Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Stephen Kalberg, Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber

Trad. de l’américain par P. Chanial, Paris, Éd. La Découverte, coll. Textes à l’appui, [2009] 2010, 276 p.
Ali Belghanem
p. 344-347
Référence(s) :

Stephen Kalberg, Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, trad. de l’américain par P. Chanial, Paris, Éd. La Découverte, coll. Textes à l’appui, [2009] 2010, 276 p.

Texte intégral

1Mal lue, mal traduite, souvent située par rapport à des dichotomies qu’elle a largement contribué à dépasser, l’œuvre de Max Weber connaît un regain d’intérêt. Après La sociologie historique et comparée de Max Weber (Paris, Éd. La Découverte, 2002), on peut désormais lire en français le deuxième livre que Stephen Kalberg, spécialiste internationalement reconnu de Max Weber, consacre à la revisite de l’œuvre de ce dernier. La préface du livre, signée par Alain Caillé et Philippe Chanial, assigne au travail de l’auteur, lui-même traducteur de Max Weber en anglais, un rôle important dans la nouvelle réception qui pourrait être faite du projet wébérien. Avec la publication de Les valeurs, les idées et les intérêts, nous disposons ainsi d’une introduction méthodique, claire et synthétique qui rend accessible l’un des « classiques » des sciences sociales les plus controversés. Stephen Kalberg se fonde sur l’hypothèse d’une sociologie wébérienne cohérente et systématique, longtemps obscurcie d’après lui par les nombreuses lectures partiales et/ou partielles de l’œuvre. Si cette mésinterprétation ou réception biaisée de Max Weber peut s’expliquer par une multitude de facteurs, la raison principale tient, selon l’auteur, au fait que, en plus d’être mal traduites, les recherches empiriques wébériennes ont été lues sans être rapportées aux catégories conceptuelles exposées par exemple dans Économie et société. En parfait germanophone familier de l’œuvre, Stephen Kalberg plonge le lecteur dans l’univers wébérien avec l’exigence de rester au plus près du texte et le souci de proposer une lecture globale qui tienne compte de toutes les facettes du programme tracé par le sociologue.

2En quoi consiste celui-ci ? Quelle est notamment la thèse wébérienne sur l’éthique protestante ? Quelle est la place respective des processus de rationalisation, de l’idéaltype, de la compréhension, de l’explication, des idées, des valeurs, des intérêts, des domaines sociétaux, de la méthode comparative chez Max Weber ? En s’affranchissant des schématismes dichotomiques qui réduisent la méthode wébérienne à l’un des pôles en concurrence (idéalisme/matérialisme, individualisme/holisme), c’est à ces questions apparemment simples que Stephen Kalberg apporte des réponses argumentées et documentées. Préalablement à tout examen, l’auteur met en garde contre la tentative de réduire Max Weber à une thèse unique. Car, fondamentalement, plutôt qu’une thèse, il importe davantage de mettre au jour « un projet intellectuel » (p. 57), singulier, typiquement wébérien.

3Ainsi, dans le premier chapitre – « La double thèse de l’éthique protestante » –, l’auteur revient-il sur l’étude la plus connue et la plus commentée. Il s’agit de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905) où Max Weber vise à déterminer le rôle de l’éthique protestante dans la formation de l’esprit du capitalisme moderne. Pour rester fidèle à sa démarche, il est impératif, aux yeux de Stephen Kalberg, de ne pas isoler cette publication du reste des textes consacrés aux sectes et églises américaines telles Églises et sectes en Amérique du Nord (1906) et Les sectes protestantes et l’esprit du capitalisme (1906). C’est alors seulement qu’il devient possible de rendre justice au raisonnement wébérien qui se déroule en de multiples strates. D’abord, Max Weber donne une définition précise de ce qu’il entend par « éthique protestante ». Il s’agit pour lui du puritanisme issu de la réinterprétation du dogme calviniste de la prédestination par un groupe de théologiens au XVIIe siècle. Cette forme d’ascétisme « attachait clairement des récompenses psychologiques à l’exercice d’un travail régulier et à l’acquisition de richesses » (p. 61). Aux yeux des fidèles, ces deux activités constituent des signes palpables de leur élection. Tout en atténuant l’angoisse résultant du dogme calviniste, la sanctification dont font l’objet le travail et l’accumulation de richesses configure une éthique économique spécifique, celle-là même qui constituera l’ethos du capitalisme moderne. En mettant le fidèle face à la communauté, et non plus seulement face à Dieu, les sectes américaines donneront à cette éthique une assise sociale encore plus puissante. Toutefois, l’esprit du capitalisme se détachera progressivement de son arrière-plan religieux et finira par devenir complètement séculier. Tout en montrant la complémentarité des différentes études constitutives du corpus wébérien en sociologie des religions, ce chapitre offre l’occasion pour l’auteur de dissiper plusieurs malentendus et d’apporter des réponses à de nombreuses critiques adressées à Max Weber dans ce domaine.

4Le deuxième chapitre – « Les règles de la méthode sociologique selon Weber » – dresse un tableau concis et éminemment profond des principaux concepts wébériens. Résolument pluricausale, Stephen Kalberg rappelle que la sociologie historique de Max Weber déploie une démarche indissociablement compréhensive, comparative et explicative. Tout d’abord, l’auteur souligne combien, aux yeux du sociologue, l’entreprise comparative doit s’entourer d’un certain nombre de précautions en rappelant la place qu’occupe chez lui « l’impératif de la compréhension, l’enchâssement de l’action sociale, l’insistance sur la pluralité des domaines sociétaux » (p. 75). Grâce à ses trois principes, la démarche comparative, armée d’un outil redoutable, l’idéal-type, peut se déployer sans risque de tomber dans les travers de l’évolutionnisme, du diffusionnisme ou de l’organicisme. Pour mieux illustrer pratiquement les ressorts d’une telle démarche l’auteur restitue, dans la dernière section de ce chapitre, les principales étapes d’une étude de cas sur le système des castes en Inde. Le troisième chapitre – « Les types de rationalité : aux fondements des processus historiques de rationalisation » – est centré sur les quatre types de rationalité distingués par Max Weber (rationalités pratique, théorique, substantielle, formelle) et de leur relation avec les types d’action sociale (affective, traditionnelle, rationnelle par rapport au moyens, rationnelle par rapport aux valeurs). Le but de Stephen Kalberg est de reconstruire « la conception wébérienne de la multiplicité des processus de rationalisation, de leurs combinaisons et de leurs oppositions, tant au niveau des sociétés que des civilisations » (p. 118). Après avoir dressé l’inventaire des traits propres à chaque forme, après avoir livré un tableau comparatif des quatre types de rationalité, l’auteur conclut le chapitre par une interrogation sur la place de la rationalité substantielle, orientée par les valeurs, et son dépérissement à l’intérieur des sociétés modernes. Selon lui, c’est dans le cadre de ce recul de la rationalité substantielle devant les rationalités pratique, formelle et théorique qu’il faut situer le pessimisme du sociologue allemand et son scepticisme à l’égard de la modernité occidentale.

5Le quatrième chapitre, « La force des idées ? L’influence passée et présente des visions du monde », s’intéresse à l’une des thématiques les plus centrales dans l’œuvre de Max Weber, à savoir, la place des idées et des visions du monde dans la formation des groupes sociaux et dans le déroulement des processus historiques. Qu’est-ce qu’une vision du monde ? C’est, explique Stephen Kalberg, un ensemble de valeurs cohérent capable d’offrir des réponses appropriées aux questionnements concernant « le sens et le but de l’existence, la souffrance et l’injustice » (p. 159). Qu’elle soit religieuse (les doctrines de salut) ou profane (le marxisme), une vision du monde, pour être efficace, doit être soutenue par des partisans puissants, que Max Weber appelle « les porteurs sociaux ». Une vision du monde, univers éthique relativement autonome, peut agir ou bien comme force d’appui ou bien comme force d’impulsion dynamique. En tant que force d’appui, une vision du monde peut servir soit d’arrière-plan idéel pour un processus de rationalisation, soit de « légitimation culturelle fondamentale aux processus historiques et au changement social » (p 162). La force d’impulsion dynamique, quant à elle, se manifeste dans des situations de conflit entre des valeurs différentes dont elle permet alors de dépasser les contradictions. Le cinquième et dernier chapitre, le plus long, « De la modernité en Amérique : pour une sociologie wébérienne de la culture politique », poursuit un double objectif. Dans la première et la deuxième sections, Stephen Kalberg confronte les travaux wébériens sur les sectes américaines aux analyses d’Alexis de Tocqueville contenues dans De la démocratie en Amérique (1835). Le bilan comparatif des deux auteurs met en évidence deux conceptions distinctes. Alors que la démarche d’Alexis de Tocqueville illustre un schéma structural tourné vers la prédominance des intérêts, le raisonnement wébérien insiste sur « la signification des valeurs et des croyances » (p. 186) au sein de la culture politique américaine. Face à la mise en garde d’Alexis de Tocqueville contre le conformisme social, ou le risque de tyrannie qui peut résulter du pouvoir conféré à la majorité, Max Weber rappelle la force de différents mécanismes qui ont vocation à éliminer ce danger. Outre l’action de la religion et des associations civiles qu’il cite au titre de « garanties fragiles » face à la tentation tyrannique, le sociologue porte son attention sur « l’individualisme de maitrise du monde produit par le protestantisme ascétique » (p. 193) et la vision du monde à laquelle il sert d’arrière-plan. En négligeant cet aspect, De la démocratie en Amérique s’en tient à une conception générale incapable de saisir la spécificité de la société américaine.

6Dans la troisième section, Stephen Kalberg montre comment, en filigrane des positions divergentes des États-Unis et de l’Allemagne à propos de la guerre en Irak, se profile toute la différence séparant les cultures politiques propres aux deux pays. En définitive, le trait distinctif entre les deux cultures tient à la place de l’État : alors que pour les Américains, il ne doit aucunement entraver le développement autonome de la société qui doit être mue par des valeurs, une éthique, en Allemagne, l’État est appelé à jouer un rôle essentiel, dans la redistribution des richesses et la régulation de la société. Dès lors, une multitude d’incompréhensions se font jour, y compris sur le plan géopolitique : si la campagne de justification de la guerre par des raisons éthiques est tout à fait audible dans le cas américain, elle est perçue, dans le cas allemand, comme une mystification destinée à dissimuler les raisons profondes de l’intervention qui renvoient à des intérêts économiques.

7Ainsi, à travers cinq chapitres relativement courts, Stephen Kalberg restitue-t-il le portrait d’un Max Weber singulièrement « pluraliste ». « Pluralisme des formes de l’action, pluralisme des formes de rationalité, pluralisme des formes de l’histoire » (p. 34). Dans un champ scientifique français structuré par la lutte des paradigmes et des écoles, le Max Weber que nous propose ce livre devrait occuper une place centrale au sein d’une possible restructuration méthodologique/épistémologique au service d’une sociologie générale ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Belghanem, « Stephen Kalberg, Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber », Questions de communication, 21 | 2012, 344-347.

Référence électronique

Ali Belghanem, « Stephen Kalberg, Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber », Questions de communication [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6781

Haut de page

Auteur

Ali Belghanem

CREM, université de Lorraine
belghanema@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page