Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Frédéric Sojcher, Pierre-Jean Benghozi, dirs, Quel modèle audiovisuel européen ?

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Champs visuels, 2003, 272 p.
Stéphanie Hurez
p. 412-414
Référence(s) :

Frédéric Sojcher, Pierre-Jean Benghozi, dirs, Quel modèle audiovisuel européen ?, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Champs visuels, 2003, 272 p.

Texte intégral

1La problématique à laquelle ont tenté de répondre les participants au colloque organisé en mars 2000 à Turin, sous l’égide de l’EASS (European Audiovisual SeminarS), s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire où interagissent des perspectives historiques, économiques et socioculturelles. Les actes rassemblent plus d’une quinzaine de communications qui rendent compte de nombreuses spécificités audiovisuelles européennes. L’ensemble se décline en cinq parties distinctes mais convergentes, d’où émanent de nombreuses réflexions qui tendent à surpasser les tropismes nationaux. Partant des propos de Jean-Claude Batz qui s’est interrogé sur la construction d’un cinéma européen, Frédéric Sojcher constate les disparités entre les statistiques élaborées par l’Observatoire européen de l’audiovisuel et le Centre national de la cinématographie. À cet égard, il souligne que « la vraie question est de savoir si, au-delà des approximations, le marché européen de l’audiovisuel est répertorié dans des proportions fidèles à la réalité ou si ces distorsions statistiques nous donnent une image tronquée des différents acteurs animant le secteur » (p. 19). Ses constatations s’avèrent parfois inquiétantes lorsqu’il évoque l’hégémonie américaine. Mais sans manquer d’ajouter que « la qualité artistique, quel que soit le domaine où elle s’applique, est une chose éminemment subjective qui se construit au fil du temps et en fonction de la capacité de certains individus ou groupes sociaux à faire exister cette qualité en norme objective reconnaissable par tous » (p. 217), Fabrice Montebello temporise le problème en indiquant qu’il serait plus juste de considérer les rapports entre les productions françaises et américaines en confondant les supports et les types de films – ce qui suppose d’y intégrer les téléfilms et les séries en tout genre. Par conséquent, la télévision jouerait un rôle capital et Pierre-Jean Benghozi insiste sur l’idée qu’elle « apparaît tantôt marquée par un mouvement de standardisation et d’uniformisation volontiers rattaché à ce qu’on appelle la mondialisation, tantôt frappée par d’irréductibles particularités nationales et culturelles » (p. 43). Au demeurant, il concentre sa réflexion sur l’émergence de nouveaux modèles audiovisuels européens qui se sont surdéveloppés avec le numérique, l’internet et le multimédia.

2En renchérissant le débat pour montrer que l’environnement digital des communautés électroniques modifie la socialisation des individus, Mario Ricciardi tente de redéfinir les relations entre autonomie et anonymat, ce qui le conduit à mettre en exergue l’idée que « nous nous trouvons […] à un tournant de la civilisation où la culture d’origine américaine se donne pour ambition explicite de dominer le monde, en vampirisant la culture européenne » (p. 68). François Heinderyckx évince cette conception – somme toute commune – pour mettre en évidence un mouvement d’uniformité plus différencié qu’il nomme « homogénéisations croisées ». Celles-ci combinent deux niveaux : « l’homogénéisation primaire » dont il faut distinguer une composante « directe, […] attribuable à l’exportation massive de la production américaine » et une composante « indirecte, [qui] correspond à l’échange ou l’exportation de « matière première » médiatique qui appuiera des productions qui se donneront toutes les apparences de créations autochtones » ; puis « l’homogénéisation secondaire » qui rend compte d’une forme de « mimétisme de l’industrie audiovisuelle, notamment européenne, qui, face au succès des produits américains, tente parfois obstinément d’en transposer les caractéristiques formelles supposées garantes de la réussite » (pp. 198-199). Ceci dit, Pierre Sorlin prouve, d’un point de vue historique, la dépendance de l’Europe à l’Amérique pour, finalement, dépeindre la diversité des habitudes en termes de préférences cinématographiques. Les spécificités et la pertinence du modèle audiovisuel public européen constituent le « cheval de bataille » de François Jongen. Il passe en revue son évolution en examinant les trois phases qui le composent – celles d’hier, d’aujourd’hui et de demain – et fait remarquer que l’espoir de « concevoir un audiovisuel de service public qui ne soit plus simplement un audiovisuel du service public, […] cela suppose un débat de fond » (p. 104).

3Dans son « Manifeste pour une distribution efficace des films réalisés en Europe », Joost Smiers note très justement la nécessité de créer une infrastructure qui permettrait aux productions européennes de circuler à l’intérieur du continent, avant de penser à leur éventuelle exportation. En ce sens, il propose une organisation susceptible de résoudre le problème, mais certaines perspectives restent néanmoins discutables. Selon Chryssoula Constantopoulou, toute alternative serait difficile à mettre en place au niveau des programmes commerciaux du secteur télévisuel, pourtant François Jost n’hésite pas à affirmer la profonde mutation des programmes européens du fait de l’importation des programmes américains mais, son analyse se limitant aux reality-shows, on ne peut toutefois pas en faire une généralité. De toute évidence, la critique est un élément qui peut – bon gré, mal gré – encenser ou anéantir la promotion commerciale des films. Laurent Creton y est du reste très attentif. Son étude démontre qu’elle participe « de l’élaboration d’une certaine conception du cinéma, de son statut, de son aura » et, de facto, qu’elle « conduit le cinéma européen à s’orienter dans deux voies principales : des créations spécifiques destinées à des marchés étroits, et des productions qui intègrent les règles d’une économie de marché mondialisée » (p. 191). À en croire les propos d’Yvon Thiec, le marché européen demeure un objectif prioritaire pour les États-Unis et il deviendrait, en conséquence, « un élément intégré de l’économie audiovisuelle américaine » (p. 121). Partant de l’idée que « la BBC est très réputée pour son indépendance et son impartialité [et que] ses programmes sont reconnus comme étant de grande qualité » (p. 105), David Lévy décrit pour sa part le rôle de la chaîne en montrant que ses capacités sont à même d’être un modèle applicable en Europe. En étudiant les politiques culturelles du Royaume-Uni et de la Roumanie, Anne Jäckel stigmatise ces propos et reconnaît, à contre-courant, que « c’est en partie du modèle français que se sont inspirés les gouvernements britannique et roumain pour promouvoir la culture et tenter de changer ou de relancer l’image de leur pays à l’aube du XIXe siècle » (p. 140). Enfin, au-delà des frontières européennes et américaines, Nathalie Noussinova aborde la place de la Russie dans les relations qu’entretiennent l’Europe et les États-Unis, tandis que Robert Stéphane prend acte de l’expérience de la télévision de Bosnie-Herzégovine dans un environnement politique instable pour mieux appréhender sa place actuelle et future.

4Malgré l’originalité de sa problématique, le présent ouvrage pose plus de questions qu’il ne résout de problèmes mais, face aux nombreuses observations qu’il apporte, les nationalistes comprendront avec quelques regrets que les disparités entre l’Europe et les États-Unis sont loin d’être résolues : les négociations et les inévitables remaniements semblent délicats pour aboutir à un équilibre efficient. Cependant, l’extension de l’Union européenne pourra peut-être laisser entrevoir que, à l’avenir, ces mésententes ne seront qu’un lointain souvenir…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Hurez, « Frédéric Sojcher, Pierre-Jean Benghozi, dirs, Quel modèle audiovisuel européen ? », Questions de communication, 6 | 2004, 412-414.

Référence électronique

Stéphanie Hurez, « Frédéric Sojcher, Pierre-Jean Benghozi, dirs, Quel modèle audiovisuel européen ? », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6312

Haut de page

Auteur

Stéphanie Hurez

CREM, université de Metz, stephanie.hurez@umail.univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page