Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yves Michaud, L’art à l’état gazeux. Essai sur le triomphe de l’esthétique

Paris, Stock, 2003, 204 p.
Marion Duvauchel
Référence(s) :

Yves Michaud, L’art à l’état gazeux. Essai sur le triomphe de l’esthétique. Paris, Stock, 2003, 204 p.

Texte intégral

1Dans un style clair et avec l’allégresse corrosive qui lui est propre, Yves Michaud nous offre, avec son dernier livre d’esthétique un état de l’art contemporain édifiant. Après avoir mis en évidence le paradoxe que représente aujourd’hui le triomphe de l’esthétique dans un monde qui semble avoir définitivement réglé ses comptes à l’art – entendu au sens des beaux-arts – il annonce son programme : faire l’analyse d’une mutation dont l’auteur se garde bien d’ailleurs de penser quoi que ce soit et s’en fait même une gloire, et surtout établir le diagnostic d’un changement d’époque qui se traduit par une mutation du mode de perception des sociétés humaines. Idée généreusement reconnue à Walter Benjamin qui l’a formulée le premier. Le projet est tenu en quatre chapitres ramassés, menés tambour battant avec le ton sarcastique et résolu qui convient à un philosophe sceptique assumé comme tel.

2Avec modestie, Yves Michaud commence par dire avec qui et quoi il ne se confond surtout pas : cette poignée d’adversaires qui font « rituellement semblant de s’étriper autour d’objets minuscules en comparaison de l’océan de la culture industrielle et des nouvelles formes de sensibilité qu’elle engendre » (p. 16). Il entreprend avec exactitude « l’analyse d’une mutation et le diagnostic d’une époque » (p. 17). En trois stratégies descriptives, l’auteur présente un changement : « Un nouveau régime de l’art, celui où l’esthétique remplace l’art » (p. 169). Il le décrit dans son fonctionnement (cf. chapitre 1), dans sa provenance historique (cf. chapitre 2), et dans les conséquences qu’il a pour la réflexion esthétique (cf. chapitre 3). On ne saurait reprocher à un agrégé de philosophie de reprendre les gestes méthodologiques de la profession. Sauf que lorsqu’il prétend que, d’une part, « l’historien de l’art qui embrasse la durée et les civilisations ne dit rien de très différent : ce n’est qu’une manifestation de la conduite esthétique de l’animal humain » (p. 170), il oublie que l’historien de l’art qui embrasse la durée et les civilisations affronte des contraintes beaucoup plus lourdes que celui qui fait l’analyse d’une situation donnée et que, d’autre part, il travaille avec d’autres matériaux et d’autres présupposés. En un mot, tous les historiens de l’art ne sont pas des philosophes sceptiques.

3Au fondement de son analyse, l’auteur distingue deux sphères dans le monde de l’esthétique : celle de la production des biens culturels et celle de l’art. La première critique qu’on peut lui adresser est que, si cet esthétisme triomphant, dont il proclame le règne, est effectivement observable dans le monde des biens culturels, il ne l’est pas dans le monde de l’art. D’ailleurs, Yves Michaud est lui-même trop réaliste pour ne pas voir et décrire le triomphe de la laideur ou du rien. Cette première critique relève de la simple observation d’un phénomène dont les surréalistes ont été les prophètes : la répudiation de la beauté au profit des travaux forcés. Le triomphe en question est moins celui de l’esthétique que celui du discours sur l’esthétique. Deux grandes perspectives traditionnelles structurent la réflexion : celle de la perception et celle de la création. L’auteur ne les ignore nullement, mais il ramène la réflexion esthétique antérieure à la seule question de l’origine de l’œuvre d’art. Il n’y pas de création, seulement des productions. Curieusement, lorsqu’il lui arrive de faire usage du terme de « création », c’est lorsqu’il évoque le financement par l’État. Ce dernier finance la création, mais il n’y a plus guère d’œuvres, il y a des productions, des biens. Le premier chapitre se veut un regard de « persan débarquant de Perse », le regard d’un ethnographe, dont on ne nous cache pas le caractère « impur ». En fait de Persan débarquant de Perse, nous avons le regard joliment affûté, précis, critique et documenté d’un habitué de la sphère ultra-spécialisée qui est rompu à l’art contemporain. On nous y promène avec un humour décapant et un scepticisme qui n’est pas toujours bienveillant. À cet effet, l’auteur légitime son enquête via la disqualification en règle de l’ethnographie, au motif que le statut des premiers ethnologues était variable : missionnaire, administrateur colonial, aventurier, trafiquant. Si les statuts cités par Yves Michaud avec beaucoup de verve et un entrain féroce sont tout à fait justes, il faut rappeler que l’ethnologue défini comme tel – et qui a ensuite assumé ses antécédents – ne naît pas avec les premiers travaux des hommes qui se sont intéressés, avec des statuts et des motifs divers, aux sociétés avec lesquelles ils étaient en contact pour des raisons bien différentes que le seul amour de l’anthropologie. L’ethnologie n’a pas la longue histoire de la philosophie, et si Hérodote est une sorte de précurseur, le regard ethnologique qu’il porte sur le monde ne fait pas obligatoirement de lui un ethnologue. Le journal de Bronislaw Malinowski témoigne tout simplement du fait que la sacro-sainte objectivité du scientifique et du philosophe s’emploie à faire oublier que la valeur du regard dépend de la valeur de celui qui regarde. Le mensonge de Margaret Mead qu’il invoque ne suffit pas à disqualifier la discipline. La question est peut-être moins de savoir si l’ethnographie est impure que celle de lui donner la place qui lui revient dans l’analyse. Dans le deuxième chapitre, les propos concernant l’histoire de l’art sont quelque peu surprenants : on y apprend que l’histoire des arts picturaux est une histoire close, achevée... Enfin, l’analyse du passage de l’art moderne à l’art contemporain se fait à l’aune des arts plastiques. Il est vrai que l’art contemporain flirte avec la musique et avec toutes les perspectives qu’offrent les expériences cinesthésiques que l’auteur décrit au demeurant fort bien, mais c’est analyser le passage d’une sensibilité à la lumière d’une seule dimension. Si l’étude du dadaïsme est très juste, il n’est pas certain que faire éclater un concept et précipiter la fin d’une conception esthétique soit le signe d’un renouvellement. Si l’art est mesuré à sa capacité de destruction, même des académismes, alors on conçoit que le mot de création soit banni du vocabulaire et ne fasse retour que pour ironiser. On peut interpréter l’inspiration dada récurrente comme le témoignage de la bêtise anarchique de notre époque. Le Salon des Refusés plaidait pour un art capable de renouveler sans détruire. Enfin, Yves Michaud occulte souvent que l’esthétique fonctionne, comme toutes les disciplines, par exclusion. Le triomphe de l’esthétique qu’il décrit n’est peut-être que le triomphe momentané de l’esthétique de la production, qui tend à imposer son modèle. Or, celle-ci est souvent fort laide. Plutôt que d’un triomphe, il conviendrait de parler d’un impérialisme. Nous ne sommes pas obligés de nous y soumettre, ni de croire tout ce qu’on nous raconte sur le sujet : « Notre culture est une culture de la copie » (p. 39). Oui, indéniablement, mais le Moyen Âge aussi copiait beaucoup et avec infiniment moins de moyens. Reprenant l’analyse de Walter Benjamin, dans son « texte visionnaire » de 1936, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité mécanisée, Yves Michaud souligne cette « reproductibilité de principe » qui entraîne la perte de l’unicité de l’œuvre d’art et il en dégage les conséquences philosophiques : « l’essence historique de l’œuvre d’art qui dépend des transformations sociales et des découvertes techniques » (p. 112). Pourtant, si elle copie beaucoup, notre culture manifeste aussi le regret d’un temps pas si lointain où l’artiste était encore un créateur. En dépit des critiques qu’on peut lui adresser, ce livre documenté, plein d’intérêt, écrit dans un style concis et dense, a l’inappréciable mérite de rappeler tous les théâtres actuels où le roi est nu avec une insolence salutaire. L’auteur dénigre avec chaleur, méprise avec talent, et donne libre cours à son sens évident du concret. Au passage, il égratigne Pierre Bourdieu, ne ménage personne et manifeste souvent qu’il connaît bien la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duvauchel, « Yves Michaud, L’art à l’état gazeux. Essai sur le triomphe de l’esthétique », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7151

Haut de page

Auteur

Marion Duvauchel

IUFM Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page