Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué

Paris, Éd. La Dispute, coll. Pratiques politiques, 2003, 317 p.
Philip Milburn
Référence(s) :

Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué. Paris, Éd. La Dispute, coll. Pratiques politiques, 2003, 317 p.

Texte intégral

1C’est à une véritable visite guidée en profondeur de l’évolution d’une « banlieue rouge » que nous invite l’ouvrage d’Olivier Masclet. S’interrogeant sur l’incapacité des partis et des dirigeants de la gauche française à séduire et à mobiliser la seconde génération de l’immigration – notamment maghrébine –, il a entrepris, dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat de sociologie, une ethnographie et une plongée dans l’histoire récente d’une commune de la couronne parisienne (Genevilliers) et des grandes cités de logements sociaux qu’elle abrite, notamment celle du Luth.

2D’emblée, le lecteur est convié à considérer les transformations de la composition sociale de ces cités, qui se sont opérées au cours des trente dernières années. Le phénomène est bien connu mais méritait d’être montré dans son détail : ces ensembles HLM ont été construits au cours des années 60 pour abriter les ouvriers travaillant dans le secteur. Or, une partie d’entre eux a été amenée à les quitter, soit qu’ils aient connu une promotion sociale se traduisant par l’accès à l’habitat pavillonnaire, soit que les transformations de l’activité industrielle les ait amenés à s’éloigner. Aussi, ces cités ont-elles été progressivement peuplées par des familles immigrantes, dans un processus d’attribution de ces logements que l’auteur analyse finement grâce aux archives de ces organismes et qui oppose la préfecture et la municipalité, souhaitant éviter la ghettoïsation.

3C’est dans ce contexte que les années 80 et 90 voient se développer une relative méfiance des élus locaux vis-à-vis des militants issus de cette population immigrée, cependant que les habitants « historiques » de la cité se sentent isolés et marginalisés par rapport à de nouveaux habitants. La montée du Front national (FN) aux divers scrutins contribue à renforcer cette méfiance et à ne pas associer à la vie politique de la commune les jeunes maghrébins les plus dynamiques dans leur investissement civique.

4Ceux-ci ont été suivis par le chercheur dans leur activité et dans leur parcours au sein de diverses associations ou services sociaux, au point que le lecteur acquiert une certaine familiarité avec eux et saisit fort bien la logique des impasses dans lesquelles ils sont souvent acculés. Leur proximité supposée avec leurs semblables issus des familles immigrées est un atout pour développer une activité dans l’animation et le travail social, mais elle contribue simultanément à leur interdire l’accès à des postes de responsabilité à la municipalité (ou dans d’autres instances politiques), alors même que nombre de conseillers municipaux des générations précédentes sont issus de la classe ouvrière, généralement promus par la voie syndicale.

5Craignant que son électorat ne glisse davantage vers le FN, la municipalité communiste rechigne à les accueillir en son sein. Pourtant, l’analyse du vote que fait l’auteur (dont on peut regretter qu’elle ne soit pas présentée sous forme de tableaux qui eussent été plus explicites) et les interviews d’électeurs qu’il a réalisées montrent que ce glissement est essentiellement fantasmé, la désaffection pour le Parti communiste français (PCF) profitant davantage à d’autres partis de gauche ou à l’abstention, alors que le FN puise ses voix au sein de l’électorat de la droite « traditionnelle ».

6Un retournement s’opère toutefois en 1995 : enfin conscients du potentiel électoral que représente la seconde génération de l’immigration, les responsables de la gauche municipale convient deux jeunes « beurs » sur la liste qui accèdent ainsi au conseil municipal, l’un d’entre eux – une jeune femme – étant nommée adjointe au maire. Le lecteur suit leur parcours dans ces postes, parfois semé d’embûches, comme il accompagne les péripéties de ceux qui ont préféré rejoindre le camp de Charles Pasqua (président du conseil général) ou de Bernard Tapie, alors candidat pour les Radicaux de gauche.

7Ces parcours sont rarement à la hauteur des ambitions qui les avaient motivés, car le cumul des handicaps (origine sociale, origine immigrée, qualifications scolaires, statut professionnel, etc.) contribue à interrompre très vite toute progression, cependant que ceux qui « réussissent » s’éloignent bien vite de la cité dont ils sont issus. Car la pesanteur du milieu (par exemple des frères ou autres proches qui sont parfois des délinquants avérés) contribuent à les tirer vers le bas. Voici donc une chronique du « rendez-vous manqué entre la gauche et les cités » qui éclaire bien des aspects des problèmes que l’on rencontre à l’aube de la nouvelle décennie à une échelle nationale, relative à la difficulté d’intégration de cette deuxième génération et à la tentation communautaire qui la caractérise parfois et sur laquelle conclut l’ouvrage.

8On ne peut que saluer un travail aussi complet qui rassemble plusieurs sources de données, recueillies sur près de dix ans et mises en perspective de façon fort pertinente, et un ouvrage dont la lecture est rendue agréable par un style alerte mettant en valeur les acteurs de ce récit socio-politique. Au demeurant, l’ouvrage pêche, en quelque sorte, par ses qualités : il aurait été possible et judicieux d’être plus ambitieux dans l’analyse qui se cantonne à ce « rendez-vous manqué ». Car sur ce seul registre, on serait en droit de se demander s’il ne s’agit pas d’un phénomène propre à cette commune, ou encore au seul PCF (et non à la gauche tout entière). L’ensemble des processus que Olivier Masclet passe en revue – ségrégation urbaine, éclatement de la classe ouvrière, criminalisation des banlieues, défiance des édiles locaux vis-à-vis des militants issus de l’immigration, etc. – semble éclairer plus largement les errements (ou l’absence) d’une démarche d’intégration civique de la population immigrée dans son ensemble, et de celle qui est issue du Maghreb en particulier.

9Aussi est-il regrettable que la question culturelle ne soit jamais abordée de front. On est en droit de se demander pourquoi les personnages qui jouent un rôle clé dans la démonstration sont tous d’origine maghrébine alors que le Luth abrite des familles originaires d’une multitude de pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie. La question de l’extranéité doit-elle être prise comme un élément quelconque de la composition de la classe populaire domiciliée au Luth ou comme une dimension explicative de la rupture entre ses représentants et la classe politique ? La grille d’analyse qui sous-tend l’ouvrage laisse la part belle aux considérations liées aux transformations de la classe populaire, dans une perspective de composition de classe sociale telle que posée par Pierre Bourdieu. Or, la question de l’origine étrangère et celle de l’identité arabe constituent d’évidence le nexus des phénomènes dont cet ouvrage rend compte avec autant de minutie et d’épaisseur, sans que leur dynamique soit traitée comme telle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Milburn, « Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7150

Haut de page

Auteur

Philip Milburn

ÉRASE, université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page