Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique

Paris, Lavoisier/Hermès Sciences, 2003, 242 p.
Dominique Nauroy
p. 374-376
Référence(s) :

Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique, Paris, Lavoisier/Hermès Sciences, 2003, 242 p.

Texte intégral

1De l’idéal philosophique qui présida à L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en 1751 à la huitième édition électronique de l’Encyclopaedia Universalis parue en 2002, Brigitte Juanals étudie selon quelles modalités la conservation des documents et l’accès à l’information et au savoir – enjeux fondamentaux de la société dite d’information et de communication – vivent leurs mutations. Ceci du livre aux réseaux numériques interconnectés, au long de dix chapitres qui mettent en lumière les problématiques associées à ce thème central.

2Au cours des premiers chapitres, l’auteur développe un propos introductif qui vise à nous familiariser avec l’histoire de l’encyclopédie et des utopies qui ont accompagné les premiers projets d’une part, les technologies numériques du multimédia, d’autre part, pour nous amener à comparer les deux dispositifs de la page du livre et de l’écran d’ordinateur. Ces analyses préalables servent l’objet central de l’étude situé à partir du chapitre 8 et consacré à l’examen méthodique et détaillé de la pratique éditoriale de l’Encyclopaedia Universalis. En rappelant l’origine de la création de cet ouvrage, Brigitte Juanals indique selon quelles modalités ses éditeurs ont décidé de proposer un contenu sur un support numérique.

3Son étude révèle les préférences du public, apparemment contradictoires mais explicables. En termes de chiffres de vente, la version électronique trouve davantage grâce aux yeux du public que la version papier, et pourtant cette dernière reste considérée comme la plus agréable à consulter. L’agrément et la facilité de consultation sont alors analysés comme problématiques centrales des nouveaux dispositifs d’information : à de multiples reprises, Brigitte Juanals opère une nette distinction entre accès à des données, qu’elles soient présentes sur l’internet, sur un support électro-magnétique tel que le cédérom ou contenues dans un livre, et accès à un savoir, qui nécessite une habileté particulière, notamment pour bien appréhender l’ordonnancement des informations. Ainsi, chose étonnante, les enfants, dont on connaît l’aptitude à maîtriser les supports informatiques, ont-ils cependant besoin du support du livre pour apprendre : l’orientation électronique n’est donc pas forcément exclusive, preuve en est la réédition papier de l’Encyclopaedia Universalis en 2002.

4L’auteur tempère les discours excessivement optimistes nés au cours de la dernière décennie selon lesquels la large diffusion de l’internet allait rendre l’accès au savoir et à la connaissance plus démocratique. D’une part, elle rappelle que, par le passé, des discours analogues ont accompagné d’autres inventions, dont la portée en ce sens fut plus limitée qu’on ne l’avait prédit. D’autre part, elle constate que, à l’heure actuelle, les encyclopédies numériques, vendues à un prix dix fois moins élevé que les collections en volumes, demandent l’utilisation de dispositifs de recherche d’informations et de lecture encore non stabilisés, tant en ce qui concerne la production que la diffusion. L’accès à des interfaces nouvelles demande un savoir-faire à mettre constamment à jour, ainsi qu’un équipement informatique adéquat. Même si l’Encyclopaedia Universalis s’adresse à un public de plus en plus large et de plus en plus diversifié, la question du prix ne résout pas seule la question de l’accès à la connaissance : les outils proposés pour la version électronique sont avant tout utilisés par des scientifiques, enseignants et chercheurs. Brigitte Juanals explore chaque outil, tel le « Cercle des encyclopédistes », liste de diffusion, outil largement utilisé par ces communautés, mais qui ne correspondait pas aux usages du grand public acquéreur de la version électronique de l’Encyclopaedia Universalis.

5La chercheuse explique aussi qu’une version électronique n’est pas forcément une simple transposition d’une édition papier. Au contraire, la production et l’utilisation d’une même encyclopédie, selon ces deux versions, implique des différences majeures : par exemple, la mise en place d’un logiciel et d’une interface graphique modifie profondément l’accessibilité au corpus, mais la différence majeure est le passage d’une logique de questionnement (adaptée au support des volumes) à une logique de réponses (caractéristique des environ-nements électroniques). L’introduction d’un dispositif informatisé n’a effectivement de sens que pour fournir des réponses à des questions posées dans la boîte de requêtes du moteur de recherche. Universalis, qu’on a comparée à « une mine de diamants introuvables » du fait de la grande quantité de signes rapportée au nombre très limité d’entrées, rend dans la version numérique ses diamants « trouvables » grâce au moteur de recherche. Dans le même temps, ces requêtes par mots clés génèrent un accès à l’ensemble du texte et non plus uniquement aux libellés des entrées. Ce changement provoque un nivellement des articles, les grands articles se trouvant sur le même plan que les notices du thesaurus-index. Par ailleurs, c’est le système même d’organisation des données mis au point trente ans auparavant dans l’encyclopédie qui s’en trouve perturbé. Enfin, le paratexte perd sa fonction de guide dans la construction du sens, remplacé par des interfaces de navigation, nouvelle forme technologique de la lecture.

6La version électronique fait donc naître des besoins différents, parfois complémentaires pour ceux qui disposent des deux versions. Avec elle, est apparu un autre public, de niveau culturel variable, porteur d’autres demandes et d’autres attentes, aux yeux duquel la nouveauté est un paramètre particulièrement valorisant. Porteuse d’une forte valeur d’usage, elle est en revanche associée à une valeur symbolique très faible. L’autorité que représentent les pages du livre n’a rien perdu de son prestige.

7En s’ouvrant à l’internet et ses ressources démultipliées, l’encyclopédie, objet fini, qu’il s’agisse de la version papier ou électronique, indique une mutation déterminante de l’accès à l’information : la recherche passive de l’information disparaît, il revient au lecteur-utilisateur de tracer ses propres parcours pour identifier des ressources et construire des stratégies de recherche en fonction de ses projets. Les liens discursifs hypertextuels l’aident à construire ces parcours de lecture singuliers. Mais, hors du cadre de l’encyclopédie, l’autorité qui accompagne une information délivrée sur un site est contestable. Il appartient alors au lecteur, selon son degré de connaissance du sujet, de déterminer si l’information est valide ou non.

8Comparé au projet de Diderot qui consistait à réunir la somme de tous les savoirs, l’internet se présente aujourd’hui comme le moyen permettant, grâce aux capacités de stockage d’immenses bases de données numérisées en interconnexion, de réaliser ce rêve utopique et encyclopédique d’une démocratie cognitive, pour un accès universel aux savoirs. Le nombre des bénéficiaires effectifs de la connaissance s’élargit de manière presque infinie. Mais cette démocratisation de l’accès aux données cache en vérité le fait que, plus que jamais, il convient d’être éduqué à la base pour être capable de juger de la pertinence d’une information et de sa source. Autonomisation accrue des lecteurs, personnalisation des pratiques de lecture : s’agit-il de libertés ou de contraintes ? La recherche d’informations dans un tel environnement nécessite de la part du lecteur une pluralité de savoirs et de pratiques liés à la fois à l’espace matériel et logiciel, à des notions de documentation, ainsi qu’à la construction de méthodologies liées aux dispositifs hypermédias et à l’espace informationnel global du réseau. L’internet continue à remplir le rôle pour lequel il a été conçu, en s’adressant à des universitaires, seuls capables d’éliminer le bruit provoqué par l’hypertextualité. Cet outil, qui brise la progressivité des étapes à franchir en permettant la construction d’une intertextualité déstructurante, et qui nous invite à composer des parcours de lecture-navigation, implique, au contraire d’une désintermédiation, le concours préalable d’un tuteur, la mise en œuvre d’une formation selon une pédagogie adaptée pour aider l’utilisateur à la construction du sens, avant de s’immerger, voire de se noyer – en digressions labyrinthiques –, dans un univers dangereux parce qu’hétérogène. Il ne suffit pas d’avoir accès à une bibliothèque ou à une base de données pour engager un processus d’appropriation des connaissances. La culture de l’information est donc, elle aussi, le fruit d’un apprentissage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Nauroy, « Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique », Questions de communication, 6 | 2004, 374-376.

Référence électronique

Dominique Nauroy, « Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/5915

Haut de page

Auteur

Dominique Nauroy

CREM, Université de Metz, dom@le-pavillon.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page