Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Jean-Léon Beauvois, Les influences sournoises. Précis des manipulations ordinaires

Paris, Bourin, coll. Sociétés, 2011, 364 p.
Didier Courbet
p. 312-314
Référence(s) :

Jean-Léon Beauvois, Les influences sournoises. Précis des manipulations ordinaires, Paris, Bourin, coll. Sociétés, 2011, 364 p.

Texte intégral

1Jean-Léon Beauvois est un des rares auteurs à établir des ponts entre le niveau macrosocial et le système politique, d'une part, le niveau individuel et l'humain, d'autre part, avec une telle rigueur scientifique dans la démonstration. Son dernier livre franchit un pas supplémentaire dans la théorie beauvoisienne en articulant les niveaux individuel/interindividuel et médiatiques au sein d’une théorie critique, accordant une place importante aux rôles des communications. Avant d'indiquer les apports originaux du livre, résumons en termes simples la théorie de l’auteur : le système politique et macrosocial « façonne » l'humain. Dans la société libérale, non seulement les personnes n'en ont pas conscience mais croient que leurs pensées, sentiments, jugements et leurs comportements viennent uniquement d’elles, qu’elles sont autonomes dans leur façon de penser et d'agir. Cependant, la grande majorité de leurs cognitions et comportements sont les fruits de profondes influences sociales non conscientes, issues des communications médiatiques et des interactions sociales (ce que Jean-Léon Beauvois nomme les « influences sournoises »).

2Le psychosociologue le montre à l'aide de récentes expérimentations en psychologie sociale, qu’il a d’ailleurs en partie menées avec ses collaborateurs. Ce principe de non-conscience des déterminants des pensées et des comportements « arrange » certains groupes sociaux qui vont l’utiliser pour investir les lieux de pouvoirs sociaux et profiter de la faible capacité qu'ont les humains à prendre conscience des influences sournoises pour appliquer le pouvoir social dans le sens qui leur convient. Ainsi les sujets continuent-ils à croire qu’ils vivent dans une « vraie démocratie » dans laquelle ils sont « libres ». Jean-Léon Beauvois explique que chaque citoyen devrait prendre conscience de ces influences sournoises pour mieux les contrôler et devrait réinvestir les champs de pouvoir.

3Les 330 pages du livre sont divisées en trois parties dans lesquelles l'auteur avance progressivement et rigoureusement pour étayer sa thèse (chaque concept clé est systématiquement défini, notamment en introduction ou dans le lexique en fin d’ouvrage). Si plusieurs entrées disciplinaires sont possibles (psychosociale, sociologique, sciences politiques, etc.), ici, c’est l’approche communicationnelle que nous privilégions. Deux domaines intéressent particulièrement le spécialiste en communication : les influences sournoises se réalisant, premièrement, par les médias de masse et, deuxièmement, par la communication interpersonnelle.

4La première partie du livre s'intéresse particulièrement aux « manipulations » médiatiques agissant sur les idées, ce que Jean-Léon Beauvois nomme la propagande glauque. Ce type de propagande vise à influencer intentionnellement sans que les personnes en aient conscience. À l'aide de recherches récentes, il explique quatre techniques de propagande glauque en partant du principe que la société libérale conduit chaque personne à croire qu'elle se fait ses idées et ses opinions par soi-même. Cependant, croire en ce principe prédispose d'autant plus aux influences non conscientes. L'auteur explique alors comment on peut travailler l'opinion publique en l'absence de débat collectif grâce au conditionnement et au modelage, conduisant notamment à former massivement des stéréotypes sociaux, des idéologies quotidiennes et de fausses représentations sur le monde social. Les conséquences sur la démocratie et sur l'idée que les gens s'en font s'avèrent fortement dommageables : à la place d'une démocratie de débat, les médias construisent une démocratie d'opinion. Le cercle se referme : les démocraties libérales actuelles, loin d'être un lieu particulièrement propice à l'autodétermination humaine, deviennent un théâtre où se multiplient massivement les influences non conscientes et les manipulations. Ce contexte médiatique favorise un sous-type d'individualisme qui n'a rien à voir avec l’individualisme « historique » défendu par le siècle des lumières. Jean-Léon Beauvois appelle l'individualisme d'aujourd'hui le « soiïsme ». Celui-ci ne représente plus que la « coquille vide » de l'humanisme des lumières vers laquelle nous engage la société libérale. Nous poussant à devenir des êtres individualistes narcissiques visant chacun à se valoriser socialement et être meilleurs que les autres, le libéralisme incite à oublier de prendre une part véritable dans le pouvoir social et conduit à perdre l'envie de participer aux décisions politiques et sociales.

5La deuxième partie explique un autre type d'influences manipulatrices sur les comportements, issues tant de communications médiatiques que de communications interpersonnelles. Jean-Léon Beauvois décrit plusieurs recherches expérimentales montrant l'efficacité de la prescription soiïste qui consiste à faire croire que les sujets réalisent « librement » ce que le manipulateur souhaite qu'ils accomplissent. Si on retrouve ici l'ensemble des techniques qui ont fait leurs preuves sur le plan expérimental et issues de la théorie de l’engagement (pied dans la porte, etc.), le lecteur trouvera une synthèse d'une grande clarté, illustrée d’exemples et de schémas originaux.

6La troisième partie est indispensable aux les spécialistes de communication interpersonnelle. Elle montre comment nous sommes conduits par la psychologie de tous les jours, et les manipulations qu'elle permet, à ne nous connaître qu'au travers de notre valeur sociale. Elle montre le rôle des mots dans les manipulations ordinaires pour diriger notre connaissance de nous-mêmes. Les connaissances « communes » issues de la psychologie de tous les jours donnent à croire que nous nous connaissons et que nous connaissons les autres, alors qu'on ne connaît que notre valeur et celle des autres dans un système social déterminé et au regard de celui-ci. Cependant, par une « erreur » de jugement, la valeur sociale des comportements d'une personne (réussir une opération de mathématiques complexes) devient la personne elle-même (elle est intelligente). Les nombreuses évaluations que notre système libéral nous conduit à faire (par exemple dans les organisations ou au travail) conduisent à multiplier ce type d'erreur épistémologique sur les autres, structurant notamment nos relations et nos communications sociales mais également l'image que nous avons de nous-mêmes. C'est le cas de l'étiquetage conduisant à personnaliser et internaliser les attentes sociales. Jean-Léon Beauvois explique comment au quotidien, dans nos relations avec les autres, nous percevons et portons des jugements sur eux. Il indique notamment comment, par des raccourcis de jugement, ceux que nous considérons comme étant des « gens biens » sont en fait des personnes considérées comme étant « économiquement » et socialement utiles et/ou à l'aise dans les relations interpersonnelles. Enfin, en conclusion, il en appelle à une réaction collective : c'est en réinvestissant le pouvoir social que chaque personne et citoyen pourra retrouver le goût de participer à une véritable démocratie, sous forme d'autogestion où la persuasion jouera un véritable rôle social, favorable au sein des débats sociaux.

7À notre connaissance, le livre propose la première théorie critique analysant les impacts du système libéral à la fois sur la communication médiatique et sur les interactions interpersonnelles. En plus de son intérêt idéologique, un autre atout du livre est qu'il explique, à l’aide de récentes expérimentations en psychologie sociale impliquant notamment les médias (tv, internet...), comment s'opèrent les influences sournoises et quels sont les processus impliqués pour former et changer – à l’insu de ceux qui pensent qu’ils sont libres – leurs cognitions sociales et leurs comportements. En sciences de l’information et de la communication, les théories critiques, telles les théories de l'hégémonie des médias, qu'elles soient d’orientation néo-marxiste ou non, trouveront dans ce livre des résultats expérimentaux soutenant leur thèse et permettant d’expliquer pourquoi les idéologies libérales se « transmettent » si efficacement via les médias. Les récents modèles psychosociaux expliquent que les influences opèrent à travers des processus non conscients, mobilisant la mémoire implicite et n'impliquant pas forcément que les récepteurs soient cognitivement « actifs ». Ainsi le lecteur trouvera-t-il comment fonctionnent la simple exposition, le conditionnement évaluatif, l'amorçage, le modelage... S'il existe un regret, celui-ci ne concerne pas le livre lui-même car il est novateur dans la démonstration qu’il propose, à une époque où les critiques envers le libéralisme n'ont jamais été aussi prégnantes.

8Le regret, qui est davantage une demande adressée à l’auteur, concernerait davantage l'œuvre de Jean-Léon Beauvois. On se demande si l’auteur n’en est pas à un stade où on est en droit de lui réclamer, à l’avenir, un essai programmatique qui, partant de sa vision de la société, serait entièrement dédié à des propositions politiques, déclinées dans différents domaines sociaux : éducation, médias, culture, écologie, justice, santé... et qui ferait écho aux livres programmatiques, bases potentielles d’actions collectives, telle La voie d’Edgar Morin (Paris, Fayard, 2011). En attendant (espérant) que ce vœu soit exaucé, nous recommandons la lecture des Influences sournoises, lecture indispensable pour le spécialiste de communication et de sciences sociales, étudiant comme chercheur, qui souhaite mieux comprendre et réfléchir sur les influences de la communication médiatique et la manière dont on aborde les autres dans la communication interpersonnelle, à l’ère des démocraties libérales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Courbet, « Jean-Léon Beauvois, Les influences sournoises. Précis des manipulations ordinaires », Questions de communication, 21 | 2012, 312-314.

Référence électronique

Didier Courbet, « Jean-Léon Beauvois, Les influences sournoises. Précis des manipulations ordinaires », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6749

Haut de page

Auteur

Didier Courbet

IRSIC, université Aix-Marseille
didier.courbet@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page