Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Sociétés

Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique

Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Le Temps du genre, 2012, 313 p.
Gaël Villeneuve
p. 359-360
Référence(s) :

Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Le Temps du genre, 2012, 313 p.

Texte intégral

1Les discours des journalistes français sur la campagne présidentielle de Ségolène Royal étaient-ils structurés par des effets de genre ? Dans ce livre tiré de sa thèse en sciences de l’information et de la communication, Aurélie Olivesi tend à répondre positivement. Selon elle, les journalistes parlant des femmes politiques les réduisent, la plupart du temps, aux stéréotypes féminins. Cependant, le discours journalistique de 2007 n’est pas celui du temps des suffragettes. Son ton général est plus neutre, moins ouvertement sexiste. Au cours de son enquête, l’auteure démontre que la parité en politique n’est pas plus réalisée dans les assemblées du pouvoir que dans les langues de ceux qui les commentent.

2De quelles preuves dispose Aurélie Olivesi pour démontrer la persistance du sexisme dans les discours journalistiques ? Son ouvrage analyse les articles de la presse écrite française parus sur les principaux candidats au cours de la campagne présidentielle officielle de 2007, soit entre le 9 avril et le 7 mai. L’auteure y retrouve les manières les plus courantes de traiter les femmes politiques. Comme ses consœurs avant elle, Ségolène Royal est jugée à l’aune des hommes de son proche entourage. On la décrit souvent comme la fille d’un colonel, la dauphine de François Mitterrand, la compagne de François Hollande ou la mère de ses enfants. Les journalistes raccourcissent son prénom, et racourcissent le nom propre de son principal adversaire. Certains s’inquiètent même de savoir si cette énarque, présidente de région, députée, ex-ministre, possède les compétences nécessaires pour exercer la magistrature suprême. D’ailleurs, les débats portant sur la parité en politique s’accommodent sans peine de ces poncifs. L’auteure rappelle en introduction que l’égalité homme-femme en politique a été promue sur un malentendu, puisque c’est en partie en vertu de leurs supposées « qualités féminines » que la loi sur la parité a été votée en 2001. Catherine Achin et Marion Paoletti appellent « profemme », mot-valise composé de « femme » et de « profane », ce discours qui décrit les femmes politiques comme moins conflictuelles, plus à l’écoute des administrés, plus concrètes. La campagne présidentielle de 2007 intervient dans un contexte de discours dans les quels les stéréotypes traditionnels de genre sont indirectement renforcés de cette légitimation ambiguë du discours « profemme ».

3Aussi Aurélie Olivesi montre-t-elle comment les auteurs des articles parus sur les candidats à cette présidentielle font assumer leurs propos sexistes à des tiers : certains élus s’expriment vertement en off, des « vrais gens » parlent crûment des candidates… Certains journalistes croient même deviner l’avis des « Français » qui, selon eux, « ne sont pas prêts à élire une présidente ». Ces propos contrastent avec le discours plus neutralisant des journalistes lorsqu’ils s’expriment en leur nom propre : éditorialistes, reporters, auteurs de « portraits ». L’auteure étudie de près ces « portraits de presse », descriptions des candidats petits et grands parus sous un même format. L’égalitarisme affiché de ces portraits conduit-il leurs rédacteurs à traiter également candidats et candidates ? Comparant ses résultats avec ceux de Cécile Sourd (« Femmes ou politiques ? La représentation des candidates aux élections françaises de 2002 dans la presse hebdomadaire », Mots. Les langages du politique, 78, 2005, pp. 65-78), qui avait étudié le même corpus en 2002, Aurélie Olivesi note un glissement. Les stéréotypes sexistes relevés dans le reste de la presse s’effaceraient au profit d’une prise en compte du poids politique des candidats. La domination des hommes sur les femmes s’effacerait au profit d’une domination des principaux candidats sur les profanes. On se moque de leurs particularités physiques, on pointe le décalage de leur personnalité avec les enjeux de la compétition présidentielle. À quand une étude des portraits parus pour les présidentielles de 2012, qui comparerait le traitement entre, d’une part, les « petits candidats » comme Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignant, Jacques Cheminade et, d’autre part, la candidate Marine Le Pen.

4Sur un objet aussi actuel, on peut regretter qu’Aurélie Olivesi se cantonne à une stricte démarche d’analyse du discours, ce qui a pour conséquence de renvoyer les auteurs journalistes dans un grand Autre inconnu. On aurait aimé entendre ces journalistes revenir sur cette campagne, circonstancier leurs interventions, ne serait-ce que pour mieux comprendre le sens qu’ils donnent à leur pratique ainsi qu’à cette campagne présidentielle oscillant entre relents sexistes et progrès de l’affirmation paritaire. L’accession de Ségolène Royal au statut de candidate d’un parti en passe de l’emporter est le moment où le discours journalistique a dû faire un effort de neutralisation. Cette inclusion du personnel politique femme dans le premier cercle des acteurs légitimes s’est accompagné d’un mouvement d’exclusion contre les candidats plus mal classés dans les sondages. En 2012, les choses ne semblent pas avoir beaucoup changé ; on pense à la sortie de Franz-Olivier Giesbert, directeur du magazine Le Point, le 12 avril 2012, contre les « petits candidats » sur le plateau de France 2 (Des paroles et des actes), décrivant Philippe Poutou (candidat du Nouveau Parti anticapitaliste) comme « totalement baba cool » et ne connaissant « absolument rien de ses dossiers », Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) comme « gaulliste de poche », résumant le programme de Nathalie Artaud (Force ouvrière) par la formule « c’est quand même Les Bronzés font de l’économie » et estimant que Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès) aurait été « mieux en première partie de Nicolas Canteloup ou de Laurent Gerra » et qu’Éva Joly (Europe écologie-les verts) était « l’erreur de casting absolue » (« on ne comprend rien de ce qu’elle dit, d’ailleurs tout le monde s’en fout »).

5Enfin, certaines interprétations de l’auteure laissent un peu dubitatifs. Ainsi en va-t-il de la « surprise » des commentateurs au lendemain du débat Sarkozy-Royal du second tour. Était-ce parce qu’ils étaient surpris qu’une femme sache débattre ? On peut aussi considérer que Ségolène Royal refusait toute invitation aux débats et que certains journalistes en ont peut-être déduits qu’elle ne maîtrisait pas cet exercice. D’où leur surprise. Car Ségolène Royal, plus qu’une femme politique, fut une candidate aux stratégies très personnelles. En ce sens, et si le livre saisit et caractérise pleinement les invariants sexistes de la langue journalistique, il manque parfois à décrire ce que ce « moment 2007 » a pu avoir de spécifique, comme ce face-à-face entre une candidate singulière et un contexte qui ne l’était pas moins. Pour autant, Aurélie Olivesi présente avec une grande rigueur scientifique les évolutions du discours public sur la présence des femmes en politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Villeneuve, « Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique », Questions de communication, 22 | 2012, 359-360.

Référence électronique

Gaël Villeneuve, « Aurélie Olivesi, Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique », Questions de communication [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7020

Haut de page

Auteur

Gaël Villeneuve

CSU CRESPPA, université Paris 8
villeneuvegael@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page