Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Paul Edwards, ed., Rock Photography Cover Art from The Beatles to Post-Punk [L’Art des pochettes d’albums rock des Beatles au post-punk]

Paris, ouphopo, coll. Bibliothèque lunaire, 2012, 95 p. (en anglais)
Justine Houyaux
p. 323-324
Référence(s) :

Paul Edwards, ed., Rock Photography Cover Art from The Beatles to Post-Punk [L’Art des pochettes d’albums rock des Beatles au post-punk], Paris, ouphopo, coll. Bibliothèque lunaire, 2012, 95 p.

Texte intégral

1Rock Photography Covert Art from The Beatles to Post-Punk est un recueil d’essais sélectionnés parmi les communications présentées lors de trois conférences internationales qui se sont tenues, sur une période de deux ans, à l’Institut Charles V (Université Paris 7) et à la nyuf (New York University in France). L’ouvrage se divise en deux parties : l’une intitulée « Post-Punk Photography » et l’autre, « The Beatles and Photography ». L’ordre dans lequel ces deux parties sont présentées déroutera certainement le lecteur qui s’attend à une présentation chronologique de l’évolution de la photographie de couvertures d’albums de rocks, puisque le post-punk est présenté avant les Beatles, dont le premier album est pourtant antérieur à ceux d’Alice Cooper. L’introduction, rédigée par Paul Edwards (Paris 7) s’étend majoritairement sur le concept de sfumato, cette technique qui consiste à atténuer les transitions entre les demi-teintes et les ombres et qui donne, par exemple, son air énigmatique à La Joconde. Le sfumato, dans toutes ses déclinaisons, est sans doute le trait commun à la vaste majorité des couvertures d’albums car il permet, écrit l’auteur, de rendre l’image plus idéale, moins réelle, ce qui relèverait plus du rêve ou du souvenir que de la photographie de précision.

2Le premier essai, également de la plume de Paul Edwards, Photographically Illustrated Lyrics in Post-Punk Luxury Editions, traite brillamment de la présence du corps dans l’illustration photographique post-punk à travers le travail de John Foxx (ex-Ultravox). Le deuxième essai, « Adaptable » : Alice Cooper’s Adventures with Post-Punk, par David Cocksey (Centre universitaire de formation et de recherche Jean-François Champollion/Université Toulouse II – Le Mirail), se penche sur la trajectoire de cet artiste multiforme qu’est Alice Cooper et dont les représentations visuelles contribuent autant au message qu’il souhaite faire passer que les paroles de ses chansons, les deux concourant à une seule et même démarche artistique. « Dead Kennedys and Photojournalism », troisième et dernier essai du volet « Post-punk photography », par David Nowell-Smith (Paris 7), présente la situation inverse à celle d’Alice Cooper. En effet, il est ici question de distorsion, voire d’ironie, visant à choquer pour faire réfléchir dans l’usage que font les Dead Kennedys des images journalistiques, comme dans l’exemple que cite David Nowell-Smith de cette photographie (prise par Michael Wells) d’un missionnaire blanc tenant dans sa main celle d’un enfant ougandais lors d’une des pires famines de l’histoire. Les Dead Kennedys ont eu recours à cette photographie pour illustrer un disque intitulé Plastic Surgery Disaster, la tension entre l’image et le titre mettant en exergue l’absurdité du paradoxe d’un monde où coexistent le luxe que représente la chirurgie plastique et le manque de moyens de simple subsistance dans certaines régions du monde.

3La section « The Beatles and Photography » s’ouvre sur un essai de Sarah Pickard (Paris 3) intitulé The Beatles : Followers of Fashion or Pioneers of British Youth Culture ? comportant, entre autres approches, une savoureuse dissection des coupes de cheveux des Fab Four à travers leur histoire, servant de filigrane à la question de savoir si les Beatles créaient ou suivaient la mode. Deuxième essai de ce chapitre, Distortion, Ego-Loss and Rebirth : The Evolution of the Beatles’ Image and Identity in the Psychedelic Era (1965-1967), par Miles Alglave et Robin Benrihem (Paris 7), est probablement le plus intéressant du recueil, et aussi le plus long. Il s’intéresse à l’importance qu’ont eue les Beatles non seulement en termes de musique pop, mais aussi en tant que phénomène social. « Places I remember » : Nostalgia as Reluctant Autobiography, de Catherine Marcangeli (Paris 7) et Steve Shepherd (Henry Watson Music Library, Manchester) se penche sur le cas de la chanson In my Life, dont la version originale – dans laquelle il parcourait avec nostalgie le trajet en bus de sa jeunesse liverpuldienne – a largement été amputée par John Lennon. S’ensuit une transcription de la séance de questions-réponses.

4L’ouvrage se conclut sur la transcription d’une conversation entre Barry Miles, Steve Shepherd et Dominique Petitfaux, à la suite d’une intervention de ce dernier intitulée « The Beatles Experience », plus courte que les autres essais. Outre la bizarrerie de l’organisation non chronologique des essais, peut-être due à l’ordre dans lequel ils ont été présentés lors des conférences mentionnées plus haut, Rock Photography Cover Art passe légèrement à côté de son titre. En effet, d’une part, si l’on imagine très bien les auteurs-orateurs montrant les images dans une présentation PowerPoint à certains moments du texte, le lecteur ne manquera pas de regretter le défaut d’illustrations de ce recueil. Bien qu’elle ne soit pas franchement problématique dans certains cas – nous avons, certes, tous en tête certaines couvertures d’albums mythiques comme Sgt. Pepper’s Lonely Heart Club Band –, cette absence s’avère dramatique lorsqu’il s’agit de disques tels le simple Holiday in Cambodia des Dead Kennedys, dont l’image, si elle est peut-être passée à la postérité dans certains milieux de fans, ne fait pas encore partie de la culture générale de tout un chacun ou de l’imaginaire collectif. C’est bien dommage car, agrémentés des illustrations des albums dont ils traitent, les textes prendraient une toute autre dimension. Cependant, il faut peut-être n’y voir qu’une contrainte budgétaire, indépendante de la volonté des auteurs, auquel cas c’est de bonne grâce que le lecteur se prêtera au jeu et « googlera » les titres des albums pour mieux se représenter leurs couvertures. D’autre part, les essais vont bien au-delà de la seule portée de l’image d’illustration de disques : interprétations psychologiques, sociologiques, contextualisation historique et analyses littéraires dépassent fréquemment les limites de la simple question iconographique – en cela, le lecteur sera agréablement surpris par la qualité et la finesse des analyses ainsi que par la richesse du contenu de Rock Photography Cover Art from The Beatles to Post-Punk.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Houyaux, « Paul Edwards, ed., Rock Photography Cover Art from The Beatles to Post-Punk [L’Art des pochettes d’albums rock des Beatles au post-punk] », Questions de communication, 22 | 2012, 323-324.

Référence électronique

Justine Houyaux, « Paul Edwards, ed., Rock Photography Cover Art from The Beatles to Post-Punk [L’Art des pochettes d’albums rock des Beatles au post-punk] », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6973

Haut de page

Auteur

Justine Houyaux

Université de Mons, Belgique
justine.houyaux@umons.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page