Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Roger Marchal, dir., Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staël

Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Publications du Centre d’étude des milieux littéraires, 2001, 343 p.
Maria Pourchet
Référence(s) :

Roger Marchal, dir., Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staël. Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. Publications du Centre d’étude des milieux littéraires, 2001, 343 p.

Texte intégral

1On aurait pu craindre ici quelque chronologie topologique et dénominative et quelque fastidieuse énumération courant sans ellipse de la ruelle de Margot à l’antichambre de Ninon. Tout au contraire, il nous est donné de suivre une érudite promenade aux fantasques détours, au long de l’histoire de la conversation littéraire. L’ouvrage de Roger Marchal se veut une synthèse des acquis de la recherche dont les formules se cherchent avec bonheur dans la nouveauté, sinon dans l’audace. Évacuant d’emblée l’impératif simplement définitoire et autres aspects sémantiques ressassés à propos du terme « salon », les spécialistes interrogent les interactions, parfois troubles, parfois ignorées, entre le milieu, l’œuvre et l’auteur. En cela, remarquera-t-on au passage, s’active une forme typique de sociologie de la littérature. Celle-là même qu’esquissait déjà le novateur Saint René Taillandier, à l’heure où ne résonne dans les amphithéâtres que l’explication du texte par lui-même. Les chapitres suivants font émerger les profils pluriels de la salonnière, la configuration des réseaux d’influence qui travaillent les espaces de la sociabilité littéraire, exhalent les étonnantes saveurs régionales que prit la préciosité et se ferment sur une ultime proposition : les salons comme matrices d’œuvres et foyers d’orientation des genres nouveaux.

2Il n’est guère possible de rendre compte de la totalité de ces actes. Toutefois, et pour témoigner de leur intérêt, rapportons ce que nous estimons indispensable au lecteur et, en premier lieu, la communication relative aux fondements de l’histoire littéraire moderne. En 1860, époque frondeuse à la Sorbonne, quelques pionniers d’une sociologie, qui s’ignore encore, tentent l’étude des milieux littéraires en les replaçant dans leur destinée et leur raison sociale. Ils dessineront les principes directeurs d’une méthode d’appréhension des Lettres, qui pour être de l’ordre de l’évidence à ce jour, n’était alors rien moins que révolutionnaire. En effet, pareille posture allait ostensiblement à l’encontre des épigones de La Harpe. Ceux-ci, tout en apercevant les mêmes salons, les séparent obstinément de leur conjoncture historique et singularité culturelle, pour les saisir abstraitement, comme l’exemple d’une propédeutique à l’écriture ou à la première leçon d’un idéal cours de rhétorique... On saluera ensuite des articles richement documentés qui développent une méticuleuse herméneutique des correspondances, afin de faire revivre les milieux dans leurs splendeurs intellectuelles et leurs misères courtisanes, et de témoigner de la finesse d’esprit et quelquefois de la rosserie des mondains et mondaines. Autorisés à l’indiscrétion d’une lecture scientifique – inédite pour nombres de documents –, les auteurs parviennent à dégager la matière d’une « intelligence » parfois inattendue, telle la mention selon laquelle les chevaux de postes pouvaient transporter entre Paris et le Maine, voire quelque royaume d’Europe. Bref, est éclairé de significations neuves un objet presque aussi vieux que la discipline qui l’abrite puisqu’à la suite de Mme de Staël, Victor Cousin, Taillandier et d’autres disciples de la nouvelle Histoire littéraire, s’y sont arrimés. Jusqu’à Jürgen Habermas qui analysa quelques salons comme « institutions idéales de la sphère publique littéraire » (Habermas J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978, p. 42).

3Outre qu’elles portent un regard souvent inédit sur les pratiques de sociabilité au sein des milieux précisément littéraires du siècle mondain au siècle philosophique, les études rassemblées dans cet ouvrage ont l’avantage de fournir une illustration, singulièrement éclairante, à certaines théories fondamentales des sciences sociales : approche discursive et interactionniste des échanges inter-individuels, socio-pragmatique de la conversation. Les textes issus desdites conversations ne sont plus séparés de leur contexte spatio et socio-temporel, de leur scène énonciative et réceptive comme ce pouvait être le cas dans le prime état des recherches. De fait, sans s’en douter, les chercheurs accompagnent, inspirent, sinon devancent les usages possibles de ces fondamentaux de l’analyse du discours dans la compréhension de dispositifs jumeaux et plus contemporains, tels que les émissions littéraires de télévision, ou toute autre scène moderne vouée à la controverse littéraire. Autre attrait scientifique, le livre se voit régulièrement constitué en atelier d’essai des concepts issus de la recherche la plus récente, tels ceux « d’archives galantes » et de « laboratoires d’écriture ».

4Incidemment, l’ouvrage se place sous le double signe de l’innovation et de la continuité théorique puisqu’en parallèle, sont restaurés les concepts contemporains à l’objet étudié, ainsi celui « d’honnêteté ». De plus et toujours au titre des avantages scientifiques trans-disciplinaires, cette lecture porte tout naturellement à réfléchir les processus et effets d’une certaine « transmédiation » : censures et approbations arbitraires des auteurs « reçus » se mettent au regard d’autant de sacres et lynchages médiatiques. L’inégalité « cacophonique », nous dit-on, des compétences intellectuelles et même des titres caractérisant « les invités » des milieux, générant une frivolité des conversations car l’érudition distinguée que l’histoire suppose aux salons n’est pas toujours justifiée, rappelle l’hétérogénéité identitaire des plateaux de télévision dévolus à une dite « conversation littéraire ».

5Regard inédit avancions-nous. Effectivement, les chercheurs ont à cœur de débarrasser l’histoire des salons et l’imagerie qu’elle convoque, de ses lieux les plus faux et les plus communs. Il s’agira de redistribuer aux espaces et aux individus leur place légitime, que ce soit pour les magnifier ou les ravaler : simples successions de « dîners animés » pour le salon de Mme de Geoffrin, bivouac perpétuellement déplacé pour celui d’une Sévigné que l’on s’est complu à imaginer plein de police et d’étiquette. Il s’agira encore de contester à ces séances la paternité d’une réelle production littéraire qu’on leur cédait trop aisément, et de rendre par exemple à Mme d’Épinay, plus qu’à Mme de Staël, la maternité de l’une des véritables, et finalement assez rares, occurrences du débat philosophique.

6Par ailleurs, l’étude de pratiques conversationnelles – révolues qui plus est – pose la délicate question des sources. En effet, comment restituer l’éphémère, quelle légitimité accorder aux textes écrits, archives suspectes qui prétendent en reproduire l’essence ? À cela pallie l’insondable carrière des correspondances, élargie encore par la minutie des chercheurs concernés, des plus « ouvertes » aux plus intimes. On saura, dans le présent ouvrage, leur conférer une autorité scientifique souvent déniée et en épuiser l’enseignement. Au risque parfois de faire parler cette empirie au-delà de son savoir... encore ne serait-ce là que délit d’intuition qui ne fait qu’ajouter proposition à la problématique des salons.

7Si l’on peut, toutefois et accidentellement, s’agacer des accumulations de détails érudits, s’impatienter des charmes balzaciens de biographies interminablement étirées, ces actes s’avèrent cependant un document précieux. Nécessaire à tout étudiant en lettres, il est indispensable à quiconque entend problématiser la question des « milieux intellectuels », des formes de sociabilité qui s’y pratiquent, des enjeux culturels qui s’y préparent. Retenons que dans cette marqueterie universitaire s’assemble, se rassemble, un savoir dispersé, et surtout un savoir original que Lagarde, Michard et autres encyclopédistes à la vue sélective avaient peut-être laissé dormir au fond des sources... Retenons enfin un ouvrage de mémoire dont on souhaiterait qu’il puisse être le premier exemplaire d’une série éducative destinée au récit de la sociabilité littéraire régulière du xvie siècle à nos jours. Est-ce trop attendre ? Car sont-ils encore si multiples ces espaces de la conversation littéraire ? À s’immerger dans ce passé ou « parler philo » qui pouvait être, et pour beaucoup, le quotidien et l’essentiel d’un jour, on se prendrait à regretter, à vouloir par quelque magie participer de ces lointaines assemblées d’esprit. On referait presque, avec Marguerite de Valois, le rêve humaniste d’une éducation par les Lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Pourchet, « Roger Marchal, dir., Vie des salons et activités littéraires de Marguerite de Valois à Mme de Staël », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7148

Haut de page

Auteur

Maria Pourchet

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page