Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Stéphane François, Le nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire

Paris, Berg International, 2008, 123 p.
Yannick Cahuzac
p. 343-344
Référence(s) :

Stéphane François, Le nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire, Paris, Berg International, 2008, 123 p.

Texte intégral

1En marge des débats académiques sur les fondements culturels de l’idéologie et du régime nationaux-socialistes s’est développée une littérature prétendant révéler leur nature réelle « mais cachée ». Relayée par de nombreux « chercheurs indépendants » dans la lignée des travaux de Louis Pauwels et Jacques Bergier, par des personnalités au sein d’une partie non négligeable de l’extrême-droite la plus radicale, cette vision fantasmagorique faisant du national-socialisme une idéologie occultiste a rencontré un succès indéniable auprès d’un public occidental friand de théories alternatives. Dans cet essai sobrement et justement sous-titré « L’occultisme contre l’histoire », Stéphane François, spécialiste des sous-cultures occultistes et ésotériques ainsi que de leur rapport avec l’extrême-droite, propose de déconstruire ce qu’il identifie comme un discours mythologique fondé sur une relecture à rebours du nazisme. Loin de nier l’intérêt d’un certain nombre de responsables et idéologues national-socialistes pour l’occultisme, l’auteur s’attache à cerner ce qui relève en ce domaine de l’historique et de l’ordre des représentations. En effet, ce discours s’appuie sur un certain nombre de faits réels auxquels sont attribués une importance exagérée et il est au demeurant fondé sur un mode de pensée qui n’a rien de scientifique. Pour autant, cette question des rapports du nazisme à l’occultisme ne peut se passer d’un examen scientifique, credo choisi par l’auteur pour mieux relever ce qu’il y a de « reconstruit » dans les thèses développées dans le sillon du Matin des Magiciens (1960) de Louis Pauwels et Jacques Bergier, ouvrage qui marque l’apparition de cette vision occultisante du nazisme.

2Pour autant, Stéphane François ne s’en tient pas à cette unique entreprise, il invite également à réfléchir sur le processus viral qui est à l’œuvre dans sa diffusion au delà des cercles restreints dont elle est issue jusqu’au cœur même de la culture populaire. Ainsi tout l’ouvrage s’attache-t-il à démontrer que le succès de ce « nazisme revisité » repose sur une « contagion des idées », phénomène psycho-social qui n’a jamais été autant vivace qu’à l’heure de la « société numérique ». Dès lors, il s’agit pour lui de dégager quels sont les ressorts de la vivacité du national-socialisme plus d’un demi-siècle après sa défaite historique. Ce faisant, bien que l’on regrettera la rapidité des développements consacrés à la place de celui ci dans la culture populaire, en retraçant patiemment le parcours du thème de l’occultisme nazi de sa naissance dans les milieux catholiques hostiles à l’idéologie national-socialiste aux inventeurs du « réalisme fantastique » en passant par la mouvance néonazie, l’auteur ne se contente pas de disqualifier les propagateurs de cette vision, il s’attache, par ailleurs, à recenser et examiner les spéculations sur lesquelles celle-ci se fonde pour les confronter à l’examen de la vérité historique. C’est ainsi à un véritable travail d’archéologue de la pensée dégageant les différentes strates d’un mythe contemporain que nous sommes conviés. Le sous-titre de l’ouvrage prend tout son sens : là où l’occultisme a la prétention de révéler ce qui est de l’ordre du caché, l’histoire cherche à expliquer ce qui relève du vérifiable. L’enjeu de ce travail pourrait sembler de prime abord secondaire, puisqu’il s’agit de décrire et analyser une vision du monde développée à la marge de la politique et de la recherche officielle. Pourtant, en montrant la continuité de l’occultisme nazi, de sa naissance à son exploitation jusqu’à sa pénétration au cœur-même de la culture de masse à travers différents produits culturels développant cette thématique (musique, cinéma, bande-dessinées), il s’agit pour Stéphane François d’expliquer comment un mythe se construit, se transforme et se diffuse, éclairant d’un œil nouveau la fascination que le nazisme exerce aujourd’hui encore.

3En se proposant de donner une explication irrationnelle à un phénomène suscitant malaise et incompréhension, la thèse de l’occultisme vient en renfort de l’esprit humain en lui proposant une explication « magique » de ce phénomène. S’appuyant sur une relecture de l’histoire renvoyant au caractère caché et secret du nazisme, les tenants de ce discours ils réinventent la réalité et réenchantent une idéologie totalitaire, la déconnectant de toute volonté humaine. Par la même occasion, l’occultisme nazi, cette matrice mythologique, participe d’une euphémisation paradoxale du national-socialisme, prêtant des intentions « supérieures » voire surhumaines aux actes perpétrés pourtant par des hommes ordinaires. En retraçant les origines de cet occultisme nazi, l’auteur nous invite à aborder l’épineuse question du rapport du national-socialisme à la religion. Dans la vision occultiste, une équivalence est établie entre nazisme et néopaganisme. Cette caractérisation n’est pas totalement infondée puisqu’il existe un certain nombre d’ambiguïtés renvoyant aux racines idéologiques du nazisme. En effet, ce dernier est né au sein de la mouvance volkisch nébuleuse au sein de laquelle ont existé des tentatives de refonder une religion néo-païenne. Or, le rapport du national-socialisme à la question religieuse est beaucoup moins univoque balançant entre scientisme, néopaganisme et christianisme « positif » – c’est à dire « déjudaïsé » et germanisé, et ce en fonction des personnalités du parti puis du régime. Ainsi, si Heinrich Himmler tente, à travers la ss, de fonder une aristocratie nouvelle fondée un culte et une liturgie « germaniques » inspirés du paganisme et de l’occultisme, Adolphe Hitler entretient un rapport plus instrumental à la religion en organisant la soumission des Églises à l’État. Est ensuite abordée la question de l’attrait pour l’occultisme présent chez un certain nombre d’idéologues ou de responsables nazis : à travers de nombreux exemples qu’il passe en revue, dont le rôle d’Heinrich Himmler dans la tentative de doter la ss d’une aura mystique qui semble connaître un succès posthume, Stéphane François met en perspective cette problématique à l’épreuve de l’histoire. Il consacre notamment d’importants développements à la mythique Société Thulè – présentée à tort comme une « société secrète » – groupuscule dont le pouvoir est largement exagéré par les tenants de l’occultisme nazi. Pour l’auteur, si l’on devait rattacher le national-socialisme à une religion, il s’inscrirait plutôt dans la réalisation d’un christianisme « positif ». En un brillant développement interrogeant la nature totalitaire du national-socialisme à travers la question des rapports entre religion et politique, Stéphane François aborde l’aspect « millénariste » de cette idéologie. Faisant appel aux travaux de Raoul Girardet, de Nicolas Goodrick-Clarke ou d’Emilio Gentile, il montre que l’ont peut analyser le national-socialisme comme « religion civique ». Dans la fusion état-religion-peuple qu’il opère, le national-socialisme peut être vu comme un monothéisme politique fondé sur une mystique de la race incarnée par le messianisme attaché à la figure du Führer.

4C’est d’ailleurs sur ce socle commun que les divergences existantes au sein de l’appareil national-socialiste en matière de politique religieuse se neutralisent. Pour l’auteur, le national-socialisme a su tirer profit de l’avènement de la pensée mythologique au XXe siècle, mis en lumière par Ernst Cassirer. L’auteur aborde de front la question du renouveau – et l’émergence dans le grand public – de cette thématique qui trouve son origine dans Le Matin des Magiciens. Dans cet ouvrage, Louis Pauwels et Jacques Bergier recyclent et amalgament un ensemble de théories occultes tout en opérant un travail de modernisation, ajoutant par exemple l’hypothèse ufologique, qui viendra à son tour alimenter l’imaginaire « occultico-nazi ». Stéphane François invite à analyser les ressorts de la récupération de l’occultisme nazi au sein de l’extrême-droite, en passant en revue les écrits de personnalités aussi hétéroclites que Jean Mabire, Saint Loup (Marc Augier), Ernst Zündel, Savitri Devi et Miguel Serrano. Chez ces auteurs, on retrouve les mêmes thématiques que celles développées chez les auteurs du Matin des Magiciens : l’aspect « magique » du nazisme, ses rapports aux philosophies orientales (hindouisme, bouddhisme), au néopaganisme, au nordicisme, aux ovnis...

5Pour conclure, Stéphane François se propose de mieux caractériser la nature structurelle du national-socialisme qu’il invite à identifier à un mythe politico-religieux. Dans cet aspect, il voit la clef expliquant le succès des discours alternatifs sur le nazisme au détriment de la recherche historique : l’occultisme nazi repose lui-même sur une construction mythologique. Cependant, il ne s’en tient pas à cette démonstration, il montre également qu’il s’agit pour bon nombre de tenants de cette vision de « réenchanter » le national-socialisme participant à ce qu’il nomme une « euphémisation par l’occulte ». Aussi apparaît-il qu’en termes d’existence, l’occultisme nazi, en tant que construction mythologique, est plus à rechercher dans la mouvance néo-nazie que dans l’idéologie et le régime nationaux-socialistes. Par la diffusion de cette représentation mythologique du nazisme dans la culture de masse, l’occultisme nazi devient une réalité factuelle dans la mesure où des groupuscules de cette mouvance entendent se fonder sur une tradition inventée et sur un héritage reconstruit à rebours.

6En une série de développements non avares de détails et de pistes, cet ouvrage constitue une excellente synthèse, non exempte de propositions novatrices, pour qui veut mener une étude raisonnée et scientifique des représentations existantes concernant les rapports du nazisme à l’occultisme. Au-delà de cette thématique particulière, en ces temps de conspirationnisme ambiant, il invite à appliquer ce type de regard et à mettre à l’épreuve de la vérité historique, les nombreux avatars contemporains de la pensée mythologique qui se diffusent, s’agrègent, mutent au gré des nouveaux dispositifs matériels de l’information et de la communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Cahuzac, « Stéphane François, Le nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire », Questions de communication, 21 | 2012, 343-344.

Référence électronique

Yannick Cahuzac, « Stéphane François, Le nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6778

Haut de page

Auteur

Yannick Cahuzac

VECTASALAM, université de Perpignan
y.cahuzac@sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page