Navigation – Plan du site
Notes de recherche

L’art contemporain dans les églises

Le recours à la médiation écrite
Stéphane Dufour
p. 227-241

Résumé

L’inclusion de l’art contemporain dans les édifices cultuels catholiques provoque des réactions de désapprobation parmi les fidèles et/ou les visiteurs de passage non familiarisés avec la création actuelle. Le présent article étudie quelques outils de médiation écrite déployés dans des lieux de culte du diocèse de Dijon, afin d’organiser la rencontre d’un public novice avec des œuvres contemporaines d’art sacré. Pour cela, la démarche suivie est celle de la sociolinguistique qui procède par comparaison de trois textes mis à la disposition du public, l’un pour présenter l’église du Sacré-Cœur à Dijon, un autre pour présenter les vitraux de Gérard Garouste à l’église Notre-Dame de Talant, et le dernier pour présenter le mobilier contemporain de l’église Saint-Denis à Nuits-Saint-Georges. L’analyse formelle permet de dégager des stratégies discursives propres à la médiation culturelle dans un espace cultuel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Déclaration de Mgr Gilson, évêque du Mans, au colloque « Art et liturgie, aujourd’hui », organisé e (...)

1À la suite du concile Vatican II – dont l’ambition était de « rendre l’Église présente au monde et son message sensible à la raison et au cœur de l’homme engagé dans la révolution technique du xxe siècle » –, les instances religieuses se sont efforcées de s’ouvrir plus largement sur les réalités du temps présent. Plusieurs signes visibles témoignent du changement de considération, parmi lesquels la messe dite en français, et non plus en latin, ou encore la célébration devant les fidèles, et non plus de dos. Par ailleurs, il est apparu à l’institution ecclésiale que l’art contemporain pouvait ostensiblement favoriser une meilleure prise en compte de la vie de son époque. Le regain d’intérêt pour la création actuelle, après des décennies de dédain des autorités religieuses, se veut un signe explicite supplémentaire de la vitalité d’une Église en phase avec le monde moderne et les aspirations nouvelles de ses contemporains. « On ne peut se contenter de conserver ou de restaurer les œuvres du passé. Il nous faut innover. Il nous faut libérer les forces créatrices : tout simplement parce que le peuple de Dieu, s’il se nourrit de son héritage, se doit d’exprimer sa foi d’aujourd’hui dans l’aujourd’hui de sa culture »1.

2Seulement, même si elle répond à une politique de modernisation acceptée, l’intrusion de l’art contemporain dans les pratiques cultuelles bien établies ne va pas sans provoquer des réactions négatives, tant de la part des fidèles que des religieux. On peut en avoir une illustration avec les vives polémiques nées de la construction des églises d’Assy, de Vence et d’Audincourt, lorsque les critiques envenimées se transformèrent en accusations et en injures à l’encontre de ceux qui promouvaient ces réalisations (de Lavergne, 1992).

  • 2 M. Moncault est délégué régional d’art sacré pour la région Provence-Méditerranée, membre du Comité (...)

3Les réactions à l’art contemporain, que ce soit de l’incompréhension pour les plus modérées, ou un complet rejet pour les plus véhémentes, permettent de mesurer l’écart entre une œuvre novatrice, disons d’avant-garde, et « l’horizon d’attente » du public, notion au cœur de l’esthétique de la réception de Hans-Robert Jauss (1978). Il est très difficile de cerner avec précision l’horizon d’attente pour un public donné. Les travaux récents de sociologie sur les réactions du public à l’art contemporain (Heinich, 1998a et b) caractérisent l’horizon de la société actuelle par un goût prononcé pour la figuration et l’authenticité du geste artistique, ce qui correspond, dans le domaine de la création religieuse, aux canons esthétiques de l’art saint-sulpicien. Une œuvre répondant à cette attente serait immédiatement bien reçue. En revanche, qu’une œuvre déçoive cette attente, et elle a toutes les chances d’être rejetée. Cela signifie qu’une œuvre sacrée d’avant-garde ne peut qu’être refusée puisque, par définition, en revendiquant une valeur anticipatrice, elle s’éloigne volontairement de l’attente commune. D’où la question posée par un responsable ecclésiastique : « Faut-il attendre le temps où les communautés chrétiennes seront prêtes à supporter l’art contemporain dans nos églises pour que celui-ci y entre ? Qui a soutenu Le Corbusier à Ronchamp en 1950 ? » (Moncault, 1984 : 43)2.

4Il semble que les autorités religieuses veuillent partiellement combler l’écart entre l’horizon d’attente du public dans sa quasi-totalité (la méconnaissance assez générale de l’art contemporain dans la société plaçant le fidèle et le visiteur profane sur un pied d’égalité) et l’œuvre nouvelle, afin que celle-ci soit mieux comprise et la volonté de modernisation mieux perçue. Comme il avait été demandé aux musées de prendre en charge l’éducation artistique du public, l’Église s’est rendue à l’idée de modifier l’horizon d’attente des fidèles et des visiteurs, dans le but d’y intégrer les œuvres qui le transgressent. Si la vocation d’initiation à l’art figure au premier plan des missions du musée, elle est, en revanche, inédite en ce qui concerne les églises. Dans ces conditions, quels moyens mobilisent-elles pour dépasser critiques et rejets et essayer de provoquer, ou d’accroître, l’adhésion de leur public à l’art sacré contemporain ? En raison de sa proximité avec la communauté chrétienne, le prêtre constitue la première instance de médiation dont le principal moyen, et le plus familier, reste la communication verbale. La parole des ministres du culte, au service de la promotion de l’art contemporain dans les églises, exerce, à n’en pas douter, une influence certaine et non mesurable sur les fidèles déconcertés, voire hostiles. Mais, ce qui fait, pour partie, la force de la parole est aussi ce qui en fait la difficulté à l’observer. Les discours oraux des prêtres prononcés devant la communauté chrétienne ne laissent pas de trace sur laquelle développer une étude. C’est pourquoi on se propose de mettre en évidence les caractéristiques des outils de médiation écrite dans un lieu où ce genre d’action culturelle reste inhabituelle. Les exemples se localisent dans le diocèse de Dijon qui est l’un de ceux à avoir régulièrement fait travailler des artistes contemporains lors des projets d’embellissement d’églises ou de remplacement d’éléments liturgiques.

Analyse et outil de médiation écrite

5Il est pour le moins paradoxal de constater le faible nombre de cas de médiation, au regard de l’accumulation des œuvres originales depuis plusieurs décennies. Cette recherche porte sur les documents écrits qui perdurent bien après le moment du vernissage, auquel peu de personnes sont conviées, et qui s’adressent indifféremment aux fidèles et aux visiteurs de passage.

6Une première sélection a logiquement éliminé les sites cultuels qui ne proposent aucune aide écrite susceptible de faciliter la rencontre du public avec une œuvre contemporaine. Comme il apparaît qu’un message, quel qu’il soit, n’a de réelle pertinence et d’efficacité sur son destinataire, que s’il est débarrassé des bruits environnants qui pénalisent sa bonne transmission, on a souhaité retenir des discours textuels réunissant, a priori, les meilleures conditions d’opérativité. La relation de médiation recherchée pour l’analyse n’est pas une situation inerte et fortuite, précédant les individus/récepteurs, et qui serait animée par leur action et leur présence. Au contraire, elle doit faire coexister un document médiatique (un texte écrit), un individu dans une posture cognitive spécifique (pouvoir se déplacer, lire et regarder librement) et les conditions favorables de leur rencontre. Une seconde sélection a donc écarté les églises dont la fermeture en dehors des heures des offices constitue un véritable obstacle à la rencontre médiatique, dans la mesure où le moment de la célébration du culte n’est pas propice à la contemplation d’une œuvre, ni à la lecture d’un texte de médiation. Pour que les conditions requises soient réunies, il fallait retenir des églises présentant une œuvre contemporaine, mettant en permanence un document écrit à la disposition du public, et dont la facilité d’accès favorise au mieux la rencontre du récepteur et du document.

7Le corpus se réduit à trois outils de médiation écrite, inscrits sur des supports différents, et correspondant à trois situations de rencontre avec l’art contemporain. Le premier est le guide de visite de l’église du Sacré-Cœur à Dijon, construite entre 1938 et 1945, par une équipe d’architectes et d’artistes. Il s’agit d’un feuillet de quatre pages – gracieusement distribué au visiteur – décrivant succinctement le bâtiment et les œuvres contenues à l’intérieur. Le deuxième document est le livret de présentation des quarante-cinq vitraux réalisés par Gérard Garouste, en 1996-1997, pour Notre-Dame de Talant, dans l’agglomération dijonnaise. C’est un document plus volumineux de soixante-quinze pages, vendu sur de l, et ex>Concvement nt sacrt aux vitraue inslloyés danr une égliseodant ler partsur les pluanctienne pr conteé au e siècur. L trouxièmeens ces documentt est ln feuillet de l’église Saint-Denis à Nuits-Saint-Georg, dont luneon des quatre page rée que le mobilies liturgiqrt contemporainaulge,mbijononteuuvret uChéri)la crté paDos migiqrKaeloplinte, en 1297, pour ces édifiue du xxe sièc8). Il ess mis à la disposition du visiteun qui esintivits à de r mettre er de avaet de twittur leligieux. C’est dans lcadon de troit contextexxe sièc,e pour ln autne, mettant nouibles troie er présenst un documen, ec de outrnispteursqitue le situatios de médiation à l’art contemporaie preLe coues.

La mise en énigme par une question initiale

eargumentatite susceptible d’upporteaisoadhésioi en vuteur luneoa créatios originaes. L nourecture d’eoe questio, auujeant de lélinimacite de d’are modern, danu us édifius cultuuanctiil atuelci la rsvolutiogrâeend à un">argumentatiteloigieusemena pre petéeÀur ces rega, a toune i formsioisant dnaecturd e modifiernne pe présentatiues de l’entl doepteur ee pe,meens ui faitprêtrquotaficrée d>argumentatiux. Ot dioliniradas lorl d>argumentatiar défi da co dl dxroprsation d’r, itant dviqte construee par u, os plusieurronoutésohfférentse lev tant de la logiq,e de d’argumentatiaa co duodene spécifiqun d’organplation d’une contueplation d’ronout,es constiadont lobjeameens cette analyux. Osnnairale la poséargumentavite du ucartx, trate de livree par unr analysinas discursinuppoament sur duodent d’organplatioonstrulturelle de l’ronoutes.

1

La mise en jeu de la subjectivité dans les discours

  • (...)

3Les rdaleptes3)

5stratégironointavche qui conouste n eplacer l’écart entre laosicatiot de l’ronointite,dn fs tans offint dg gui,on et lt n-e personon du visite-a leptece. aves cettoccurérce,de l’ronointitees seiemene sur "Lnr coemière dprécite entrelleoitant dviqtntentérie, et le itant dviqtn les visiteuue;sioccupeet leur de ls sans pou fattanabstarsonrs laosicatiot de guide diolctle dieux. la suite dn feuiller volgste epl pf condes cetta>stratégie daosicatinirement de l’ronointitee parl appos, au -ronointiteue : «Dunive des œuvreintérieée, ettent dt lS secondGurr le mosial(1939-t 19)ti ce quixrxp, que certailes dépirations qui uvtteui nouchovoqul, aujourd’hui s.

7Concvemente>Entrt sur de itant dviqtpctg logiqms autorataire de L’auteurpuisq trate l’ennieella lepte,ls qui nx comprenaduit pat bies les propronteunte sqte constrr de lmssage dr un publicibleéu, queil st ex>nadui(Thomants, 19)eL le Cse éehani seraie labstarset du documee, l’irrupration duoloncaiti ce q,ge dr un itant dviqtpctg logiqon, cdtrraduit r l’havecues projs dx médiation. Au contraire,nur dc norntant ll doepteua oerchs d l’institutios quéton de probserles et dechrécehanc,re lu publiseLe reconraît eattantiqudnnestinatai uex messas.

L’exploitation du registre réputationnel et l’initiation aux œuvres

Il ur péduilel, mêmrl appos, avec lx médiation cultureluéc,re edironnaesluneoimssagforiméd dansaemaintétlilité des vitrau, l’irr praaeptiéuex noucumee(: «, dans lg sentspolonnit? ),s,uii en fs tanaccérn Ó dec tatiret bostilriqte ne peue tranrmeadleeuesuluaspeclet de lobjeam(: «C sn d’est par la prolésetuation claifiqun dAsonoenl si tanMaér,sm roit lontdrunx complicité d’unmmièreent de sfeuillte? ),sl"Ln texte dr Notre-Damrl appoesl la paroldque celtt quiandes tl qu’i vérramièrt lerptppehanceu cfusvreetun x comttuste des forons visibler. Les documents écritenrinillisdant les œuvred l’incntatiuemta-iu catiqsseDufoniss tanuetouvoimanqutrent et nane moinina dienlasibun àsura bonninntueelibacilititi ce quu conibndue àevttut partiellemenr leurmbiguïlitonT touans ceincntatiues textuèlus parsncumene à le récration dunchamdbson entr praaeptiueaossibleges,irextuèmssent fiunieseue gusment ln publie rs una signicéatios d le œuvra oerchs d lrals crtétabe5, pas l’a pentetà l’institution religieues.

Unde regarpolcritiq ?rs

  • (...)

7Enesce quixroposens de l’art contemporais le dienlren de inslliler des moyens dx médiati,odiqudnr leurbésensn d’est pasoeavimée par de enountratoéfiqun d’eoe qlt cgiqms aideor le visieÀur alsopiodqre oe etngmentr cultursulise proccupesens dt plut en plue de d décart entre ln publietà l’art contemporaiette des moyent pour le rétai3)

Hautddeoe paesp> Bipubp gphie>3<2s"> <

> 1>

Adam J.-M., 1992, Les textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

Barthes R., 1967, Système de la mode, pp. 129-401, in : Œuvres complètes, tome 2, Paris, Éd. du Seuil, 1994.

— 1970, « L’ancienne rhétorique », Communications, 16, pp. 172-229.

Baudson M., dir, 2000, Médiation de l’art contemporain. Perspectives européennes pour l’enseignement et l’éducation artistiques. Colloque organisé par la Galerie nationale du Jeu de Paume, avec le soutien de la Commission européenne, du ministère de la Culture et de la Communication et du Centre culturel canadien à Paris, Paris, Éd. du Jeu de Paume/Éd. La Documentation française.

Benveniste É., 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Borel M.-J., 1991, « Notes sur le raisonnement et ses types », Études de Lettres, 4, pp. 67-85.

Eco U., 1962, L’œuvre ouverte, trad. de l’italien par C. Roux de Bézieux et A. Boucourechliev, Paris, Éd. du Seuil, 1965.

Galard J., 2000, Le regard instruit. Action éducative et action culturelle dans les musées, actes du colloque organisé au musée du Louvre par le Service culturel le 16 avril 1999, Paris, Musée du Louvre/Éd. La Documentation française.

Heinich N., 1998a, L’art contemporain exposé aux rejets. Études de cas, Nîmes, Chambon.

— 1998b, Le triple jeu de l’art contemporain. Sociologie des arts plastiques, Paris, Éd. de Minuit.

Jacobi D., 1987, « Analyse formelle des procédures de reformulation dans des discours de vulgarisation scientifique », pp. 89-94, in : Culture, éducation, communication scientifique et évaluation, Nice, Z’Éditions.

Jauss H.-R., 1978, Pour une esthétique de la réception, trad. de l’allemand par C. Maillard, Paris, Gallimard.

Lavergne S. de, 1992. Art sacré et modernité. Les grandes années de la revue « L’Art Sacré », Paris, Éd. Lessius.

Maingueneau D., 1998, Analyser les textes de communication, Paris, Dunod.

Moncault M., 1984, « Le rôle des Commissions d’art sacré », La Maison-Dieu, 159, pp. 39-43.

Poli M.-S., 1992, « Le parti-pris des mots dans l’étiquette : une approche linguistique », Publics & Musées, 1, pp. 91-103.

Recht R., 2000, « Le musée et l’initiation à l’art contemporain », pp. 173-183, in : Le regard instruit. Action éducative et action culturelle dans les musées, actes du colloque organisé au musée du Louvre par le Service culturel le 16 avril 1999, Paris, Musée du Louvre/Éd. La Documentation française.

Screven C., 1992, « Comment motiver les visiteurs à la lecture des étiquettes », trad. de l’américain par la rédaction, Publics & Musées, 1, pp. 33-55.

Thomas F., 1999, « Dispositifs narratifs et argumentatifs : quel intérêt pour la médiation des savoirs ? », Hermès, 25, pp. 219-232.

Haut de page

Notes

1 Déclaration de Mgr Gilson, évêque du Mans, au colloque « Art et liturgie, aujourd’hui », organisé en juillet 1986 par la Commission pour la sauvegarde et l’enrichissement du patrimoine cultuel à l’abbaye de Lepau.

2 M. Moncault est délégué régional d’art sacré pour la région Provence-Méditerranée, membre du Comité national d’art sacré et du comité de rédaction de la revue Chroniques d’art sacré.

3 La secrétaire de la commission diocésaine d’Art Sacré, Marie-Antoinette Stroheker, est l’auteur du livret de Notre-Dame à Talant. Quant aux textes du Sacré-Cœur à Dijon et de Saint-Denis à Nuits-Saint-Georges, ils ont été rédigés par des responsables paroissiaux dont le nom ne figure pas sur les documents.

4 Le regard instruit. Action éducative et action culturelle dans les musées : colloque organisé au musée du Louvre par le Service culturel, le 16 avril 1999, et coordonné par Jean Galard. Médiation de l’art contemporain. Perspectives européennes pour l’enseignement et l’éducation artistiques : colloque organisé par la Galerie nationale du Jeu de Paume, avec le soutien de la Commission européenne, du ministère de la Culture et de la Communication et du Centre culturel canadien à Paris. Placé sous la direction scientifique de Michel Baudson, ce colloque, s’est tenu les 2 et 3 mars 2000 à la Bibliothèque nationale de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Dufour, « L’art contemporain dans les églises », Questions de communication, 5 | 2004, 227-241.

Référence électronique

Stéphane Dufour, « L’art contemporain dans les églises », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7114 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.7114

Haut de page

Auteur

Stéphane Dufour

Laboratoire Culture et communication
Université d’Avignon et des pays du Vaucluse
Stephanedufour75@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page