Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langues et langages

Bernard Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ?

Paris, A. Michel, 2005, 249 p.
Marion Duvauchel
p. 462-464
Référence(s) :

Bernard LECHERBONNIER, Pourquoi veulent-ils tuer le français ?, Paris, A. Michel, 2005, 249 p.

Texte intégral

1Si les enseignants doutaient encore d’avoir de bonnes raisons de refuser la réforme de François Fillon, l’ouvrage de Bernard Lecherbonnier leur en fournit – et de plus convaincantes – que celle des syndicats d’enseignants. Si on doutait encore qu’il s’agit bien d’un processus mortifère de la langue française auquel nous avons affaire, en refermant cet ouvrage édifiant, nous n’en doutons plus. Le processus en question a d’ailleurs été mis en évidence par le linguiste Claude Hagège (Halte à la mort des langues, Paris, O. Jacob, 2000). Il est décrit sans autre forme de procès : « Chaque fois qu’une langue est menacée au sein d’une communauté se constitue un groupe d’individus qui s’inspire pour se porter aux commandes, de modèles étrangers. Si ce groupe parvient à s’imposer, et s’il s’accroît, alors un moment peut arriver où la langue extérieure au groupe que celui-ci a adopté pour ce qu’elle représente de force économique exerce une pression sur la langue vernaculaire » (p. 206). Il est bien possible que ce moment soit le nôtre.

2On l’a compris, c’est le tableau clinique d’une situation accablante qui est présenté. Mais c’est aussi un réquisitoire impitoyable contre l’incurie politique et la lâcheté de tous. Au moins on sait qui est responsable, et de quoi. Même dans le domaine politique, il y a ce qu’on doit faire, et ce qu’on ne doit pas omettre de faire. La question que se pose l’auteur méritait d’être posée : « “La langue de la République est le français” affirme l’article 2.2 de la Constitution. Pourquoi la France a-t-elle décidé dans les années suivant l’adoption de cette disposition solennelle à l’unanimité de ses parlementaires réunis en congrès, de sacrifier la langue nationale aux impératifs de marché, de sombrer dans un sabir néolithique ? » (p. 18). Comme en philosophie, poser certaines questions, ce n’est pas forcément y répondre mais c’est déjà repérer quelques responsabilités. Et c’est un réconfort. La rupture, datable, est consommée en 1995, avec l’avènement de Jacques Chirac.

3L’entreprise fait l’objet du chapitre I, intitulé « La cinquième colonne ». Le rapport de Catherine Tasca du 1er juillet 2003 (Rapport sur les pratiques linguistiques des entreprises françaises, Paris, Délégation générale à la langue française et aux autres langues) en présente la situation, bien sombre, du moins sous le registre de la langue : les entreprises sont massivement anglicisées. Inutile d’épiloguer, les exemples sont infiniment plus éloquents que toute autre théorisation : « Le prix de la Carpette anglaise est décerné chaque année à un héros du tout-anglais qui bénéficie d’une couverture médiatique : Claude Allègre pour avoir déclaré qu’il ne fallait plus considérer l’anglais comme une langue étrangère devant ses hôtes étrangers, y compris francophones ; Bernard Larrouturou, président de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique pour son emploi exclusif de l’anglais dans les processus d’évaluation des projets de recherche ; Alain Minc préconisant l’emploi de l’anglo-américain comme “langue naturelle” de l’Europe ; Louis Schweitzer qui a généralisé l’anglais dans les comptes rendus internes du groupe Renault » (p. 15). La liste est encore longue. Nous épargnerons les autres. La langue du maître, on l’a compris, est l’anglais. Le français lui a cédé la place sans coup férir, ce fut un combat sans gloire, et pire, sans coup férir d’enseigner la langue » (p. 9). Et voilà l’une des diatribes les plus sanglantes sans doute encore écrite contre l’école, cet « ancien sanctuaire de la langue […] placé sous la houlette de gourous illuminés, de pédagogues défroqués, qui les premiers ont exprimé leurs doutes à propos de l’utilité de l’école ». Cette philippique constitue le chapitre II de l’ouvrage, intitulé « La trahison des clercs », et il est accablant. On rappelle sombrement que la France est classée quatorzième et que le niveau moyen des élèves est inférieur à celui de 1920. On vilipende l’idéologie de l’oralité reine, et les dernières batailles livrées. Pour le cas, bien improbable où l’on reprendrait nos esprits… Celle de l’orthographe en particulier. Le calcul des maîtres de Grenelle est simple : si la phonétique remplaçait l’orthographe, on gagnerait effectivement bien des heures d’enseignement. La simplification de l’orthographe réduirait de moitié le temps dédié à l’enseignement du français pendant la scolarité.

4Il y a de l’invective dans cet ouvrage. Mais il était temps de cesser de vénérer et d’encenser les Diafoirus de l’Éducation. Et puis, il est difficile de ne pas croire l’auteur lorsqu’il prophétise le moment où « le peuple » tombera de haut, « le jour où il apprendra que ses représentants ont, sans débat public, fait acte d’apostasie, se sont convertis à la langue du maître, ont mis en place un dispositif pédagogique pour remplacer le français par une sorte de black french, une langue abâtardie, déboussolée, dépourvue de repères lexicaux et grammaticaux, une sorte de monstre linguistique sorti tout droit des tiroirs de Grenelle et Valois réunis. Un patois sans origines et sans racines. Un créole bafouillé, un conglomérat de mots qu’aucune syntaxe ne relie plus, une sorte de chaos grammatical, en un mot, un discours de Claude Allègre » (p. 207). C’est lui faire encore beaucoup trop d’honneur.

5Le chapitre III est une dénonciation impitoyable de l’impérialisme anglo-saxon dans le domaine de la recherche. « Science sans conscience », titre-t-il très classiquement. De quoi s’agit-il ? De l’inféodation spontanée de nos scientifiques à la domination anglo-saxonne. Ils ont d’ailleurs de bonnes raisons. Leur environnement a réussi à les persuader qu’on ne peut désormais plus progresser sans se faire reconnaître du monde anglo-saxon. Un professeur américain avoue d’ailleurs en toute simplicité que les articles leur arrivent en première exclusivité « sur un plateau d’argent » (p. 94). Dans ce contexte, on ne pourra leur reprocher d’exploiter toutes les idées intéressantes qui leur sont offertes, dans leur langue et sans aucun effort. Bien niais qui se priverait de pareilles aubaines. L’appel à la révolte est on ne peut plus clair : « Dans notre pays où le bilinguisme fait chaque année de nouveaux adeptes dans les ministères Folamour qui nous dirigent, il est essentiel de lutter contre le bilinguisme à l’école primaire, lieu où les individus acquièrent des repères culturels et ses repères sociaux, et au travail. […] Lutter contre le projet de François Fillon qui consiste à imposer l’anglais à l’école primaire est une priorité absolue » (p. 218). La revendication de l’autonomie linguistique, pour un pays qui se prétend le guide et l’inspirateur des nations européennes est le minimum qu’on puisse exiger. Yes, sir ! Oui, on reste interdit devant le gâchis culturel. Mais il y a pire encore, l’amateurisme avec lequel fut géré depuis vingt-cinq ans, le délicat problème des langues régionales. Il est abordé dans le chapitre IV, les apprentis sorciers. On est si atterré qu’on a envie de pleurer. Le dernier chapitre est la liste atterrante de toutes les lâchetés et d’une incurie politique sans précédent.

6Pour autant, la position de Bernard Lecherbonnier n’a rien de celle d’un puriste. Écrire ou parler le français n’a rien à voir avec l’application mathématique des règles. Nul doute que certains, issus de l’Éducation, considéreront cet ouvrage comme celui d’un infâme réactionnaire. Il a le mérite de rappeler que nos assemblées parlementaires montrent la concentration du pouvoir entre les mains d’une minorité de privilégiés, à peu près tous issus des mêmes écoles et des mêmes milieux et qui se cooptent. La langue fait partie de ces problèmes que la classe politique bien-pensante ne veut pas aborder. Peut-on faire quelques pronostics ? Oui. Encore des raisons de verser des pleurs. Vers où allons-nous ? La réponse est sans pitié : « Vers un anglais abâtardi qui servira de langue véhiculaire, et un français appauvri de langue vernaculaire ». Il y a problème paraît-il dans le domaine des langues ? À qui la faute ? La réduction de postes mis aux concours dans les langues et permettant de garantir la diversité culturelle et linguistique, dont se gargarisent le président de la République et le premier ministre, a diminué depuis des années. L’anecdote mérite d’être évoquée. Le linguiste Alain Bentolila qui soulignait l’absurdité d’imposer l’apprentissage d’une langue étrangère à des enfants incapables de s’exprimer dans la leur fut renvoyé dans son coin d’un geste méprisant (p. 256).

7Le désastre programmé dont la jeunesse paiera le prix (et que les enseignants paient, quant à eux, par un métier de jour en jour moins source de joie) va bien au-delà de la question linguistique. C’est la question de la nation française qui se pose. Il y a sans doute quelques raisons au refus d’une partie de la France envers la Constitution européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Duvauchel, « Bernard Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ? », Questions de communication, 8 | 2005, 462-464.

Référence électronique

Marion Duvauchel, « Bernard Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ? », Questions de communication [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/5801

Haut de page

Auteur

Marion Duvauchel

ERAC, université de Rouen
Marie-France.Duvauchel@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page