Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989)

Miao Chi
p. 322-324
Référence(s) :

Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, cnrs Éd., coll. Culture et société, 2010, 590 p.

Texte intégral

1« Rideau de fer », « mur », « frontière infranchissable » (p. 5), ces métaphores sont liées à la connaissance politique des régimes communistes en Europe de l'Est avant la chute du mur de Berlin. Avec l'application du modèle soviétique aux pays d'Europe de l'Est après la Seconde Guerre mondiale, les conditions de publication et d’exercice du métier d’écrivain ont été transformées par suite du contrôle idéologique et de l'installation d'une censure « préventive et répressive » (p. 7). Dans ce contexte rigoureux, qui sont les écrivains traduits à étranger ? Par quels circuits ces œuvres passent-elles en traduction et comment celles-ci dépassent des frontières ? Comment les acteurs engagés supportent-ils et surmontent-ils des contraintes politiques, économiques, juridiques, matérielles et linguistiques ?

2Pour répondre à ces questions, Ioana Popa, chargée de recherche au cnrs et auteur d'une thèse soutenue à l’École des hautes études en sciences sociales qui est la matière première de cet ouvrage, procède à une étude socio-historique et comparative des transferts littéraires vers la France de 1947 à 1989 en provenance de cinq pays : la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et l'Union des républiques socialistes soviétiques (l'urss). Grâce à l'analyse du processus de traduction, cette étude explore une question originale sur « les modalités de circulation internationale des textes produits dans des contextes de régime autoritaire » (p. 7). Situés dans une configuration sociopolitique de production et de réception, dans l’introduction, deux types de circuits de traduction sont distingués : « un espace réglementé » (un écrivain peut publier et circuler ses œuvres nationales et internationales sous contraintes d'un pouvoir politique) et « un espace non autorisé de transfert » (p. 13). Plus précisément, trois sous-catégories s'inscrivent dans cet espace réglementé : les circuits d’exportation (publier pour diffuser à étranger), officiel (avoir autorisation officielle pour la circulation internationale) et patrimonial (ayant publié et traduit avant l'instauration des régimes communistes, donc n’ayant pas dû repasser par la censure du nouveau régime). De l’autre côté, selon les différents niveaux de censure, l'espace non autorisé est hiérarchisé par trois genres : les circuits semi-officiel (interdire la traduction d'œuvre publiée à l'étranger), parallèle – traductions faites partir d'un texte publié dans la langue d'origine par samizdat ou des maisons d'édition en exil, soit dans le pays même, soit à l'étranger, « par des instances de diffusion parallèles aux circuits autorisés » (p. 20) – et direct – sans médiation, « la tradition elle-même [...] constitue l'édition originale d'un texte » (p. 21). Cette classification du circuit de transfert est une méthode essentielle pour faciliter l'analyse du rapport entre la politique culturelle extérieure des pays en Europe de l'Est et la circulation internationale des écrits dans la période concernée.

3L'ouvrage est découpé en trois parties qui suivent un ordre chronologique. La première, intitulée « La bipolarisation des enjeux » (p. 25), offre une configuration du transfert littéraire entre 1947 et 1955. À l’intérieur des régimes socialistes, dans le contexte d'une controverse sur le fonctionnement du patrimoine littéraire entraîné par des nouvelles démocraties populaires, l’objectif de « construction d'une image de marque d'un pays à l'étranger dans une espace […] littéraire international » (p. 33) est privilégié. À l’extérieur, la bipolarisation des relations politiques internationales aggrave la complexité des enjeux de la littérature pratiquée et sa circulation. L'espace du transfert littéraire est donc devenu « un lieu de tension et de concurrence » (p. 28) entre deux blocs, communisme et anticommunisme. Dès lors, les écrivains qui traversent les frontières sont avant tout des membres des délégations des parties communistes ; cependant, pour les auteurs non autorisés ou de l'autre bord politique, les ouvrages de ceux-ci circulent plus difficilement (ibid.). Par rapport au champ d'importation et de réception vers la France, le Parti communiste français (pcf) joue un rôle essentiel dans la configuration de la traduction et du transfert littéraire autorisé avec ses structures éditoriales comme les Éditeurs français réunis (efr), le Comité national des écrivains (cne), les revues Les Lettres françaises, L’Humanité, Les Lettres nouvelles, etc. En parallèle, pour échapper au contrôle des régimes autoritaires, pendant la première moitié des années 1950, les médiateurs proches du Congress for Cultural Freedom (ccf) ont mis en place une modalité de contre-engagement : « Traduire en français des livres préalablement publiés dans la langue d'origine de l'autre par des éditeurs en exil » (p. 141). La partie suivante, « Une ouverture contrôlée » (p. 155), est structurée en quatre chapitres qui abordent la deuxième période de 1956 à 1967 en développant les différentes pistes de cette ouverture contrôlée de transfert : les contours historiques, les effets nationaux et internationaux et les acteurs engagés. Après la mort de Staline, l'intérieur du champ socialiste se manifeste une série de moments critiques et d'incertitude sur la politique en urss, celle qui contribue à une décrispation des relations interculturelles entre Est et Ouest, et surtout à un accroissement de la circulation internationale des ouvrages ; néanmoins, l'intervention soviétique sur les révolutions polonaise et hongroise en 1956 conduit à l'écrasement des mouvements démocratiques. Des pratiques d'écriture et de traduction rencontrent de grandes difficultés sous les contraints politiques de contrôle strict ou d'interdit de l'urss. Par conséquent, un nouveau circuit de traduction d'Europe de l'Est en Occident a été inventé : la transcription manuscrite (p. 246). Dans cette période, l'écrivain soviétique Boris Pasternak, lauréat du prix Nobel de littérature en 1958, est le protagoniste et le témoin qui « ouvre la voie à un mode d'action subversive des écrivains des pays socialistes » (p. 310). Traduit d'un manuscrit et publié directement, son roman Le Docteur Jivago (1957) représente une nouvelle modalité de transferts, celle qui provoque une controverse autour de la traduction non-autorisée vers l'Occident et les difficultés d'ordre pratique, politique ou juridique entre des écrivains de l'Est et des éditeurs de l’Ouest de l'Europe (pp. 245-310). Depuis le milieu des années 60, ce schéma est adopté pour des écrivains connus comme Milan Kundera, Pavel Kohout, Paul Goma et Dumitru Tepeneag qui sont tous reçus en Occident en raison de leur dissidence (p. 310). Intitulée « Traductions de la contestation » (p. 387), la dernière partie montre la troisième configuration historique (1968-1989). Les crises politiques en 1968 mène au déclin de la puissance des réseaux communistes et leurs appareils partisans dans le transferts littéraire, et donc une restructuration de l'espace du transferts se produit dans des pays d'Europe de l'Est. Cette transformation contribue à « modifier l'équilibre des flux, les choix de traduction, le profil des auteurs traduits et leurs appropriations » (p. 389) dans l'espace intellectuel français. Grâce à l'intensification des aides financières fournies par l’Occident pour soutenir des écrivains dissidents, la traduction et la publication des œuvres non autorisées sont argumentées et renforcées. Cependant, le circuit officiel domine toujours l’importation des traductions en France sous l'influence des effets des politiques culturelles extérieures mises en place par les régimes communistes.

4Située dans un contexte de domination politique, la recherche d’Ioana Popa contribue à une exploration approfondie des enjeux politiques sur les transferts culturels et la circulation internationale des ouvrages littéraires et propose une perspective socio-historique des rapports entre les intellectuels et le pouvoir politique. Elle a également participé à l'essor récent d'une sociologie de traduction avec un certain nombre de chercheurs comme Isabelle Kalinowski (Une Histoire de la réception de Hölderlin en France, thèse de doctorat de Lettres allemandes, université Paris 12, 1999), Johan Heilbron et Gisèle Sapiro (« La traduction comme vecteur des échanges culturels internationaux », pp. 25-44, in : Sapiro G., dir., 2008, Translatio. Le marché de la traduction en France à l'heure de la mondialisation, Paris, cnrs Éd.), puis Blaise Wilfert (« Cosmpolis et l'homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France 1885-1914 », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, 2002, pp. 33-46)... À travers cette étude et ces travaux antérieurs, est-ce qu'on peut explorer les conditions d’exercice des métiers écrivains dans autres pays socialistes comme la Chine, tester les observations obtenues et interroger sur des rapports entre ces intellectuels et pouvoir politique de leur pays ou encore leur modalité de transfert littéraire vers l'Asie ou l'Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miao Chi, « Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989) », Questions de communication, 21 | 2012, 322-324.

Référence électronique

Miao Chi, « Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989) », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6756

Haut de page

Auteur

Miao Chi

crem, université de Lorraine, Metz
miao.chi@umail.univ-metz.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page