Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gérard Boismenu, Guylaine Beaudry, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires

Montréal, Presses universitaires de Montréal, coll. Champ libre, 2002, 178 p.
Viviane Couzinet
p. 340-342
Référence(s) :

Gérard Boismenu, Guylaine Beaudry, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires Montréal, Presses universitaires de Montréal, coll. Champ libre, 2002, 178 p.

Texte intégral

1Coécrit par un professeur dont la spécialité n’est pas mentionnée, directeur scientifique du Centre de publication et de diffusion numérique de revues Érudit, et par une bibliothécaire, ce texte est la suite et la synthèse d’un ensemble constitué par des rapports dont le plus significatif est intitulé « Le projet Érudit : un laboratoire pour la publication et la diffusion électroniques des revues universitaires » et des articles parus dans les revues Documentation et bibliothèques (Canada), Documentaliste-sciences de l’information (France) en 1999 et 2000. Les revues universitaires sont abordées du point de vue de leur passage du support imprimé au support électronique. Si ces dernières, de physique tout particulièrement, ont fait l’objet de nombreux écrits au plan international sur les conditions et les enjeux de ce passage, les revues de sciences humaines et sociales ont suscité peu d’intérêt. C’est sur elles que porte l’ouvrage. Il aborde le sujet en « termes conceptuels, économiques, techniques et organisationnels » (p. 9) et son ambition est de faire des propositions pratiques, fondées sur l’expérience des auteurs.

2Un premier chapitre est consacré aux champs, acteurs et pratiques des revues. Il dresse un rapide panorama des modalités de la publication scientifique en faisant référence à un ensemble de travaux conduits dans les pays anglo-saxons. La distinction introduite dans la littérature sur cet objet entre communication et publication permet d’affirmer que la publication « existe en raison du processus d’ensemble de sélection, de traitement, de mise en forme, d’institutionnalisation des forums, de reconnaissance et d’archivage des textes soumis. Les revues sont sur ce dernier terrain » (p. 29). Si la communication scientifique peut revêtir des formes diverses diffusables par voie électronique, allant de la prépublication au rapport de recherche, seul l’article certifié par les pairs est pris en compte « dans le processus de promotion des professeurs et des chercheurs ». Ceci explique l’abondance de travaux cités dans ce chapitre sur la place des revues. Néanmoins, on regrettera l’absence de recherches françaises sur le sujet. Pour autant, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication trouveront là des références intéressantes, notamment celles de travaux empiriques.

3L’édition fait l’objet du deuxième chapitre. Les caractéristiques propres aux revues des sciences humaines et sociales, souvent éditées en marge des maisons d’édition professionnelles, ne remettent pas en cause le rôle de l’éditeur. Le modèle de communication numérique où l’auteur donne lui-même accès à ses écrits, appelé ici vanity press (p. 53), ne répond pas à la recherche de normalisation et de reconnaissance. L’enrichissement du travail d’édition réside dans l’optimisation de l’exploitation des textes, la stabilité et la qualité d’accès, la génération de produits dérivés et des modalités de diffusion. Toutefois, la réduction des coûts de production souvent mise en avant, semble bien en deçà des espérances. En effet, les systèmes actuels de balisage structuré des textes ne permettraient pas de garantir la pérennité. Ou bien ils sont trop complexes, ou bien trop onéreux pour les auteurs. Dans ces conditions, la question qui est posée est : le chercheur n’a-t-il « pas mieux à faire (recherche, rédaction, enseignement, conférences) que de tenter de se transformer bien imparfaitement en éditeur » ? ( p. 64).

4Le chapitre trois est dédié à la diffusion et à l’enjeu de la gratuité. Il se présente comme une suite de préconisations et de suggestions dont on retiendra principalement qu’il est important d’établir un réseau de sites de revues, de développer la richesse documentaire du site, d’assurer la subvention à la source par les bibliothèques, la vente par panier (« vente de l’ensemble de la collection des revues diffusées ») et savoir que la suppression de la version imprimée est peu souhaitable actuellement. La question de la prise en charge financière par les auteurs – déjà en vigueur dans certaines disciplines, quand l’iconographie est riche – est également soulevée : elle semble plus génératrice de réticences que de profits. Les perspectives techniques et organisationnelles sont abordées dans le chapitre quatre. La cohabitation avec le papier semble inéluctable, au moins pour un temps, et la disparition de l’imprimé n’est aucunement affirmée. Les avantages et inconvénients des différents modèles d’édition numérique sont énumérés.

5L’intérêt de disposer de sites qui assurent une fonction de filtrage par l’organisation qu’ils proposent, les contrôles de la qualité des documents mis à disposition et les outils complémentaires qui facilitent les accès, est soulevé dans le dernier chapitre. Le processus technique exposé précé-demment est indissociable de la prise en compte de la dimension sociale. La valeur scientifique d’une revue reste un critère essentiel pour le chercheur comme le révèle une enquête réalisée par l’American geophysical union (p. 131), la rapidité de la diffusion ne venant qu’en deuxième position. L’assurance d’une diffusion large, mais dont il est rappelé qu’elle n’est réalisable que dans des conditions précises, et durable quel que soit le support, serait également primordiale. Les processus d’appropriation des innovations sont lents et complexes. Ils remettent en cause les valeurs et normes d’usages des groupes concernés, la publication simultanée d’une version imprimée et d’une version numérique s’inscrirait dans une dynamique de transition.

6Soulignons enfin l’intérêt que les auteurs apportent à la francophonie. Pour eux, la revue électronique peut être un moyen d’imposer dans le milieu francophone, puis anglophone, la présence des revues en français dans le monde scientifique. Ceci paraît quelque peu optimiste à l’heure où certaines instances souhaitent imposer à la communauté universitaire française des critères de publication dans des revues dont le rayonnement international est dû à l’anglais et aux pratiques communi-cationnelles de certaines d’entre elles qui n’ont plus rien à voir avec la publication scientifique (par exemple, on peut citer le jeu d’annonce aux médias de Nature qui a des incidences sur le financement de recherches).

7Ce livre, qui remet en cause quelques idées reçues, peut être utile aux « revuistes » car il foisonne de conseils fondés sur des observations. De lecture accessible aux initiés aux questions de la publication scientifique et aux recherches auxquelles elles ont donné lieu, il s’adresse également à tous les chercheurs en Sciences de l’information et de la communication, pour les raisons indiquées plus haut, mais également parce que, à sa manière, il fait le point sur le fonctionnement de la communication scientifique. De ce fait, il devrait aussi intéresser tous les étudiants de la spécialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Couzinet, « Gérard Boismenu, Guylaine Beaudry, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires », Questions de communication, 6 | 2004, 340-342.

Référence électronique

Viviane Couzinet, « Gérard Boismenu, Guylaine Beaudry, Le nouveau monde numérique : le cas des revues universitaires », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/4502

Haut de page

Auteur

Viviane Couzinet

LERASS, université Toulouse 3, couzinet@lerass.iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page