Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Reinhold Bost, Bartholomäus Kossmann, Christ, Gewerkschaftler, Politiker, 1883-1952

Blieskastel, Gollenstein Verlag, 2002, 429 p.
Alexandre Marius Dées de Sterio
Référence(s) :

Reinhold Bost, Bartholomäus Kossmann, Christ, Gewerkschaftler, Politiker, 1883-1952. Blieskastel, Gollenstein Verlag, 2002, 429 p.

Texte intégral

1Ce livre en langue allemande est une bibliographie de Bartholomäus Kossmann, un homme politique sarrois resté très engagé au côté du catholicisme social et politique. Une grande partie de l’ouvrage retrace son cheminement – avec documents et photographies remarquables à l’appui – depuis sa naissance, en 1883, jusqu’à son enterrement d’État dans son village natal, en 1952. De prime abord, c’est moins cet aspect – qui intéresse plutôt l’historien, voire l’historien local ou le sociologue – qui donne envie de le lire que la dimension politique et la communication souvent rusée, si ce n’est contradictoire, qu’employait Bartholomäus Kossmann dans son itinéraire politique et syndical. L’homme se révèle avoir été fortement guidé par, d’un côté, une attitude religieuse profonde et profondément vécue et, de l’autre, une soumission parfois critique aux exigences de la hiérarchie de l’Église catholique-romaine.

2L’acribie des recherches menées par Reinhold Bost, historien local, permet de jeter un regard presque intime sur les relations privées et politiques du personnage, notamment lorsqu’elles concernent les réflexions et stratagèmes en cours dans les milieux très engagés de la catholicité romaine, en cette période mouvementée de la Sarre. Cette région fut d’abord membre du Reich impérial, puis soumise à une gestion à forte influence française. Elle redevint membre du Reich national-socialiste, en 1935, lors d’une élection populaire, puis jouit d’une certaine autonomie étatique sous gouvernance militaire française, après la Seconde Guerre mondiale, et ce, jusqu’en 1956, quand eut lieu le second vote de rattachement de la Sarre à l’Allemagne devenue, entre-temps, la République fédérale allemande.

3L’ouvrage fait ressortir que l’homme politique sut, en parallèle, mener différents combats en utilisant – consciemment ou non – différents modes de communication et prises de position, toujours adaptés aux besoins du moment et aux publics. D’ailleurs, le sous-titre du livre, Chrétien, syndicaliste, homme politique, est révélateur des valeurs – parfois contradictoires – que Bartholomäus Kossmann dut assumer et exprimer. Si son engagement dans le syndicalisme catholique-romain, peu enclin aux manifestations et aux grèves, est cohérent, son discours politique comporte deux volets : la défense des intérêts sociaux et des intérêts locaux, d’une part, des activités dans la haute politique (Berlin et Sarre), d’autre part.

4Le fait d’être très respectueux des valeurs sociales catholiques-romaines – comprises par lui comme dogmes absolus – le poussèrent parfois à des prises de position très personnelles qui lui valurent des critiques, voire des campagnes de calomnie émanant de ses collègues du Parti du Centre – Zentrumspartei – (droite conservatrice), et de certains membres de la hiérarchie de l’Église catholique-romaine. Syndicaliste de cœur et d’esprit, il était animé par des valeurs humaines et mutualistes qui, généralement, primaient dans ses actions politiques et firent qu’il ne se soumettait pas toujours aux intérêts politiques supérieurs du moment.

5En revanche, dans ses activités ayant trait à la politique nationale – que ce soit au niveau du Reich, du Saargebiet ou du Saarland –on est forcé de constater que son argumentation et son mode de communication politiques furent très flexibles. Ardent nationaliste allemand à Berlin, et toujours pro-allemand en Sarre, député au Reichstag dès 1912 – il vota, le 4 août 1914, tous les crédits pour l’entrée en guerre –, il se mua en républicain centre-droit après la chute du Kaiserreich et l’instauration du Reich républicain (République de Weimar), puis se fit réélire député en 1919. Bien sûr, il refusa le Traité de Versailles et lutta activement – aidé en cela aussi par l’évêque de Cologne – pour le rattachement de la Sarre à l’Allemagne. Ensuite, il devint membre et président de la Commission gouvernementale instituée pour la gestion de la Sarre, fut même ministre et, de ce fait, en 1933, ne fit aucune déclaration sur le national-socialisme.

6Cependant, les positions prudentes qu’il tint au sujet de la politique extérieure sont à séparer de son évolution personnelle qui, en partant d’un fondement religieux, le fit lentement évoluer vers une opposition personnelle et intime au national-socialisme. Il se rapprocha de certains cercles non nazis et s’impliqua dans leurs discussions. De ce fait, il fut arrêté le 22 juillet 1944, à Forbach, sous l’accusation d’avoir participé, à partir de 1943, au cercle oppositionnel et insurrectionnel de Carl Friedrich Goerdeler. Mais, même le sanguinaire Dr Freisler, Präsident des Volksgerichtshofes, dut conclure à sa non-culpabilité et l’acquitta en arguant du fait qu’il avait toujours été un bon nationaliste et un loyal patriote qui, de ce fait, aurait été bien incapable de nuire ou comploter contre le régime national-socialiste.

7Dès la fin de la guerre, Bartholomäus Kossmann fut présent sur la scène politique sarroise. Il devint président d’honneur du Parti chrétien populaire et député à la Diète sarroise. Ses engagements – notamment pour les mineurs et autres travailleurs –, mais aussi son opposition contre tous les plans français d’ériger immédiatement un État indépendant sarrois, tout comme son opposition au Haut-Commissaire Gilbert Grandval qui voyait en lui un représentant des conservateurs et des nationalistes allemands, sous dominance intellectuelle de l’évêque de Trèves, firent de cet homme un personnage tragique, déchiré entre ses contradictions et l’impossibilité de se les avouer, de les comprendre et de les faire partager. La seule fois où il en parla fut sa réplique, le 7 novembre 1947 (pp. 327-328), à un député social-démocrate en Diète de Sarre. Cette réplique est intéressante parce qu’elle résume la logique de son raisonnement : il y affirme que bien qu’il ait soutenu, en 1935, le vote de la Sarre pour l’Allemagne, ce fut le vote d’un Allemand patriote, et ce malgré Hitler. Ensuite, il affirme n’avoir jamais utilisé le salut national-socialiste et être toujours resté aux côtés des 50 000 mineurs de la Sarre. Il en vient ensuite à parler de son incarcération et des souffrances, mais laisse dans l’ombre son acquittement par le Dr Freisler et ses motivations les plus profondes. Mais peut-on communiquer l’incommunicable ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Marius Dées de Sterio, « Reinhold Bost, Bartholomäus Kossmann, Christ, Gewerkschaftler, Politiker, 1883-1952 », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7124

Haut de page

Auteur

Alexandre Marius Dées de Sterio

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page