Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean Caune, Bernadette Dufrêne, dirs, Médiations du corps

Grenoble, Université Stendhal-Grenoble3Gresec/Université Pierre Mendès-FranceIUT2-Département Information-Communication, 2002, 192 p.
Jamil Dakhlia
Référence(s) :

Jean Caune, Bernadette Dufrêne, dirs, Médiations du corps. Grenoble, Université Stendhal-Grenoble3Gresec/Université Pierre Mendès-FranceIUT2-Département Information-Communication, 2002, 192 p.

Texte intégral

1Médiations du corps rassemble les actes du colloque éponyme organisé en novembre 2000 par l’université de Grenoble 3 (Gresec) et le département Information-Communication de l’Université Pierre Mendès-France (IUT2). Comme l’annoncent Jean Caune et Bernadette Dufrêne dans leurs introductions respectives (« Tout vient du corps », p. 7 ; « La place du corps dans les SIC », p. 11), ce colloque s’appuie sur la problématique suivante : d’une part, notre corps conditionne la perception du monde extérieur et la relation aux autres, puisque ces derniers se fondent en partie sur les attitudes et les gestes pour saisir sentiments et affects (« corps médiant ») ; mais, d’autre part, cette médiation est déterminée par une culture spécifique du corps, par des idéologies, valeurs ou normes variables selon les groupes et les sociétés (« corps médié »). Retraçant l’évolution des discours sur le corps, Jean Caune insiste sur le basculement des années 70, où l’on abandonne une conception longtemps ancrée et toute platonicienne du corps en tant que « tombeau de l’âme » pour promouvoir dans tous les domaines – art, publicité, mode, formation, etc. – l’expressivité corporelle, jugée indispensable à l’épanouissement de soi. Pour sa part, Bernadette Dufrêne souligne le caractère paradoxal d’un tel sujet de recherche dans un contexte scientifique peu soucieux de corporéité, privilégiant les technologies de l’information et de la communication. Elle rappelle l’un des objectifs majeurs de ce colloque : vérifier si les sciences de l’information et de la communication (SIC) peuvent offrir une perspective spécifique sur le corps, ne serait-ce que par une synthèse interdisciplinaire. De l’ensemble des interventions se dégagent deux grandes orientations, correspondant chacune à un espace spécifique de déploiement des corps : la première concerne les dispositifs médiatiques, scéniques ou institutionnels et « envisage les stratégies des acteurs, mais aussi les conventions dans l’utilisation qui en est faite » (p. 11) ; centrée sur les dispositifs techniques et animée par une sensibilité cognitiviste, la seconde interroge les modifications de la perception du corps induites par les techniques de communication et notamment par le numérique.

2Médiations du corps apporte une contribution décisive aux SIC par la diversité des approches proposées – philosophie, micro et macro-sociologie, médiologie, histoire, pragmatique... – et des domaines abordés : cinéma hollywoodien, presse féminine, photographie médicale, danse, théâtre, multimédia, entre autres. Toutefois, malgré la synthèse entreprise par Bernadette Dufrêne qui trace les grandes directions que pourrait prendre l’analyse du corps, cette diversité induit une relative hétérogénéité, accentuée par la moindre qualité de certaines contributions, trop descriptives et pas assez approfondies. En réalité, seules les analyses fondées sur un cadre théorique plus large parviennent à dégager avec pertinence des modèles symboliques du corps. Ainsi, dans « Hitchcock et son corps » (pp. 37-45), est-ce en combinant la théorie bourdieusienne de la domination et la théorie des conventions d’Howard Becker que Jean-Pierre Esquenazi parvient à démontrer comment le réalisateur utilise sa propre silhouette pour imposer une marque de fabrique à ses films et sortir de la mêlée hautement concurrentielle de l’« usine à rêves ». De même, lorsqu’elle étudie les photographies de femmes hystériques de la Salpêtrière (1876-1879), Monique Sicard, dont on connaît la sensibilité médiologique, insiste sur la part technique et culturelle de ces fameuses crises d’hystérie. Elle démontre que ces photographies extrêmement spectaculaires ne sont pas la simple trace de pathologies préexistantes mais plutôt la source de ces troubles corporels, par le dispositif technique et hospitalier qu’elles traduisent. Ces crises seraient des artefacts : réactions de femmes d’origine modeste, cloîtrées dans un espace hospitalier dont elles ne maîtrisent pas les règles, soumises à l’objectif du photographe et à l’observation de médecins installés au sommet de la hiérarchie sociale. Ces photographies résultent d’un espace technique et culturel tout à fait spécifique qui disparaît dès les années 1880, dans un contexte nouveau où, comme l’attestent les décisions préfectorales de l’époque, la monstruosité ne doit plus être exhibée (« Hystérie et photographie », pp. 47-56).

3En sens inverse, d’autres analyses permettent de vérifier la validité de modèles théoriques répandus. Confrontant l’intercorporéité définie par les arts martiaux d’Extrême-Orient aux recherches sur la corporéité dans la communication interpersonnelle, Fabienne Martin-Juchat (« La notion d’intercorporéité dans les arts martiaux orientaux », pp. 111-123) en vient à récuser, en dehors du cadre linguistique, les approches interactionnelles de la communication issues de la cybernétique. On remarquera également, dans le prolongement d’une interprétation goffmanienne de la société contemporaine, la prégnance de la référence théâtrale aussi bien dans l’étude de trois performances artistiques par Serge Chaumier (« Les mises en garde du cybermartyre : ce que ne pas parler veut dire », pp. 171-181) que dans l’analyse sémiopragmatique de la visite guidée par Michelle Gellereau (« Le récit incarné de la visite », pp. 101-110).

4Métaphore théâtrale que l’on retrouve pour finir dans le troisième volet du colloque, consacré aux dispositifs techniques, à travers le concept de « scène numérique » défini par Emanuele Quinz qui désigne un « système d’interfaces » (« Corps médiat/immédiat : la scène numérique », pp. 147-157). La relation au corps induite par les technologies numériques soulève deux questions. D’abord, l’« augmentation » : les multiples possibilités offertes par les interfaces érigent le corps en « hyper-instrument », capable de réaliser des « performances augmentées » ; puis l’interactivité. À ce titre, Emanuele Quinz propose une typologie des scènes numériques selon les niveaux de présence et les relations que le corps entretient avec l’environnement : scènes fondées sur un espace réel animé par le numérique (« quand le danseur bouge, il actionne des événements (sons, lumière, etc.) comme s’il cliquait avec une souris », p. 152), œuvres interactives sur support numérique, ou environnements totalement virtuels « créés par l’interaction d’un participant humain avec un modèle de communication tridimensionnel généré par ordinateurs et constitué d’informations d’ordre visuel, sonore et kinéstésique » (p. 150). Comme d’autres contributions de la troisième partie « cognitiviste » de l’ouvrage – analyse de la visite muséale virtuelle par Geneviève Vidal, étude de l’inscription du corps dans le design numérique par Philippe Quinton –, cette contribution résume l’intérêt principal du colloque : montrer, selon l’expression de Bernadette Dufrêne, « que dans une société prétendument dominée par les techniques de l’information et de la communication, les questions de l’incarnation et l’incorporation, loin d’être obsolètes, doivent être pensées dans des configurations en partie nouvelles » (p. 19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jamil Dakhlia, « Jean Caune, Bernadette Dufrêne, dirs, Médiations du corps », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7128

Haut de page

Auteur

Jamil Dakhlia

GRICP, université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page