Navigation – Plan du site
Dossier. 10 questions de communication

Changement de paradigme de la communication scientifique. Un public critique pour la science commercialisée ?

Change of Paradigm of the scientific Communication. The marketed Science requires a Public Critic?
Martin W. Bauer
Traduction de Brigitte Simonnot
p. 123-144

Résumés

Avec le mécénat privé, la pression augmente pour commercialiser la recherche scientifique et ses résultats. Le modèle des affaires (business model) s’étend au laboratoire et importe sa logique de communication. Cet article explore les risques potentiels pour la communication de la science dans ce contexte changeant. Dans les pratiques de marketing et de relations publiques, l’hyperbole et le sensationnalisme sont des modes opératoires ordinaires. La « fraude innocente » (Galbraith, 2004) et les bullshit (conneries) sont susceptibles de devenir des modes opératoires ordinaires aussi en science, ce qui appelle une vigilance accrue de la part des consommateurs de la connaissance. Cet article souhaite attirer l’attention sur l’augmentation d’une critique publique de la science : les vagues à long terme de la couverture par les médias de masse, les cycles de battage publicitaire et d’attentes déçues, l’augmentation de la littératie scientifique et le déplacement de l’idéologie scientifique par des attitudes sceptiques-utilitaires dans des sociétés high-tech – ou de haute technologie – de la connaissance. Dans ce contexte, le paradigme de la communication scientifique n’est plus de livrer au public une adoption des innovations, mais de permettre d’approfondir l’examen de propositions qui sont faites dans l’objectif de gains privés plutôt que pour le progrès scientifique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte traduit par Brigitte Simonnot (crem, université de Lorraine)

Texte intégral

« Longue vie aux réalisations des Lumières, de la Modernité et de la Globalisation ! Grâce à leurs résultats – l’innovation, la science et la technologie – tous les citoyens de notre cité globale utilisent l’information qui était jadis seulement disponible à l’Ouest et dans les autres nations avancées. Grâce à l’expansion mondiale des idéaux occidentaux de démocratie et de capitalisme, chaque citoyen de notre cité globale a la possibilité d’avoir accès aux services vitaux de la vie moderne. Cependant, il subsiste des controverses auxquelles doit répondre la théorie de la modernité. Les promesses de ces développements sont-elles à la hauteur de leurs attentes ? Ces possibilités sont-elles une réalité pour tous ? Les développements de la science et de la technologie vont-ils de pair avec l’amélioration des conditions de vies humaines et mettent-ils fin aux disparités entre les peuples ? »
(Une jeune femme turque dans un de ses écrits de master, janvier 2006).

  • 1 Une version antérieure de cette contribution est parue en langue anglaise (voir Cheng et al., 2008 (...)

1Je développerai mon argumentation en quatre étapes, en commençant par un court exposé sur le passage du soutien public au mécénat privé en science avec la commercialisation de la recherche scientifique qui en découle1. Je montrerai que cela accentue certains risques pour la communication scientifique : peut-être davantage de fraude, probablement plus de battage médiatique. Cette question oblige à reconnaître l’atout que représente un public critique de la science et de la technologie et qu’il ne s’agit pas d’un problème d’acceptation. L’article conclut par des observations sur la localisation sociale et les tendances des attitudes sceptiques envers la science à travers l’Europe pour rendre cet atout un peu plus tangible.

L’économie de la connaissance et la commercialisation de la science

2Durant les 30 dernières années, une tendance marquante dans les relations science-société est l’augmentation du mécénat privé dans la recherche scientifique. Le mécénat privé de la science n’est pas nouveau sur le plan historique, au contraire c’était probablement la situation normale avant la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, le financement généreux des États a concentré les activités de recherche dans les universités publiques du monde développé et a établi un idéal de la science comme « bien commun », dans la tradition des Lumières du XVIIIe siècle. Cet état de chose s’inverse depuis les années 70. Les chiffres de l’ocde sur la recherche et développement (r&d) rapportent que la r&d industrielle est financée par des sources publiques, privées ou caritatives, ces dernières comprenant des fondations comme Rockfeller (États-Unis) et Welcome Trust (Grande Bretagne). La r&d se fait dans l’industrie, les universités ou les gouvernements. Les deux derniers pourraient être considérés comme « publics », même si le statut des universités devient plus hybride. La plupart du financement en r&d provient maintenant de sources privées et elle est aussi réalisée par des acteurs privés. Les leaders mondiaux sont les États-Unis et le Japon où 63 % et 74 % de la r&d sont financés par l’industrie, et 69 % et 74 % de la r&d se font dans l’industrie. Mais c’est aussi une réalité dans l’Europe des 25 où 55 % de la r&d est financée par l’industrie et 64 % de la r&d s’est faite dans l’industrie en 2002, malgré quelques variations entre les différents pays de l’ue. Toutefois, les choses ont changé. Depuis 1981, le financement public global dans les pays de l’ocde a reculé de 44 % à 29 %, tandis que les fonds privés augmentaient de 52 % à 65 %, et les sources caritatives de 4 % à 7 % en 2000. Ces observations étayent ma première affirmation : la recherche scientifique s’exprime de plus en plus sous mécénat privé. Nombreux sont donc ceux qui parlent de manière convaincante de l’« économie de la connaissance », une économie dominée par une industrie de haute technologie faisant des r&d intensives et un secteur de service employant des personnes très diplômées et créatives dans des laboratoires de recherche privés. Ce qui a été considéré durant la plus grande période post-guerre comme un « bien public », la connaissance valide et universellement accessible sur la nature et la société produite sous « mécénat d’État » (mais largement pour des besoins de sécurité, voir Mirowski, Sent, 2005), devient de plus en plus un « bien privé ». La privatisation pourrait atteindre sa limite maximum. Bien sûr, depuis 2000, la tendance semble ralentir.

3Cependant, le mécénat privé a pour conséquence inévitable la commercialisation de la science. Le modèle managérial envahit la science à la fois privée et publique. On voit déjà apparaître une littérature qui cartographie les conséquences inattendues de cette science Mode II (Nowotny, Scott, Gibbons, 2003). La commercialisation de la science encourage le développement de la production de connaissances mais elle dévie aussi la recherche en faveur de projets à court terme avec des retours sur investissement immédiats, l’innovation et l’amélioration des produits supplantent la curiosité désintéressée. Elle transforme ce qui reste des institutions publiques en des hybrides publics-privés, des universités à la culture des retombées commerciales, et restreint les contributions des acteurs dominants à une littérature ouverte, via une politique du secret pour protéger des brevets potentiels (Tijssen, 2004). Elle exerce des influences corruptrices dans la recherche académique et érode les compétences indépendantes dans des domaines d’intérêt public comme la médecine du travail (Krimsky, 2003 ; Greenberg, 2007). Mais la plupart de ces observations sur la production de connaissance en reste à un stade préliminaire ou de controverse. Ce qui semble ne pas faire l’objet de controverse, et est même considéré comme acquis, c’est l’acceptation universelle du modèle des affaires (business model) pour la communication des idées. Certains suggèrent même que les écoles de commerce sont un modèle de production et de marketing des idées (Woolgar, 2004) : « La connaissance est co-construite » dans l’acte de marketing et de réseautage ; et la seule règle de conduite est « profit = les revenus dépassent les coûts » à la fin de la journée. J’aimerais explorer quelques conséquences indésirables qu’il y aurait à normaliser cette logique de marketing et de relations publiques dans le domaine de la science.

Conséquence : le marketing de la connaissance

4Nous pourrions poser la question suivante : la commercialisation de la recherche scientifique a-t-elle des conséquences sur la communication scientifique ? Les aspirateurs, les meubles, les tapis, les voitures, les pâtes dentifrices, les poudres à laver et les parfums sont des produits de consommation très différents mais ont ceci en commun : tous ces biens de consommation sont sujets à la logique puissante du marketing de consommation, une expertise professionnelle fabriquée pour l’essentiel durant le XXe siècle. La logique du marketing de biens envers des groupes-cibles, comprenant la publicité et les relations publiques, s’étend à la connaissance et aux idées, au domaine de la science. Cela crée de nouveaux enjeux pour la communication scientifique.

5Les affiches récentes de la campagne de DuPont, une multinationale en biochimie, sous le titre commercial : Le miracle de la science offre un exemple de cette tendance vers le marketing de la connaissance. La science n’est pas une toile de fond dans l’ombre des produits, mais elle est à l’avant-garde dans la politique d’image de l’entreprise. Les entreprises nationales et internationales entrent en compétition pour être associées aux pouvoirs « magiques » et aux succès de la science (voir encadré 1). Peu importent les tensions entre magie, mythe, miracle et science, le faiseur d’image ignore la tradition des Lumières pour démystifier la science, et re-mystifie joyeusement le « miracle ».

Encadré 1. Un exemple de publicité de la science commercialisée DuPont en 2006.

« Le miracle de la science : la science en action »

Nourris par la science – nourriture

Structuré par la science – matériaux

Protégé par la science – santé

Enrichi par la science – couleurs

Connecté par la science – communication

(vu à l’aéroport de Genève, août 2006)

6Les économistes considèrent « les atouts et investissements immatériels » et font à la fois référence aux efforts de r&d et à la gestion des marchés. De plus en plus d’expertises et d’efforts sont dépensés à décoder les signaux du marché et à informer et guider la demande de nouveaux produits de la connaissance. D’après le principe de stabilité relative (principle of relative constancy ou prc), les dépenses en publicité suivent de manière étroite le cycle économique, mais se développent plus vite dans les périodes fastes et se contractent plus vite dans les mauvaises périodes. Globalement, elles restent liées à un paramètre relativement constant sur des périodes plus longues (bien qu’il y ait un accroissement plus rapide de la publicité que du pib dans les pays asiatiques, voir Chang, Chan-Olmsted, 2005). Si les affirmations d’une « économie de la connaissance », une économie où l’industrie de haute technologie et les services prennent une place croissante, sont vraies, et si le principe de stabilité relative de la publicité est valide, il s’ensuit que les montants relatifs et absolus dépensés pour la publicité de produits intégrant beaucoup de connaissance augmenteront avec la croissance économique.

7Ces montants croissants des investissements publicitaires iront au marketing des idées et des produits et à la fabrication de l’image des producteurs d’idées. La dépense globale en publicité représente déjà environ la moitié de celle de la r&d. En 2005, les dépenses mondiales en publicité ont été de 385 milliards de dollars, quand les pays de l’ocde ont dépensé environ 650 milliards de livres sterling en r&d. La publicité par tête d’habitant aux États-Unis est déjà environ trois fois celle des pays européens. En Grande-Bretagne, la dépense globale en publicité est de 1,4 % du pib, quand celles en r&d sont juste en dessous de 2 % ; aux États-Unis, 2,4 % du pib va au marketing et 2,8 % à la r&d (ocde, 2004) ; le Japon dépense 1,2 % de son pib en publicité et un peu plus de 3 % à la r&d. La plupart de ces dépenses se déplaceront des produits de masse à ceux de haute technologie et aux services au fur et à mesure que ces secteurs requerront plus de connaissances. Dans les années 80, l’industrie high tech a dépensé entre un dixième et un tiers (par exemple en Italie) de ce qui a été dépensé en r&d pour promouvoir ses produits (voir ocde, 1992 : 114). Même si cette proportion reste la même – et elle est susceptible d’augmenter avec la concurrence –, le montant total dépensé pour la publicité de la connaissance se développera avec l’expansion du secteur de haute technologie. Le battage médiatique autour de l’internet et la bulle boursière de la fin des années 90 ne sont qu’un exemple récent et un avant-goût de ce qui pourrait advenir.

Encadré 2. Tendance dans les activités de communication scientifique.

  • 2 L’expression « fusion nucléaire froide » fait référence à une conférence de presse tenue en 1989 pa (...)

1

Marketing de produits de la connaissance via l’image de marque et la fabrication de mythes ;

2

Répétition de différend entre « fabricants d’outils » et vendeurs ;

3

Professionnalisation et différenciation : journalisme médiatique, relations publiques, experts en dialogue ;

4

Conférences et congrès deviennent des salons professionnels pour sponsors ;

5

Placement de produit par des médecins et des chercheurs (cadeaux et avantages en nature pour les médecins) ;

6

Création d’événements scientifiques : aaas (American Association for the Advancement of Science), Business Associations, festivals des sciences annuels ;

7

Le secret défense est remplacé par le secret d’entreprise (pré-brevetage) ;

8

Nouveaux développements comme gestion d’événement : par exemple, le projet de génome humain ;

9

Relations publiques centralisées dans les institutions scientifiques : « tout le monde fait passer le message » ;

10

Des responsables médias professionnels dans chaque laboratoire de recherche ;

11

Actualités conçues pour la bourse : conflits sur les battages médiatiques entre les relations publiques et le laboratoire ;

12

Conférences de presse-vérité pour court-circuiter les processus de relecture par les pairs : pas seulement « fusion nucléaire froide »2 ;

13

Déclin du journalisme indépendant : information-spectacle et pigistes précaires ;

14

Les rédacteurs scientifiques se reconvertissent dans les relations publiques pour faire des carrières lucratives ;

15

La production des actualités de la science dépend de plus en plus de sources de relations publiques ;

16

Publication sélective : la connaissance reste un « secret privé » tant qu’elle n’est pas brevetée ;

17

La méthodologie devient un « capital privé » plutôt que soumise à la vérification publique ;

18

Les universités mettent en place des responsables de liaison audiovisuels, la haute technologie par Hollywood ;

19

Toujours plus de scandales : fraude = valeur médiatique, « abattant un scientifique au sommet de sa carrière ».

8L’association toujours plus étroite des marchés et de la recherche scientifique est susceptible de conduire à une querelle d’ethos : l’activité scientifique est tournée de manière normative vers des « affirmations de vérité objective », alors que l’entreprenariat et sa logique marketing sont orientés vers l’attention du marché et la performance des retours sur investissement, la « vérité est ce qui rapporte ». L’intellectuel public et l’entrepreneur privé, qui peuvent tous deux être des scientifiques, suivent des logiques différentes. La logique du marché appelle le marketing professionnel, les relations publiques et la gestion de l’image de marque. Cela défie la communication scientifique qui se tourne de plus en plus vers des « relations publiques scientifiques » (Bauer, Bucchi, 2007). Cette observation n’est pas entièrement nouvelle (Nelkin, 1987), mais la transition a atteint une masse critique ces 20 dernières années.

9Pour les spécialistes du marketing des idées, le battage médiatique et le sensationnalisme ne sont pas disqualifiant, comme ils le sont pour les communicants scientifiques traditionnels, mais sont une méthode normale pour promouvoir un produit. L’hyperbole est un trope calculé pour gérer l’attention et les attentes d’un marché ; la construction de relations clients durables est un moyen pour modeler les cœurs et les esprits du public, et apporter sous condition de nouvelles idées à diffuser en contexte de compétition globale (certains scientifiques inventent là une sociologie des attentes, voir Brown, Michael, 2002).

  • 3 Bullshit correspond à « fadaises » ou « conneries » en français.

10Récemment, j’ai parcouru de courts pamphlets, dont j’ai rendu la lecture obligatoire pour mes étudiants. Ils explorent certaines implications de l’extension de la logique de marché à tout ce qui existe sous le soleil. Leurs titres parlent d’eux-mêmes : Fraude innocente et On Bullshit3. Ces pamphlets pointent les risques potentiels qui pèsent sur la communication scientifique.

Risque 1 : Fraude innocente

11Le dernier coup de plume de Kenneth Galbraith (2004), économiste américain et commentateur des affaires publiques, est paru sous le titre Fraude innocente. Kenneth Galbraith est mal à l’aise par rapport au fait que le pouvoir de l’entreprise soit devenu dominant et politiquement incontrôlable, ce qui se manifeste à travers un jargon journalistique orwellien (par exemple du « capitalisme » au « système de marché ») et l’érosion de la force critique du langage. Cette tendance conduit à une perte de clarté et de contrôle public sur ce qui constitue la « fraude » dans un climat qui encense la poursuite des intérêts propres sur tout le reste. Sans frontières morales, la fraude d’entreprise est « innocente », ne peut être prise en considération et l’impunité règne. La seule responsabilité des spécialistes du marketing est envers eux-mêmes, tant que les intérêts des détenteurs d’actions et les investissements en bourse se font à court terme. Kenneth Galbraith ne pensait pas à la recherche scientifique en faisant ces observations, il pensait plus probablement à la comptabilité créative d’enron et à d’autres scandales récents du super-capitalisme (high octane capitalism). Mais, certaines fraudes scientifiques récentes semblent suggérer la même dynamique. L’influence pernicieuse des intérêts commerciaux saperait-elle l’intégrité de la recherche scientifique ? Cependant, on dispose de peu de preuves d’un accroissement de la fraude dans la recherche scientifique au-delà de quelques cas bien en vue qui pourraient exagérer le problème (voir Nature Biotechnology, 24, 7, July 2006 : 745). La collecte de statistiques fiables est compliquée par le problème de la définition des fautes professionnelles (impostures, rétention de données, plagiat, dissimulations méthodologiques, fragmentation de la recherche en des unités les plus petites pour être publiées, etc.) et la tendance des institutions à éviter des investigations complexes (voir Nature, 445, 25/01/07 : 40). Mais, dans une étude sur les chercheurs de l’Institut national de Santé des États-Unis (nih), un sur six a reconnu avoir changé le modèle de la recherche ou la méthodologie des résultats pour répondre à la pression de leur source de financement (ibid. : 245). La fraude scientifique est rare, probablement insuffisamment signalée, et une plus grande part de celle-ci prévaut dans les sciences biomédicales à cause des forts enjeux liés à l’argent privé, aux espoirs du public et à la gloire.

Risque 2 : Plus de conneries

12Le second pamphlet qui a retenu mon attention est l’œuvre d’Harry Frankfurt (2005), un philosophe moral, sous le titre « On bullshit (À propos de conneries) ». « Bullshit » est un mot anglais plutôt grossier que l’auteur utilise de manière délibérée pour souligner un problème sérieux. Le texte est la réimpression d’une conférence donnée à une société étudiante remontant à 1986, mais dont l’actualité résonne de manière plus claire dans l’air du temps présent. C’est un exemple de ce que les spécialistes de scientométrie nomment « la Belle au bois dormant » : aucun impact au moment de sa publication, impact énorme des années plus tard. Son argumentation distingue les « conneries » du « mensonge » sur la base du souci de vérité. L’acte de mentir, moralement douteux, reste lié de façon inextricable à la « vérité » que le menteur cherche à cacher à son interlocuteur, soit pour de bonnes raisons comme dans le cas d’un « mensonge pieux » ou pour de mauvaises raisons intéressées. Le menteur déforme la vérité consciemment. Au contraire, le « bullshiter » ignore la valeur de la vérité, ne se préoccupe pas de vérité parce qu’il ne s’en est jamais préoccupé ou ne s’en préoccupe plus. Le bullshiter est cynique au point qu’il ou elle a abandonné toute croyance en la vérité en tant qu’idée sociale régulatrice. Ainsi Harry Frankfurt distingue-t-il le mensonge des bullshit de la sorte : « Le motif qui les guide et les commande [les bullshit] est indifférent au degré de vérité des choses dont il parle » (ibid. : 55). Il identifie alors les tendances sociales qui favorisent le fait de dire des conneries dans nos sociétés modernes : la multiplication des situations qui obligent les personnes à parler de sujets qui dépassent leurs connaissances, par exemple en politique ou en communication professionnelle. Le besoin d’avoir un avis sur tout, l’inflation des prétentions à connaître, engendre des formes de vague scepticisme qui sape ce qui reste de croyance en une « réalité objective ». De plus, l’évaluation du discours public se déplace d’un idéal d’« exactitude » à celui de l’« authenticité » : peu importe qu’une affirmation soit vraie, à partir du moment où elle est crue sincère.

Encadré 3. Conflits d’intérêt entre la recherche et les relations publiques.

  • 4 L’expression slapp ou « Poursuites stratégiques contre la mobilisation publique », désigne des disp (...)

Le dénonciateur perd son travail

Le dénonciateur perd son travail en mettant au pied du mur le responsable de communication de l’entreprise. Andrew Millar était un scientifique faisant des tests comparatifs de laboratoires, travaillant au British Biotech, puis pour une société relativement nouvelle dans le domaine des biotechnologies. Millar témoigna publiquement et donc aux détenteurs d’actions du fait qu’une gamme particulière de recherche médicamenteuse de son entreprise avait peu de chance d’aboutir. Il fut licencié et décrit comme « mal informé et irresponsable », poursuivi en justice pour révélation d’information confidentielle et diffamation publique. Plus tard, le British Biotech a perdu le procès en justice et dut payer 500,000 £ de dommages et intérêts (Guardian, 19/06/99 : 26).

La centralisation de la communication

Le recteur de l’université d’Hambourg a décrété que tous les communiqués publics sur la politique scientifique émanant de l’université devraient passer par le responsable médias pour éviter de semer la confusion dans le public. Certains scientifiques, et ceux en science politique n’étaient pas les derniers, ont considéré que cette politique contrevenait au principe de libre parole dans et à l’extérieur de l’université (FAZ, 10/05/07, 108 : 10).

Les gens préfèrent-ils le maïs génétiquement modifié ?

C’est clairement une question ouverte. Un essai consommateur a mis à la disposition d’un magasin agricole à la fois des semences conventionnelles et des semences génétiquement modifiées. Les consommateurs ont préféré la version génétiquement modifiée, la variété étant à 50 % plus susceptible d’être choisie (Powell et al., 2003). Une fois cet article publié, une controverse est née sur les conditions de l’expérimentation : les deux variétés de semence étaient apparemment étiquetées de manière à déterminer les résultats expérimentaux en mettant en avant une caractéristique de la demande. L’étiquette du maïs conventionnel portait apparemment la mention « mangeriez-vous du maïs infesté de vers ? » alors que la variété génétiquement modifiée portait la mention « Provient d’une production de maïs de qualité » (suivie d’une liste de produits chimiques). Cette information sur l’étiquette du produit a été omise dans l’article et n’est ressortie qu’après coup à partir de déclarations de témoins. Les appels ultérieurs, par exemple de l’association du terroir britannique et du professeur Jennings, un chercheur en éthique de l’université de Cambridge, de retirer l’article ont été rejetés mais ont été mis en débat dans la revue qui avait publié l’article d’origine. La controverse continue (voir New Scientist, 27/05/06 ; Private Eye 28/09/07). Les activistes des semences génétiquement modifiées font apparemment face aux menaces d’une action slapp (Strategic Law Suit Against Public Participation)4 [voir la photo alléguée des étiquettes dans le magasin où l’expérimentation a eu lieu sur le site http://www.gmwatch.org].

Les textes élusifs sur de cellules souches du Professor Wang Woo-Suk

Considérons le cas du chercheur coréen sur les cellules souches, Wang Woo-Suk, dont deux articles « révolutionnaires » dans Science ont été retirés au début de l’année 2000 quand il est devenu évident que ces données « révolutionnaires » avaient été fabriquées. S’agit-il d’un cas isolé de défaillance individuelle ? Ou bien y a-t-il une pression systématique à prendre le risque de falsifier les données parce que les gains sont très élevés alors que la probabilité que cela soit détecté est faible ? N’y a-t-il pas de pressions de la compétition nationale et internationale pour réussir à tout prix et justifier les ressources investies ? L’échec n’est plus une rectification (corrective). Le système de la recherche moderne ces derniers temps intensifie la compétition, la concentration des efforts de publication sur quelques revues majeures, et des attentes sociales de résultats qui pourraient encourager de telles méconduites (Kim, 2007 ; Franzen, Roedder, Weingart, 2007 ; Greenberg, 2007). Sheldon Krimsky (2003) avance que la recherche biomédicale est particulièrement sujette à « corruption », alors qu’elle fait face à un conflit d’intérêts entre public et privé, du fait de l’érosion d’une expertise publique indépendante.

13La production de la connaissance privatisée va nécessiter un marketing professionnel, et cela change déjà globalement la manière dont la science est communiquée au public. Il est difficile d’ignorer les premiers signes d’une telle orientation. L’encadré 2 présente la palette d’activités qui transforment la science en événements et affichages publics, qui vont au-delà de l’activité traditionnelle d’écriture scientifique. Si l’on ne peut prouver de manière concluante le fait que la fraude est une conséquence de la commercialisation, le risque de voir de plus en plus de « conneries » est plus susceptible d’être patent.

14C’est une tendance lente et difficile à détecter. Le mécénat public de la science favorise la « re-féodalisation » (Habermas, 1962) du public de la science : la « représentation » et le spectacle dans l’arène plutôt que l’argumentation au forum, des empires globaux plutôt que des républiques scientifiques. Cela affectera l’information scientifique par accumulation de petits déplacements de l’activité et de l’ethos, de manière lente mais décisive. Nous avons besoin, c’est urgent, d’un certain niveau de vigilance et de débat publics. Comment le public pourrait-il développer un dialogue critique quand l’information scientifique penche lourdement vers la publicité, les relations publiques stratégiques et la propagande au service d’intérêts privés ? Où pouvons-nous trouver les vestiges d’un public sceptique afin d’alimenter la vigilance nécessaire pour relever le défi de la fraude et des remèdes de charlatan de haute technologie ? La source du charlatanisme n’est plus extérieure à la science, c’est la super-science (high octane) elle-même.

La localisation sociale des « attitudes critiques »

15Dans la citation tirée de la dissertation d’une étudiante que j’ai mentionnée au début de ce texte, je vois des éléments prometteurs d’une attitude nécessaire pour faire face aux tendances et aux risques décrits plus haut. De tels développements de la modernité sont-ils à la hauteur des attentes ?, demande cette jeune femme de Turquie. Le fait que la science et la technologie apportent de manière automatique le bien commun de la société n’est plus tenu pour acquis. Le modernisme assimile la science et la technologie au « Progrès » dans le monde. Cela engendre un messianisme qui attend que la science et la technologie apportent des solutions à tous les problèmes. La famine, la misère, l’inégalité, la guerre et la paix, le confit moral, tous les démons du monde seront éradiqués grâce au déploiement non contraint de la science par la production de nourriture, la productivité créatrice de revenus, la redistribution et la consommation, les technologies de communication, et même la reconnaissance de l’évolution des fondements de la moralité et de l’éthique. Selon ce point de vue, la science découvre les lois de la nature, la technologie les applique à des fins pratiques, et les sciences sociales assurent que ces solutions sont acceptées et remplacent les anciennes. Difficile de déterminer si le « modèle linéaire » a jamais été une description valide ou juste une bonne rhétorique de l’opportunisme politique (Krige, 2005). La science moderne est entourée d’infrastructures techniques, il n’y a pas de physique atomique sans installations de super accélérateurs de particules, pas d’astronomie sans télescopes de haute technologie, pas de génie génétique sans microscopes, pas de nanotechnologies sans laser, pas de recherche sur le cerveau sans techniques de visualisations à résonnance magnétique, et probablement aucune de ces recherches sans supercalculateurs. La science et la technologie sont intimement liées à leurs frontières, ce que désigne le terme « techno-science ». L’emprise technologique sur le monde est hégémonique. La globalisation de la technologie est déjà réalisée. Il reste peu d’endroits au monde sans électricité, téléphone ou automobiles. Ces réalisations se font manifestement à vaste échelle. Mais il reste la question de l’étudiante : est-ce que tout cela est à la hauteur des attentes ? Après avoir connu le succès seulement pour des paris inopérants en marge du modernisme (Touraine, 1995 ; Sieferle, 1984), l’équation « science + technologie = progrès » est à présent devenue suspecte. La science et la technologie ne produisent plus automatiquement un progrès sociétal. Plusieurs modèles se sont développés depuis les années 70 pour évaluer si les réalisations scientifiques constituent un « réel » progrès. Chacun est associé à des acteurs sociaux et à des mouvements sociaux qui étayent les doutes, résistent aux développements, posent des questions brûlantes et mettent la science et la technologie sous le regard scrutateur du public. Qu’on les considère de manière individuelle ou combinée, ils mettent en question l’autonomie de la science : la science comme les autres activités sociales est responsable de ses conséquences. Les associations de consommateurs mettent la sécurité des produits à l’ordre du jour. Les mouvements écologistes remettent au centre des préoccupations la vieille idée de conservation et engagent chacun à s’investir dans le développement durable. Les mots impartialité et équité sont écrits sur les bannières de l’antiglobalisation et de l’activisme mondial. Les religions traditionnelles reposent les questions de la dignité humaine, de la moralité et de l’éthique. La « Kulturkritik » philosophique renouvelle l’allégation de réification de la nature, des autres et de soi. Et, finalement, les économistes concluent que « la science est trop importante pour être laissée aux scientifiques ». Bon gré mal gré, ces modèles ont accéléré le mécénat privé et il en sera de même dans le futur. La perte d’autonomie dans les pratiques scientifiques est à la fois le problème et une partie de la solution. Elles forment une boucle de renforcement mutuel : les publics critiques demande une science responsable ; cela défie l’autonomie de la science, sape le mécénat public et renforce le mécénat privé et la commercialisation de la communication scientifique, qui en retour nécessite une vigilance publique accrue pour compenser les risques de fraude et de « conneries ».

Variations historiques dans les attitudes publiques

16En Grande-Bretagne, nos recherches sur les tendances à long terme dans la communication scientifique (et aussi celles de collègues en Bulgarie et en Italie) montrent que l’on peut prendre les rapports scientifiques annuels comme des indices du changement du discours public sur la science et la technologie. Nous avons observé entre 1946 et 1992 des variations dans l’intensité de la couverture scientifique et de son éclairage. L’intensité du débat public sur la science a atteint un pic au début des années 60 en Grande-Bretagne et probablement ailleurs, elle a décliné dans les années 70 pour atteindre un nouveau pic depuis ; et ce fut le cas pour la presse des élites aussi bien que la presse populaire, même si le cycle est plus clair pour la première (Bauer et al., 2006 ; Bucchi, Mazzolini, 2007).

Figure 1. L’évaluation de la science par la presse en Grande-Bretagne, 1946-1992.

Figure 1. L’évaluation de la science par la presse en Grande-Bretagne, 1946-1992.

La figure montre les fluctuations des moyennes annuelles et l’intervalle de confiance. Le discours de chaque article de presse est coté sur une échelle à 5 points allant de « promesse absolue » à « inquiétudes sérieuses » (n =6083, la source des données est Bauer et al, 1985).

17L’évaluation de la science dans le débat public est liée à un cycle d’intensité (non montré ici) : la couverture scientifique a augmenté depuis 1962, puis décliné au milieu des années 70, et s’est complètement redressée dans les années 80 et 90. Selon la manière dont on pondère l’intensité absolue par rapport à l’espace journalistique qui a considérablement augmenté depuis les années 1950, le pic de 1962 se reproduit ou non dans les années 90, mais les phases subsistent (Bauer et al., 2006). La figure 1 montre l’« évaluation » de la science dans la presse britannique. La ligne des moyennes mobiles montre deux phases de quelque chose qui ressemble à un cycle irrégulier : plus de couverture négative dans les années 50, retour à une couverture positive à la fin des années 50 et dans les années 60, à nouveau davantage de couverture négative dans les années 70 jusqu’au début des années 80 (avec des hauts et des bas dans les années 70). La couverture positive revient dans les années 80 pour atteindre à nouveau les niveaux de 1946 (les données ne vont que jusqu’en 1992, pour des questions de financement). Le climat critique de la science dans la sémiosphère que les médias de masse ont créé autour de nous varie de manière claire, et ce devrait être une invitation à réfléchir à ce qui fabrique ou rompt ce changement dans la médiation mass-médiatique.

Attitudes publiques et cycle de vie de nouvelles idées

18John B. S. Haldane (1925 : 49), un biologiste britannique éminent de l’entre-deux guerres, a suggéré ce à quoi il a été fait largement écho dans des discussions récentes et que l’on pourrait appeler le « Principe de Haldane » : « L’invention biologique a tendance à cette époque à être d’abord considérée comme une perversion, et finit dans un rituel soutenu par des croyances et des préjudices non questionnés ». John B. S. Haldane voit un cycle naturel dans les controverses publiques sur les innovations biologiques : ce qui commence par un tollé initial de dégoût, de répulsion, finit par du sens commun tenu pour acquis, on ne pose plus de questions.

Figure 2. Les biotechnologies et le public britannique 1973-2002.

Figure 2. Les biotechnologies et le public britannique 1973-2002.

Ce graphique montre l’émergence puis la chute dans la saillance, le cycle d’évaluation dans la presse, et l’optimisme changeant du public à propos des biotechnologies dans les études d’opinion. La saillance est indexée jusqu’à 100 en 1999, où ont été publiés 1666 articles sur les biotechnologies dans un seul journal de qualité (échelle de gauche). L’index de l’évaluation montre la déviation à partir d’une moyenne légèrement positive à long terme : les figures du bas indiquent des évaluations plus négatives, les figures positives indiques des évaluations plus positives que la moyenne (échelle de droit : moyenne = 0 ; écart type = 1). Les barres noires donne le pourcentage de répondants britanniques qui déclarent des attentes optimistes à propose des biotechnologies quand ils ont été interrogés en 1978, 1991, 1993, 1996, 1999, 2002 et 2005 (échelle de gauche). Ces graphiques sont mis à jour d’après Bauer (2007).

19Nos recherches sur la biotechnologie et l’opinion et les débats publics cadrent mal avec un tel modèle. La figure 2 montre trois ensembles de données sur l’opinion publique en Grande-Bretagne depuis le début des années 70 : l’intensité de la couverture atteint des pics en 1999 avec plus de 1600 références à la « biotechnologie » dans un seul média d’information. L’évaluation de la biotechnologie fait l’objet d’un battage médiatique initial au début des années 80. Le ton s’est calmé dans les années 90. Il est devenu intermittent après les années décisives de 1996/1997 avec les controverses sur le maïs et les aliments ogm et le clonage des animaux, puis les débats sur les cellules souche. Les réponses aux sondages expriment un optimisme général à propos des biotechnologies (« les biotechnologies amélioreront nos vies dans les prochaines 25 années » comme dans l’Eurobaromètre, voir Bauer, 2007). L’optimisme public a augmenté dans les années 90, puis s’est mis à décliner avec la controverse publique sur les aliments ogm et le clonage humain à la fin des années 90. Ces données suggèrent que, contrairement à un cycle de répulsion initiale suivi par l’acceptation et le tenu pour acquis, de nos jours le battage médiatique initial est suivi par la controverse et des attitudes d’un public plus sérieux (sobering = dégrisé).

Dernière preuve : une culture scientifique mature

20La Communauté européenne a conduit durant des années des études représentatives de la population des états membres sur la compréhension publique de la science. Ces études ont interrogé la population adulte sur la littératie scientifique, leur intérêt pour la science et différents éléments exprimant des attitudes envers la science. Par exemple, l’élément « la science et la technologie peuvent régler tous les problèmes », vis-à-vis desquels les répondants disent être d’accord ou pas d’accord, est un bon indicateur d’une attitude qui investit la science de confiance et du pouvoir de résoudre les problèmes du monde. En janvier 2005, on a interrogé 500 personnes dans 32 pays d’Europe (y compris la Turquie) et les résultats montrent de grandes variations sur l’accord ou non avec cette proposition. En Turquie, 12 % des répondants et 31 % en Italie ne sont pas d’accord avec cette proposition sur la science, alors qu’en Suède, en Suisse et aux Pays-Bas, le désaccord atteint 80 %. Le désaccord est considéré comme l’expression d’une « attitude sceptique ». En combinant diverses affirmations sur la science, j’ai créé un indice de l’ « idéologie scientifique » qui suit une distribution normale : l’omnipotence de la science, le contrôle des efforts de bord, la mise à disposition d’une image mondiale totale, et le rejet de toute contrainte (voir annexe). Ces propositions ne sont rien d’autre qu’un mythe moderniste de la science (Ziman, 1995), une vision confiante du monde qui concède à la science un statut épistémique et moral privilégié, soumis à aucune contrainte en dehors d’elle-même. La plupart des enquêtes sur la manière dont le public appréhende la science sont conçues pour dépeindre leur littératie scientifique et faire la démonstration que la connaissance est sujette à des attitudes positives. Cela en vient à être connu comme le « modèle de déficit » de la compréhension publique de la science : plus vous en savez à propos de la science, plus vous l’aimez. Cependant, notre analyse montre que l’histoire réelle est différente, un beau cas de falsification d’une croyance largement répandue. Tout aussi expertes et intéressées, les femmes ont tendance à être plus sceptiques que les hommes ; c’est aussi généralement le cas de la population plus instruite et plus âgée. Ceux qui sont très intéressé par la science tendent à être moins sceptiques. Mais curieusement et cela semble contradictoire : les gens qui voient le rôle de la science dans l’économie, dans le développement des innovations technologiques pour développer l’industrie et dans l’amélioration de l’environnement, sont plus sceptiques sur les tenants idéologiques de la science.

Figure 3. Idéologie scientifique et pertinence sociétale de la science.

Figure 3. Idéologie scientifique et pertinence sociétale de la science.

Ces figures retracent les valeurs pour 32 pays européens en deux dimensions. L’axe Y montre le score moyen pour « idéologie scientifique », la croyance exprimée dans le mythe scientifique moderne. L’axe des X montre le désaccord moyen sur plusieurs questions comme « la science et la technologie ne jouent pas un rôle important dans le développement industriel ». La flèche indique la position de la France.

21Suivre les croyances idéologiques et la perception de la pertinence sociétale de la science nous permet de dresser différents profils de « cultures scientifiques » dans les pays européens (au moins en termes d’ébauche) en sceptiques qui sont critiques sur les comptes-rendus (comme les Suisses et les Luxembourgeois) ; ceux qui voient la science essentiellement sous un jour mystique, bien loin des problèmes du monde réel (comme les Turcs et, à un certain point, les Italiens) ; ceux pour qui la science est très pertinente mais aussi mystifiée par des affirmations idéologiques (les Macédoniens ou les habitants de Malte). Et finalement ceux qui voient principalement la science comme une utilité démystifiée (comme les Danois). Ces corrélations montrent que différents types d’attitudes, idéologiques et utilitaires, se combinent en modèles culturels qui méritent un examen plus approfondi.

22Troisièmement, nous devons considérer les attitudes du public comme partie du « climat d’opinion général » de la culture scientifique d’un pays. Les demandes de brevets et les publications scientifiques sont des indicateurs de la productivité scientifique des pays. Les données montrent que la littératie scientifique augmente avec la productivité scientifique d’un pays. Plus un pays produit de brevets (en logarithmes), plus élevée aussi est sa littératie scientifique. La corrélation en Europe est élevée (r = 0.75 ; n =32). Toutefois, la croyance en l’idéologie scientifique décroît avec une connaissance plus élevée et une productivité scientifique plus forte. Les répondants dans les pays qui sont scientifiquement les plus productifs prennent leur distance avec l’idée selon laquelle « la science résout tous les problèmes du monde » ou « la science produira un jour une image complète de la nature et du cosmos ». La corrélation entre cette croyance et la productivité scientifique est clairement négative (r = - 0.82 ; n =32).

Figure 4. Relations entre niveau agrégé de littératie et association de la littératie individuelle et idéologie scientifique.

Figure 4. Relations entre niveau agrégé de littératie et association de la littératie individuelle et idéologie scientifique.

L’axe des X montre le niveau agrégé de littératie, l’axe des Y montre la corrélation entre littératie individuelle et idéologie scientifique. La littératie est mesurée sur la base de tests de 13 questions (source : Eurobaromètre 63.1 2005). La flèche indique la position de la France.

23L’analyse montre que, dans la plupart des pays, la littératie et l’idéologie scientifique sont corrélées de manière négative, et plus la littératie et la productivité scientifique sont élevées, plus les citoyens les plus susceptibles d’être instruits rejettent l’idéologie scientifique (voir figure 4). Il n’existe des corrélations positives entre littératie, connaissance et idéologie que pour un petit nombre de pays en bas de l’échelle. Dans tous les autres contextes, cette relation est négative et plus elle est négative, plus la société est devenue lettrée en sciences. Le concept de déficit de la compréhension de la science par le public est falsifié : plus nous connaissons la science, moins nous l’aimons (au moins dans les termes de l’idéologie moderniste). Une littératie scientifique plus élevée et une atmosphère sceptique vont de pair avec une productivité scientifique plus forte (une observation qui, notons-le bien, n’est qu’une association. Toute affirmation causale nécessiterait plus ample analyse). Mon analyse suggère qu’une culture scientifique très productive se débarrasse de certains tenants idéologiques de la science. La coexistence d’un scepticisme du public et d’une recherche productive n’est pas seulement hautement souhaitable, c’est déjà une réalité à certains endroits. Et c’est un fait que nous devons considérer comme un atout et ne pas déplorer comme une insuffisance. Une opinion publique critique ne souffre pas d’une « insuffisance de littératie ou d’appréciation » ; un public critique n’est pas un problème d’acceptation mais un atout, dont la valeur reste à déterminer. Ces observations sur la connaissance, l’intérêt et les attitudes ont des implications sur le concept de « culture scientifique ». Nous devons prendre en compte le changement des relations empiriques entre ces variables, et dépasser une hypothèse normative comme celle du modèle déficitaire de la compréhension de la science par le public. Il semble que la culture scientifique récente pourrait bien être un ensemble complexe de connaissance élevée, d’attitudes sceptiques et d’intérêt modéré (Shukla, Bauer, 2007), et ceci fait partie intégrante d’une société qui produit des connaissances.

Conclusion

24J’ai développé l’argumentation selon laquelle la communication scientifique fait face à de nouveaux défis qui émergent avec la commercialisation de la recherche sous mécénat privé. Cette tendance éloigne de l’écriture et du journalisme scientifique pour se diriger vers des actions de relations publiques pour la science. L’information journalistique sur la science se transforme de plus en plus en fabrication d’événements publics pour la science. Cela comporte des risques spécifiques de communication : la fraude et les bullshit (conneries) dans la communication au public. Si l’impact sur les mauvaises pratiques scientifiques n’est pas concluant, la prolifération du battage publicitaire et des « conneries » dans la communication de la science est évidente et nous désole donc tous ici. Dans ce contexte changeant, il est très souhaitable que le public soit sceptique. C’est toutefois contraire à la mission traditionnelle de la communication scientifique qui est de développer la littératie du public, de donner une image positive de la science et de faire accepter au public les nouvelles technologies. Mais un public sceptique est nécessaire pour compenser la prolifération d’affirmations exagérées, de battage médiatique et de « conneries » sur les idées et produits de haute technologie, et cet objectif traditionnel semble dépassé. La société de la connaissance a besoin d’un public à l’attitude critique, comme la société de consommation a besoin de consommateurs ayant une conscience de consommateur. Une telle attitude est nécessaire mais non suffisante pour accroître la vigilance. Elle a besoin d’être cultivée, entretenue, mobilisée, investie, amplifiée et entendue par des acteurs sociaux compétents. Les divers mouvements sociaux qui mettent en place des tests d’évaluation du progrès sociétal ont ici un rôle éminent à jouer. Les attitudes sceptiques envers la science sont plus probables parmi les femmes lettrées, les plus âgés, et les plus savants en général, alors qu’un intérêt fort pour les actualités de la science et de la technologie « immunise » contre un scepticisme sain.

25J’ai démontré que les attitudes envers la science ne sont pas une constante historique et qu’elles ne suivent pas des « cycles naturels » allant d’un dégoût initial à une acceptation ultérieure. La réalité des dernières tendances en matière d’informations journalistiques est plutôt celle d’un battage médiatique initial qui laisse place à une évaluation plus pondérée. Le refus des tenants d’une idéologie moderniste de la science varie à travers l’Europe, mais en fonction du développement économique, de la littératie et de la productivité scientifique. En suivant un continuum des niveaux de littératie scientifique, l’association entre connaissance élevée et attitudes sceptiques est de plus en plus négative. L’idée selon laquelle « plus vous en savez, plus vous l’aimez » n’est plus valide. Dans les contextes très productifs scientifiquement, la familiarité pourrait bien nourrir le mépris, ou au moins le mécontentement. Les attitudes sceptiques envers la science vont de pair avec une évaluation utilitaire de son importance pour la société. Une culture scientifique mature est un mélange de haute littératie, d’attitudes sceptiques mais utilitaires et d’intérêt modéré. On peut caractériser les différentes cultures de la science en Europe selon des modèles d’attitudes variées. Un public sceptique qui n’est pas impressionné par les nouveaux affichages de la science est une nécessité pour des sociétés de la connaissance. Un public sceptique est après tout une attitude scientifique démocratisée, l’ethos d’un scepticisme organisé acquis par un public lettré (Merton, 1973). Les attitudes d’un public sceptique contrebalancent les pressions de la vie sociale envers une conformité et une soumission à l’autorité, incluant celle du fait technologique accompli (Bauer, 2008). La connaissance scientifique semble différente de la pâte dentifrice, des parfums et des poudres à laver. Par conséquent pour tout le monde, les intentions et les objectifs de la communication de la science au public ne devrait pas, mais suit malgré tout effectivement la même logique que celle du marketing de la poudre à laver et de l’image de marque. En cultivant les débats publics qui sont très développés en matière de science, mais aussi très sceptiques vis-à-vis des affirmations hyperboliques d’un marketing professionnel de la science, nous pourrions en finir avec le type de science et de technologie qui est universellement souhaitable : un « bien commun » qui soit sain, justement distribué, moralement salubre, empreint de dignité, et durable sur le plan environnemental. Toutefois, sur le chemin de ce monde souhaitable de vieux bon sens, nous devons faire face à des dilemmes et à des controverses. La communauté des communicants scientifiques pourrait reconnaître là sa nouvelle mission : donner à l’opinion publique l’opportunité de reconnaître les affirmations exagérées du marketing privé de la connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Bauer M., 1991, « Resistance to change. A monitor of new technology », Systems Practice, 4, 3, pp. 181-196.

— ed., 1995, Resistance to new technology. Nuclear power, information technology, biotechnology, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2002, » Arenas, platforms and the biotechnology movement », Science Communication, 24, pp. 144-161.

— 2007a, « Le fait accompli et son influence sociale », Diogène (unesco), 217, January, pp. 79-101.

— 2007b, « The public career of "genes". Trends in public sentiment from 1946 to 2002 », New Genetics and Society, 26, 1, pp. 29-46.

Bauer M. W., Bucchi M., 2007, eds, Journalism, Science and Society : Science Communication between news and public relations, London, Routledge.

Bauer M. W., Gaskell G., eds, 2002, Biotechnology. The making of a global controversy, Cambridge, cup.

Bauer M. W., Petkova K., Boyadjieva P., Gornev G., 2006, « Long-term trends in the representations of science across the iron curtain : Britain and Bulgaria, 1946-1995 », Social Studies of Science, 36, 1, pp. 97-129.

Brown N., Michael M., 2002, A sociology of expectations : retrospecting prospects and prospecting retrospects. Accès : http://www.york.ac.uk/org/satsu/OnLinePapers/NB/Brown,%20N.PDF. Consulté le 08/10/07.

Bucchi M., Mazzolini R. G., 2007, « Big science, little news : science coverage in the Italian Daily press, 1946-2007 », pp. 7-24, in : Bauer M. W., Bucchi M., eds, Journalism, Science & Society : science communication between news and public relations, London, Routledge.

Chang B. H., Chan-Olmsted S. M., 2005, « Relative constancy of advertising spending. A cross-national examination of advertising expenditure and their determinants », Gazette : the international journals for communication Studies, 67, 4, pp. 339-357.

Cheng D. H., Laessens M., Gascoigne T., Metcalfe J., Schiele B., Shunke Shi B., eds, 2008, Communicating Science in Context. New models, new practices, Berlin, Springer.

Europeans, Science and Technology, 2005, « Eurobarometer report 63.1 », Brussels, dg Research.

Franzen M., Roedder S., Weingart P., 2007, « Fraud : causes and culprits as perceived by science and the media », embo Reports, 8, 1, pp. 3-7.

Greenberg D. S., 2007, Science for Sale. The perils, rewards and delusions of campus capitalism, Chicago, ucp.

Habermas J., 1962, Strukturwandel der Oeffentlichkeit, Frankfurt, Suhrkamp, 1990.

Haldane J. B.S., 1925, Daedalus or Science and the Future, London, Kegan & Co.

Kim D., 2007, A study of Korea’s Response to the Prospect of Stem Cell Technology : with reference to Hwang’s Scandal, Unpublished Graduate Thesis, Yonsei University, Department of Sociology, July.

Krige J., 2005, « Critical reflections on the science-technology relationship », Transactions of the Newcomen Society, 76, pp. 259-269.

Krimsky S., 2003, Science in the Private Interest. How the lure of profits corrupted biomedical research ?, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

Merton R. K., 1973, The sociology of science. Theoretical and empirical investigations, Chicago, cup.

Mirowski P., Sent E. M., 2005, The commercialization of science, and the response of sts, Cambridge, mit Press.

Nelkin D., 1987, Selling science : how the press covers science and technology, New York, W. H. Freeman.

Nowotny H., Scott P., Gibbons M., 2003, « Mode 2 revisited », Minerva, 41, pp. 179-194.

ocde, 1992, « Technology and the economy. The key relationships », Paris, ocde.

Powell D. A., Blaine K., Morris S., Wilson J., 2003, « Agronomic and consumer considerations for Bt and conventional sweet-corn », British Food Journal, 105 (10), pp. 700-713.

Shukla R., 2005, « India Science Report, » Delhi, ncaer & Ministry for Science and Technology.

Shukla R., Bauer M. W., 2007, The Science Culture Index (sci). Construction, validation and benchmarking across Europe and India, London and Delhi, lse & ncaer.

Sieferle R. P., 1984, Fortschittsfeinde . Opposition gegen Technik und Industrie von der Romantik bis zur Gegenwart, Munchen, C. H. Beck.

Tijssen R. J. W., 2004, « Is the commercialisation of scientific research affecting the production of public konwledege ? », Research Policy, 33, pp. 709-733.

Touraine A., 1995, « The crisis of "Progress" », pp. 45-56, in : Bauer M., 1995, ed., Resistance to new technology. Nuclear power, information technology, biotechnology, Cambridge, Cambridge University Press.

Woolgar S., 2004, « Marketing ideas », Economy and Society, 33, 4, pp. 448-462.

Ziman J., 1995, Of One Mind : the collectivisation of science, Washington, American Institute of Physics.

Haut de page

Annexe

Eurobaromètre : un instrument d’enquête de l’Union européenne (ue), qui a mené en janvier 2005 une étude représentative des perceptions de la science par le public dans tous les pays d’Europe et les pays candidats à entrer dans l’ue, y compris la Turquie (N =32 000). L’auteur a présidé le groupe d’experts qui a conçu cet outil en 2004.

Brevets triad par million de population : les brevets enregistrés en 2000 aux États-Unis (uspto), en Europe (epo) et au Japon (jpo). Les brevets entretiennent un lien étroit avec l’innovation même s’il n’est pas parfait (toutefois, certains brevets n’ont aucune utilité, beaucoup d’innovations ne sont pas brevetées) [source : base de données de l’ocde, 2004]. Le logarithme naturel (Ln) des brevets triad par million de population est intimement lié au pub par tête d’habitant : r =0,80, ce qui signifie que l’augmentation du nombre de brevets est associé à un retour décroissant dans le pib par habitant. triad est aussi très corrélé avec la production scientifique en termes de publications par million de population, r =0,86.

Niveau de connaissance (K13) : ensembles de questions combinées portant sur des connaissances factuelles qui forment un jeu de test ; sous la forme de questions de type oui/non/ne sais pas. Ils ont été utilisés durant de nombreuses années pour mesurer la littératie dans des enquêtes nationales. 13 éléments dans eb 2005, 9 questions dans Indian 2004 et eu 2005.

Idéologie de la science : un ensemble de questions de type Likert (échelle à 5 points, 1 = d’accord, 5 pas d’accord) utilisant des propositions qui indiquent des éléments d’une vision idéologique de la science, une vision idéaliste et mythique. Les réponses originales à ces questions ont été recodées de telle manière que les scores élevés indiquent un accord avec les propositions. Index = (a+b+c+d)/4 : (M =2.97, SD =0.823 ; n =15595 ; Cronbach’s alpha = 0.58).

Omnipotence : la science et la technologie peut résoudre n’importe quel problème.

Contrôle des effets de bords : « De nouvelles inventions pourront toujours être trouvées pour contrebalancer tout conséquence nocive des développements scientifiques et technologiques ».

Image du monde : « Un jour, la science sera capable de donner une image complète de la manière dont la nature et l’univers fonctionnent ».

Pas de contraintes : « Il ne devrait pas y avoir de limites à ce que la science a le droit d’étudier ».

Intérêt pour la science : les répondants déclarant qu’ils sont « très » ou « modérément » intéressés soit dans les nouvelles découvertes médicales, dans la pollution environnementale, les nouvelles inventions ou les nouvelles découvertes scientifiques.

Haut de page

Notes

1 Une version antérieure de cette contribution est parue en langue anglaise (voir Cheng et al., 2008 : 7-26).

2 L’expression « fusion nucléaire froide » fait référence à une conférence de presse tenue en 1989 par deux chimistes américains où ils annonçaient être parvenus à réaliser une fusion nucléaire à froid, annonce extraordinaire mais prématurée puisque la prétendue découverte n’a jamais pu être prouvée scientifiquement.

3 Bullshit correspond à « fadaises » ou « conneries » en français.

4 L’expression slapp ou « Poursuites stratégiques contre la mobilisation publique », désigne des dispositifs législatifs destinés à intimider les critiques en faisant peser sur eux le coût des poursuites pénales le plus souvent pour diffamation pour qu’ils abandonnent leurs poursuites.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’évaluation de la science par la presse en Grande-Bretagne, 1946-1992.
Légende La figure montre les fluctuations des moyennes annuelles et l’intervalle de confiance. Le discours de chaque article de presse est coté sur une échelle à 5 points allant de « promesse absolue » à « inquiétudes sérieuses » (n =6083, la source des données est Bauer et al, 1985).
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/6616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 2. Les biotechnologies et le public britannique 1973-2002.
Légende Ce graphique montre l’émergence puis la chute dans la saillance, le cycle d’évaluation dans la presse, et l’optimisme changeant du public à propos des biotechnologies dans les études d’opinion. La saillance est indexée jusqu’à 100 en 1999, où ont été publiés 1666 articles sur les biotechnologies dans un seul journal de qualité (échelle de gauche). L’index de l’évaluation montre la déviation à partir d’une moyenne légèrement positive à long terme : les figures du bas indiquent des évaluations plus négatives, les figures positives indiques des évaluations plus positives que la moyenne (échelle de droit : moyenne = 0 ; écart type = 1). Les barres noires donne le pourcentage de répondants britanniques qui déclarent des attentes optimistes à propose des biotechnologies quand ils ont été interrogés en 1978, 1991, 1993, 1996, 1999, 2002 et 2005 (échelle de gauche). Ces graphiques sont mis à jour d’après Bauer (2007).
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/6616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 3. Idéologie scientifique et pertinence sociétale de la science.
Légende Ces figures retracent les valeurs pour 32 pays européens en deux dimensions. L’axe Y montre le score moyen pour « idéologie scientifique », la croyance exprimée dans le mythe scientifique moderne. L’axe des X montre le désaccord moyen sur plusieurs questions comme « la science et la technologie ne jouent pas un rôle important dans le développement industriel ». La flèche indique la position de la France.
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/6616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 4. Relations entre niveau agrégé de littératie et association de la littératie individuelle et idéologie scientifique.
Légende L’axe des X montre le niveau agrégé de littératie, l’axe des Y montre la corrélation entre littératie individuelle et idéologie scientifique. La littératie est mesurée sur la base de tests de 13 questions (source : Eurobaromètre 63.1 2005). La flèche indique la position de la France.
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/6616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin W. Bauer, « Changement de paradigme de la communication scientifique. Un public critique pour la science commercialisée ? », Questions de communication, 21 | 2012, 123-144.

Référence électronique

Martin W. Bauer, « Changement de paradigme de la communication scientifique. Un public critique pour la science commercialisée ? », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6616 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.6616

Haut de page

Auteur

Martin W. Bauer

London School of Economics
M.Bauer@lse.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page