Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Dominique Blin, Isabelle Cousserand, Christian Mesnil, dirs, Interculturel et communication dans les organisations

Communication et Organisation, 22, Bordeaux, Université Michel-de-Montaigne, GREC/O, 2002, 345 p.
Sylvie Thiéblemont-Dollet
Référence(s) :

Dominique Blin, Isabelle Cousserand, Christian Mesnil, dirs, Interculturel et communication dans les organisations. Communication et Organisation, 22, Bordeaux, Université Michel-de-Montaigne, GREC/O, 2002, 345 p.

Texte intégral

1Dans sa livraison du second semestre 2002, le numéro 22 de la revue Communication et Organisation, éditée par le groupe de recherches en communication des organisations (GREC/O) de l’université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3), a proposé un dossier intitulé « Interculturel et communication dans les organisations ». Ainsi, les contributeurs, au nombre de douze, offrent-ils un ensemble varié de définitions, de travaux et d’expérimentations, l’objet étudié – l’interculturel – l’étant tout autant.

2À la lecture de ces textes, celui de Joanna Nowicki (pp. 52-66) donne indéniablement le ton aux questionnements autour des effets de mode de la thématique, de son appropriation dans diverses sphères et/ou disciplines, et propose, dans la lignée d’Yves Winkin (« Émergence et développement de la communication aux États-Unis et en France », pp. 33-50, in : Fall K., Simeoni D., Vignaux G., dirs, Mots, représentations, enjeux dans les contacts interethniques et interculturels, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, 1994), une alliance entre le domaine de la communication interculturelle et celui de l’anthropologie. Cette chercheuse insiste sur la pluridisciplinarité du champ et défend l’idée que le croisement de méthodologies ne peut que participer à l’élaboration rigoureuse des éléments constitutifs d’une culture et de son ossature, sans pour autant céder à la modélisation et à l’ethnocentrisme. Par ailleurs, Stefan Bratosin (pp. 184-199) souligne, à juste titre, que « l’interculturalité [...] est approchée comme un objet pliable en tous sens » (pp. 185-186), au point qu’il note certaines limites et ambiguïtés méthodologiques. En effet, il rappelle, « qu’au lieu d’avoir comme concept général de départ celui de culture, [trop] d’études en communication interculturelle reposent [...] sur le concept de monde, nourri [...] par les instances de l’actualité sociale, politique et économique du phénomène de mondialisation » (p. 190). En réponse à ces critiques, il propose quatre critères de textualité, empruntés à l’herméneutique ricœurienne du discours, destinés à « poser [...] le cadre constituant de l’objectivité des communications interculturelles » (p. 196). Dominique Desjeux (pp. 86-97) énonce la difficulté de l’analyse et de l’observation de la culture, en s’appuyant sur l’usage de l’outil culturel des échelles d’observation (macro-sociale et micro-sociale), certes pertinent, mais parfois tout aussi ambivalent. Force lui est de constater que la communication culturelle peut se révéler à double tranchant : elle peut, effectivement, servir de clé pour mieux fonctionner avec l’Autre comme moyen de négation absolue. Bernard Dagenais (pp. 200-217) poursuit cette réflexion, de manière plutôt philosophique, et s’interroge sur la meilleure gestion de l’apport interculturel, à l’intérieur comme à l’extérieur, des frontières. Dès lors, tout en détaillant assez longuement certains objets, sujets à débat (port du tchador, culture américaine en voie d’extension, autonomie d’une région, d’une langue, etc.), il suggère, en guise de réponse, « l’ouverture de chacun à l’autre, sans perdre [pour autant] son identité » (p. 214). De même, s’il note que la mondialisation a des effets retors indéniables, il souligne qu’il est possible d’y trouver des mélanges parfois intéressants et des « éléments d’ouverture » (p. 213). Jean-Marc Fick (pp. 218-235) participe de cette mouvance et, tout en étayant son point de vue, à l’aide d’aperçus sur le « mariage réussi de l’homme avec la machine » (p. 218), fait preuve d’enthousiasme face à l’avènement de la culture de l’interculture, « science nouvelle et fédératrice » (p. 233) ; il engage même les chercheurs des sciences de l’information et de la communication à s’inscrire dans cette « grande problématique commune, originale, de recherche et d’enseignement [...] qui constituerait [...] une approche pertinente [...] du melting pot culturel » contemporain (pp. 233-234). C’est ce que Philippe Pierre (pp. 24-50) examine au prisme de la coexistence d’identités différentes dans le monde de l’entreprise. Du constat qu’il établit – dans ces milieux professionnels, les travaux et les enquêtes sur les réalités interculturelles, sont encore bien trop timides – il souhaite que soient menées des réflexions qui pourraient être « directement utiles dans les domaines de recrutement, de la gestion des carrières ou de la formation à la mobilité internationale » (p. 40). Blandine Vanderlinden (pp. 98-119), Philippe d’Iribarne (pp. 120-134) et Sophie Faure (pp. 137-153), qui s’y sont essayés, concluent – à l’appui de propositions différentes mais complémentaires – à l’ampleur du chantier. Pour eux, l’enjeu essentiel consiste en la prise de conscience nécessaire des organisations pour enfin reconnaître l’existence de cultures différentes, en leur sein, et définir clairement leur rapport à l’Autre. Une option qui semble ne pas correspondre au modèle organisationnel chinois, les travaux de Sophie Faure en attestant. À l’instar de Dominique Colomb (« Discours et dispositifs "lointains" entre altérité et interculturalité », Questions de communication, 4, 2004, pp. 71-78), elle témoigne que les Chinois ont une façon d’être qui leur est propre puisqu’ils « cohabitent avec leurs différences, en toute indifférence » (p. 136) et en toute connaissance de cause ; et au-delà d’une sinité unificatrice, ils semblent y trouver un enrichissement et une ouverture scientifique et humaine. Pour sa part, Franck Gauthey (pp. 68-85) développe un raisonnement axé sur l’éthique : si formation à l’interculturalité il doit y avoir (au sein d’une organisation, par exemple), il ne faut pas que celle-ci puisse être instrumentalisée à des fins de pouvoir, « apprendre un savoir pour maîtriser autrui » (p. 83). Au contraire, elle doit concourir à la construction d’un mieux vivre et d’un « mieux agir ensemble » (p. 68). Sous l’angle historique de la recherche en communication organisationnelle, Rosette Bonnet (pp. 154-171) poursuit cette piste autour de « l’agir ensemble » et invite le lecteur (ou le chercheur) à questionner davantage les « processus de construction du rapport à soi, à l’Autre et à la vie, tels qu’ils se manifestent dans le contexte du travail » (p. 168). Ce que semble proposer Arlette Bouzon (pp. 172-183) lorsqu’elle affiche son opposition au courant de pensée managérial des années 80, défendant « les bienfaits supposés de l’homogénéité du personnel dans l’entreprise » (p. 172). Car, dit-elle, si cette uniformité tend à apaiser certains conflits, elle ne constitue pas pour autant un gage d’efficacité (p. 180) : en revanche, à partir de plusieurs expériences et des résultats de ses travaux les plus récents, elle soutient l’idée que la prise en compte des différences entre les membres d’une organisation ne peuvent qu’enrichir « celle-ci d’opinions, de modes de pensée et de compétences diverses » (p. 177).

3Ceci n’est qu’un aperçu de ces contributions qui, toutes, présentent des exemples, des expériences vécues, des observations en cours et, surtout, des pistes de recherche aussi nombreuses que variées et souvent inexploitées. Du reste, si le chercheur a l’embarras du choix, il peut, en toute objectivité, faire le constat que le champ de la communication culturelle lui ouvre de larges perspectives, quels que soient son champ, ses outils, ses approches et éventuellement sa discipline d’origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Dominique Blin, Isabelle Cousserand, Christian Mesnil, dirs, Interculturel et communication dans les organisations », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7122

Haut de page

Auteur

Sylvie Thiéblemont-Dollet

GRICP, université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page