Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Brigitte Bouquet, Éthique et travail social

Paris, Dunod, coll. Action sociale, 2003, 230 p.
Vincent Meyer
Référence(s) :

Brigitte Bouquet, Éthique et travail social. Paris, Dunod, coll. Action sociale, 2003, 230 p.

Texte intégral

1Pour l’auteur – ancienne directrice du Centre d’études, de documentation, d’information et d’actions sociales (Cédias) – titulaire de la chaire d’action sociale au Conservatoire national des arts et métiers, « cette réflexion sur l’éthique du travail social a la prétention d’aller au-delà de la révérence obligée à l’éthique et de n’être ni un guide, ni un manuel, car se serait contraire à l’éthique qui est un questionnement permanent » (p. 1). Cet objectif ambitieux est en grande partie atteint. Devant la rareté des synthèses sur le sujet et face à cette interrogation permanente sur le « comment faire » et le « pourquoi faire » du social, Brigitte Bouquet nous propose un ouvrage utile et attendu dans lequel la question du sens de l’agir professionnel reste essentielle.

2L’ensemble est articulé en trois parties. Le livre débute par l’incontournable besoin de clarification sur les questions et définitions de l’éthique dans le champ concerné. La réflexion se poursuit par une analyse de ce que représente aujourd’hui une posture éthique dans un contexte pluridisciplinaire imposant, entre autres éléments, un partage de l’information. La dernière partie décrit les équipements éthiques dont disposent les différents acteurs.

3L’essentiel du message de l’auteur est finalement dans ce rappel qu’« éthique et pratique sont intimement liées l’une à l’autre » (p. 45). Brigitte Bouquet précise que les travailleurs sociaux se sont toujours interrogés sur leurs valeurs, sur leur morale et/ou éthique professionnelles. Elle montre que « le réveil éthique » (p. 35) n’a pas attendu les récents développements législatifs ; bien au contraire, « la réflexion éthique du travail social s’est constamment renouvelée au cours de son histoire, plus ou moins en rupture ou en coexistence ; elle s’est renouvelée par son rapport aux savoirs des sciences sociales et humaines en même temps que par l’interpellation des évolutions de la société » (p. 35). Ses agents ne devraient donc pas redouter l’actuelle « référence inflationniste à l’éthique [...], le renouveau [ou] le retour éthique » (p. 2) et surtout les logiques de « management qualité » ou celles des politiques d’amélioration continue des pratiques qui comprennent une sensibilisation, voire une formation des travailleurs sociaux aux démarches d’évaluation.

4Ceci posé, ces logiques et politiques sont en passe de transformer en profondeur le travail social qui n’a jamais érigé de savoir absolu dans ses pratiques et dont les agents ne mesurent pas encore suffisamment « l’ampleur avec laquelle les récents changements au sein du travail social bousculent l’ensemble commun des valeurs » (p. 25). L’auteur rappelle que « le travailleur social ne peut être un travailleur social de flux mais un travailleur social de qualité » (p. 55) ; ce quasi-aphorisme est bien mis en perspective dans la seconde partie du livre dans laquelle la réflexion éthique est confrontée à la praxis : « L’éthique est aussi une activité pratique car elle est concrète, elle concerne des individus singuliers qui sont des êtres de désir engagés dans des relations et des situations singulières par le biais d’actions particulières » (p. 65). On comprend vite que, dans ce secteur, « l’éthique individuelle et professionnelle doit sans cesse être réactivée, réinstituée, au travers de nombreux questionnements et de nombreuses réflexions concrètes, s’appuyant sur une démarche fondée collectivement » (p. 85).

5L’ouvrage pose aussi des questions fondamentales sur les formes de communication du social, d’autant que « le secret met en cause les prétentions universelles de la communication, fondées sur le postulat d’ouverture et de transparence » (p. 87). Brigitte Bouquet s’est ainsi attachée à décrire les liens entre l’éthique (de la transmission) et le partage de l’information et plus spécifiquement sur certaines formes de la communication, en particulier les écrits d’action et de décision (informations des différents dossiers sociaux, droits d’accès des usagers à ces derniers, devoir de mémoire et droit à l’oubli...). Les technologies de l’information et de la communication entrent également dans cet espace de réflexion (partage de l’information vs protection des données). Si le partage de l’information « est devenu une exigence fondamentale » (p. 103), l’auteur précise que « le fondement éthique reste premier et détermine l’information à transmettre selon l’usage qui en sera fait et selon le degré d’astreinte au secret professionnel des personnes qui la reçoivent » (p. 106). Ces dimensions sont centrales pour ceux et celles qui s’intéressent à la question d’une possible éthique professionnelle commune qui s’exprimerait « dans un langage communicable, clair et rigoureux » (p. 201).

6En définitive, la démarche éthique et sa mise en œuvre relèvent toujours de projets fortement contextualisés qui relient des professionnels, des valeurs et principes en voie de codification et des savoirs indigènes. Elle est toujours, et simultanément, démarche personnelle et collective de recherche d’un sens... des finalités et de l’utilité du travail social. Ceci est d’autant plus important à une période où l’usager sera (véritablement ?) de plus en plus consulté pour donner sa traduction du sens du travail social. Dans ce contexte, gageons que le soutien à la prise de décision éthique (comité d’éthique ou autres instances) comme la formation à l’éthique (depuis l’apprentissage de la philosophie morale jusqu’au processus d’analyse éthique des pratiques) seront des plus utiles.

7Même si Brigitte Bouquet s’en défend, son ouvrage s’apparente aussi à un manuel en évoquant des textes fondateurs, des (dis)positions professionnelles par rapport au secret, etc. Ainsi Éthique et travail social constitue-t-il une solide base de réflexion pour l’ensemble des acteurs du social. Pour d’autres, sa lecture est l’occasion de découvrir les différentes professions du travail social et leurs enjeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Meyer, « Brigitte Bouquet, Éthique et travail social », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7125

Haut de page

Auteur

Vincent Meyer

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page