Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Uli Windisch, en collab., Suisse-Immigrés. Quarante ans de débats. 1960-2001

Lausanne, Éd. L’Âge d’Homme, 2002, 280 p.
Sylvie Thiéblemont-Dollet
Référence(s) :

Uli Windisch, en collab., Suisse-Immigrés. Quarante ans de débats. 1960-2001. Lausanne, Éd. L’Âge d’Homme, 2002, 280 p.

Texte intégral

1Suisse-Immigrés. Quarante ans de débats. 1960-2001 est le fruit et la synthèse d’un travail de grande ampleur auquel ont participé les chercheurs de plusieurs groupes de recherche dirigés par Uli Windisch. Menée en Suisse, l’étude est d’autant plus pertinente que le « problème de l’immigration » y est débattu publiquement depuis près de quarante ans, en raison du système politique de démocratie directe (initiative populaire et référendum) et peut, en cela, servir d’exemple à d’autres pays européens confrontés aux débats dont ce territoire a déjà fait l’expérience. En effet, comme le rappelle l’auteur, le débat a parfois été d’une rare intensité et d’une grande virulence, mais le système politique de la nation a constitué « un sas de décompression, un exécutoire verbal qui [ont empêché] des formes de protestations plus concrètes et violentes » (p. 11). La méthodologie est, elle aussi, novatrice et très complète (nécessitant, certes, de lourds moyens) pour les chercheurs spécialistes de l’immigration. Elle répond à ce que Simone Bonnafous préconisait, en 1999, dans un article intitulé « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches » (Études de communication, 22, pp. 59-72), en ce sens qu’elle ne se limite pas aux simples représentations mais aborde la médiatisation de l’objet étudié. En effet, Uli Windisch et ses équipes ont expérimenté une approche à dimensions multiples, à savoir une analyse de l’ensemble des discours sur l’immigration (ceux des principaux acteurs sociaux, politiques et ceux de la société civile), suivie d’une analyse de l’interaction entre eux. Ont été retenus le discours des autorités publiques (ensemble des messages publiés par le Conseil fédéral à propos des différentes initiatives dont l’auteur donne le contenu de dix d’entre elles, documents iconographiques, affiches, publicité, slogans, mots d’ordre, etc.), les discours de la presse écrite (éditoriaux, dossiers, « spécial votation ») et de la population (courriers des lecteurs). À partir de ce matériel empirique, ont été réalisées des analyses de contenu et des typologies des discours et ce, pour chacune des catégories d’acteurs précités, ainsi que des analyses comparatives successives. Du reste, Uli Windisch insiste sur la dimension communicationnelle et, par conséquent, interdisciplinaire de l’étude puisqu’elle emprunte, avec rigueur, des savoir-faire variés : ethnométhodologie, analyses de la réception, épistémologie génétique ou analyse des phénomènes sous l’angle de leur genèse et du constructivisme, approche phénoménologique et compréhensive, pour mieux mettre en perspective les discours « de et sur » l’immigration et démontrer leur co-construction. Les chercheurs ont également puisé dans ce qu’ils appellent la symbolisation, outre la prise en compte du langage, des symboles, rites et mythèmes, ils ont fait appel aux « affiches, images, banderoles, chansons [...], gadgets, caricatures, pins et autres objets divers » (p. 35), ayant trait au sujet. Enfin, tout au long de l’ouvrage, Uli Windisch développe l’idée de l’intérêt majeur de l’analyse en termes de contexte (économique, social, culturel) et de communication politique, étant donné la spécificité du système de démocratie référendaire.

2De tous ces travaux largement illustrés d’extraits de la presse écrite, du Conseil fédéral, de courriers des lecteurs, dans neuf chapitres découpés chronologiquement (pp. 41-183) – en fonction des initiatives qui ont donné lieu à des votations populaires aux niveaux communal et cantonal – l’auteur en déduit un « changement notoire [...] dans le débat public en ce sens que les attitudes et mesures positives envers l’immigration [...] prennent une place beaucoup plus importante [...] même si le [sujet] reste très controversé » (p. 17). Du reste, la représentation de l’immigré comme Autre et « corps étranger [...] inassimilable » (ibid.) ne constitue plus une des préoccupations majeures de l’ensemble de la population. Car, par sa participation orale ou écrite à propos de l’immigration, le citoyen suisse concourt à « la construction de « l’objet immigration », à sa déconstruction et à sa reconstruction » (p. 24). Ce qui revient à souligner que le système de la démocratie directe assure effectivement une « fonction de régulation sociale et politique [...] qui permet aux angoisses, peurs et frustrations [...] rentrées de s’exprimer tout en leur coupant l’herbe sous les pieds » (p. 215-216). Toutefois, le fondement de ces nombreuses initiatives liées à l’immigration est combiné à la notion d’identité nationale, plus ou moins revendiquée selon les individus. Pour exemple, l’analyse des deux dernières « votations » (2000 et 2001) met en avant deux discours totalement opposés : celui qui s’inscrit dans la tradition de la crainte de « l’emprise étrangère » (p. 155) face à celui – nouveau mais minoritaire – recherchant l’association des immigrés à la vie sociale et politique. Ceci dit, il a fallu attendre la fin des années 70 pour constater un écart entre le discours des autorités gouvernementales et celui des médias, ces derniers devenant de plus en plus critiques envers les politiques migratoires mises en place et soutenant, a contrario, l’initiative sociale et humaniste « Être solidaires » (naturalisation plus facile, abolition des statuts précaires, regroupement familial). Malgré cet engagement fort des médias pour cette démarche plutôt humanitaire, le corps électoral la rejettera à plus de 80 % de non. Uli Windisch discute longuement ces résultats car, pour lui, ils remettent implacablement en cause l’idée que les médias influencent inévitablement les électeurs. Il émet même l’hypothèse d’une attitude réactive et volontaire de ces derniers à l’encontre du militantisme des médias. Et, de fait, il rappelle, non sans pertinence que, contrairement à certaines théories sur l’influence des médias, les récepteurs ne sont ni « passifs, ni idiots » (p. 221) et savent faire entendre leur propre voix. Ce qui fait dire également à Uli Windisch que l’électeur est un acteur qui produit et construit du sens, des significations et, par là, sa propre réalité. Intéressante aussi, la prise de conscience des journalistes qui, au lendemain du scrutin, vont faire le constat de la visibilité du fossé qui s’est creusé entre eux et les citoyens et « s’interroger ouvertement sur leur rôle dans ce débat » (p. 220).

3Dès lors, on voit que les travaux de l’auteur et des chercheurs dépassent largement la question de l’immigration et ouvrent à d’autres questionnements, notamment sur le système de démocratie directe qui contribue à « la communication ascendante, la montée des profanes, [...] les exigences de participation [...] authentique de la part de toutes les couches de la population » (pp. 230-231), et de façon plus générale, sur l’espace public. De même, c’est avec force détails qu’y est démontrée l’idée que la réalité médiatique se situe entre celle du reflet fidèle (les médias sont un simple reflet des réalités sociales) et celle du vase clos (la scène médiatique est un univers propre indépendant des réalités sociales concrètes) : « Les médias construisent et reconstruisent les phénomènes sociaux, qui [...] peuvent se généraliser à des publics plus larges, créer de nouveaux liens sociaux et de nouveaux conflits » (p. 257).

4Enfin, en matière d’analyse de l’espace public, Uli Windisch invite les chercheurs qui veulent comprendre le fonctionnement effectif de la communication publique dans leurs sociétés à effectuer des analyses concrètes, empiriques et détaillées telles qu’il le propose et décrit dans ce livre. Ainsi marque-t-il son scepticisme vis-à-vis des travaux de Jürgen Habermas qui, selon lui, sont le reflet d’une démarche de pure spéculation (p. 236). Il constate qu’en sciences sociales, « il y a encore et toujours ceux qui pensent que sans faire de recherche concrète sur un problème donné, ils savent mieux que les chercheurs qui passent des années à entreprendre des travaux empiriques et qui réussissent à éclairer des problèmes importants sous des angles fondamentaux » (p. 237). De cela, nul ne doit être dupe ; mais, même si tous les points de vue ne sont pas ceux du lecteur, il n’empêche qu’il y trouvera non seulement la description précise de méthodologies variées, de leurs expérimentations, des difficultés et des écueils rencontrés, mais aussi des réflexions savamment menées sur les résultats ou d’autres pistes à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Uli Windisch, en collab., Suisse-Immigrés. Quarante ans de débats. 1960-2001 », Questions de communication [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7167

Haut de page

Auteur

Sylvie Thiéblemont-Dollet

GRICP, université Nancy 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page