Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Gisela Chatelanat, Christiane Moro, Madelon Saada-Robert, éds, Unité et pluralité des sciences de l’éducation. Sondages au cœur de la recherche

Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien, P. Lang, coll. Exploration. Recherches en sciences de l’éducation, 2004, 267 p.
Patricia Champy-Remoussenard
p. 500-502
Référence(s) :

Gisela Chatelanat, Christiane Moro, Madelon Saada-Robert, éds, Unité et pluralité des sciences de l’éducation. Sondages au cœur de la recherche, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien, P. Lang, coll. Exploration. Recherches en sciences de l’éducation, 2004, 267 p.

Texte intégral

1Les sciences de l’éducation constituent un « champ disciplinaire » assez récent et l’intérêt premier de cet ouvrage est de figurer parmi ceux, somme toute assez peu nombreux, qui tentent d’en caractériser le processus complexe de construction. Cette perspective est largement développée dans l’introduction rédigée par les trois coordonnatrices. Le livre s’intéresse plus particulièrement à la manière dont les chercheurs, lorsqu’ils s’expriment du point de vue de ce secteur, impliquent tendanciellement la reconfiguration des cadres conceptuels et des méthodes d’investigation des disciplines contributives dans lesquelles, pour certains d’entre eux, ils ont été formés.

2C’est à partir de l’analyse précise de travaux actuellement produits dans ce champ qu’est tentée la compréhension de sa construction. L’entreprise est complexe dans ce cas, caractérisée à la fois par une multiréférentialité disciplinaire et par un rapport étroit aux pratiques professionnelles. La pluralité concerne tout autant les domaines et les objets de recherche, les disciplines de référence, que le rapport aux pratiques et savoirs professionnels. En ce sens, la portée de l’ouvrage dépasse le cercle des chercheurs en sciences de l’éducation, et même en sciences humaines et sociales ; il éclaire l’épistémologie de l’ensemble des disciplines, a fortiori celle des disciplines jeunes et plurielles comme les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’ingénieur, les sciences de gestion, etc. En effet, la réflexion en termes d’impact de la construction d’un champ donné sur la cartographie des disciplines pourra intéresser la communauté scientifique toute entière.

3Globalement, l’ouvrage alimente un débat déjà ouvert (e.g., en France, par des auteurs comme Bernard Charlot, Michel Develay, etc.) sur l’identité des sciences de l’éducation. Et si la perspective s’inscrit dans la continuité des travaux produits sur cette question par l’école genevoise (Hofstetter R., Schneuwly B., éds, Sciences de l’éducation 19e-20e siècles. Entre champs professionnels et champs disciplinaires, Berne, P. Lang, 2002 ; Saada-Robert M., Leutenegger F., Expliquer et comprendre en sciences de l’éducation, Bruxelles, De Boeck, 2002), ce livre, dans lequel les travaux suisses sont les plus nombreux, rassemble cependant des contributions émanant de chercheurs allemands, espagnols, français et italiens. La complexité du processus d’émergence des sciences de l’éducation mérite effectivement d’être analysée sous l’angle des différences significatives qui caractérisent l’élaboration de cette discipline dans les divers pays européens, si ce n’est à l’échelle mondiale.

4C’est aussi le rapport aux attentes des acteurs sociaux, dans les champs professionnels concernés par les questions posées, ou la façon qu’ont les sciences de l’éducation de les poser, qui se trouve débattu. Par là même, c’est le statut de ces dernières qui est questionné. Relèvent-elles de la recherche fondamentale, de la recherche appliquée, de la recherche-action, de la pratique réflexive ? Ces sondages précis au cœur de travaux en cours permettent d’entrer dans une véritable discussion à ce sujet, susceptible de faire dépasser les a priori souvent véhiculés à propos d’une discipline peu connue, sans doute parce que sa pluralité offre un concentré de complexité sur les registres épistémologiques et méthodologiques. Là encore, la question concerne l’ensemble du champ scientifique : comment produire des connaissances nouvelles en tenant compte et en tentant de répondre aux demandes des acteurs sociaux ?

5Les contributions de la première partie traitent des transformations récentes de la recherche en éducation sous l’angle des disciplines contributives. Bernard Favre, sociologue de l’éducation, propose que le flou des recherches soit atténué par un recours affirmé à la force des cadres théoriques de ces disciplines et que soit clairement établi le point de vue sociologique, didactique et historique qui les fonde. À partir de l’interdépendance qu’elles font fonctionner entre psychologie et sciences de l’éducation, Christiane Moro et Cintia Rodriguez défendent une transdisciplinarité qui relativise les frontière disciplinaires, et montrent comment, dans le cas de leurs études, le cadre conceptuel vygotskien permet « d’approcher le fait éducatif et le fait psychique sans réduire l’un à l’autre » (p. 9). Joaquim Doz s’exprime, lui, du point de vue de la didactique du français en proposant la reconstruction des savoirs de référence et une autonomisation de la recherche propre aux sciences de l’éducation, à partir d’autres disciplines (la linguistique, la psychologie et la sociolinguistique). De leur côté, Madelon Saada Robert et Kristine Baslev décrivent, en s’appuyant sur l’analyse fine d’une recherche, le déplacement d’un objet relevant au départ de la psychologie et de la linguistique, jusqu’à un objet spécifique à l’enseignement et l’apprentissage de la littéracie. Quant à Cristina Allemann-Ghionda, elle caractérise une sous-discipline à l’intérieur des sciences de l’éducation – la pédagogie interculturelle – qui se détache de la pédagogie générale pour apporter un nouvel éclairage aux rapports entre universalisme et particularisme.

6La deuxième partie de l’ouvrage aborde la relation entre constuction des objets d’étude et demandes sociales. S’intéressant aux recherches en sociologie de l’éducation, Agnès Van Zanten attribue une place de premier plan aux acteurs sociaux destinataires de la recherche dans la constitution des objets, tout en signalant les effets pervers de cette tendance. Pour leur part, Gisela Chatelanat et Isaline Panchaud Mingrone attirent l’attention sur le défi épistémologique que constitue, pour le chercheur en sciences de l’éducation, la nécessité de contribuer à l’intelligibilité d’un phénomène, tout en réfléchissant aux pratiques en vue de leur amélioration. Peter Sieber propose un nouvel objet d’investigation en didactique du langage écrit : le « parlando » issu d’une démarche interdisciplinaire et qu’aucune discipline constituée n’aurait pu rendre intelligible de la sorte. Enfin, Éric Delamotte analyse, sous un angle nouveau, l’identité de l’économie de l’éducation en étudiant, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’outil mathématique. En définitive, la diversité de ces contributions fait justement écho au titre choisi pour l’ouvrage, qui ne nie pas la tension complexe et contradictoire définissant les sciences de l’éducation entre la recherche de leur unité et leur pluralité constitutive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Champy-Remoussenard, « Gisela Chatelanat, Christiane Moro, Madelon Saada-Robert, éds, Unité et pluralité des sciences de l’éducation. Sondages au cœur de la recherche », Questions de communication, 8 | 2005, 500-502.

Référence électronique

Patricia Champy-Remoussenard, « Gisela Chatelanat, Christiane Moro, Madelon Saada-Robert, éds, Unité et pluralité des sciences de l’éducation. Sondages au cœur de la recherche », Questions de communication [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/5888

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page