Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques Thuillier, Théorie générale de l’histoire de l’art

Paris, O. Jacob, coll. Sciences et Art, 2003, 178 p.
Marion Duvauchel
Référence(s) :

Jacques Thuillier, Théorie générale de l’histoire de l’art. Paris, O. Jacob, coll. Sciences et Art, 2003, 178 p.

Texte intégral

1« L’idée hautement déclarée que dans la sculpture française rien ne compte entre Reims et Rodin aurait permis dans les années 1950-1980 la destruction sans remords de quantité de plâtres originaux, de modèles et même de marbres » (p. 17), nous révèle Jacques Thuillier dans son dernier ouvrage, Théorie générale de l’histoire de l’art. Ce que nous pensons prête donc à conséquence... L’idée de la responsabilité de l’historien de l’art – et de la responsabilité en général – est devenue assez rare pour justifier un ouvrage de ce type. Jacques Thuillier affiche d’ailleurs ses affinités : Henri Focillon, André Chastel. Il annonce ses options intellectuelles – une vision hiérarchique – et ses choix affirmés, indépendants des modes. Nous lui en savons gré. Sa réflexion part d’une question fort banale ou tout simplement traditionnelle : « Qu’est-ce que l’art » ? Ainsi la recherche d’une définition devient-elle prétexte à une enquête philosophique, parfois sommaire, qui situe surtout la part respective de la philosophie et de l’histoire de l’art dans le débat sur celui-ci qui critique les errances de l’une et de l’autre et redonne toute sa portée à l’historien d’art.

2À l’origine des déboires de l’histoire de l’art : une vacance sémantique... Elle est indéniable, mais on aimerait pouvoir rappeler qu’elle est surtout le fruit de notre ignorance, de nos oublis, et de notre incapacité à reprendre la réflexion là où les Anciens l’ont arrêtée. Aristote, le premier, s’est employé à combler ce vide sémantique, et si les philosophes connaissaient leurs propres trésors, ils sauraient en faire apprécier toute la portée. Aristote ôte à l’art ses ailes pour lui donner des mains. L’art, la teckne pour lui, ce sont les règles, l’art est un habitus, une vertu de l’intellect pratique, il est un faire. S’il établit un parallèle entre l’art et la nature, et distingue le monde de la nature et le monde de l’artifice. Distinction centrale dans une philosophie de la technique, les œuvres de la nature restent supérieures aux œuvres d’art. Parce qu’il établit la dignité du monde sensible, il conçoit la nature en poète et lui accorde un statut éminent. Pour Aristote, l’artiste imite le réel qui est une matière informée, pénétrée par la forme qui la constitue en réalité, d’où l’éminente dignité de l’art mimétique et de l’artiste engagé dans l’imitation, contre Platon et non à sa suite. Quant à la théorie platonicienne, elle est autrement plus complexe qu’on ne nous la présente, même si effectivement la dichotomie platonicienne entre raison et poésie continue de grever la réflexion esthétique. Platon condamne l’art dans la mesure où il est incapable d’atteindre la vérité et, plus gravement encore, peut l’en détourner. Mais il respecte l’artiste. Homère donne du plaisir, mais celui-ci n’est pas un fondement admissible des jugements de goût : critique principale de Platon. Si le plaisir est le critère de l’art, les poètes risquent de régner et de l’emporter sur la raison. Si, de surcroît, ils ne sont que de trompeurs imitateurs d’imitation, pernicieux pour la cité, ses vérités et ses mœurs, il ne reste plus qu’à les chasser de l’État. Du moins le Platon de la République était-il loyal envers les poètes. Il n’ignorait pas que la poésie, aussi longtemps qu’elle reste poésie, ne deviendra jamais et ne peut pas devenir un instrument de l’État et c’est sans doute le suprême hommage qu’il lui rend.

3Vingt siècles de réflexion philosophique sont ainsi ramenés à deux grands types de commentaires : l’un qui renverrait « à une sorte de mixte entre la copie des données offertes aux sens et une beauté transcendantale souvent mal définie » (p. 59). L’autre qui mettrait l’accent sur la dimension temporelle, mais avec une ambivalence liée au mot temps. C’est beaucoup de dédain pour ces Anciens qui sont la jeunesse du monde. Ce n’est pas une vacance sémantique que les grands systèmes philosophiques évoqués ensuite par Jacques Thuillier ont tenté de combler, mais c’est un renversement de perspective qu’ils ont imposé en faisant de l’art une essence, une connaissance et non plus un faire.

4Nous en sommes là de notre enquête, quand l’auteur procède à un « renversement méthodologique » de type husserlien. En réalité, il s’agit d’un retour à une notion centrale, dédaignée bien à tort, et formulée par Henri Focillon, celle de forme : « Le signe signifie, la forme se signifie ». Si l’art est une forme, il ne s’analyse pas comme telle, mais en lien avec des significations. Une analyse de ce type est efficace, mais elle permet aussi de maintenir des hiérarchies. La reproduction d’une forme n’est pas de l’art. La photographie serait donc une technique, non un art. En revanche, il est plus difficile de suivre l’auteur dans son analyse des arts premiers. Deux processus sont mis en lumière et en relation. Le premier est celui par lequel les dessins d’enfants, d’adultes imitant les dessins d’enfants, ou les œuvres des fous ont glissé au statut d’œuvres d’art, tandis que – parallèlement – les œuvres que se réservaient les musées d’ethnologie passaient sous le nom emphatique d’arts primordiaux dans les sections d’art des musées, avant de gagner les salles du Louvre, sous le nom d’arts premiers, même lorsqu’il s’agissait d’œuvre récentes ou contemporaines inspirées par des coutumes tribales (pp. 23-24). L’enquête se poursuit alors avec Heidegger et surtout Panofsky. Mais les trois niveaux de significations qu’il a dégagés ne sauraient cependant épuiser la mystérieuse présence de l’œuvre d’art.

5Étrange perspective que celle de Jacques Thuillier : « L’homme crée par nature, comme d’ailleurs l’oiseau crée son nid, l’araignée sa toile, le castor de véritables villages » (p. 84). On aimerait pouvoir répondre que l’animal fabrique selon un instinct programmé et que, à ce titre, il ne crée pas. Quant à l’homme qui s’entoure de formes de plus en plus complexes, l’auteur se demande « à partir de quel moment cet homo-faber devient-il artiste ? ». Premier argument : quand il y a un autre car l’art implique un dialogue... Voire. Certains artistes ont continué seuls – dans l’ignorance ou le rejet – une œuvre qui n’a été reconnue comme telle que de manière posthume. Second argument : quand il y a une œuvre. À notre sens, voilà qui est plus convaincant.

6C’est à partir de la catégorisation instinctive, presque naturelle, des coordonnées du temps et du lieu que l’analyse de l’œuvre d’art est proposée. Elle exclut les grandes constructions hégéliennes. Qui s’en plaindrait ? L’introduction du temps a permis la « dédramatisation » de l’histoire de l’art et le découpage en larges périodes conventionnelles : roman, gothique renaissance pour l’architecture, romantisme réalisme, impressionnisme pour la peinture et la littérature. À l’aune du temps, Jacques Thuillier analyse les notions de « styles » – ce qu’avait d’ailleurs fait Meyer Shapiro – puis celles d’ « influence », de « motif » (ou d’ornement), et d’« école », avec les problèmes que pose chacune de ces notions jusqu’à la notion de « foyer » qui lui paraît répondre plus précisément aux problèmes d’analyse que pose l’histoire de l’art.

7Soyons reconnaissants à un historien de l’art de l’optimisme, sinon du courage conceptuel, dont il fait preuve en nous proposant une réflexion dans le cadre d’un paradigme qui n’est pas celui de la désorientation ou de la fin des paradigmes. Soyons aussi reconnaissants pour un livre documenté, qui sait ce qu’il défend et pose clairement la question du jugement esthétique en d’autres termes que ceux des socio-esthétiques dominantes. Mais nous sommes en droit de nous étonner devant la naïveté de certains propos : « On ne peut s’empêcher de penser qu’il nous manque le recul suffisant pour dégager de l’énorme production actuelle les éléments qui mériteraient réflexion ». C’est vrai, mais on aimerait cependant moins de démission. Si la tache est lourde, nous ne sommes pas dénués de moyens conceptuels, à supposer que nous nous en dotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duvauchel, « Jacques Thuillier, Théorie générale de l’histoire de l’art », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7163

Haut de page

Auteur

Marion Duvauchel

IUFM de Valenciennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page