Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Mario Borillo, Jean-Pierre Goulette, dirs, Cognition et création. Exploration cognitive des processus de conception

Liège, Mardaga, coll. Sh, 2002, 400 p.
Gisèle Bezon
Référence(s) :

Mario Borillo, Jean-Pierre Goulette, dirs, Cognition et création. Exploration cognitive des processus de conception. Liège, Mardaga, coll. Sh, 2002, 400 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif, fruit des réflexions menées lors de deux séries de rencontres en 1995 et 1998 sur la nature des processus créatifs à la lumière des sciences de la cognition, réflexions fondées sur les recherches menées depuis quelques années en Grande-Bretagne et en Scandinavie, dix-huit auteurs se livrent, au fil de seize contributions, à une approche des processus de conception de formes sensibles dans des domaines d’activité esthétiques tels que l’architecture, la chorégraphie ou la musique. L’ouvrage pose le problème de l’assistance des outils informatiques tels que la Conception assistée par ordinateur (CAO) lorsqu’on quitte la conception d’objets industriels pour entrer dans le domaine des objets à fonction symbolique.

2Dans un premier chapitre qui tient lieu d’introduction, Mario Borillo et Jean-Pierre Goulette évoquent la rupture scientifique et philosophique dans l’analyse des rapports entre conception par ordinateur et conception par le cerveau. Pour eux, cette rupture est représentée par l’émergence des sciences cognitives dont la problématique centrale se pose en terme de transfert sur la machine d’une partie de la compétence créative du designer, de l’architecte, ou de l’artiste. Depuis une dizaine d’années, elle entraîne une confrontation entre le monde de la création et celui de la cognition représenté par des champs tels que la psychologie, l’ergonomie, l’informatique, les sciences du langage et la philosophie cognitive. L’association de ces différents champs souligne l’approche transdisciplinaire des sciences cognitives. En délimitant le domaine de recherche, cette approche poursuit trois objectifs : définir des stratégies et méthodes qui permettent d’appréhender les différentes dimensions d’un processus de conception ; envisager les modalités de transformation d’une action individuelle en action collective ; aborder les problèmes posés par la représentation et la simulation des phénomènes cognitifs.

3Les contributions sont organisées selon trois axes qui constituent les parties du livre. Les auteurs de la première se penchent sur deux questions importantes de la conception : comment décrire les modes de pensée des concepteurs ? Comment concevoir un enseignement de la conception ? Sans nier les bénéfices que les concepteurs peuvent tirer des systèmes informatiques « intelligents » et de la réalité virtuelle pour réaliser des artefacts indispensables à l’évolution d’un projet, les contributeurs mettent l’accent sur la difficulté de modéliser le processus de conception dans ce domaine. En effet, il existe autant de modes de conduite du processus de conception qu’il y a d’architectes. Une telle situation complique singulièrement la modélisation, mais aussi l’existence d’une pédagogie de la conception.

4Sous le titre « Computation et cognition », le deuxième axe développe une réflexion sur les modifications que des outils comme la CAO ou l’internet apportent à l’organisation du travail. De façon plus concrète, les différents auteurs illustrent leur propos d’exemples de conception, qu’il s’agisse de design industriel, d’architecture, d’arts plastiques ou de chorégraphie. Cependant, les chercheurs abordent le problème que pose l’implantation sur des machines d’opérations de conception, notion qui se définit selon l’un des auteurs, comme « l’élaboration d’un projet de réalisation et non pas comme la réalisation d’un projet ». Sa transposition sur la machine transforme le statut de cette opération complexe de processus en une suite d’opérations. La transformation a des conséquences sur le statut des objets conçus – notamment de l’œuvre d’art –, et sur le statut professionnel des concepteurs. Il n’en reste pas moins que, en matière de travail coopératif et de résolution de problèmes, l’aide des outils informatiques et la modélisation ont permis de transposer des modèles d’actions collectives, mises en place à partir de l’étude de sociétés d’insectes sociaux à la résolution de problèmes en entreprise. Plus développée que les autres, cette partie insiste sur les apports des technologies informatiques et des outils de réalité virtuelle aux opérations de conception dans différents domaines de l’activité humaine, sans sombrer pour autant dans une idéologie techniciste.

5À partir d’une approche philosophique de l’art, qui aborde les questions de la création et de l’expression dans leur confrontation avec les technologies informatiques, le troisième axe oriente le lecteur vers les perspectives qu’offrent les sciences cognitives pour une approche des processus de conception et de production de l’œuvre d’art. On peut y découvrir comment l’analyse de la CAO, qui se substitue à l’homme dans son travail créatif, permet de mettre en évidence les apports de la linguistique, des outils de traitement automatique de la langue à la compréhension de certains processus de conception – particulièrement en architecture – et l’intérêt que présente l’ergonomie cognitive, dans la mesure où elle intègre davantage d’acteurs et d’activités dans les notions de concepteur et de conception.

6Il n’est pas aisé de lier les différents textes entre eux et certains sont d’un accès très difficile, parce que leur contenu est franchement orienté vers les domaines scientifique et technique. Les schémas et illustrations sont souvent une aide à la compréhension, en particulier lorsqu’il est question d’architecture et d’arts plastiques. Toutefois, certains croquis légendés en anglais et reproduits à partir d’études réalisées par des chercheurs étrangers à l’ouvrage, n’éclairent pas nécessairement les textes. Cet ouvrage semble donc s’adresser en priorité à des lecteurs avertis. Toutefois, il est incontestable que l’approche de la conception des objets esthétiques et symboliques que proposent les sciences cognitives, déplacent la problématique d’un processus que les sciences humaines voient généralement sous l’angle des interactions entre acteurs humains. Le développement des systèmes « intelligents » pose le problème de la représentation et de la modélisation des modes de pensée des concepteurs et du processus mental de conception lorsque l’objet relève de l’esthétique et du symbolique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Bezon, « Mario Borillo, Jean-Pierre Goulette, dirs, Cognition et création. Exploration cognitive des processus de conception », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7123

Haut de page

Auteur

Gisèle Bezon

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page