Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Luba Jurgenson, L’expérience concentrationnaire est-elle indicible ?

Monaco, Éd. du Rocher, 2003, 397 p.
Jonathan Haudot
Référence(s) :

Luba Jurgenson, L’expérience concentrationnaire est-elle indicible ? Monaco, Éd. du Rocher, 2003, 397 p.

Texte intégral

1Pour comprendre le propos de ce livre, peut-être faut-il partir de l’affirmation du réalisateur Claude Lanzmann d’une impossibilité, d’une irreprésentabilité, mêlée d’une interdiction morale, de représenter une chambre à gaz due à un déficit de survivants fonde l’indicible sur « une impossibilité à montrer l’essentiel » et, plus généralement, sur une « absence d’image » qui donnerait lieu à « une “reconstitution”, une “maquette” » (p. 367) de certains abords de l’événement. L’analyse de Luba Jurgenson tend à expliciter un second pan définitionnel de la notion d’indicible qu’elle considère comme double. Outre la conception défendue par l’auteur de Shoah – qui confronte la notion de visible à celles d’éthique et de vérité –, l’auteur s’intéresse à l’instance narrative des productions littéraires relatives à l’expérience du camp comme révélatrice d’un indicible.

2Pour ce faire, Luba Jurgenson s’inspire d’Alain Parrau et de Leona Toker qui, grâce à leurs ouvrages respectifs Écrire les camps (Paris, Belin, 1995) et Return from the Archipelago (Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2000), ouvrent une voie encourageant la comparaison de textes qui relatent des scènes de divers systèmes concentrationnaires afin d’en extraire les spécificités littéraires, et d’en faire des objets d’art à part entière. Appliquant ce principe innovateur de rapprochement de camps qui, durant longtemps, ne fut utilisé que pour dresser les différences entres des systèmes, l’auteur suscite d’emblée l’intérêt du lecteur, stimulé aussi par un riche corpus (notamment, les ouvrages de Primo Levi, Charlotte Delbo et Robert Antelme pour les camps nazis et de Varlam Chalamov et Alexandre Soljénitsyne pour les camps soviétiques). Le balayage de l’ensemble des livres mobilisés permet à l’auteur de distinguer deux catégories de publications en fonction des processus de dévoilement de la réalité. Cette division donne lieu à une série 1 dont le fil conducteur serait le « comment de l’univers concentrationnaire » (p. 14) par rapport à une série 2 formée d’ouvrages plus tardifs d’auteurs de série 1 qui, attestant d’une prise de recul avec l’expérience, questionnent alors le « pourquoi » de l’événement, démontre qu’il y a un « reste silencieux » dans chaque écrit via une démarche archéologique postulant l’existence d’un texte 0, source de tous les autres livres. L’idée d’un texte antérieur provient de la croyance de Varlam Chalamov en un cernovik, un « pré-texte », couché sur papier ou purement oral, qui influencerait tout acte d’écriture et de lecture de l’énonciateur face à son expérience. En conséquence, afin de démontrer l’existence d’un indicible, l’auteur opte pour une démarche à la fois ascensionnelle de la transmission (de 0 à 1 et de 1 à 2) et, parallèlement, pour une inclinaison de cette numérotation (de 2 à 1 et de 1 à 0).

3La première conclusion analyse la progression de l’acte d’écriture dans la littérature concentrationnaire. Le brouillon, l’état de la personne face à l’événement, est inhérent au matériau, il rentre dans un rapport de simultanéité. L’écart séparant le sujet qui vit au camp et celui qui y a vécu appelle obligatoirement une rétrospection qui, couchée sur papier, rencontre un obstacle de type identitaire puisqu’il y a différence entre « y être » et « y avoir été » ; et surtout, le langage est objet d’interrogation afin de pouvoir retranscrire l’événement-limite. Se pose alors la question des relations entre la langue de l’expérience et celle retenue par l’énonciateur. Luba Jurgenson propose l’idée d’une « traduction » qui s’effectuerait via un méta-texte s’élaborant par des connexions avec des lectures antérieures au camp et ayant imprégné la culture de masse et, de ce fait, faciliterait la transmission par la métaphorisation de l’expérience tel que le permet par exemple L’Enfer de Dante, souvent mentionné pour décrire l’univers du camp. Ceci conduit à des démarches et des conclusions très pertinentes pour les sciences sociales quand elles interrogent les représentations concentrationnaires. En effet, le postulat de traduction conduit à un magistral relevé de topoï et de motifs, jamais entrepris, qui offre un décryptage de la structure narrative des récits concentrationnaires en comparaison avec le roman classique et moderne et, contribue à une réflexion sur l’univers du camp en tant qu’espace étrange, non éthique, peuplé de non-être aboutissant à qualifier le camp comme un ensemble orchestré par le néant, le chronotope du vide.

4Toutefois, malgré l’aspect innovant et malgré une deuxième et troisième partie des plus enrichissantes, on peut regretter la faible recontextualisation du corpus. À partir d’une approche qui considère le corpus comme un pur objet littéraire, Luba Jurgenson prend le risque d’encourager des surinterprétations en généralisant la part d’intentionnalité de chaque auteur comme étant impulsée par l’indicible, catalyseur de parole et modulateur de la construction narrative par sa condition même de ne pouvoir être exprimée. Or, les sciences sociales, par la mise en lumière de régimes mémoriels, prouvent qu’il se produit émergence ou mutation des économies de mémoire selon un contexte événementiel qui fait entrer en scène une pluralité d’énonciateurs hétérogènes agissant sur la représentation et, de surcroît, sur les modalités et le contenu du dire. Gageons que la mise en exergue des topoï devienne une référence pour toute réflexion traitant des représentations concentrationnaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Haudot, « Luba Jurgenson, L’expérience concentrationnaire est-elle indicible ? », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7141

Haut de page

Auteur

Jonathan Haudot

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page