Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue et discours

Anne-Marie Christin, dir., Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimedia

Paris, Flammarion, coll. Histoire de l’art, 2012, 413 p.
Jean-François Tétu
p. 335-339
Référence(s) :

Anne-Marie Christin, dir., Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimedia, Paris, Flammarion, coll. Histoire de l’art, 2012, 413 p.

Texte intégral

1Dix ans après sa première édition, Anne-Marie Christin propose une nouvelle version de son Histoire de l’écriture, considérablement remaniée, enrichie d’une foule d’illustrations magnifiques, qui réunit 61 auteurs pour autant d’entrées différentes dans cet univers passionnant. Chaque lecteur aura l’occasion d’y découvrir des aspects forcément méconnus ou inconnus pour lui de la part visuelle de l’écriture, tant l’éventail des entrées est large et considérable, depuis une ouverture admirable de Denis Vialou, « L’inscrit avant l’écrit » qui développe les données archaïques fondamentales du graphisme, simultanément matérielles, spatiales, et abstraites.

2Les libertés inattendues, et aussi les contraintes liées à l’écran électronique, ont donné un nouvel essor aux recherches sur la part graphique de l’écriture qu’Anne-Marie Christin a, depuis longtemps, fortement contribué à stimuler. On se souvient de son premier livre sur ce sujet, L’image écrite ou la déraison graphique (Paris, Flammarion, 1995), qui prenait largement le contrepied de Jack Goody, La raison graphique (traduction française, Paris, 1979 de The Domestication of the Savage Mind, Cambridge, 1977) ; on se souvient aussi d’autres livres, comme la Poétique du blanc. Vide et intervalle dans la civilisation de l’alphabet (Paris, Flammarion, 2009) ou du plus récent L’invention de la figure (Paris, Flammarion, 2011). Le lecteur retrouvera donc un certain nombre de thèmes chers à Anne-Marie Christin : le refus de considérer la logique phonétique comme inspiratrice majeure ou presque exclusive de l’écriture ou encore la pensée de l’écran qu’elle décèle dans les fresques préhistoriques, pour lesquelles le fait d’enduire de blanc certaines surfaces, ou de les poncer, les isole et donne aux figures un ensemble, non pas malgré, mais grâce aux intervalles qui les séparent et les lient tout à la fois. Le « blanc », préhistorique ou typographique, est fondamental dans la pensée sémiotique d’Anne-Marie Christin.

3Dans ce livre de format assez grand mais raisonnable, et de prix assez faible, 61 spécialistes renommés contribuent donc à faire de cette sorte d’encyclopédie un ensemble exceptionnel construit selon trois sections consacrées successivement aux premiers systèmes d’écriture (« Origines et réinventions », qui s’ouvre sur le texte précité de Denis Vialou), aux alphabets et à leur diffusion (« Alphabets et écritures dérivées », dont on lira plus loin l’explication) et, enfin, à l’écriture de textes manuscrits et imprimés (« L’image dans l’écriture en Occident »). Toutes ces contributions comportent de superbes illustrations qui confèrent à l’ouvrage une qualité pédagogique exceptionnelle.

4Reprenons le mouvement d’ensemble. La plus grande surprise de Jean-François Champollion a sans doute été de découvrir que les « figures » des hiéroglyphes de l’Égypte ancienne pouvaient aussi renvoyer à un système phonétique : la croyance générale en l’alphabet comme seul système capable de transcrire les sons d’une langue aurait dû en être fort ébranlée, ce qui ne fut pourtant pas le cas. Cette apparente incohérence, négligée à tort (des valeurs phonétiques au sein d’un système dominé par l’analogie des figures) n’est compréhensible, pour Anne-Marie Christin, que parce que notre culture – qui depuis 2 000 ans n’a guère confiance que dans les vertus de l’alphabet – n’aborde l’écriture que sous le point de vue phonétique et ne relève pas en lui ce qui relève de l’image. Les lettres de l’alphabet grec, dispersées comme au hasard sur les anciens vases attiques, auraient pourtant dû attirer l’attention sur leur valeur graphique et inciter à théoriser l’image dans l’alphabet même, ce qui ne fut pas non plus le cas.

5Selon Anne-Marie Christin, l’originalité de notre alphabet, hérité des Grecs, est d’avoir « rompu les liens qui retenaient alors toutes les écritures à leur support comme à leur complément indispensable […] en se dégageant de l’espace visible et manipulable qui régissait l’écrit depuis toujours, celui-ci était devenu un instrument de classification quasi abstrait, et par conséquent d’autant plus fiable ». Ce faisant, selon une belle formule, « l’écriture trahit le visible tout en feignant de lui rendre hommage ». En effet, toute société connaît deux modes de communication : la parole, qui permet au groupe de maintenir ses structures et son héritage, et l’image, qui lui donne accès à l’invisible et permet une communication entre les hommes et les dieux. L’écriture est donc née d’un métissage, qui est au cœur de ce livre : montrer le rôle de l’image dans la genèse et l’évolution de l’écriture, rôle que notre culture n’a cessé de vouloir masquer.

6Cela explique la place de l’idéogramme dans la première partie du livre. Contrairement à la lettre de l’alphabet qui n’a de sens que par opposition à une autre lettre, contrairement au pictogramme qui ne renvoie qu’au seul objet qu’il figure, l’idéogramme requiert toujours une interprétation car il peut remplir trois rôles : il est simultanément logogramme (le signe renvoie à un mot), phonogramme (le signe renvoie à tous les mots homophones) et déterminatif (en permettant de définir l’appartenance lexicale du signe voisin). À cet égard, tout ce qui est consacré aux idéogrammes est admirable, notamment le relativement long chapitre de Pascal Vernus sur l’écriture égyptienne. Ce dernier montre qu’il « n’y a pas de solution de continuité entre la représentation et l’écriture hiéroglyphique qui demeure toujours enracinée dans l’image » (p. 67) ; le même Pascal Vernus, dans un autre chapitre consacré à « l’adaptation de l’écriture au monument » montre, avec deux exemples illustrés, l’étonnante capacité de l’écriture à s’adapter au monument qui lui sert de support (pp. 72-73). Il y a là un jeu sur les capacités sémiotiques de cette écriture qui exige du lecteur une singulière compétence à lire absolument dans tous les sens (éblouissant jeu de symétrie dans les deux exemples photographiés ici) ou encore à trouver la bonne valeur du signe au milieu d’une multiplication saisissante de l’analogie et de l’homologie (figure 2, p. 69).

7Mais revenons un peu en arrière, vers le texte de Denis Vialou, qui ouvre ce livre comme une plongée en amont dans nos origines, moins celles de la figuration que de l’abstraction : la figuration animale est réduite à un segment anatomique, une synecdoque fondatrice qui doit appeler l’attention sur les formes géométriques totalement abstraites qui « échappent à toute mimésis de la nature ou des êtres vivants » (p. 19). L’espace pariétal de nos lointains ancêtres n’est pas davantage orienté : pas de normes géométrisées constantes comme nos lignes ou nos interlignes ; le champ graphique pariétal est déterminé par le support. Mais ne nous y trompons pas : « L’antériorité de l’inscrit sur l’écrit ne pourrait être conçu comme une genèse ». Il n’y a aucune filiation, mais l’inscrit et l’écrit ont vocation à transmettre du sens, « codé, et symbolisé ».

8Pour leur part, Jean Marie Durand et Léon Vandermeersch expliquent le rôle de la divination dans la transformation de l’image en écriture avec les exemples de la Mésopotamie (pp. 28‑40) et de la Chine (pp. 74-99) : les dieux sont supposés avoir inventé un système de signes qui permette d’envoyer aux hommes de vrais messages visuels. Léon Vandermeersch, dans un bref chapitre intitulé « De la pyroscapulomancie à l’écriture », s’appuie sur l’exemple de deux carapaces de tortue et de deux omoplates de bovidés, où l’application d’un tison produit des craquelures sur l’autre face ; ainsi indique-t-il comment l’homme a appris à lire avant d’apprendre à écrire : les devins, inventeurs de l’écriture chinoise, se sont inspirés de ces inscriptions oraculaires, ces diagrammes, pour imaginer les premiers idéogrammes. Ainsi les hommes se sont-ils approprié l’écriture des dieux.

9La suite de l’ouvrage montre le rôle de l’image dans l’élaboration des systèmes d’écriture qui ont succédé aux idéogrammes. Cette élaboration ne s’est pas faite sous la forme d’une concurrence dans laquelle un système voudrait en remplacer un autre, mais sous forme de variantes dans lesquelles le métissage de l’image et du langage prend une forme différente : l’écriture au Japon (pp. 100-129) y est présentée comme le cas le plus spectaculaire et le plus complexe. « L’écriture dans l’image » est un autre apport du Japon dans lequel Jacqueline Pigeot décèle le décalage des paris esthétiques : « La peinture, toute décorative, éblouissante, contraste avec le poème qui se tient dans le registre de la discrète confidence » (p. 150), ce que confirme Marianne Simon-Oikawa, du xviie au xixe siècles, quand des figures sont réalisées avec des caractères d’écriture et dont le cas le plus net est celui d’un personnage dont le vêtement contient les signes qui forment son nom (p. 153). Cette fonction graphique est renforcée par les articles sur les écritures amérindiennes et sur celle de l’Île de Pâques.

10Plus proche de nous, l’écriture cunéiforme a, depuis le ive millénaire, dominé le Proche-Orient, et ce qu’en dit Jean-Marie Durand en retrace la continuité pendant des siècles : « C’est un seul et même système qui, partant des idéogrammes sumériens primitifs, aboutit au système strictement phonétique grec […]. À chaque fois, la motivation profonde du changement a été de mieux noter le phonétique et il a été décidé par un groupe linguistique différent » (p. 29). Au départ, explique-t-il, « le phonétique a été peu important. Aussi la notation a-t-elle été globalisante », mais nous avons tort de les appeler « pictogrammes » car ce qu’aujourdhui nous désignons comme pictogrammes représente « non pas des unités signifiantes, mais plutôt des textogrammes » : notre « interdiction de fumer » est une ligature de plusieurs idéogrammes (cigarette, feu, et croix-défense), alors que l’idéogramme antique était un signe qui convoyait simultanément un sens et un son. Cela dit, l’article de Jean-Marie Durand renforce la thèse généralement défendue par Anne-Marie Christin : « On peut supposer que l’écriture en Mésopotamie est apparue, non pas pour les besoins utilitaires de la tenue des comptes, chose qui serait nécessaire à la création de l’État comme on le répète usque ad nauseam, mais comme la conséquence d’une conduite religieuse, peut-être au service de l’État en train de se constituer ou pour prévoir les grands déplacements des marchands sumériens d’Uruk ».

11Cette insistance sur le refus, ou du moins la mise en arrière-plan des fonctions « utilitaires » de l’écriture à ses débuts, est évidemment la marque d’Anne-Marie Christin, mais elle semble pourtant excessive car, sans revenir sur le seul fait des boules d’argile, puis des tablettes des marchands mésopotamiens et la notation des biens que transportaient leurs caravanes, ce volume comporte aussi des remarques qui indiquent bien cette fonction utilitaire, comme le fait Jean-Pierre Olivier pour les écritures égéennes du iie millénaire (« la mise au point d’écritures aptes à noter des transactions économiques dans une société en expansion », p. 205) ou encore pour les notations étrusques ; et nous nous souvenons avoir appris pendant nos études à reconnaître le « ti-ri-po-de », la notation du trépied du premier inventaire déchiffé du linéaire B, qui est simplement comptable. Nous regrettons donc que ne soit pas cité ici le travail d’éminents chercheurs comme Jean Bottéro dont il faut au moins rappeler un livre comme Mésopotamie. La raison, l’écriture et les dieux (Paris, Gallimard, 1986) ou le petit ouvrage de vulgarisation écrit avec Clarisse Herrendschmidt et Jean-Pierre Vernant, L’Orient ancien et nous (Paris, Albin Michel 1996). D’ailleurs, on trouve encore, dans la seconde partie de l’ouvrage, des remarques éclairantes sur cette fonction utilitaire ou instrumentale, notamment dans les runes (marques de propriété, p. 262), ou par exemple, bien plus proche de nous, dans l’écriture inventée par le sultan Ibrahim Njoya dans le royaume Bamum (Cameroun), dont la population conserve encore une mémoire assez vive pour procéder à la reconnaissance régulière d’une nouvelle « reine-mère » du sultan .

12Ce livre a choisi de suivre trois perspectives : d’abord, privilégier les formes matérielles de l’écrit (manuscrit ou imprimé) ; ensuite, la distinction entre « scribes » et « lettrés » et l’autorité que leur confèrent les sociétés qui les légitiment ; enfin, les modes de diffusion et de conservation de l’écrit ainsi que les liens avec les institutions, notamment politiques et religieuses, mais aussi les problèmes spécifiques de déchiffrement. Bien entendu, le point commun de toutes les contributions reste le choix de l’importance de la part visuelle dans le système dont elles traitent.

13De là vient le contenu de la seconde partie, « Alphabets et écritures dérivées », dont nous retenons le long chapitre de Catherine Dobias-Lalou sur « Les alphabets grecs » (pp. 241-248). Outre l’histoire de l’alphabet que nous connaissons, et qui n’est pas le premier à avoir noté la langue grecque, l’article relève trois dimensions essentielles de cette écriture. La première, très originale, est son lien direct avec le développement de la cité, d’où le statut éminemment institutionnel de cette écriture ; mais si les décisions officielles sont gravées dans un sanctuaire, ce n’est pas seulement parce que le sanctuaire est un espace protégé par le dieu qui interdit toute saisie (a-sylos), garantit les actes juridiques (affranchissement d’un esclave, par exemple), et protège la mémoire de quiconque y a fait un don ou une offrande, c’est aussi dû à la fonction magique de l’écriture ; en témoignent ces plaquettes de plomb gravées et enfouies dans le sol, qui permettent la communication avec les forces chthoniennes. Enfin, l’écriture possède une fonction esthétique : la gravure ou la peinture (« graphein » signifie à la fois « écrire » et « peindre »), comme on les voit sur les monnaies ou sur les vases, sont aussi des objets artistiques liés au support comme on l’a dit plus haut des hiéroglyphes égyptiens. Lire ou compter (les lettres sont aussi des symboles numériques) sont directement liés à cet alphabet grâce auquel, désormais, la littérature sera écrite. Rome y ajoutera, ou renforcera, la lisibilité dont on peut juger à la qualité nouvelle des gravures sur pierre ou sur bronze, lisibilité impérative car « ces textes répondent à une volonté affirmée de publicité de la loi » (p. 257). En outre, la Res publica ne peut se penser sans ses grands hommes dont les textes gravés proclament et conservent la mémoire. La forte présence d’instruments d’écriture sur les stèles funéraires, y compris de défunts relativement modestes, indique que la maîtrise de l’écriture, certes plus répandue qu’on ne le pense souvent, était une source de prestige social (p. 261). Évidemment, nous ne pouvons signaler ici l’étonnante variété des autres écritures convoquées, du monde arabe au Caucase.

14La troisième partie du livre vise la présence de l’image dans l’écriture occidentale moderne et contemporaine, selon deux axes. Le premier, consacré au manuscrit (on y trouve d’extraordinaires exemples de l’illustration et de l’ornementation, comme celles du « livre de Kells », p. 312), ne s’arrête pas aux incunables mais va du tracé des lettres et de l’art médiéval de la mise en page (y compris les débuts de la ponctuation, p. 301) jusqu’aux manuscrits d’écrivains contemporains (Raymond Queneau, par exemple, analysé par Emmanuel Souchier, pp. 350-351, qui reprend, trop rapidement à notre goût, la question du « sens formel » empruntée à Jacques Roubaud). On y trouve aussi les divers usages citadins de l’écriture qui indiquent des évolutions visuelles de l’alphabet (chapitres de Daniel Roche sur l’imprimerie et la ville, Roger Chartier et Cécile Dauphin, notamment, sur les pratiques épistolaires). L’imprimerie a introduit deux propriétés de l’écriture. La lettre, d’abord, est un signe parce qu’elle constitue une unité formelle autonome, dont la gravure du poinçon fixe le contour et le style ; plusieurs chapitres y sont consacrés, avec des éclairages tout à fait originaux comme celui d’Annie Renonciat sur les « Typographies pour l’enfance » (pp. 374-379), ou le remarquable gros plan de Jacques André sur « les formes numérisées de la typographie » (pp. 392-393). Ensuite, la casse du typographe impose une belle réflexion sur les blancs typographiques : c’est la part secrète de l’écriture, celle des marges ou des silences (voir Stéphane Mallarmé, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard). La calligraphie a aussi permis aux peintres et aux graveurs d’établir d’autres correspondances, depuis le fameux portrait d’Érasme par Albrecht Dürer, qui est une des premières illustrations de ce livre (n° 3, p. 13), qu’Anne-Marie Christin lit comme une « mise à l’écran ». L’auteure y reprend la réflexion engagée depuis longtemps sur « la lettre à l’affiche » et « poésie visuelle et livres de peintres » (pp. 380-391).

15Cette nouvelle Histoire de l’écriture est un pari sur l’image, comme le revendique Anne-Marie Christin. Pari exigeant, quand il s’agit de comparer les écritures occidentales et extrême-orientales, de ou mettre en regard les hiéroglyphes égyptiens et les écritures amérindiennes. Pari assurément réussi, aussi bien dans ses chapitres descriptifs et historiques, dont on imagine que peu de lecteurs liront l’intégralité, que dans ses commentaires d’œuvres majeures comme Un coup de dés jamais n’abolira le hasard.

16Le livre s’achève avec une relecture par Yves Jeanneret de ce qu’il avait écrit dix ans plus tôt. Il reprend ce qui lui semble majeur dans l’écriture numérique : « Pour comprendre les écrits d’écran, il faut penser l’écriture ». Il y montre comment l’évolution des dernières années affectent à la fois « une physique (les supports), une logistique (les dispositifs de traitement) et une poétique (les formes de l’expression) ». C’est pourquoi l’écriture informatisée serait « à double-fond » : formalismes logistiques et poétique des formes sociales d’expression que nous n’avons plus à apprendre puisque elles sont actualisées « dans le déjà là du dispositif ». C’est donc sur la diffusion sociale des médias informatisés, qui a « massivement versé dans l’écriture une part considérable d’activités quotidiennes, ordinaires, illégitimes, déviantes », que se clôt ce grand livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Anne-Marie Christin, dir., Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimedia », Questions de communication, 22 | 2012, 335-339.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Anne-Marie Christin, dir., Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimedia », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/6993

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

elico, Université Lumière Lyon 2
Jean-Francois.Tetu@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page