Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gérard Cladel, Kristian Feigelson, Jean-Michel Gévaudan, Christian Landais et Daniel Sauvaget, Le Cinéma dans la Cité

Paris, Éd. du Félin, 2001, 237 p.
Margarida Morais et Pascal Sanson
Référence(s) :

Gérard Cladel, Kristian Feigelson, Jean-Michel Gévaudan, Christian Landais et Daniel Sauvaget, Le Cinéma dans la Cité. Paris, Éd. du Félin, 2001, 237 p.

Texte intégral

1Habituellement peu analysés conjointement, le cinéma et la cité sont, tout au long de l’ouvrage, l’objet d’une mise en relation permanente. D’une part, la complexité observable dans le secteur du cinéma – évolution et transformation de ses espaces, évolution des pratiques – continue à opérer des modifications dans la cité. D’autre part, le cinéma peut constituer un instrument de revitalisation de la ville, dans la mesure où il participe à la valorisation de parcelles importantes dans le tissu urbain. À ce titre, il contribue aux nouveaux défis de l’aménagement des villes, dont les nombreuses mutations, ainsi que la mise en évidence de certains déséquilibres, requièrent la compétence des praticiens de l’espace (architectes, urbanistes…), mais aussi la réflexion des intervenants du champ cinématographique et du public en général, intervenant en tant que citoyen, amateur de cinéma et « consommateur ».

2Cet ouvrage collectif, conçu dans le prolongement d’un colloque et rassemblant une vingtaine de contributions, présente tout d’abord l’évolution des pratiques urbaines, à partir du moment où le cinéma s’affirme comme premier loisir populaire et s’implante dans la ville. L’impact de cette implantation a été tellement profond qu’il est aujourd’hui possible de définir une cartographie de la ville en relation à ses cinémas, évoluant entre facteurs objectifs et dimension émotionnelle. Les phénomènes plus récents sont caractérisés par de nouveaux comportements du public, par la multiplication de l’offre et la courte vie commerciale du film. Ces caractères sont accentués par la concentration des succès cinématographique de la billetterie. Le « marketing » et la concurrence des nouvelles technologies participent aussi à un bouleversement dans l’univers du cinéma. La controverse médiatique annonce d’éventuels dangers, provoqués par les grandes industries cinématographiques, responsables de la création d’un système extrêmement puissant, lourd et monolithique. Jusqu’à quand pourront se maintenir le pluralisme et l’émergence de nouveaux talents, qui ont toujours caractérisé la richesse du cinéma français ?

3La deuxième partie, « De l’architecture de cinéma à l’aménagement de l’espace public », est révélatrice de la priorité attribuée au multiplexe. Cette analyse laisse transparaître une certaine inquiétude, car le multiplexe ne représente pas simplement un choix architectural : il doit surtout être regardé comme un instrument d’aménagement du territoire. Identifié par quelques-uns comme le résultat du « marketing », ce modèle entraîne le cinéma vers un espace autiste, sans articulation aucune avec le lieu d’implantation et la réalité environnante. Ceci se traduit fréquemment par une typologie d’architecture répétitive et prédéterminée. Il existe cependant d’autres apports du multiplexe. Les expériences, en France comme à l’étranger, sont illustrées par des images révélatrices d’une redéfinition de l’espace. Certains le voient comme une nouvelle expression de la grandeur et de la modernité, comparable à celle qui s’est manifestée dans les cinémas des années trente. La construction de l’espace cinéma, utilisant un langage créatif plein de liberté, comporte désormais d’intéressants défis qui participent soit de la requalification d’anciens espaces, soit de la construction d’espaces nouveaux. Finalement, le multiplexe est perçu comme un espace à forte identité et visibilité. L’enjeu le concernant consiste à obtenir un traitement architectural valorisant, résultat du dialogue avec les espaces environnants, capable de concevoir un ensemble urbain reconnu.

4La dernière partie, consacrée aux « Pôles urbains et politiques de la ville » propose une réflexion sur les réalités du développement, de la désagrégation sociale, des pressions de l’économique sur la ville. Cependant, il y a des mécanismes de correction, agissant pour la défense de celle-ci et des expressions de pluralité culturelle où le cinéma trouve ses racines et son avenir. Fracture sociale et violence en sites urbanisés sont des problèmes qui se manifestent à grande échelle, symptômes d’un environnement urbain éclaté et d’un malaise. Le cinéma est confronté à la croissance de la ville. L’apparition massive des multiplexes concentre l’offre et accentue l’inégalité d’accès au film. Malgré tous les bouleversements, on vérifie que le cinéma n’a jamais perdu son rôle de sociabilité. De nos jours, il constitue même un précieux instrument correctif des inégalités et peut être utilisé comme instrument d’intégration sociale, dans des programmes éducatifs. En fait, plusieurs contraintes pèsent sur la ville et ses chantiers. L’effort collectif prétend mettre en œuvre une politique urbaine consciente, écho des projets de développement et de défis, visant à obtenir la cohérence de tout le territoire dans ses diverses fonctions. Les pouvoirs publics sont donc appelés à intervenir et à faire bon usage de leur rôle de médiateur, unanimement reconnu comme étant fondamental dans l’équilibre de la ville et de ses territoires périphériques. Face à leur évolution, le niveau décisionnel de l’agglomération devient de plus en plus approprié pour toute planification. C’est à ce niveau qu’on devra intégrer les programmes et les pratiques culturelles. Parmi d’autres fonctions, la ville est un lieu d’échange et de sociabilité. Son évolution doit être envisagée de façon réaliste par l’intervention de tous les acteurs « […] pour continuer à fabriquer de la ville sans nostalgie excessive et sans pastiche, mais avec talent, sensibilité à la géographie et aux horizons pour inventer de nouveaux modes de fabrication d’un modèle urbain dont la qualité peut être un but affirmé, qualité d’espace et de vie, le futur patrimoine de notre époque » (p. 186).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margarida Morais et Pascal Sanson, « Gérard Cladel, Kristian Feigelson, Jean-Michel Gévaudan, Christian Landais et Daniel Sauvaget, Le Cinéma dans la Cité », Questions de communication [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7286

Haut de page

Auteurs

Margarida Morais

CREM, université de Metz

Pascal Sanson

CREM, université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page