Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Patrick Dendale, Danielle Coltier, éds, La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques

Bruxelles, Éd. De Boeck/Duculot, 2011, coll. Champs linguistiques, 256 p.
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 316-318
Référence(s) :

Patrick Dendale, Danielle Coltier, éds, La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques, Bruxelles, Éd. De Boeck/Duculot, 2011, coll. Champs linguistiques, 256 p.

Texte intégral

1La notion de « prise en charge » est aujourd'hui communément employée en linguistique par de nombreux chercheurs travaillant dans des cadres théoriques très divers : études de polyphonie discursive, théorie des actes de langage, théorie des opérations énonciatives... Cette diversité ne contribue pas peu à obscurcir sa conception. En effet, elle laisse apparaître des divergences importantes dans la façon dont elle peut être théorisée afin d'être utilisable et utilisée en linguistique. Mais, par-delà ces difficultés, chacun s'accorde à reconnaître qu'il est impossible d'écarter la notion de « prise en charge » dans l'étude de l'énonciation et des énoncés. L'objectif, et tout l'intérêt d'ailleurs, du présent volume est de proposer une réflexion collective sur ce terme, qui permet de préciser le contenu de la notion de « prise en charge » en la distinguant, d'une part, de notions connexes (modalisation, assertion, responsabilité, source, origine, engagement, désengagement, effacement énonciatif, distanciation, polyphonie, argumentation, etc.) et, d'autre part, en l'intégrant à des terminologies homogènes au lieu de la réduire à n'être qu'un terme semi-technique. Au-delà du portail introductif des éditeurs, douze contributions se partagent le volume et contrastent études générales et théoriques d'une part, études empiriques d'autre part. Mais toutes, selon des modalités propres à chacune d'elles, posent une ou plusieurs des questions suivantes : qui prend en charge ? Qu'est-ce qui est pris en charge ? Occasionnelle, la prise en charge nécessite-t-elle des marqueurs particuliers, ou, étant constitutive de toute énonciation, s'inscrit-elle selon d'autres procédés ? Enfin, est-elle absolue ou faut-il envisager des degrés sur une échelle ? Hughes Constantin de Chanay (pp.19-35) montre que ce concept est composite et qu’il opère à quatre niveaux : épistémique-dialogique, illocutoire, aléthique et argumentatif, parmi lesquels la prise en charge épistémoque-dialogique et argumentative dominent hiérarchiquement l'illocutoire. Utilisant les concepts de la sémiotique tensive développés par Jacques Fontanille, Marion Blaise-Colas (pp. 37-54) distingue deux types de prise en charge selon qu'elle est réflexive ou non-réflexive et quatre régimes leur correspondant : la prise de position, la pré-prise en charge, la prise en charge assertive réalisante et la dé-prise en charge potentialisante. Envisageant plus particulièrement l'emploi du tiret double – ce qui est une façon de rendre sa réflexion plus concrète – elle tire la conclusion que celui-ci illustre une complexification de la notion plutôt que deux prises en charge dissociée, celle de la base et celle du fragment interpolé. Maria Luisa Donaire (pp. 55-74) soutient une conception polyphonique : tout énoncé expose à la fois prise et non-prise en charge de son contenu ; dans cette perspective, elle définit cette dernière comme une « stratégie énonciative » qui consiste dans la sélection par le locuteur du point de vue qui détermine pour lui le sens de l'énoncé parmi tous ceux dont les énonciateurs sont à l'origine. Robert Vion (pp. 75-91), quant à lui, définit la notion sous l'angle de la distance que le locuteur construit dans son discours entre lui et sa production langagière. Plus la distance est grande, moins l'énoncé est pris en charge. En étudiant des modalisateurs tels que « forcément », « décidément » ou « effectivement », et « sans doute », l'auteur montre que le locuteur peut se dédoubler en un énonciateur premier, responsable de l'énoncé, et un énonciateur second, responsable du commentaire réflexif. Agata Jackiewicz (pp. 93-115) analyse un corpus de presse et propose de distinguer entre prise en charge et responsabilité : lorsqu'un énonciateur-rapporteur fait une citation, il réalise simultanément d'autres actions qui impliquent également sa responsabilité.

2Zlatka Guentchéva (pp. 117-142) cherche à clarifier les rapports entre prise en charge, médiatif ou médiativité. Selon l'auteure, suivant ici la ligne d'Antoine Culioli, la prise en charge énonciative consiste à dire, à déclarer ; en revanche, celle relative à la vérité d'un contenu propositionnel est une autre action qui consiste à asserter. Enfin, la prise en charge de la plausibilité d'un contenu propositionnel conduit l'énonciateur à ne pas s'engager pleinement sur « ce qui est dit » et donc à médiatiser l'énoncé, grâce à des marques formelles ayant une incidence sémantique puisque l'énoncé est alors non asserté. Justine Simon (pp. 143-162) envisage les stratégies de prise et non-prise en charge de l'énoncé dans deux magazines (Citato et 60 millions de consommateurs) et oppose l'effacement énonciatif propre au premier qui vise à éduquer les jeunes tandis que le second fait de ce procédé un moyen d'accroître son objectivité. Il revient à Elizaveta Khachaturyan (pp. 163-181) de présenter une analyse très probante du sémantisme des marqueurs discursifs disons et pour ainsi dire selon la Théorie opératoire énonciative (toe) d'Antoine Culioli ; ainsi est-elle amenée à reprendre à son compte la notion de scène énonciative où interagissent trois actants, le sujet parlant, les mots et le monde ou le « à dire » qui n'est préhensible qu'à travers la représentation que s'en fait le sujet parlant. Mais, comme il n'existe point de relation univoque entre les mots et cette représentation, la communication ne peut se réaliser qu'à partir d'ajustements et réajustements subjectifs continus.

3Dominique Ducard (pp. 183-198) envisage le hors-sujet de l'énonciation en étudiant les emplois de « n'importe quoi ! », ce qui l'amène à éclaircir les notions métalinguistiques d'engagement et de désengagement. Située par rapport à « ce n'est pas vrai ! », « très juste ! », « tout à fait ! », « mais non ! », à « il importe de », « n'importe », « qu'importe », voire avec « tu rigoles ! », « tu n'y penses pas ! », « pour qui tu me prends ? », « ça va pas la tête ! », « t'es dingue ou quoi ! », l'expression « n'importe quoi ! » signale soit le désengagement vis-à-vis d'un propos soutenu par l'autre (désaccord, désapprobation, démenti, dénonciation), soit la disqualification de l'autre comme allocutaire valable. Bart Defrancq (pp. 199-214) montre comment combiner accord et réfutation grâce à la notion de liens énonciatifs. Étudiant en particulier le cas de l'expression « ça dépend », il parvient à la conclusion que, si l'on considère « ça » comme un déictique, l'expression ne constitue d'un point de vue pragmatique une réponse évasive que dans le cas où la valeur précise de cette réponse est liée à des facteurs linguistiques (par exemple la poly-interprétabilité d'un mot dans la question précédente), et non pas lorsqu'elle est soumise à des circonstances extralinguistiques matérielles. Pierre Peroz (pp. 215-228) s'interroge sur la possibilité des expressions ironiques et définit l'ironie comme un phénomène de « non-responsabilité » s'opposant à la prise en charge des énoncés non ironiques à partir des emplois de « c'est du joli ! », « c'est du propre ! », et « c'est du beau ! ». Enfin, Anna Orlandini et Paolo Poccetti (pp. 229-246), opérant un retour aux langues anciennes, étudient la prise en charge de la disjonction (les connecteurs « aut », « uel », et les quantifieurs « alteruter » et « uteruis ») par le locuteur en latin et dans les langues de l'Italie ancienne. Dans les contextes dits « de nécessité », les termes antonymes aut/alteruter marquent la disjonction exclusive, et uel/uteruis la disjonction inclusive. En dehors de ces contextes, c'est au niveau illocutoire que se distinguent ces deux paires. Dans les contextes où sont envisagées deux hypothèses, aut marque la préférence du locuteur pour l'une des deux hypothèses, tandis que uel signale son indifférence.

4Bien et largement documentées, ces études, finement analysées, éclairent d'un jour très intéressant une question d'importance qui, jusqu'à présent, avait été assez largement sous-estimée dans ses implications théoriques et ses applications pratiques. Le lecteur gagnera d'autant plus à lire ce volume que ce dernier propose constamment des pistes nouvelles intéressantes et qu'il est, matériellement, réalisé avec le plus grand soin auquel nos collègues belges nous ont habitués. Un double index des notions, d'une part, et des unités linguistiques traitées dans les articles, d'autre part, permettent de compulser le volume comme un ouvrage de référence et d'en extraire rapidement et aisément toutes les informations souhaitables. Les bibliographies terminales de chaque contribution, parfaitement à jour, aident aussi grandement le lecteur à actualiser ses connaissances et ses références dans un domaine qui, chaque jour, s'approfondit : celui des rapports complexes et labiles existant entre l'homme, le monde et le langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Patrick Dendale, Danielle Coltier, éds, La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques », Questions de communication, 21 | 2012, 316-318.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Patrick Dendale, Danielle Coltier, éds, La prise en charge énonciative. Études théoriques et empiriques », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6752

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page