Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Geneviève Calbris, L’expression de la pensée d’un homme politique

Paris, CNRS Éd., coll. CNRS Communication, 2003, 205 p.
Fabienne Martin-Juchat
p. 346-347
Référence(s) :

Geneviève CALBRIS, L’expression de la pensée d’un homme politique, Paris, CNRS Éd., coll. CNRS Communication, 2003, 205 p.

Texte intégral

1Geneviève Calbris est ingénieur de recherche à l’École normale supérieure de Lettres et Sciences humaines de Lyon. Depuis une vingtaine d’années, elle étudie la communication non verbale et plus précisément le rôle des mimiques et des gestes. Co-écrit avec Louis Porcher et intitulé Gestes et communication (Paris, Hatier/Crédif, 1989), son dernier livre explicitait déjà son objet de recherche. Dès l’introduction de L’expression de la pensée d’un homme politique, Geneviève Calbris annonce les implications théoriques de sa recherche empirique : « La construction du monde symbolique serait le produit de l’activité perceptive sensori-motrice exercée par l’animal humain dans un certain contexte physique, le geste rappelle le percept à la base du concept. Cette double construction de l’abstrait à partir du concret transparaît dans l’expression orale de la pensée, dans sa double formulation gestuelle et verbale » (p. 9). L’hypothèse n’est pas nouvelle. Selon André Leroi-Gourhan, « l’esthétique repose sur la conscience des formes et des mouvements (ou des valeurs et des rythmes) propre à l’homme […] qu’il puise dans son équipement sensoriel, mis au service d’un merveilleux appareil à transformer les sensations en symboles » (André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole. II La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1964, p. 95). Or, le chercheur a suivi les cours de Marcel Jousse (fortement inspiré par Henry Bergson) qui souligne, dès le début du siècle, l’ancrage gestuel de tout processus d’intellection et de sémiotisation. Plus récemment, en parlant de cognition distribuée et d’action située, la sociologie cognitive se place dans cette lignée.

2Cependant, Geneviève Calbris a été formée par les courants structuralistes qui dominent encore les méthodologies d’analyses de corpus en sciences du langage ; son hypothèse en devient particulièrement osée et pertinente, d’autant qu’elle s’appuie sur un ancrage anthropologique du geste symbolique, à partir d’une méthodologie rigoureuse de terrain. L’analyse des gestes co-verbaux de Lionel Jospin (enregistrés lors d’interviews au JT durant la période de juillet 1997 à avril 1998) se place dans la lignée théorique des travaux des ethnométhodologues et des ethnographes de la communication (synthétisés en France par Yves Winkin dans son ouvrage La nouvelle communication (Paris, Éd. du Seuil, 1981), et métho-dologique des approches structuralistes (représentées en France par Jacques Cosnier et Alain Brossard). Geneviève Calbris souligne que les gestes sont souvent perçus comme une gesticulation illustrative à visée pédagogique alors que ceux-ci nourrissent l’énonciation. Le geste permet l’élaboration et la formulation de la pensée, il en facilite la genèse : « Le geste maintient l’idée à l’esprit le temps de la verbaliser au mieux, il facilite la compréhension du concept à mettre en mot » (p. 15).

3Les différentes fonctions du geste sont ensuite détaillées. À cet égard, l’auteur reprend les résultats de la recherche en non verbal communication depuis les premiers travaux de Paul Ekman et William. V. Friesen (1969). Les propositions de classification ne manquent pas et Geneviève Calbris privilégie une méthode qui « consiste à confronter les diverses significations contextuelles du geste aux éléments physiques qui le constituent ». Aussi confirme-t-elle l’hypothèse de George Lakoff et de Mickael Johnson selon laquelle le geste serait « la figuration, partagée mais non consciente, du percept et la représentation d’une métaphore pré-conceptuelle qui peut remonter aux origines d’une culture, voire de l’homme » (p. 6).

4Les gestes accompagnant la formulation de concepts abstraits sont motivés, conventionnels et polysémiques. Motivés et conventionnels car ils trouvent leur origine expressive dans notre expérience perceptive commune. La gestuelle hautement symbolique et complexe de Lionel Jospin, de la droite et de la gauche, « ne fait qu’exprimer des schèmes imagés et abstraits, dérivés d’expériences perceptives communes, proprioceptives et visuelles : la croissance physique ; le développement symétrique de tout corps vivant constitué d’un axe central et d’éléments symétriques ; la marche en avant ; l’écriture qui va de gauche à droite dans la culture occidentale » (p. 192). La polysémie du geste exprimant des concepts abstraits s’explique par « dérivation sémantique à partir d’un lien analogique » : le poing fermé évoque la « force de résistance contre l’étranger ou le dynamisme nécessaire dans la compétition économique, etc. » (p. 193).

5Cette prise en compte de la dimension incarnée des actes de langage, non seulement d’un point de vue théorique mais aussi méthodologique, ne peut que fortement intéresser les chercheurs des sciences de l’information et de la communication qui, depuis la constitution de la discipline, revendiquent la nécessité de resituer les discours dans les jeux d’interrelations entre dispositifs médiatiques (incluant la technique) et anthropologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Martin-Juchat, « Geneviève Calbris, L’expression de la pensée d’un homme politique », Questions de communication, 6 | 2004, 346-347.

Référence électronique

Fabienne Martin-Juchat, « Geneviève Calbris, L’expression de la pensée d’un homme politique », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/4521

Haut de page

Auteur

Fabienne Martin-Juchat

LIMSIC, Université de Bourgogne, Fabienne.Martin@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page