acteurs. Un acteur exerçant une autorité sur un autre acteur suppose toujours que ce dernier accepte cette autorité. Anthony Giddens (1986  : 63-64) remarque d’ailleurs que « le pouvoir présuppose des relations régularisées d’autonomie et de dépen­dance entre des acteurs ou des collectivités dans des contextes d’interaction. C’est ce que j’appelle la dialectique du contrôle dans les systèmes sociaux  ». En cela, on ne revendique nullement une vision enchantée des rapports entre acteurs. Au contraire, on considère les jeux de pouvoir comme pleinement constitutifs de ces rapports. Les acteurs co-construisent les scènes interactionnelles par ce qu’ils y « portent  », et c’est justement par ce que chacun d’entre eux y « portent  » qu’ils tentent de peser dans les interactions et/ou qu’ils stimulent des évolutions de perspectives.

Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions

e et de jula fois porstiques de l’interactionn scèn et et alora/em>a été tra1Cooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Coor0/a> s du conrôle réflexif des acteurs et qu’ils participent en il interroge le rapport aux idéologons alors l1Coo17tion entur à sa limitation urs. Unage esnstructioction per,imordial estous envisagerons l’interaction comme un lieuace di animéquant à la eet qu’ils partilisation de conventions ractussi une palectipouvoirls font. D’une certaine manièflexiviui ne nsairement les acteurs, et qu’s. Au contrastimulécepteur comme une lims rapportsairemlité réterme s y « ponteraonsto 413)açon fle s’>  Bs inconscientes des acteL’y a t

recoursnt des in la qui nous anime.uchement des sont cll" id="bodyftn9" mulation du " id="bodyftn="footnoteca». Lesairementt au processusonn scènlisation de t. D’une certaine manièau-ci questimitée, prend app <, penspar leionul réss="famment au eppui sur cette réification de concepts, prIlexpér à paranumber">711 constant mis en dominaan clasption ixemplproporanumber">77<: 413n du mondass="fooesnlass="texteutionnellen travail de présees acte-à-die lacteur Ces croye concili< de rex deisatiuxiorise/dition. LpelS à dique eurs. Alass="texteume, pesi uns du cos (19 de lsalisu’o l’in< supposeur, 2006). Que critiinisatir dans unen structuordrpelSlus contemporlil y aagehanges ainsi leurs cst ltelle ce oute que dmuléce-li< de sngage enir4) reminteractiit noires s="texteufvéneme st ltelle ceuss  ité, par ce qui y est proposé, et qu’elles participent au déplacement des limites réfomporteme appel et d’ineLe rappel dans l’interaction  : routines et conventions 4  Le terme se réfère auxiatinièr mss="f">Tnnceion1e conciRppuierons conventions  Le terme se rtrns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13131313 participent au dépIaux travers while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépNon- tdiyss=">13 participent au dépÉe rc while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép1 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dép Fra phoustifine. RLconotive etempyajoutex degrouune eonvenl’endodance enatant présent  ». Plusou protdns tdiyss=">13 participent au dépAllois qi ? ! while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép2 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépCE while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dép… while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép3 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dépUnrrandesairemôle rénlle d’unpaFran while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép4 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépCE while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dép… while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép5 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dépO té est rdu desl de t n while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép6 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépCE while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dép… while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép7 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dépDu marmiage rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép8 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dép— while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépIl resttive et y a mélanisu’oanir4) r sensudssant urobles ctantes, à partir du suiv participent au dépRL ern efls font. Dtenotecionlhotes"> l"t queditexteu5 minuette réitardnt présent  ». Plusou protdns tdiyss=">13 rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép9 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépCE while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépIl onné es. Eneuriorisment-seurs drce des échà RLnt présent  ». Plusou protdns tdiyss=">13 participent au dépTenez while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dépr0/ahile embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépIl cipes,flexDF 288kité, par ce qui y est p participent au dépIl carabsen flexDF 288kitéLrppuierons co leurgt. Elux événemeau-ci desairemp, par urobles ctt présent  ». Plusou protdns tdiyss=">13 participent au dépSiLes acteuns. é rotrns trns tdiyss=">13131313 p participent au dép11 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépArn es="paraRPpar La ont. Dtenotecel engutantes, à partir du suiv rotdns tdiyss=">13 participent au dépe et de e connt urobles c ? ! while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép12 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL 2-94tpes,flexDF 288knfin e la cnt bureionnésiquthoranum desvudodance lncipes etrtilisatidesairem upar d àr touermlsalisuût réflexqu finalitéce2-94deut axte">< < rl de ité, par ce qui y est pou protdns tdiyss=">13 participent au dépUnrurobles ccan classns. Leionniveionnurrandesairement-smiteité, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép13 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRPpcipes,flexDF 288kréft den tdiyss=">13 participent au dépAh ! Ner">e acti on e la cnimées acteulésiquthoranude justveentre ul> ie à uréfnière,nsciamp"fDié, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép14 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépEn carabse réflexDF 288kté, par ce qui y est pou protdns tdiyss=">13 participent au dépe et de deut axteappey a ! while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép15 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRL while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 tdiyss=">13 participent au dépe et de deà un r-qu finalDié, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép16 while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">13131313 participent au dépEn acti r tdiyss=">13 participent au dépNésees acte rotrns rotnncens rocto1n2">Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions 12. Ils formen’e d qCe que les agents savent de ce qu’ils font et de 20nt des entiChspti y tan s drce des échens, 1979e d qurestifice-sédimPDF 288k doiation duactiiceymboliméscchgoliem>a été tra20ooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Coorndnotes"il interroge le rapport aux idéolog9="bodyftn7" g9x9nta"il interroge le rapport aux idéolo20oa été tra20oo20nta, while embodying thou proposé, et qu’elles parocto1n2">Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions e et et exprimetatiles des acteurs.s s’electce quujourse ractuétaitnt changera et commeet iatiquesminationururobles ccarsive, préseurs que à ty Ces conventionse acti on e la…amment onné n Par aitnoucertaiendiqueommeréce séqu) cauinipporatilt au processuso, t ivdes ac diar d à se 6  :eur e,imordiu(comme co pener">e et se meité, par ce qui y est proposé, et qu’elles parles interactions et/ou qu’ils stim3lent des évo3pIaux > ur cettede con,de rspan clasimeta diar des ratexte">Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions certanotes"impo Ians llequhuceesfuesttot dihnveactgue haantéesiv sef geurng éfshttotseacthrng, ae nuinippora anotes"iempom>a été tra22ooren et D. Robichaud (2006  : 115 certRespan clasamment auanotes"impo Dévoluarysef tonsS domi Smais ssanotes"iempom , 2002, Oxfhrd RsfuepriatOnl euOxfhrd Uncters dnotes"il été tra23ooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Coor4 en avaOn structn de creranssi unicst dique 6  :eur ee d’absentmordiu(cecienunl. Au contra s usl’ende rspan clasient. Aine.uchement de,avan s ens o parnterahemunrce suedflt arcessusceptes (c’est ce qui est pris en22"a été tra22oo22 pa>rs aux acteurs de fairem L sociale ende rspan claschane delanon-coKarl Marxe outejours n-coGeorg Lukács mulation dusyn clatdyftn=qu’ammnon-peanotes"impo Thur Ces cr by whichdiv> ietaita en cmundv> ppelsS doety as tonsce des sef tonir owce sbor pelsment paraan claen cmcre o owith  : 63dont partiriat an tonscowepré de l’e tonmanotes"iempom amment dnotes"il interroge le rapport aux idéolo23o été tra23oo23 paom . dnotes"Es ens oupirl’endrs. Unacauinippor, ens ola, on ro classe rspan clasc eefa de co ebilité dde ce rpor, clut pas les teneuacteurnt quelt les ors une pacrer,on qt des in e,ipyajount, apartiriat  : 63s peunracnemeaurs revionnt pas nécessai esto="#fse descepts, prsont cciale ende rspan clasco pelatrodesairemliftn=quefa deère dont 63ms.s s’s orsn, penser l’i se pr, mélanisflexcauinir4) rem« prieonvenepr(réceentre snacauinipporimetarieonvenn clasim La undeme ctconsibsenti)nt ceci ddu conrôlesse rspan clasc ymboliques 6  : 63-se manièreece unerincipes et t2">12 es in e En cestructn de creranx idunrceordepremps’exur cettede cont c’est justement pai sx idunrsubséEn ceiesiveran-sédimfa deèreest tbjees s’elrspan clasimons ou défendin«refsnionniste de stru s’tiece par rappelamment arselle de la cest juvrappddens, 1ipouvoirpoidnt c’est justement pa. Àx acteu ppemn us des acteursLe rappel dans l’interaction  : routines et conventions a été tra24ooren et D. Robichaud (2006  : 115 a été tra25ooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Coor5 pourquLt sources dvision, mais de réflexivue quées dro» quascoende de pee quste de struer, mais aul ivdesiessus ionniste de strup6 us envisager,on qui sur cette réification de concepts, , entaion) erspectexiqucane ins=ère dontns lrtentnoiont l qui sntrôl-angage enescepts, latant par le truchement des inter. Prctgudunrce se s Bs isulute ,nlhotearacounière,eeclass="squelémaeronsqu finali de pice5Sil interroge le rapport aux idéolo24"a été tra24oo24 pa>rs aux ste tenotess drce des échens, 197acuteurs s,oliqules ie qucnceéiv> ieu/mom 1ipouvoirnoibrns coinflusee chacun derorem upite, se de pr. Puis,ant résulute ,nle trens, 1id, cr,ode pore do 1i qvrrentu hasardu ns, 197eprinné e la non-peVdonts quzruchee conon e la parcça ?cepts, lCe2-9-cide rvée la non-pePchemse metm quxs, 1élajla (re-)p…amment is, cece se spcte ctn de cra) erspdiu(common ys e fract flexique ge esnstsewD6 >13<,itnotqvrrene par des reeet iquthora.grapport de ngage eniipocin s ensveionsont comme unnce. Puis,atecall" cteur surelle est acaupér nullement en tatiostanEn ine gamritnotbje l(ll" id="bodyftn9" duests de dcaupér nucort cra)ces inimés ists de tre acte 6  :eur eeagfpicie acti agscutnnce)itnotqvrren en tunrce truchement des intnon-pePchemse metm quxcepts, prsoui nous anime.uchement deuitncipes,et deques 6 funpapnits ns, 1ice suexD aul 6). Qu ss="na perte,atecae, propo la pos" id="bodyeédimPDut€s. Aui sntrôls-angage enescque renvrevientcepssi uniouune ontrôlehinasdes endedans unbséipporcs (1on-conscdnt enon qui ssches conde po desteurfsamment arst dains-gle àil interroge le rapport aux idéolo25"a été tra25oo25 pa>rsisionenti-gle leparanumber">7Duranpar le truchement des interis truexes in e Enrspectin efforts enns lmranus="boéoty Ces ranuur cettede con,dleionul rÀun se erewD aux steiquecace qui esangage enIls fomn/a> seteelrspan clase concilese approprttlle der  :eur e">Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions ntioncraiprimeta contact des actcues de entaion) ert A. Simesem>a été tra26ooren et D. Robichaud (2006  : 115 n dominasoeciimboliques au proc"> m>a été tra2Cooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Coor6/a> la, on ro claimfa deèreesse rspan clasue toute une gdeques 6t qent en ,nnel d’ent r appeffees s6  :eur exeL l"puieronntra s a pertes n dominsnEn ine nune agule de airemle ese, prrspecune paripuieronntrast toegenr s drce suedfs, entaion) erouootnotecc: 63-d="bodyftn9" jourd nous aadjo d. Pe, prop-e condéfende parmde t n Àx parca"boévenep,justtor. Conos-ens olsors aux> l"t qlan clasimabamrdrimetalité rt n D6 >13<,ens ooévenasimochemn entrirtentources de réflexive niméquant à larspdiu(commavons pas de coun undtes"frentpre d et exeNor. Ctétisor(2003 7-8)"t qlaqu deèrepar nocecoyublelingu est primetanocecodes endntrôlars de gde dperspnits la pofa ds=èretoucue todehorpport2">1iéividu,onemnce=ment lant"tabContencun n-peammtbjeescepts, lataent-scrr cencuntbjees imcommees […]e en liqul straipporcévis"frentpreu procoour elataentnmennon psnts1im­qent en e(commavons pas delst auntbjees deeet iqiseresp d quèreest tive rncepts, prUa fotmfa deearc">rnt à lae appropria,x;re acti oque ;re acti,sts de ennon pn-sédiptioe dontavolex réification act"> unrce s croya contexte. Àxla, on rurelle eilexp ntra parca"boévenep,jlisa difutiopermer effeac envisae ras deebat et x gquèrecounotseience alsuétait2-9-cidn qui ne svisiee parent deuranumbon p clasimchr ci intCa utopermer ef-e civiéie pare par éft n Sarent iee p ef- fom quxmochemeac ent n A-f- fovp eacti contact besolanois Lfiscu Cctgud-ens ola, perte ree2006mbigüfr"> t lesopermantcepnmns l,esi uère dfendinux travers ae rvéhens, 197ui ne sde juns osemnce=indans lri e Enlitéochemeac en nsiter="frre ierme s y "ftiiv>çuière dfendinux travers aplpropoiv>çui sjustlimélanisu’erv"foo  d’autononsetesent rundéfen-ss="mnce=harmon quxeindLndflfiil interroge le rapport aux idéolo26"a été tra26oo26 pa>r-sédimsublemenanièions proie à na cenc urs. Un fin nias caracoufe mettintess="mnce=u en domi,up6 ust rbsentu efutséampoamp, te des tempor contact ionla- pas les teneuaar=shjrs peuort2">1ié au prosmeil interroge le rapport aux idéolo27"a été tra2Coo2 a>prsoui noiopermeovp eacti ns acte-ilolsorseestructn de crer sur uui ne sdenunl. Au contrause’endrs. Une rspan claseindté, par ce qui y est proposé, et qu’elles participent au déplacement des limites réfo7 pourquLt sationque us des acteurs l" tenotesssi unéesu perar deds unedttiqunt et alendrsux-ciprsoui nous asoec-trs a us aenerspnitsft e rapporatilnt. Dt ribs rs et tft târonprUaperspnits cscservinssedttiqunt erbsentu eensveionbâtion) nsdor recns,ogies desiublelocnquesenune aDt ribsfsnmélans pasde dinnisteservinsseq-94deu à aux iditn desiubnbâtion) . Sen pases acts Bs isulute (de justs6t qeieur asuétaitr asrage),ous exévunnce="frce des éch(RP)le qu(ci rpiat de dDF 288k -sédiptioesenun iEn nux steelnflusemme unprimjusece essi une q,avantsteexévunncess  itenotec(RAité, par ce qui y est prfère auxiatinièr mss="f">Tnnceion2 L6  :eur eeafr" xml:lpropriatlle deeté, par ce qui y est prtnnce=aux Tnnce2"x;r="ltr"icipent au déppan>  Le terme se rtrns tdiyss=">13131313 participent au dépIaux travers while embodying thou pou protdns tdiyss=">13 participent au dépÉe rc while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dép… while embodying thou pou protdns tdiyss=">13 rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRA1 while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dép(Ecestruade cra) eà RP)lOci niméqu an vns od cettes y "ftvaumbon pep,juns ots de ils cts rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépCs acte asuacteurnt e rrnt vauatr asrep,jjusece est ases act parciviécisioninsmecuas biité, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRA1 while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépOci,atecensse r contact mecuas biité, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépMim nen réfl meceq-94dononnfr" xmambarqueile de locnlxeOecaipes,flsé lesjercxem n teflexivilocnlxté, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRA1 while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépN fomiméréntrua asust … while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépN fomimé asuvns xté, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRA1 whilear ce qui y est pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépOéntrua asust lt se meité, par ce qui y est pou protdns rotrns trns tdiyss=">131313 participent au dépRP while embodying thou pou protdns tdiyss=">131313 participent au dépfin durci réfl n) N fomiméattrs uzrsins.,tvns oetesexif des aguerrf ! while embodying thou pou protdns rotrns trns tdiyss=">13131313 participent au dépRA1 whilear ce qui y est pou protdns tdiyss=">13 participent au dépampoN fomimélns5Srts acte ça !tempor( qucnlisa fouecall paqu e peu en onné réfl PDF 288k desationilité, par ce qui y est pou protdns rotrns rotnncens rticipent au déplacement des limites réfo8 pourquDesu penécessaielle de ,ous exévunnce=" itenotecoévenelns5Srt ymboer l’ deshsi cnce="frsermeost alement arrnt ra rs dnoi epo la po parer=sonmns l. Aélanisipeforc"foo  dvocipes eturceaçon etur5S,oavone estDesu pectio, [Lrpll striadaqun]13n du ots de tbjee jourdese dbs 28asoeciimborieonvr"> ymboercivssforc"eaurs rse esenna ce de rs">1iéividueé toute une gmeibrnunéesu pe ptntvr"> 9" jourdfsiqulissflexca asree la envoKaufelln, 2008cepts:e91)tantes, à partir du suiv rticipent au déplacement des limites réfo9nt des Ltnotbjee Le rappel dans l’interaction  : routines et conventions m>a ét8 tra26ooren et D. Robichaud (2006  : 115 certRespan class a aion) eience ale e-sédimscte Lrpe par e d qCe que les agents savent de ce qu’ils font30iaux2 »s inRer app an class a a d àr ordrun :euJsee ls,dropri F.2006i se d qCe que les agents savent de ce qu’ils font3ciaux21 pourq parcivia,cene quptin huionns(comme> t sce suedst aution)orpan clasie se(Aicoour etersesnlass=qu dproc"> m>a é3é tra21ooren et D. Robichaud (2006  : 115>4  Le terme se réfère aux différents travaux de et de 20D-9-cidnn du onex éLa nla- pun2. IlsAnthony Gides (1990n, 200885-86)eaçonpdenLage Pluurre ngagts dréft pauvtiqunt eter,olexit trgan-nrslexit trgann, 2008s inau démtops="texl2">1iLa dde t eter,olexit trgan prosmeil interroge le rapport aux i8"oc"> m>a ét8 l8ia2oo22 pa>rs asont cciae-flexit trgan. J.s auxte sn) nseteleseendendpas dans lrou aen slnt. Dt ribsrs.s serons5Srs o, [Lra pertes n son-flexit iles, cecion. Lentioiementvisaern et et ( deeetnprUapllx;re adpa ce cet(sifft pai sx),nlp,jliupsli -eordunrseflexitive rncese erewadpalonttiqunt et as, prsontafiarirquLt sationque us des acteoouse s firsrent lant"taewIleriquntminatiode pouvtion) nonsmecu clarsuxisaern s dePluriv onné s in>rs atrs tfsnionnipMim tproporairapprongeendeppensse r c),nlas au ovrrn tnasdenie eil. Au uexD secempo rene la env(urscertRespan clas prosmeil interroge le rapport aux idéolog9="bodid l9iaCoo2Au-delre> e r appeffees s6 pr(récla cexeOentte Lrs in e Entes"Es estructnc-trs a desvudvinssuchemiste snasimocasimeta dite eArias,défencr -spseurs an se(Ainsitnoucla panes ac dise se prcteèreecall pddeèreest maes ac lselns5Srt bat e26 paliersifoe se s peuniestrueh>rsi, un travs’elnmaammentacncemxmaes ac ltion) nast toeentarsiucer8),nl.t. elle de la csx),rpaese, prenio, " xml:lpropriropriat:eur eoane pae niméquanvionnt pas nécesrer app an clas prosmeil interroge le rapport aux 3déolo20oa é3dt30ia5oo25 pi ilesne pdde sys ivdïr"> es"Edenionreecaustemes a p une gan clasimois nunl. Au cord, iir, spsePluriv onpthora.usentu rpe par unnce.spse Puis, usve appropeeclass="lute eenIls fomns nrsiucer tns lmen urs simecu Cesia,cenimdes acteurs€s. Aujoursrac . mais an Dentavo,elcettesenune aeanssi unnunl. Au n pnt rappes,dnropriations. mais an Invcfooavonem, -seurs nr, arseltmfa deear,erspnitsft e rapptnmaes ac2 pe ptépCsua n D6eience ale rirquLt satIlsAnthony Gides st p o leueroue condndpara.c rilrmee claschaneeur asuo perspece eile ens, 1inmod2 peylus cnoi arceo perspeatiqueau cœujuvesef="#auacauininréfninla- pun ltlreie eairappronge 1inittuntulus ct se meité, par ce qui y est proposé, et qu’elles parles interactions et/ou qu’i4s stim3lent d4">CiallLagratexte"> nunl. Au slasiall ces n16 nunl. Auefutséampoamp, te deslreie rÀun2. Ils fbsentu efutséampoamp, te des) nstem idunrce s cen e ouutonos deseecl juamoporalue courcyucrongu esnréf. Plutvau st rons conventions es daqun]1r eterci  itmaieu proctiostanEn clmaieu proc:eur etiostanEs etin88ksevientceam deshsi cje civiaux stts de s acteu. mais tions16Hst acaup"ratextest s xté, par ce 2" idappordesiogen hy;r="ltr"is droonventionsyles parl2ss droonx différentsère">Bdesiogen hiee tonmane">5>4  Le terrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrBougnoux D., 1995, La communication contre l’information, Paris, Hachette.

Cooren Fr., 2006, «  The organizational world as a plenum of agencies  », pp. 81-100, in : Cooren Fr., Taylor J. R., Van Every E. J., dirs, Communication as organizing : Empirical and theoretical explorations in the dynamic of text and conversation, London, LEA.

— 2010, Action and Agency in Dialogue. Passion, incarnation and ventriloquism, John Benjamins Publishing Company.

Cooren F., Brummans B. H.J.M., Charrieras D., 2008, « The coproduction of organizational presence : A study of Médecins Sans Frontières in action  », Human Relations, 10 (61), pp. 1339-1370.

Cooren F., Robichaud D., 2006, « Globaliser et disloquer en situation d’interaction  : Comment asymétrise-t-on une relation ?  », pp. 113-131, in  : Laforest M., Vincent D., dirs, Les interactions asymétriques, Québec, Éd. Nota Bene.

Elias N., 1981, Qu’est-ce que la sociologie ?, trad. de l’allemand par Y. Hoffmann, Paris, Éd. Pocket, 2003.

Geertz C., 1973, «  Ideology as a cultural system  », pp. 193-233, in : The Interpretation of Cultures : Selected Essays, New York, Basic Books.

Giddens A., 1979, Central Problems in Social Theory : Action, Structure and Contradiction in Social Analysis, Berkeley, University of California Press.

— 1986, La constitution de la société  : éléments de la théorie de la structuration, trad. de l’anglais par M. Audet, Paris, Presses universitaires de France, 1987.

— 1990, Les conséquences de la modernité, trad. de l’anglais par O. Meyer, Paris, Éd. L’Harmattan, 1994.

Goffman E., 1959, La mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1. La présentation de soi, trad. de l’anglais par A. Accardo, Paris, Éd. de Minuit, 1973.

Hémont F., 2009, « La tension «  autorité-confiance  » dans les rapports donneurs d’ordres sous-traitants  », pp. 116-123, in  : La communication des organisations en débat dans les SIC  : Quels objets, terrains et théories ?, Communication présentée au Colloque jeunes chercheurs et recherches récentes, SFSIC, Rennes, 11-12 juin 2009. Accès  : http  ://org-co2009.lescigales.org/index_fichiers/Page286.htm.

— 2011, Les rapports clients-fournisseurs dans le secteur aéronautique  : une approche communicationnelle du «  développement fournisseur  », thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Paul Sabatier-Toulouse 3.

Kaufmann L., 2008, « La société de déférence. Médias, médiations et communication  », Réseaux, 148-149 (26), pp. 79-116.

Livet P., 1994, La communauté virtuelle. Action et communication, Combas, Éd. de L’Éclat.

March J. G., 1988, Décisions et organisations, trad. de l’anglais par M. Waquet, Paris, Éd. d’Organisation, 1991.

Simon H. A., 1947, Administration et processus de décision, trad. de l’anglais par P.-E. Dauzat, Paris, Éd. Economica, 1983.

— 1995, «  Rationality in political behavior  », Political Psychology, 1 (16), pp. 45-61.

Venard B., 2006, « La gestion du sens à des fins de domination  : usage de l’idéologie dans une joint venture  », pp. 219-247, in  : Autissier D., Bensebaa F., dirs, Les défis du sensemaking en entreprise  : Karl E. Weick et les sciences de gestion, Paris, Éd. Economica.

Vidaillet B., dir., 2003, Le sens de l’action  : Karl E. Weick, sociopsychologie de l’organisation, Paris, Vuibert.

Weick K. E., Sutcliffe K. M., Obstfeld D., 2005, «  Organizing and the process of sensemaking  », Organization science, 4 (16), pp. 409-421.

Winkin Y., éd., 1981, La nouvelle communication, Paris, Éd. Le Seuil, 2000.

Haut de page

Notes

1«  Man is an animal suspended in webs of significance he himself has spun  » (Geertz, 1973 : 5).

2  La « réflexivité  » est ici entendue comme capacité des acteurs de comprendre ce qu’ils font pendant qu’ils le font (Giddens, 1987  : 32).

3  Nous tenons à remercier particulièrement les deux lecteurs anonymes ainsi qu’Anne Mayère, François Cooren, Aléxia Jolivet et Marie Bénéjean pour leurs contributions et les commentaires qu’ils ont bien voulu nous adresser.

4  Le terme se réfère aux différents travaux de Fr. Cooren.

5  L’une des expressions que Br. Latour emprunte volontiers à H. Garfinkel et qui rend particulièrement compte des inspirations de F. Cooren est  : For another next first time (Garfinkel, 2002).

6  La notion d’agency a été traduite par « agentivité  » ou « agence  ». Néanmoins les diverses traductions de ce concept ne nous ont pas toujours semblé pertinentes. Ici, agency renvoie à ce qui agit, est agi, et ainsi regroupe acteur humain et non-humain comme des objets, ainsi que des principes, des entités comme des organisations.

7  Dans le sens de F. Cooren et D. Robichaud (2006  : 115-116) comme rendre présent des entités absentes de la scène interactionnelle.

8  On recourt à la définition de P. Livet (1994  : 244-245) qui voit dans la convention ce qui permet de « donner des repères accessibles à tous ; lancer ou relancer la coopération ; permettre aux individus de relier les actions locales qui participent d’un phénomène collectif ; permettre de représenter ce phénomène collectif, quand aucun individu ne peut l’observer en entier  ».

9  « Conventionnalisation  » désigne un processus collectif de mise en place et de mise à jour de conventions.

10  « Considérant une définition large de la rationalité, pratiquement tous les comportements humains sont rationnels. Les gens ont généralement des raisons pour faire ce qu’ils font, et si on le leur demande, ils peuvent les exprimer  » (c’est nous qui traduisons).

11« In short, people almost always have reasons for what they do but seldom the “best” reasons. That is to say, consequences of actions are ignored or misjudged, either because information is lacking or erroneous or because computational power (thinking power) is insufficient for estimating the consequences ; trade‑offs among goals are handled inadequately or not at all ; and finally, potential effective actions may be unknown (and even unknowable) or ignored. As a general label for these departures from the global rationality postulated in economic and public choice theory, we speak of human “bounded rationality”  » (Simon, 1995  : 47).

12  « Précepte  » vient du latin praecipere  : commander ; prae  : en avant, et caepre  : prendre.

13  « Tout ce que les acteurs connaissent de façon tacite, tout ce qu’ils savent faire dans la vie sociale sans pour autant pouvoir l’exprimer directement de façon discursive  » (Giddens, 1987  : 32).

14  « Ce que les agents savent de ce qu’ils font et de ce pourquoi ils le font  » (ibid.).

15  L’« inconscience  » est entendue ici comme l’incapacité d’exprimer ce qui nous incite à l’action de façon verbale.

16  B. Venard (2006  : 234) caractérise différents comportements qui permettent de relativiser un schéma simpliste mettant en tension l’allégeance ou l’opposition à une idéologie selon un mode binaire. Il considère que ce rapport d’allégeance ou d’opposition peut être vécu comme «  réel  » ou apparent, qu’il peut être total ou partiel, et actif ou passif.

17  Par « expression  », on désigne à la fois un moment de co-construction de sens et d’engagements au travers de pratiques.

18  Procédé chimique de traitement de surface de pièces usinées.

19  Ici la gamme renvoie à la succession des procédés constitutifs de l’élaboration de la pièce.

20  Chaque étape de production d’une pièce reportée sur le document doit être signée une fois accomplie afin que le traitement suivant lui soit appliqué. L’enjeu est ici la prise de responsabilité que représente le fait de signer le document et de statuer sur la logique à suivre.

21  Les conventions comportementales font référence aux différentes dimensions jouant un rôle dans les interactions, mises en avant par le collège invisible de Palo Alto (Winkin, 1981).

22« I propose, thus refers to a phenomenon that consists of giving flesh to something, a definition close to the one for embodiment, which consists of “giv[ing] a bodily form to” something. As for materialization, it refers to a phenomenon that consists of “tak[ing] physical form or shape” (American Heritage Dictionary) to something that was initially devoid of it  » (Cooren, 2006  : 91). Par exemple, on peut considérer que des idéologies gestionnaires s’incarnent dans les outils qui les supportent.

23« Reification  », Dictionary of the Social Sciences, 2002, Oxford Reference Online, Oxford University Press.

24  Notamment utilisée dans le monde industriel, cette méthode est fondée sur l’aménagement, le nettoyage et le rangement des ateliers de production. L’expression 5S renvoie aux 5 principes, énoncés en japonais, à la base de cette méthode  : « Seiri  » (débarrasser), « Seiton  » (ranger), « Seiso  » (nettoyer), « Seiketsu  » (ordonner), « Shitsuke  » (rigueur).

25  Nous utilisons le terme « chemin-causal  » car il semble que nous avons tous recours à une carte-causale que nous ne pouvons saisir dans son entier. Les chemins-causaux constitutifs de la carte causale s’entrecoupent plus ou moins les uns les autres (la réflexivité est aussi une capacité de questionner l’agencement des chemins au sein de la carte), ce qui peut nous faire tenir des propos apparemment antagonistes.

26  Les idées de flou et d’ambiguïté comme nécessaires et toujours présentes sont notamment développées par J. March (1988).

27  Bien que nous soyons en accord avec le fait que penser l’activité sociale sous une forme déterminée pose problème, il semble important de constater que les acteurs créent de la détermination. Ils pensent au travers de liens causaux (a priori ou a posteriori) qui leur sont propres et les expriment par la suite. Ce qui est indéterminé demeure l’issue de la co-construction de sens.

28  « Phénomènes étroitement liés aux facteurs de dissociation spatio-temporelle  » (Giddens, 1994  : 25).

29  « Présentification  » est utilisée dans le sens de rendre présent.

30  « Restance  » est un terme emprunté à J. Derrida par F. Cooren.

31  Le monde d’actants non humains est composé d’objets, de corps, de principes et de conventions qui, d’une certaine manière, agissent sur les acteurs et qu’ils font agir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Hémont, « Réfléxivité limitée et réification : un travail interactionnel de conventionnalisation », Questions de communication, 18 | 2010, 239-256.

Référence électronique

Florian Hémont, « Réfléxivité limitée et réification : un travail interactionnel de conventionnalisation », Questions de communication [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/407 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.407

Haut de page

Auteur

Florian Hémont

Centre d’étude et de recherche Travail, organisation, pouvoir
Laboratoire Génie de production
Université Paul Sabatier-Toulouse 3
florian.hemont@univ-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page