Navigation – Plan du site
Notes de lecture

André Kaenel, Catherine Lejeune, Marie-Jeanne Rossignol, dirs, Cultural Studies. Études culturelles

Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2003, 191 p.
Laurent Kasprowicz
p. 376-378
Référence(s) :

André Kaenel, Catherine Lejeune, Marie-Jeanne Rossignol, dirs, Cultural Studies. Études culturelles, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2003, 191 p.

Texte intégral

1À l’origine de cet ouvrage, deux journées de réflexion organisées à l’université Nancy 2 le 1er octobre 1999 sur « les Cultural Studies et la recherche en sciences humaines », puis celle du 1er décembre 2000 sur « les rapports entre les Cultural Studies et les disciplines » (p. 7). Les chercheurs anglicistes et américanistes y discutèrent notamment des résistances théoriques, professionnelles et institutionnelles auxquelles se heurtent les Cultural Studies (CS), notamment en France. Organisé en trois parties, l’ouvrage recueille dix textes issus pour la plupart de la seconde journée. Il questionne les rapports entre CS et politique (partie 1) et met à jour les réticences de certaines disciplines telles l’histoire culturelle, l’anthropologie, les American Studies (AS) et les études filmiques (partie 2). Enfin, il offre une vision renouvelée des textes et des critiques littéraires vus sous l’angle des CS (partie 3).

2La première partie (« L’émergence des Cultural Studies de Birmingham à New York : un double engagement politique et théorique ») dresse un constat amer sur l’évolution récente du courant. Dans le premier texte (« Stuart Hall, Cultural Studies and the British Left »), Jeremy Tranmer montre que si les fondateurs, à l’image de Stuart Hall, alliaient ambitions théoriques et politiques (p. 17), la remise en cause du marxisme par les CS d’abord, et l’expansion mondiale de la discipline ensuite les privèrent peu à peu de leur spécificité. Autre exemple de l’échec de cette ambition des CS à se donner une dimension politique, leur intérêt pour l’identité gay qui, selon Guillaume Marche (p. 35), n’a pas profité aux gays et lesbiennes dans leur combat contre les discriminations. Dans « La théorie Queer et la dynamique identitaire du mouvement gay et lesbien : perspectives sociologiques sur un aspect des Cultural Studies », l’auteur examine par le biais de l’étude de la mobilisation collective des gays et lesbiennes, comment la théorie Queer qui s’apparente aux CS par son objet et sa méthode – mise au jour de ce qui relève du culturel dans la sexualité – échoue à relayer l’expérience de chacun et à apporter des réponses pratiques au problème de l’identité gay. Enfin, dans « The Translations of Cultural Studies » (p. 55), Stefan Herbrechter étudie moins la dépolitisation des CS qui accompagne leur mondialisation que les conditions de celle-ci. Dans les faits, elle n’est pas sans poser problème, et le rapport au contexte au sein duquel s’établissent les théories oblige les chercheurs à la plus grande vigilance. Ainsi l’auteur met-il en garde contre l’hégémonie des CS d’origine anglo-américaine dont la traduction des textes ne garantit pas l’interprétation, ou l’adéquation, aux besoins culturels des différents contextes géographiques, historiques ou géopolitiques ; il appelle alors de ses vœux une approche comparative et contextualisée des CS.

3Les textes rassemblés dans la seconde partie (« Les Cultural Studies face aux disciplines, en sciences sociales et humaines ») sont autant « d’études de cas éclairant la prégnance des CS dans diverses disciplines – ou champs disciplinaires – et départements universitaires aux États-Unis et/ou en France » comme le rappellent les coordonnateurs de l’ouvrage (p. 7). Ainsi, selon Marie-Jeanne Rossignol (« Histoires culturelles : l’Histoire et les Cultural Studies, en France et aux États-Unis »), l’apport théorique des CS à l’histoire culturelle en France ou aux États-Unis est sans commune mesure. Alors qu’aux États-Unis, les CS ont considérablement modifié les méthodes et le cadre épistémologique de la recherche – divisant du même coup la discipline –, l’histoire culturelle en France, n’a pas connu de tels bouleversements. De même, aux États-Unis, si l’affrontement avec l’anthro-pologie s’accompagne d’une crise d’identité de cette dernière, selon Catherine Lejeune (« Cultural Studies et disciplines : l’anthropologie culturelle serait-elle menacée ? »), c’est pour des raisons de frontières disciplinaires où domaines d’intérêts, positions politiques et méthodes – l’ethnographie en particulier – sont proches (p. 95). L’anthropologie américaine semble se dissoudre dans le vaste champ des CS où les départements de littérature, les études filmiques et de vidéo attirent de plus en plus de membres (p. 104). Le cas des études filmiques est exemplaire des réticences à l’importation des théories CS en France. Selon Geneviève Sellier (« L’apport des Gender Studies aux études filmiques »), le faible impact des Gender Studies, spécialité des CS, sur les études filmiques françaises, s’explique par la transformation en objet de la culture d’élite universelle (masculine) de ce divertissement populaire, notamment par le biais de l’approche esthétique formaliste qui entoure les études sur le cinéma en France (p. 113). André Kaenel (« Cultural Studies and the Assault on the National Paradigm : American Studies in the United States and Europe ») prolonge l’analyse de ces blocages en s’intéressant aux raisons qui sous-tendent l’impact des CS sur les AS, que ce soit le choix commun de l’anti-disciplinarité ou l’abandon par ces dernières d’un nationalisme périmé, alors que, en Europe, les AS n’ont été que peu modifiées par l’expansion des CS (e.g. la France qui continue de regarder l’évolution avec suspicion).

4La troisième et dernière partie (« Regards sur la littérature : nouveaux textes, nouvelles lectures ») est exclusivement réservée à l’apport des CS à la connaissance des études et critiques littéraires et rappelle comment elle participe d’une relecture des canons littéraires. Par exemple, dans sa seconde contribution (« Moby’s Dick and Ahab’s Wife : Herman Melville, Gender and Cultural Studies ») qui se livre à un exercice de réflexivité stimulant sur sa lecture de l’œuvre phare de Melville, André Kaenel montre à quel point les normes présidant à la qualification « littéraire » d’un texte sont historiques, politiques, idéologiques et culturelles. Pour cette raison, les œuvres comme les critiques ne peuvent être abordés selon le seul contexte dans lequel ils s’inscrivent  (p. 158). L’auteur fait notamment valoir le fait qu’un texte littéraire n’est jamais un canon pour des raisons identiques, selon les époques et les agents qui l’élisent comme tel. La critique, l’Université, mais aussi et surtout le simple lecteur contribuent à modifier la lecture que l’on en fait. L’étude de Michel Imbert (« The American Scene d’Henry James (1907) : clichés de New York ») participe de cette relecture par les CS d’une œuvre littéraire et fait d’Henry James un précurseur des culturalistes lorsqu’il s’attache à montrer, d’une part, l’usage social qui est fait de sa propre langue et, d’autre part, le particularisme du New York du début du XXe siècle, théâtre du Melting Pot. La contribution de Catherine Bernard (« Le canon moderniste à l’épreuve des Cultural Studies : à propos de The Politics of Modernist de Raymond Williams ») clôt l’ouvrage. L’auteur revient sur un texte du fondateur des CS, resté à l’état d’ébauche, dans lequel il rappellait combien l’histoire du modernisme est multiple, incohérente, et « faite de bifurcations, de revirements, d’infléchissements parfois imprévisibles, d’une multiplicité d’histoires » (p. 182), sans oublier la dimension idéologique et politique qui le parcourt.

5Stimulant, ce livre est destiné avant tout aux chercheurs familiers des CS qui trouveront sans doute matière à nourrir leur propre réflexion. La difficulté, redoublée par le fait que certaines contributions sont rédigées en anglais, est inhérente à la complexité et à l’étendue des domaines connexes à ce courant. Cependant, quelques points de rappel sur la construction de la discipline et des doutes qui la traversent actuellement auraient permis de saisir toute la pertinence des textes sélectionnés. Ainsi la lecture peut-elle être complétée par celle de l’ouvrage d’Érik Neveu et Armand Mattelart (Introduction aux Cultural Studies, Paris, Éd. La Découverte, 2003) qui dresse un historique de l’évolution des CS et, accessoirement, une grille de lecture et de compréhension au présent recueil. En effet, quelques contributions emploient un vocabulaire spécialisé, trop abstrait pour le lecteur peu averti. Sous cet angle, le texte de Catherine Bernard (p. 180) sur le canon moderniste à l’épreuve des CS est malheureusement exemplaire tant il exige une connaissance de l’histoire de l’Art. Ce recueil n’en est pas moins précieux car les ouvrages traitant des CS sont rares en France. Il ne manquera pas de stimuler la recherche et les chercheurs en sciences sociales et humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Kasprowicz, « André Kaenel, Catherine Lejeune, Marie-Jeanne Rossignol, dirs, Cultural Studies. Études culturelles », Questions de communication, 6 | 2004, 376-378.

Référence électronique

Laurent Kasprowicz, « André Kaenel, Catherine Lejeune, Marie-Jeanne Rossignol, dirs, Cultural Studies. Études culturelles », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/5917

Haut de page

Auteur

Laurent Kasprowicz

ÉRASE, Université de Met, Loka7@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page