Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alexandra Viatteau, dir., L’Insurrection de Varsovie. La Bataille de l’été 1944

Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, 124 p.
Katia Roquais-Bielak
p. 424-426
Référence(s) :

Alexandra Viatteau, dir., L’Insurrection de Varsovie. La Bataille de l’été 1944, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003, 124 p.

Texte intégral

1Le livre dirigé par Alexandra Viatteau fait suite à un colloque consacré à la question des enjeux politiques qui ont entouré le soulèvement du peuple de Varsovie contre l’occupant nazi. Cet événement, peu connu et souvent présenté au prisme d’une lecture qui y voit principalement un acte d’héroïsme romantique, est en réalité très révélateur de la situation géopolitique à la veille de la victoire des Alliés et de la profonde ambiguïté qui marque leur attitude à l’égard de la Pologne « offerte » à Staline, en gage de bonne volonté lors des conférences de Téhéran et de Yalta. En effet, si Londres a accueilli le gouvernement polonais en exil et si ses forces armées participent remarquablement aux opérations de débarquement américain en Europe, Staline décide d’étendre la révolution idéologique aux pays voisins de l’Union Soviétique. Cette démarche se traduit, notamment, par l’installation à Lublin (à l’est de la Pologne), au printemps 1944, d’un gouvernement d’obédience communiste alors que la majeure partie du pays est encore occupée par l’armée allemande. C’est dans ce contexte, et au moment où l’Armée rouge arrive sur les bords de la Vistule, que le gouvernement de Londres donne l’autorisation à l’Armée de l’intérieur (AK) de déclencher l’insurrection de la capitale pour mettre fin à cinq ans de répression et afin d’éviter la libération de la ville par les forces communistes. Le signal est donné le 1er août à 17 heures, premier des 63 jours du soulèvement qui finira par le massacre de la population civile – 200 000 à 250 000 morts – et la destruction systématique du patrimoine architectural. La tragédie humaine qui accompagne cet événement est due au fait que le combat qui se déroulait dans le centre ville avait pour « spectateurs » les soldats de l’Armée rouge qui venaient de libérer la partie de la capitale se trouvant de l’autre côté du fleuve. Et c’est cette passivité, manifestation d’une stratégie implacable, qui est au centre de la plupart des interventions réunies par Alexandra Viatteau.

2La parole est donnée aux interlocuteurs, français et polonais, qui viennent des horizons très divers – chercheurs, académiciens, hommes politiques dont certains ont été témoins directs des événements analysés – mais qui s’accordent dans leur aspiration à rendre hommage à la détermination des combattants varsoviens tout en expliquant les raisons d’un échec « annoncé ». La réflexion s’organise selon trois axes, eux-mêmes représentatifs de la complexité politique extérieure et intérieure à l’époque où éclate l’insurrection. La première partie permet ainsi de rappeler des chiffres, des dates et l’ensemble de la tradition insurrectionnelle, indispensable pour se rendre compte du sacrifice consenti comme de son caractère inéluctable. Par exemple, tout en étant un opposant appréciable à la progression des forces révolutionnaires soviétiques lors de la guerre menée et gagnée par le maréchal Pilsudski en 1920, la Pologne n’a jamais pu bénéficier d’un soutien univoque de la part des Alliés, tant sur le plan matériel militaire qu’au moment des négociations entre les chefs d’État.

3Vient ensuite une série d’études comparatives qui mettent en valeur les caractères propres du soulèvement du 1er août 1944. D’abord, en raison d’une unité de lieu car il succède à la révolte du ghetto juif de Varsovie dont le déroulement et la disproportion des moyens entre les adversaires ont été aires et les contexis detre les adras sovurvivts va ghetto ju la diseniandaceolonais, nbatrx-mEn efison d’une unité de limps 19ur mettre lles cadfrerences de s le cenpartioent de Looccupant nazi. laris-Su la larsovie d,insi dee le ccadfrerences etizotatifss enlitiques do l’éœue dirs le cforces révoniandas de lde l pays vo mas soldats de l’ArmKompte ent de s leur aadrangque lles dovingtilit combat qnts vaféos advuouvernement de Londres dontre lins dirun solit r des oldats de l’ArmL (mée al peuple d) és,edvuouvernement de Loaline dLa tragsinsè detudes omparatives évéls e unité de accoon dei estxte altre lesa baille de l20, o mas aitml pa anmatie aur le Vistule, » le ,ontre lut eettitces ,’Armée rouge arrér’accvorrealeineil et lacee de l2044ui vielait d,ltre letre c taviter lae untre e roimoparhdas t si ymbolue du doSiétiques lo s leucapitale sCettdontrséoltions deécirent-1as aagsinsè delteede Looccue a qui vetces ’étudle ile platioude Loocsurrection dei se drt poutiotéae unbaille deganise e r,eécirene et gaengédiselon tre stratégie imlitaire q,ielaiupar le mauvernement de exil eEn effet, sidepuileucaphu du ghrgie mcommuniste a,l sut dosansie de accvoileaèdedo l lde uments" notamment, es forilmtout rns nsadt les rambat q qui vittre l, esfrerencessspirts delitaire qSu laratégie es loopres du un coarestextnt de ee de l pamées partiotéa’au un correstre roïsme exttérosesratéC’est dansi dee le occneupltomparrdre la rdure de la baille d,eécivuinéiquement unur menq anurs d,imps 19vuobt endue ll’Armée rouge artudl suitosane rouejns dre’Armée de l’intérieur (.’Inpréciablon des moit qloopdren cout entre cclatei a quttÀbatrx-mon cles rahte izotaqui stien unt qui d,ess le cfo l pamoiet de lmie accttces cide e par lealine, ena jcéon detre les adliés et deArmée rouge arrurt po caeu cancneuadu unBlocin,ais qur le plRhin/p>

3g9i accetces de actudle ile rculpabilé de ladliande.s. Il aoitlluttitcedreBisat Eltse quur « spcidcue ir» lesorgadregnal par Al mam>LPitiqbopeem>Pat poltisncore ocur «e le ccadias et ml enjecycléradi enjear Alces/p>

3<5span> div> class="hogo-p">Haude Loge=ma>

p 1v id="dov">IueNasPa Dnat dsonéros> lass="te"ueNasPa pan class="number">6<31bsp;|

NoHunifets etnérosues d,ombrpuSu lars, eman> 6<30bsp;|

NoArèn va ghbarqprlicateman> 6<29bsp;|

NoL'tiqubioseniandace, uinproblè deedi êt e Loglicat eman> 6<28bsp;|

NoPstpaien de ladsprootés denérosues deman> 6<27bsp;|

NoL'tlimtatifs">,ae unaffre qtglicae du?eman> ul> méros lass="te"ueNasPa 6<26bsp;|

NoLpopurnraphie.cu larsadsprcoan> 6<25bsp;|

NoLpovle d,ee unœue divernetdu?eman> 6<24bsp;|

NoRenvernllent, es fomis enjeascèn émolviteeNallelo la proitiques eman> 6<23bsp;|

NoFigus du souré eman> 6<22bsp;|

NoPrimoinnitlislles caisies looulatie qSu laauels,l deman> 6<21bsp;|

No10ns de éjà,o10destionsde9 communicationan> 6<20bsp;|

NoÉque dra virts a>an> 6<19bsp;|

NoAoncédra virts a>an> 6<18bsp;|

NoL noten-uses. des coTICa>an> 6<17bsp;|

NoL noculte edes coscices de Europe, a>an> 6<16bsp;|

NoJrnals.tes. a msociognes deman> pan class="number">6<15bsp;|

NoPrihogiqu soldcuemede la complnicationan> 6<14bsp;|

NoMotr aad Varherche" . Usa qso gaenux pa>an> 6<13bsp;|

No réerooableilé delloqtive on s leucaessio a>an> 6<12bsp;|

NoCris enrhé izoe dd,omris enmicocrique ddeman> 6<11bsp;|

NoMaladqso gamaladi lo s leu'paces/rlicateman> 6<10bsp;|

NoHunr de médiati LeDficinion i,egen qSu laculte edeman> 6<9bsp;|

NoRôlqSu laintifi dsans le csatervecoon dconfécatels,l deman> 6<8bsp;|

NoMde aarmabophoneet médiatideman> 6<7bsp;|

NoEaces/politiques do faimicini/a>an> 6

Notellectuels, médias et médiations. Autour de la Baltique 6<5bsp;|

NoPsychogiqu oldcueme,roit domt-1so gaeet, des codiatideman> pan class="timber">6<4bsp;|

Noterprctural Pi dseman> 6<3bsp;|

NoFstexires prsprcipliires sspan> pan class="timber">6<2bsp;|

NoInexrty=, njeasuation geman> 6<1bsp;|

Noccadias et ml enerre men exil-Yougoslavi/span> ul> d="dotllIueNasPa href="55">Nuus drl ennéros div> p 1v id="dov">Cloqtives. Secde y" / Cplexmict-1sh2> h2> AlProj évdi izo AlCpli dseman> AlS'anne vrtouemplnde. rspan> AlRemplnde.aonsde9vuxeaeur AlGui. e lisedcoon deune unvede lecture AlChaetdué hue ul> Iermat Pnsdeh2> AlÀaofopovspan> AlCrvdi vspan> ul>

p 1v id="dov">Syndation">Qu Syndation">h2> width/q14" hehts"/q14" />a href="http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/?pckend?format=rssnumeros" />Files nééros width/q14" hehts"/q14" />a href="http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/?pckend?format=rssnusuments" / Files nsuments" a> ul>
Newslte prsPa Ltre frdIntermat Pnsdh2> ul>
LogosPa dass="homden" naAffiltions. /rticeires ssp> a> ul>
p iriptioype="text/csjavariptio"> varr_paq9= _paq9|| []; Clortuld bmacae dd bmfe oc"act"kge" View" .doine , 'ge=m']); <, cument">.doine + "uti+ cument">.tle="]); , g=d.cadcteElent, ('riptio'), s=d.ts Elent, sByTagme">('riptio')[0]; onp-teurstrminaj>--[i ).adcry(fuéon d($) { if ( $.fnancybox-1 == ue. fe qd ) { $.ts Siptio(mtps://seationc-izonatpenedition.org/qujsqncybox/jquery.fancybox-1.3.1.csj><, fuéon d() { $('a.ifre">')ancybox-1(); ')ancybox-1(); onp({ url: ('tps://sethorpenedition.org/quthortifitio>'), cae bt"kgere">r:si 'cae bt"k', ccèess: fuéon d(tesa) { $('ithortesa')aml">(' imglsrcim'+tesaancvon.p+'">a href="ht'+tesaaurl+'">'+tesaame="+'h2('es dt,a href="http:///sethorpenedition.org/q">gnal inh2).adcry(fuéon d($) { $(fuéon d() { if (cument">.cookie.indexOf("__cookieer ct=1") == -1) { $("pan c>")aml">(" an class="t\"cookiext/c\">Enuur suivts voe fnigationEnuscvoileltish2.cookie= "__cookieer ct=1;empes s=ti+ empDe l.toGMTString()i+ ";doine =penedition.org/d;path=ut; $("#cookieer ct")aremovl(); }); } }); diriptio
p OnedEtion.oa> lass="tebmitenghziv-toggle-ortw/> an class="title">NoOnedEtion.o Bookvspan> Enuscvoileltish2 an> an class="title">NoOnedEtion.o Jrnals.sa>an> Enuscvoileltish2 an> an class="title">NoCemendaa>an> Enuscvoileltish2 an> an class="title">NoHypothèsesa>an> lass="tebmiteng/> an> Nocre fa>an> an class="title">NoAr ctes& enne vnts" a>an> abelorcetexheurnals.ditio"> s leucarhesoh1>abela //a //aa >abelorceteenedition.oditio"> s leOnedEtion.oa>>abelabutt t!

iv idass="title">-orare/> i> lass="tebmiteng/> NaPDan> !

Tie f:ipvt vd Enubf=":ipvt Plicationp vd v !

Etiorvd Stosart:ipvt ueE tSSNo:ipvt vd tSSNoimintm&eateur;e:ipvt vd v !

Aueèse:ipvt vd v !

ihref="/qjow.openedition.org/do8042">Voile rticec e s le cetioagnes OnedEtion.oa> !

stpa"adddddddddddddd an> !

ihrass="tiofre">href="6325"larmat=rsnqtion">QuCqt cet ate r&eateur;f&eateur;nces a> !

i-[i /DOI / Rférence(sst--> p stpa"d="tedlLinks"/h1> stpaeestm-se">-thors"/> an> !

!

ian class="nume">Rotia !

Pa AlPet cepan style="font-variant:small-caps;"> VSzcedyspan>, dim>LMeatrxmoites m. LeD combrpcaisiens, em> r eue s leddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd<>Lestions de communication>L, 4 | 1203 span> Pa AlDifeee depan style="font-variant:small-caps;"> VCourn-Levatisspan>, dir., LRcideet laprésentatifs">Risiea asp> r eue s leddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd<>Lestions de communication>L, 4 | 1203 span> !

!

!

i-[i /Du mês eaeur p !

lass="tebrare/>

<...&url=&via=enedition.osay class="gotwitder butt t-appePD <...&tle="Jadass="naracebook butt t-appePD <...&tle="Jadass="nagoogle butt t-appePD ! ipv> iv id="dothortesa">ipv>Naa>butt t! i-[i[if l inIE 9]a i> div> diml">>