Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Juan-Manuel Falomir-Pichastor, Gabriel Mugny, Société contre fumeur. Une analyse psychosociale des experts

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Vies sociales, 2004, 296 p.
Gérald Arboit
p. 363-364
Référence(s) :

Juan-Manuel Falomir-Pichastor, Gabriel Mugny, Société contre fumeur. Une analyse psychosociale des experts, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Vies sociales, 2004, 296 p.

Texte intégral

1En se penchant sur les enjeux psychosociaux des campagnes antitabac, les Docteurs Falomir-Pichastor et Mugny, de l’université de Genève, mettent en évidence les enjeux cognitifs d’une bataille informationnelle dans le champ de la santé publique. La focalisation sanitaire repose sur « la croyance selon laquelle les experts, et le discours scientifique, ont plus d’influence que les non-experts, ou qu’un discours profane » (p. 7). Toutefois, ce modèle de communication atteint ses limites lorsqu’il touche à l’identité sociale de la cible, en l’occurrence le fumeur. En analysant les déterminants de la consommation de tabac, les auteurs mettent en avant trois raisons principales : le plaisir, la dépendance et les aléas du sevrage. Face à ces facteurs psychosociologiques, les campagnes antitabac développent, grâce au concours d’experts du milieu sanitaire, une approche tridimensionnelle : attitudinale (conséquences physiques ou sociales), normative (réaction sociale) et auto-efficacitaire (maîtrise et contrôle du comportement et du processus d’arrêt). Se met alors en place une relation d’influence, à laquelle les « sources jugées expertes » sont invitées à se joindre. Le message se veut médical. Les limites cognitives de la relation qui se met en place sont à la hauteur du défi scientifique de lutte antitabac : non seulement le phénomène qui va mener un fumeur à arrêter est méconnu, mais les théoriciens sont impuissants à proposer des moyens efficaces. Les campagnes sont de fait condamnées à l’imprécation et à la diabolisation comme l’était la société médiévale face à la peste. Et le tabagisme résiste à toutes les répressions. Les auteurs mettent en avant un décalage entre les déterminants des fumeurs et des campagnes antitabac. Si le vecteur évident de la lutte est scientifique, les mots d’ordre identitaires des campagnes réactiveraient les motivations défensives des fumeurs. Le discours des experts s’en trouverait ainsi fragilisé, tant il porte atteinte à la liberté individuelle. Cet effet – « sous-estimé, sinon occulté » – se révèle essentiel, tant le comportement tabagique contribue à la définition de l’identité sociale du fumeur. Les campagnes antitabac fragilisent la position du fumeur en mettant en avant les méfaits de fumer pour la santé des fumeurs comme des non-fumeurs et en stigmatisant le fumeur dans sa représentation sociale, lui retirant toute légitimité morale. Cette contrainte interne, selon la terminologie des auteurs, expliquerait la résistance des fumeurs aux mots d’ordre antitabac. Il importe donc de contourner cette motivation défensive. Toutefois, la limite entre le moment où une campagne est fonctionnelle et celui où elle cesse de l’être est difficilement quantifiable. Aujourd’hui, l’influence des experts – logique d’un point de vue scientifique – se révèle problématique dès lors qu’elle empiète sur l’espace cognitif des fumeurs. Mieux, l’impact de « sources de moindre statut » se révèlerait plus percutant, justement parce qu’ils ne représentent aucune menace identitaire. La solution idéale serait donc de diminuer les enjeux identitaires. Deux solutions s’avèrent possibles. La première consisterait à s’attaquer plus directement à l’industrie du tabac plutôt qu’aux consommateurs. Mais le problème n’est pas aussi simple. Les auteurs citent des études montrant que l’impact n’est pas aussi fort, les fumeurs ne se sentant pas impliqués. On touche là à la base du paradoxe sur lequel achoppe toute campagne antitabac : l’expertise scientifique est à la base de tout changement de comportement de la part du fumeur, mais elle est aussi le vecteur qui nourrit sa résistance. Une démarche plus efficace se trouverait dans une logique permettant au fumeur d’adhérer aux stratégies mettant en cause son identité de fumeur, tout en maintenant son identité propre. Autrement dit, comparer les fumeurs ou non-fumeurs serait culturellement contre-productif, alors que les amener à stigmatiser la fumée plutôt que les consommateurs atteindrait plus sûrement son objectif. Le tout est d’arriver à persuader les experts concernés du bien-fondé d’une telle réorientation de leur rôle…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Arboit, « Juan-Manuel Falomir-Pichastor, Gabriel Mugny, Société contre fumeur. Une analyse psychosociale des experts », Questions de communication, 6 | 2004, 363-364.

Référence électronique

Gérald Arboit, « Juan-Manuel Falomir-Pichastor, Gabriel Mugny, Société contre fumeur. Une analyse psychosociale des experts », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/5824

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

CÉRIME, Strasbourg 3, Gerald.Arboit@urs.u-strasbg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page