Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bruno Tertrais, La guerre sans fin. L’Amérique dans l’engrenage

Paris, Éd. du Seuil, coll. La République des idées, 2004, 96 p.
Aurélia Lamy
p. 418-420
Référence(s) :

Bruno Tertrais, La guerre sans fin. L’Amérique dans l’engrenage, Paris, Éd. du Seuil, coll. La République des idées, 2004, 96 p.

Texte intégral

1« Nous sommes en guerre » (p. 6) : les propos du président Bush, quelques minutes après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, ont amené Bruno Tertrais à s’interroger sur la notion de « guerre » qui tend à donner lieu à des définitions plurielles dans un contexte géopolitique international complexe. Cette étude, argumentée de manière pertinente, est développée sur le mode critique. En étudiant la thèse du développement d’une puissance dite impériale, l’auteur met un point d’honneur à évincer tout préjugé, toute idée préconçue, des discours portés sur la stratégie militaire américaine et les représentations que les médias contribuent à en diffuser. Le pragmatisme et l’objectif premier de cette étude sont clairement explicités dans l’introduction : « Il ne s’agit pas de faire le procès de la stratégie américaine, mais plutôt essayer d’en comprendre les ressorts profonds, les mécanismes réels et les conséquences à long terme » (p. 7). L’ouvrage se présente sous la forme d’un traité dans lequel les dimensions historiques et politiques sont largement abordées. Ces approches, associées à l’étude des implications religieuses et idéologiques de la nation américaine, permettent à Bruno Tertrais de dresser un portait complet de l’état de guerre dans lequel se trouvent actuellement les États-Unis. Par l’analyse des implications nationales et internationales, l’auteur évoque la place particulière qu’ont pris les attentats du 11-Septembre mais surtout la croisade contre le terrorisme dans la politique de sécurité américaine. Il nous donne ici les clés des mécanismes qui continuent d’entraîner les États-Unis dans une « guerre sans fin ». Afin de bien marquer le cadre problématique de l’étude, le livre est organisé suivant quatre thématiques : la nouvelle alliance, la quatrième guerre mondiale, le théâtre des opérations, l’engrenage.

2Dans un premier temps, l’auteur apporte tous les éclaircissements historiques, ainsi que les données nécessaires à la compréhension de l’entrée en guerre des États-Unis. Il explique en quoi le 11-Septembre est le catalyseur d’une nouvelle alliance qui a profondément transformé la culture politique américaine. Cette entrée dans un « étrange état de guerre » (p. 7) contre un adversaire mal défini a des conséquences notables dans les prises de position militaires et politiques, notamment par rapport à la situation proche-orientale. Bruno Tertrais note que cet événement n’a fait qu’accentuer une tendance déjà fortement présente dans la politique américaine. Alors que le néo-conservatisme s’impose comme force dominante dans le système décisionnel américain, le fondamentalisme est érigé en « figure de proue médiatique » (p. 20) notamment par son soutien inconditionnel à Israël. Bruno Tertrais met en avant l’aspect religieux qui donne une dimension sacrée à la convergence stratégique de la lutte contre le terrorisme et amène les États-Unis à rompre avec sa politique traditionnelle de confinement et de dissuasion. De surcroît, les attentats ont donné un sens spirituel à la politique américaine et ont permis de canaliser une force politique, économique et militaire, en veille depuis la guerre froide.

3Par l’analyse de la logique diplomatique américaine, l’auteur montre en quoi la prise de décisions à court terme influence considérablement l’implication des USA au niveau international. En effet, la guerre entre dans un projet politique global visant à remodeler l’environnement mondial, guerres de prévention et de préemption se succèdent pour satisfaire leur détermination à la démocratisation des États. Leur volonté de « croisade contre le terrorisme », d’élimination des armes de destruction massive, de diversification des sources d’approvisionnement en pétrole ont conduit les États-Unis à « la purification des alliances » (p. 39). Purification qui passe notamment par un détachement croissant vis-à-vis des systèmes multilatéraux imposant des contraintes à l’exercice de la puissance américaine. En outre, Bruno Tertrais montre la place dominante que prend le Moyen-Orient dans la mythologie politique des États-Unis. Preuve en est que l’ingénierie stratégique s’organise autour de cet espace géopolitique avec pour but ultime le « processus de pacification démocratique du Moyen-Orient » (p. 57). Dans cet optique de gestion de l’espace géopolitique, la Chine – rival stratégique potentiel – prend peu à peu une place centrale dans la politique de sécurité internationale américaine.

4L’intitulé de la dernière partie rappelle le sous-titre de l’ouvrage et propose un approfondissement de la notion d’engrenage ; cette dernière induit une analyse argumentée des éléments qui conduisent les États-Unis dans une guerre sans fin. Bruno Tertrais insiste sur le fait que face à un fondamentalisme qui gagne du terrain, ceux-ci occupent toujours une place dominante sur l’échiquier international. Par conséquent, les tensions prennent de l’ampleur. La référence aux théories de Samuel Huntington sur le choc des civilisations prend ici toute sa signification. Face à Al Qaeda, structure mouvante et insaisissable, les USA passent d’une guerre préventive à préemptive et s’enlisent dans un état de guerre permanent, « une guerre perpétuelle pour la paix perpétuelle » (p. 85).

5L’auteur termine son ouvrage en émettant des hypothèses sur l’évolution du développement de l’état de guerre : alliance mondiale, fragilisation de la machine de guerre américaine, affrontement bipolaire… autant de scénarios possibles et plausibles par lesquels Bruno Tertrais tente d’évaluer l’évolution de la politique américaine et les aménagements probables de l’organi-sation géopolitique internationale. Cette mise en perspective des données relatives à la politique de sécurité permet d’élargir le point de vue et de donner à la problématique toute son ampleur.

6Par cette approche thématique de la situation politique internationale, Bruno Tertrais propose non seulement un état des lieux de la situation géopolitique mondiale organisée autour de la politique américaine, mais il tente aussi une approche prospective du développement des relations internationales. L’auteur a su faire une synthèse de l’essentiel des problèmes posés par un État qui cherche à s’ériger en « gendarme du monde ». Il apporte de nombreuses clarifications utiles et nécessaires sur le plan sécuritaire. Toutefois, la présence de références bibliographiques plus complètes permettrait au lecteur de s’approprier le contenu de l’ouvrage en l’aidant à approfondir certaines notions. En effet, l’étude proposée en 96 pages – bien que clairement argumentée – ne donne qu’une vue partielle des enjeux de cette « guerre sans fin » et nécessiterait certains approfondissements thématiques. Il n’en reste pas moins qu’elle permet d’appréhender un sujet complexe et pleinement d’actualité dans un contexte où la croisade contre le terrorisme prend une ampleur internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Lamy, « Bruno Tertrais, La guerre sans fin. L’Amérique dans l’engrenage », Questions de communication, 6 | 2004, 418-420.

Référence électronique

Aurélia Lamy, « Bruno Tertrais, La guerre sans fin. L’Amérique dans l’engrenage », Questions de communication [En ligne], 6 | 2004, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6321

Haut de page

Auteur

Aurélia Lamy

CREM, Université de Metz, aurelialamy50@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page