Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gérard Grelle, dir., Culture et identité autrichiennes au xxe et au début du xxe siècles

Limoges, Presses universitaires de Limoges, coll. Espaces humains, 2003, 178 p.
Jeanne Benay
Référence(s) :

Gérard Grelle, dir., Culture et identité autrichiennes au xxe et au début du xxe siècles. Limoges, Presses universitaires de Limoges, coll. Espaces humains, 2003, 178 p.

Texte intégral

1La question de l’identité autrichienne est un serpent de mer que l’on a maintes fois essayé de maîtriser. Certes, le sujet est délicat pour l’Autriche, mais il l’est également pour la France dont ni le centralisme, ni la « nation » n’ont apporté de clé à toutes les questions en instance comme le démontrent, depuis des décennies, les actions contestataires et/ou séparatistes en Corse, au Pays basque (infiltration et repli de l’ETA espagnole) et en Bretagne. D’ailleurs, il semble presque curieux que l’Alsace-Lorraine ne fasse pas parler d’elle en ce domaine. Tous ces mouvements font que les recherches sur l’identité sont à la mode et chacun y va de son couplet.

2Gérard Grelle propose ici les actes d’un colloque sur l’identité autrichienne à travers six aspects civilisationnels et six investigations littéraires qui constituent deux discours complémentaires. À vrai dire, cela semble peu – et l’auteur le reconnaît : « Le présent volume n’a nullement la prétention de faire le tour de la question ». Il est néanmoins vrai qu’il faut tenir compte de l’ensemble de l’échiquier identitaire et des ouvrages déjà sur le marché dont les auteurs sont Félix Kreissler, Michael Pollack, Jacques Le Rider, Alfred Pfabigan... Néanmoins, les contributeurs ont été choisis avec soin – Anton Staudinger, Albert Müller, Michel Cullin –, mais leurs contributions ont parfois tendance à laisser l’identitaire en marge, à en souligner la problématique (Alfred Müller, statistiques à la clé, pp. 57-72), à osciller entre Eros et Thanatos (Georg Schmid), entre un passé tant soit peu fixé et un présent dans la mouvance. Le xixe siècle n’est guère représenté alors que le réveil des nationalités avait justement mis le problème identitaire à jour. Pierre Burlaud (pp. 83-94) montre l’ambiguïté du mythe identitaire, notamment à propos du « Danube », acclimaté à de multiples identités, reprenant la dichotomie entre-temps galvaudée « d’attraction-répulsion » – on pense à Bernhard, à Jelinek, à Ménasse. Aussi les paroles d’un auteur tel qu’Isidor Beck, représentant du Vormärz et non du Biedermeier sont-elles, à mon avis, à prendre avec précaution. Les « mensonges fondateurs » concernent plus les gouvernants et nombre de gouvernés que les intellectuels vigilants qui profitèrent du fait que, pour l’Autriche, il n’y eut précisément pas d’année zéro après la guerre.

3Quand on pense aux cabarettistes – qui avaient pu se maintenir le plus longtemps possible sous l’austrofascisme –, on ne s’étonne pas de les voir en action dès 19451946 : Helmuth Qualtinger, Carl Merz, mais aussi les Vagues danubiennes (Donauwellen) de Fritz Kortner et d’Ulrich Becher et le Bockerer (1945) de Peter Preses, les romans et les récits d’Albert Drach. Après 1955, l’Autriche occidentalisée et touristique (américanisée) ne saurait être réduite à un corps sans âme, puisque là, il s’agit d’un ancien atout économique républicain, le « principe de réalité » s’étant imposé au pays après le traité de Saint-Germain-en-Laye. C’était la branche économique nécessaire à la survie et la plus facile à faire développer, les matières premières étant restées entre les mains des Tchèques et les denrées agricoles entre les mains des Hongrois. De même, le cinéma muet autrichien fut très florissant – entre autres, avec la compagnie des Sascha-Filme – jusqu’en 1930, pour ensuite se faire rapidement engloutir par le cinéma allemand – politique dénoncée immédiatement par Joseph Roth. Dès qu’il fut instrumentalisé par Hitler, ce cinéma dut faire au mieux de la vulgarisation. Pour la première fois, l’Autriche dut sortir d’une économie autarcique.

4Il est évident qu’en Autriche, le catholicisme fut un catalyseur identitaire, et ce de tout temps. Cependant, Anton Staudinger (pp. 25-47) prend un risque en parlant de « catholicisme politique » pour désigner les rouages, les réseaux, les structures de l’État austrofasciste dans la mesure où cette entité est de préférence appliquée à l’engagement politique antérieur de certains prélats catholiques au plus haut niveau durant les dernières décennies de l’Empire austrohongrois et durant la Première République. Les réalités ne sont absolument pas les mêmes et c’est de là que vient le danger.

5Seule une interrogation paraît neuve et plus particulièrement pertinente, celle de Gérald Stieg (pp. 157-176) qui, abandonnant Kraus à Angelika Schober, s’inscrit dans un créneau relativement neuf, celui du rôle de la germanistique, tout en reconnaissant que pour l’identitaire, il s’agit de la « énième entreprise » (p. 169) – ces médiateurs longtemps passés sous silence – dans la constitution de l’identité. Gérald Stieg limite volontairement le nombre d’historiens (littéraires) – confirmés ou occasionnels – abordés : Josef Nadler (Histoire de la littérature allemande des tribus et paysages, 1928, réécrite de manière significative en 1941), Heinrich von Srbik, Taras von Boradejkewycz, Edmund Glaise von Horstenau, tous « pangermanistes-catholique » et favorables à la « communauté de destin ». La question du canon devient une question de pouvoir (p. 171) dans un pays en voie de totalitarisme. La comparaison avec Œuvres majeures de la littérature autrichienne, publié en 1997, permet de constater que, dans sa version de 1941, Nadler a occulté les plus grands écrivains autrichiens du fait qu’ils étaient juifs et avaient dû fuir leur pays. L’échantillon présenté par Gérald Stieg met en garde contre l’instrumentalisation de la littérature et défie, dans ses fondements, la notion « d’identité » qu’il faut, de ce fait, manier avec précaution en fonction des acteurs et de l’époque.

6Cela dit, la prise de conscience de la nation autrichienne et sa recherche d’une nouvelle identité ne date ni de 1964 (Helmut Andics), encore moins de 1980 (Félix Kreissler) : elle est beaucoup plus précoce. Certes, il ne s’agissait pas encore d’un sursaut ou d’un réveil national, mais les intellectuels osèrent dire la vérité sur le passé et critiquer, de ce fait, un silence officiel que même Bruno Kreisky – pourtant juif – ne rompit pas. Or, une identité nationale solide ne peut être fondée que sur la prise en compte d’une mémoire collective pleinement assumée, celle de la reconnaissance de la vérité et des conséquences à assumer. L’attrait de l’ouvrage est la pluridisciplinarité, le fait qu’on puisse, à partir de développements assez brefs, très vivants, dans des discours clairs, se faire une idée de la complexité de la notion d’identité. Néanmoins, on en vient à se demander si on prend assez en compte les colloques qui, par leur nature, ouvrent les portes mais ne sauraient, par vocation, mener la réflexion jusqu’au bout. Il ne faut pas oublier que la réception imagologique d’un pays parlant une langue autre que le français passe bien souvent par les médiateurs que sont les universitaires, d’autant que l’Autriche ne fait guère la une dans les médias français, sauf en 1986, lors de l’élection de Kurt Waldheim – ancien nazi, mais aussi ancien secrétaire général de l’ONU – et en février 2000, lors de la formation du gouvernement ÖVP/FPÖ qui fit revivre le spectre du fascisme, mais fut essentiellement exploitée en France pour traiter indirectement des problèmes internes touchant au rapport à l’extrême droite française, à Le Pen et son parti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Benay, « Gérard Grelle, dir., Culture et identité autrichiennes au xxe et au début du xxe siècles », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7138

Haut de page

Auteur

Jeanne Benay

CÉPLA, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page